Chargement...

Pompe à chaleur et rénovation : 2019 sera l’année de la PAC



Le 31 Janvier 2019

Par Grégoire Noble - Journaliste scientifique

 

Marché du génie climatique - Si 2018 était déjà une bonne année pour les adhérents de l'Association française pour les pompes à chaleur (Afpac), 2019 devrait être encore meilleure. Ceci grâce à de nouvelles dispositions dans le domaine de la rénovation énergétique, comme nous l'expliquent Thierry Nille (président de l’Afpac) et ses vice-présidents.


pompe-a-chaleur.jpg

Pour l’AFPAC, l’année 2019 sera l’année de la pompe à chaleur


1 - La rénovation fera partie de l'actualité, avec une forte demande en 2019

C’est l’annonce faite d'emblée par Thierry Nille, le président de l'Afpac. Ce marché particulier devrait faire l'objet d'un fort développement. "Déjà, 2018 était une belle année de transition, avec une évolution des PAC aérothermiques et géothermiques. En tout, 100.000 pompes à chaleur ont été installées, ce qui constitue un record, auxquels ils faut ajouter 120.000 appareils de production d'eau chaude sanitaire", poursuit-il, satisfait. Par rapport à ses voisins européens, la France connaîtrait une situation particulière, très favorable pour les solutions de PAC et de chauffe-eau thermodynamiques. Le président de l'Afpac ajoute : "Nous avons une belle filière d'excellence, avec des artisans qualifiés (QualiPAC/Qualit'EnR…)". En tout, entre 6.500 et 7.000 professionnels seraient titulaires d'une des marques de qualité.


2 - Pour l'année 2019, les industriels fabricants de pompe à chaleur se montrent optimistes

Ceci, même si le début d'année est calme, avec une fiscalité encore incertaine pour l'instant. L'accélération pourrait survenir dès le 2e trimestre. Valérie Laplagne, vice-présidente de l'Afpac, fait le point sur les aides publiques : "La loi de finances a bien été publiée mais l'arrêté qui précise les équipements bénéficiant du Crédit d'impôt Transition énergétique (CITE) n'est pas encore là. Il est attendu sous peu et normalement il ne devrait pas connaître de changements". Ce qui signifie que le taux de crédit d'impôt sera maintenu à 30% pour les pompes à chaleur tout en incorporant cette année le coût de la pose (sous conditions de ressources qui, elles aussi, doivent être précisées dans un décret non encore publié). La dépose d'une cuve de fioul, lors du remplacement d'un système de chauffage polluant par un autre plus vertueux, sera même couverte à hauteur de 50%. L'éco-PTZ, simplifié, ne comprendra plus qu'une seule catégorie de travaux à partir du 1er mars 2019. Quant au "coup de pouce chauffage", lui aussi élargi, il sera également utilisable pour le remplacement d'une chaudière par une PAC, un système hybride ou biomasse. Cette aide sera accessible à tous les ménages (2.500 €) mais pourra être portée à 4.000 € pour les foyers les plus modestes. A ce coup de pouce, EDF ajoutera une prime supplémentaire de 1.000 € pour l'installation d'un système consommant de l'électricité (PAC ou hybride), voire de 1.500 € pour les ménages en situation de précarité.


3 - La pompe à chaleur pour la rénovation : cadeau pour foyers très modestes

La vice-présidente de l'Afpac donne l'exemple d'un foyer très modeste souhaitant installer une pompe à chaleur de 14 kW dans sa maison en remplacement d'une chaudière au fioul. L'investissement conséquent, se montera à 11. 000 €, dont 1.500 € de pose. Le montant des aides auxquelles il pourra prétendre parviennent à couvrir quasi-intégralement ce budget, puisque l'Anah contribuera à hauteur de 5.200 € tandis que les coups de pouce chauffage et EDF apporteront 5.500 €. Le chèque énergie et le CITE boucleront ce financement pour parvenir à 10.900 € en tout, soit un restant à charge de 100 € pour le ménage. Et ce faible montant lui-même pourra être pris en charge dans le cadre d'un éco-PTZ sur une durée de 10 ans, afin de réduire au maximum les mensualités.

Dans le cas d'un ménage non modeste, les aides seront moins élevées mais tout de même conséquentes, avec 6.350 € en tout, dont 2.850 € de CITE. Le reste à financer sera de 4.650 €, amenant des mensualités de l'ordre d'une quarantaine d'euros. Les économies d'énergie réalisées seront comprises entre 300 et 800 €/an, ce qui impactera directement le pouvoir d'achat des ménages. "La situation est très favorable pour les PAC en termes d'accession et de coûts d'exploitation", résume Thierry Nille qui estime que l'année 2019 sera marquée par un fort effet d'aubaine. "Nous serons très vigilants sur la qualité des installations, leur dimensionnement et leur maintenance. Il risque potentiellement d'y avoir des éco-délinquants, comme en 2008-2009 au pic de l'époque". Le président de l'Afpac souligne toutefois qu'aujourd'hui les matériels sont certifiés et les professionnels formés.


4 - Les pompes à chaleur et le marché de la rénovation

Un fort accent sera mis sur le marché de la rénovation car les différentes technologies proposées (PAC géothermique, air-eau ou air-air) peuvent répondre à une multiplicité de demandes, qu'il s'agisse de remplacement de systèmes de chauffage ou d'un appoint. Dans le cas d'une substitution d'une chaudière au fioul, par exemple, il sera possible d'opter pour une pompe à chaleur air-eau mono ou bi-bloc, tout en faisant attention à la température requise pour les émetteurs. Des radiateurs reposent en effet sur une eau circulant à 60 °C alors que les planchers chauffants fonctionnent à des températures beaucoup plus basses. Les besoins du circuit de chauffage devront donc être scrupuleusement respectés. Autre possibilité, l'utilisation d'une PAC air-eau tout en conservant une chaudière récente en relève. Gérard Charney, secrétaire de l'Afpac, détaille : "La PAC fera la base et lorsqu'il y aura un besoin de puissance, la chaudière rentrera en action". Une telle solution permettra d'installer une pompe à chaleur moins puissante, donc moins onéreuse. Mais, là aussi, il sera impératif de bien étudier le dimensionnement de l'équipement pour qu'il fonctionne de façon optimale avec un taux de couverture de 80 % environ. Le spécialiste évoque l'utilisation d'une PAC air-eau monobloc avec appoint fossile neuf, une alternative pertinente dans certains cas, puisque toutes les machines sont neuves et couplées à une régulation adaptée capable de moduler la production de chaleur selon les coûts de l'énergie. Lorsque la température extérieure chutera trop et que la PAC aura des difficultés à y capter des calories, le recours à une chaudière d'appoint sera particulièrement intéressant. Quant aux PAC air-air, elles seront indiquées dans le cas du remplacement de chauffages électriques dans des maisons individuelles de plain-pied. "Les gaines et unités intérieures nécessitent un faux plafond", explique Gérard Charney.



5 - Cible-marché de la pompe à chaleur : Viser les propriétaires-occupants de maisons individuelles

L'Afpac vise donc un très large marché avec une cible prioritaire : les 16 millions de maisons individuelles françaises, dont les deux tiers ont été construites avant 1975, démontrant souvent de piètres performances énergétiques (étiquettes moyennes oscillant entre "D" et "E"). Jean-Pascal Chirat, lui aussi vice-président de l'association, liste : "Sur ces 16 millions il y a 5,7 millions de maisons chauffées au gaz, 3,3 millions au fioul et 0,5 million avec la biomasse, plus 4,5 millions qui disposent de convecteurs électriques et 2 millions déjà équipées de PAC/climatisation". La stratégie pour la filière des pompes à chaleur résidera dans plusieurs axes de pénétration ou consolidation, de développement de nouveaux produits et services, et de conquête de nouveaux segments de clients. L'association entend tout d'abord valoriser les solutions de financement et les incitations fiscales en proposant un outil Web gratuit pour les clients finaux. Elle rédigera également des ouvrages techniques documentaires, à destination des professionnels, téléchargeables sur le site de l'Afpac. Pour la maintenance des installations, primordiale afin de conserver leurs performances, les professionnels entendent soutenir certaines orientations réglementaires. De son côté, le Synasav lancera un modèle de qualification pour la maintenance nommé "QualiSAV Efficacité énergétique".


6 - Pompe à chaleur et économies circulaire

Une démarche partenariale sera également mise en place avec l'Institut national d'économie circulaire (Inec) afin de conceptualiser une offre pour les particuliers de type leasing associant pose, maintenance et remplacement de l'équipement en fin de vie. Les aspects juridiques de responsabilité, de propriété et de couverture des risques notamment financiers seront étudiés. Quant au développement de nouveaux segments de clients, Jean-Pascal Chirat précise que l'Afpac fera évoluer son règlement intérieur pour s'ouvrir à des réseaux et groupements professionnels qualifiés pour la rénovation, et créera une nouvelle catégorie d'adhérents dits "membres associés" dans les filières d'entreprises en génie climatique (distributeurs, installateurs, bureaux d'études). Pour le grand public, l'association ciblera les propriétaires-occupants de maisons individuelles au moyen de vidéos sur les réseaux sociaux et de participations à des salons comme celui de la rénovation et EnerJ-meeting à Paris, mais également BePositive à Lyon ou Interclima à Villepinte. Il est prévu que Marjolaine Meynier-Millefert, co-animatrice du plan de Rénovation des bâtiments sera associée à des opérations de pédagogie. L'année 2019 sera donc particulièrement riche.



Commentaires

  • Raymond FRAISSE
    20/02/2019

    Rachid, En général, une PAC bien installée sur un bon socle en béton, (désolidarisé du mur) ne fait pas de bruit; après cela dépend peut être aussi des machines, elles ne se valent pas toutes.

  • Raymond
    06/02/2019

    Bonjour, Vous devriez faire attention aux illustrations que vous joignez aux textes : La photo de la PAC au début de l'article est un très mauvais exemple d'installation, car on doit laisser au minimum 30cm entre l'évaporateur et le mur; là ce n'est sûrement pas le cas. On s'étonne que de telle installations tombent en panne, et que les PAC ne sont pas beaucoup prisées par ceux qui sont à la recherche d'un système de chauffage. Pour l'article 3, au lieu d'inciter les gens à installer une PAC en rénovation, il serait plus intéressant pour tout le monde de les inciter à améliorer l'isolation de leur maison, et après seulement leur proposer une PAC .

  • Rachid
    01/02/2019

    Bonjour, Votre article fait froid dans le dos. Je viens d'assigner mon voisin en justice pour avoir placé une pompe à chaleur de 12,2 /14kw à moins de 2 mètres des pièces de vie. Le bruit est insupportable y compris fenêtres double vitrage fermées surtout à des température basses ( on verra l'été ). En aucun cas, vous parlez du bruit ni des installateurs voyous . Je souhaite bon courage à toutes les victimes . Ça fera travailler la justice, les avocats et les huissiers ( faut bien qu.ils eux aussi) Bien à vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire