Chargement...

Label BEPOS : priorité à la chaleur renouvelable (réseaux, ECS solaire, bois, géothermie)



Label BEPOS : priorité à la chaleur renouvelable (réseaux, ECS solaire, bois, géothermie)

Pour préparer la future réglementation environnementale, les ministres en charge de l’énergie et du logement viennent de lancer une expérimentation de bâtiments neufs et de présenter un label « BEPOS & réduction carbone » (aussi appelé label E+C-). Au ministère de l’énergie, on souligne que le BEPOS «associera à une bonne performance de l’enveloppe le déploiement des EnR thermiques (réseau de chaleur renouvelable, ECS solaire, bois énergie, géothermie ...) et électriques». Le label comporte un indicateur pour les consommations d’énergie de l’ensemble des usages du bâtiment et un indicateur pour les émissions de gaz à effet de serre. Les calculs des indicateurs relatifs à la performance énergétique se feront avec le moteur de calcul fourni par le ministère en charge de la construction, complément au moteur de calcul actuel utilisé pour le calcul réglementaire, indique-t-on au ministère.

L’indicateur énergétique détermine quatre niveaux de performance. Les niveaux 1 et 2 correspondent à une amélioration des performances du bâtiment à coût maîtrisé, par des mesures soit d’efficacité énergétique soit par le recours, pour les besoins du bâtiment, à la chaleur ou à l’électricité renouvelables, et ce avec des baisses des consommations d’énergies non renouvelables par rapport à la RT 2012 : pour le résidentiel, entre 5 et 10% ; pour les bureaux, entre 15 et 30% ; pour les autres bâtiments, entre 10 et 20%. L’atteinte du niveau 3 nécessitera un effort en termes d’efficacité énergétique du bâti et des systèmes et un recours significatif aux EnR, tandis que le niveau 4 correspond à un équilibre entre consommation non renouvelable et production d’électricité renouvelable injectée sur le réseau. Quant à l’indicateur relatif aux émissions de gaz à effet de serre, deux niveaux de performance ont été définis : l’un accessible à tous les vecteurs énergétiques, l’autre nécessitant un « travail renforcé » de réduction de l’empreinte carbone des matériaux et équipements mis en œuvre, ainsi que de réduction des consommations énergétiques. Le label sera délivré par Céquami, Cerqual, Certivéa, Prestaterre et Promotelec Services.

Batiment-a-energie-positive

Un guide de la maintenance des PAC en 2017

Au sein de l’AFPAC, l’association française pour les PAC, vient d’être créé un groupe de travail d’une vingtaine de personnes (dont des membres du Synasav) qui, l’an prochain, doit formuler, en matière de maintenance et SAV des PAC, diverses recommandations concernant, notamment, la formation des techniciens et les outils à utiliser. C’est ce que l’on a appris, la semaine dernière, lors d’une conférence de presse de l’AFPAC au cours de laquelle l’association a présenté un guide pratique de la production d’ECS par PAC en habitat collectif, neuf ou existant, une production encore peu répandue, mais qui devrait se développer dans les années qui viennent, a estimé Thierry Nille, président de l’ AFPAC, tandis que, pour sa part, Anne-Frédérique Gautier, vice-présidente de l’AFPAC en charge de la communication, parlait, au sujet de cette ECS thermodynamique en « collectif », de « réservoir » de croissance. De son côté, Gérard Charney, autre dirigeant de l’AFPAC, a indiqué que la solution ECS thermodynamique la plus répandue aujourd’hui en habitat collectif restait le chauffe-eau thermodynamique individuel, qui, de plus en plus, est sur ventilation centralisée, a-t-il observé.
Par ailleurs, Mme Gautier, a dit s’attendre à une évolution positive du marché français des PAC en 2016, avec toutefois un recul en PAC air/eau, compensé par des ventes « exceptionnelles » en PAC air/air. Mme Gautier pense que le marché des PAC continuera à progresser dans les années qui viennent. Elle a dit également que c’est actuellement « un peu moins d’une maison individuelle neuve sur deux » qui est équipée d’une PAC air/eau ou d’un CET (chauffe-eau thermodynamique). De son côté, M. Nille a précisé que les CET étaient installés à 60% dans le neuf et à 40% en rénovation. Il a estimé que, en rénovation, il s’agissait d’une « solution d’avenir ». Il a dit aussi que, en maison individuelle, les PAC (hors CET) étaient posées à 70% en neuf. Sur la période janvier-août 2016, ce sont 52 100 CET qui ont été vendus, +3,5%.

A propos des PAC géothermiques, Mme Gautier a dit que, en 2016, le marché ne serait pas bon - beaucoup plus, d’ailleurs, en grandes puissances (jusqu’à 50 kW) qu’en petites - et que, « probablement », son avenir se situait davantage en « collectif » qu’en maison individuelle. Pour sa part, M. Nille a indiqué que les PAC géothermiques de petites puissances étaient surtout installées en maison neuve. En PAC eau glycolée/eau et en PAC eau/eau, les ventes (en nombre d’appareils) ont baissé de 42% dans les puissances 21 à 30 kW, de 44% en 31-50 kW, de 29% en 11-20 kW et de 8% en 5-10 kW, et ce sur la période janvier-août 2016.

- EN BREF - Selon une récente étude du cabinet de recrutement PageGroup France, la rémunération annuelle brute fixe des frigoristes et chauffagistes de maintenance (pour des postes en région parisienne) s’élève entre 24 et 26 K€ pour ceux ayant une expérience professionnelle entre zéro et deux ans, entre 26 et 32 K€ pour une expérience de 2 à 5 ans, et entre 32 et 38 K€ pour 5 à 15 ans d’expérience, tandis que, toujours en maintenance, pour les ingénieurs thermiciens, la rémunération se situe entre 32 et 36 K€ pour une expérience entre zéro et deux ans, entre 35 et 40 K€ pour 2 à 5 ans, et à « 45 K€ et plus » pour 5 à 15 ans.

- EN BREF - Une récente étude de Xerfi prévoit que, en 2017, la demande finale de bois de chauffage des ménages sera orientée à la baisse, « dans le sillage du repli des ventes d’appareils de chauffage au bois ». Les négociants en combustibles pourront néanmoins compter sur le dynamisme du segment des granulés de bois, ajoute l’étude, qui pronostique que, notamment en raison d’une hausse du prix du fioul domestique en 2017, le chiffre d’affaires de ces négociants progressera de 2% l’an prochain, après quatre années consécutives de repli (-9,6% en 2016), mais avec un recul de la marge commerciale après plusieurs années de progression du taux de marge.

- EN BREF - Eurovent vient de publier un guide d’évaluation de l’efficacité énergétique et de sélection des filtres à air pour la ventilation.


Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 630 € TTC/an : Cliquez ici


Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 25 Janvier 2016

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité