Chargement...

Equilibrage des réseaux hydrauliques

Juin 2018

APPROCHE TECHNIQUE

Bonne répartition des débits = économies d'énergie

L’équilibrage hydraulique a toujours été une nécessité de confort. Des zones de chauffe ou de climatisation ne devaient pas être irriguées au détriment de zones sous irriguées. Heureusement avec les contraintes d’efficacité énergétique que nous imposent la réglementation 2012 et les niveaux BBC, l’équilibrage hydraulique devient une nécessité absolue afin de préserver le moindre kWh sans gaspillage tout en maintenant un confort permanent pour les usagers.

La réduction des puissances de chauffe et les nouvelles technologies hydrauliques telles que la variation électronique de vitesse des pompes et circulateurs, nécessitent un équilibrage d’autant plus pointu. Des solutions simples et efficaces existent avec des vannes d’équilibrages et régulateurs de pression différentielles, …. Ce dossier vous éclairera sur les dernières technologies d’équilibrage à employer, tout en apportant la pédagogie indispensable à la bonne compréhension des comportements hydrauliques.

Sans équilibrage hydraulique

Sans équilibrage hydraulique

Avec équilibrage hydraulique

Avec équilibrage hydraulique

Répartition des débits :
Relever des valeurs de débit incorrectes dans les différents circuits peut être un point de départ nécessitant l’ajout d’organes de réglage comme par exemple : des robinets d’équilibrage ou des régulateurs de pression différentielle ou de débit.

Ici, sans équilibrage, c’est la pompe seule qui doit produire au minimum la pression différentielle ptotal pour garantir un approvisionnement suffisant. Par ce procédé, la chaleur n’est pas répartie de façon uniforme : la pression différentielle est trop élevée aux émetteurs 1 à 3 et trop faible pour les émetteurs suivants. Les débits dans les premiers émetteurs mènent à une forte consommation d’énergie. L’installation de robinets d’équilibrage permet de rééquilibrer la distribution de la chaleur pour répondre efficacement aux besoins des utilisateurs. Ici, la pression différentielle excédentaire est absorbée par les robinets d’équilibrage et le débit désiré peut être contrôlé et réglé. Afin de pouvoir contrôler également l’émetteur 4, il est recommandé d’y installer un robinet d’équilibrage.

Economie d’énergie :
Relever des débits incorrects dans les différentes colonnes revient à souligner une mauvaise gestion de la consommation d’énergie. La pompe est hyper-sollicitée et les émetteurs installés dans une position plus favorable du point de vue hydraulique sont surapprovisionnés, ce qui a pour conséquence une température plus élevée, ou, dans des installations de refroidissement, une température trop basse. Si la température moyenne dans un bâtiment dépasse la valeur nominale de 1 °C, la consommation d’énergie est augmentée d’environ 6 à 10%. Si la température dans une installation de refroidissement dépasse la valeur nominale de 1 °C, les coûts d’énergie seront augmentés de 15%. En changeant du régime réduit au régime normal, une installation non équilibrée doit être mise en marche plus tôt afin que la température désirée soit atteinte.

La technique «Q-Tech» en vidéo

Vidéo équilibrage automatique Q-Tech


Equilibrage et régulation de débit : un peu de formation

Afin d’éclaircir l’influence des robinets d’équilibrage, des régulateurs de débit et des régulateurs de pression différentielle et leur comportement hydraulique dans les colonnes correspondantes, leurs actions sont illustrées ici.

1 - Dimensionnement de robinets d’équilibrage :
Pour affiner le réglage du débit le plus justement possible, un équilibrage précis est nécessaire et cela nécessite un bon dimensionnement des robinets. Des valeurs de préréglage trop petites mènent à des tolérances de débit trop élevées. La qualité de réglage est diminuée et la consommation d’énergie est augmentée. Le diagramme met en évidence que des valeurs de préréglage petites (< 1 pour « Hydrocontrol ») conduisent à des tolérances trop importantes et doivent être évitées.

2 - Dimensionnement de régulateurs de débit et de pression différentielle :
La courbe 1 montre un robinet de réglage mal dimensionné. Seul 50% de la levée de consigne du robinet est utilisé. Cependant, la courbe 2 montre un robinet qui est correctement dimensionné. Le débit désiré est atteint à la levée maximum du robinet. La stabilité du circuit de régulation et le réglage sont améliorés. Pour cette raison, les robinets doivent être choisis soigneusement. Des robinets trop petits n’atteignent pas les débits et des robinets trop grands mènent à de mauvais résultats de réglage.

Dimensionnement de régulateurs de débit et de pression différentielle

3 et 4 - Robinets d’équilibrage :
La translation de la courbe caractéristique causée par l’influence d’une pompe réglée par la pression différentielle est également illustrée ici
On peut voir que le débit dans la colonne est réduit en régime maximum en installant des robinets d’équilibrage, c’est-à-dire le débit dans chaque colonne peut être contrôlé à l’aide du préréglage.
En régime de surcharge, par ex. en cas d’ouverture complète de robinets thermostatiques, le débit de la colonne n’est augmenté que légèrement et l’approvisionnement des autres colonnes est garanti (qmconsigne ~ qmmax).
En régime intermédiaire, c’est-à-dire avec Δp augmentant à travers l’installation, le robinet d’équilibrage n’a qu’une influence minime sur la courbe caractéristique. Dans ce régime, une pression différentielle trop élevée peut être réduite à l’aide d’une pompe réglée Δp.

courbes caractéristiques d’une colonne sans ou avec robinet d’équilibrage

5 et 6 - Régulateurs de pression différentielle :
Les courbes caractéristiques sans et avec régulateurs de pression différentielle sont illustrées ici. Il apparaît clairement que la pression différentielle ne peut dépasser que très légèrement la pression différentielle de consigne en régime intermédiaire. C’est-à-dire que les robinets thermostatiques sont protégés, la pression différentielle ne peut pas dépasser le seuil défini. En régime de surcharge, les régulateurs de pression différentielle n’ont qu’une influence minime sur la courbe caractéristique (qmconsigne # qmmax).

Dans cette plage, l’utilisation de robinets de radiateur à préréglage s’avère utile dans la mesure ou le débit de la colonne est limité en régime de surcharge.

courbes caractéristiques sans et avec régulateurs de pression différentielle

7 et 8 - Combinaison régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage pour la régulation de la pression différentielle :
La courbe de fonctionnement d’une colonne avec régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage est illustrée ici. En régime intermédiaire, la pression différentielle de consigne n’est dépassée que légèrement. En installant un robinet d’équilibrage dans des installations sans robinets de radiateur à préréglage, le débit par la colonne est seulement augmenté légèrement en régime de surcharge et l’approvisionnement des autres colonnes est ainsi garanti (qmconsigne ~ qmmax).

courbe de fonctionnement d’une colonne avec régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage

9 et 10 - Régulateurs de débit :
Ici les courbes caractéristiques d’une colonne sans et avec régulateur de débit sont illustrées. En régime de surcharge, le débit de consigne est seulement légèrement dépassé (qmconsigne = qmmax).

courbes caractéristiques d’une colonne sans et avec régulateur de débit

11 et 12 - Combinaison régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage pour la régulation du débit :
Les courbes de fonctionnement d’une colonne avec régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage sont illustrées ici. En régime de surcharge, le débit dans la colonne est maintenu à peu près constant (qmconsigne = qmmax). Même fonctionnement que le régulateur de débit mais des valeurs de débit plus importantes peuvent être réglées aussi. Réglage du débit en réglant la valeur de consigne au régulateur de pression différentielle en premier et au robinet d’équilibrage en second.

courbes de fonctionnement d’une colonne avec régulateur de pression différentielle et robinet d’équilibrage

13 et 14 - Combinaison régulateur de pression différentielle/régulateur de débit :
Une courbe caractéristique avec régulateur de débit et régulateur de pression différentielle est illustrée ici. Par l’installation de ces deux régulateurs, le débit est limité à la valeur de consigne en régime de surcharge et la pression différentielle est limitée à la valeur de consigne en régime intermédiaire (qmconsigne = qmmax, Δpconsigne = Δpmax).

L’équilibrage hydraulique de la colonne est assuré à n’importe quel point de fonctionnement et l’approvisionnement des colonnes est toujours garanti..

courbe caractéristique avec régulateur de débit et régulateur de pression différentielle

Pourquoi équilibrer son installation?

équilibrage hydraulique

La notion d'équilibrage des réseaux et installations reste encore aujourd'hui une notion relativement vague dans les esprits, alors qu'elle apporte beaucoup concrètement.

En effet, une installation correctement équilibrée vous apporte 4 avantages principaux non négligeables :

Le confort :
L'équilibrage hydraulique, que ce soit à hauteur des terminaux ou de l'unité de production, vous permettra d'apporter les débit requis, ni plus ni moins, et donc de fournir en tout point de l'installation les quantités de chaleur désirées.

De nombreux bâtiments, bénéficiant pourtant des technologies de pointe en matière de contrôle et de régulation, sont encore aujourd'hui touchés par de lourds problèmes d'inconfort. En effet, un certain nombre de locaux d'un même immeuble, par exemple, atteignent difficilement, voire jamais, les températures prescrites, alors que d'autres locaux sont " surchauffés ".
Ce problème résulte généralement d'une répartition incorrecte et inéquitable des débits, ce qui ne permet pas aux boucles de régulation d'assurer correctement leur mission.

Les économies d'énergie :
Bien entendu, le fait d'apporter les puissances nécessaires et uniquement celles-ci en tout point d'une installation permet de ne dépenser que les quantités d'énergie dont nous avons besoin.
Pour en revenir à l'exemple ci-dessus, dans ce même immeuble, les locaux du bas peuvent se trouver " surchauffés ", et, les personnes y vivant ne pouvant intervenir sur les terminaux, elles sont obligées d'ouvrir les fenêtres, y compris en plein hiver. Les locaux du haut cependant n'arrivent pas à atteindre les températures désirées, ou seulement tard dans la journée, ce qui oblige à des durées de production de chaleur plus longues et plus régulières.

Le contrôle :
Un bâtiment dont l'installation est bien équilibrée verra tous ses locaux bénéficier d'une même température dans les mêmes temps, ce qui induit une production de chaleur beaucoup moins longue dans la durée, avec des démarrages beaucoup plus espacés.
Un réseau hydraulique peut vous apporter, dans de bonnes conditions d'équilibrage, des économies d'énergie pouvant aller de 10 à 20 %, voire au-delà dans certains cas.

Grâce notamment à la présence d'organes de réglage et d'équilibrage sur votre installation, vous avez la possibilité de mesurer soit les débits, soit les pressions différentielles, soit les températures en tout point du réseau hydraulique.
Ceci vous permet de contrôler le bon fonctionnement de l'installation, et dans le cas contraire, vous amènera précisément à l'élément qui cause un trouble.

Le réaménagement :
Votre installation de départ étant équilibrée, vous pourrez sans difficulté y apporter une ou des extensions par la suite, sans crainte de gêner le bon fonctionnement du réseau déjà existant. Bien entendu, ces extensions seront à équilibrer à leur tour, et certains autres points seront à revoir sur l'existant, par exemple à la hauteur de la vanne de " tête ", puisque le débit de départ sera augmenté.

Imaginons la création d'une extension sur une installation non-équilibrée :
Les différents débits, qui n'étaient déjà pas répartis équitablement, se verront probablement à nouveau modifiés et une nouvelle répartition sera faite, causant des dysfonctionnement encore plus importants dans l'installation.

En conclusion : confort pour tous et économies d’énergie

Equilibrer votre installation vous permettra d'apporter, en tout point, les débits voulus et donc de produire la quantité d'énergie exacte à fournir de façon équitable et contrôlée. Le fait de pouvoir assurer cette répartition entraîne très logiquement des économies d'énergie non-négligeables et un confort dont chacun bénéficiera et profitera pleinement. La fin des plaintes !!!

Les bâtiments BBC sont encore plus sensibles !
L’équilibrage hydraulique est une action encore plus sensible pour les installations de chauffage ou de climatisation basse consommation. Que cela soit en rénovation BBC (en moyenne 80 kWh/m².an) ou pour la construction neuve assujettie à la réglementation RT 2012 (en moyenne 50 kWh/m².an), les niveaux de consommations sont limités à la baisse et correspondent forcément à des régulations parfaitement réglées et des installation hydrauliques parfaitement équilibrées. Dans la réalité et pour maintenir les niveaux de consommations théoriques d’études, il est donc nécessaire d’avoir une installation toujours équilibrée, dans le temps. De plus avec ces niveaux de consommations BBC, la moindre surconsommation, le moindre « kWh » gâché, impacte fortement le bilan énergétique et forcément la facture énergétique.

FAQ

Technique : règle des 3 D, vannes à siège, ...

Y a -t-il certaines préconisations à respecter lors de la pose de vannes d'équilibrage ?
Aucune réelle obligation, si ce n'est respecter le sens de passage du fluide dans la vanne, en général indiqué par une flèche apposée sur le corps, et essayer autant que possible de la positionner derrière un tronçon de tuyauterie droit qui soit d'environ 3 fois le diamètre de la vanne.

Pourquoi cette règle des 3D en amont de la vanne ?

Il s'agit principalement de faire en sorte d'avoir le moins possible de turbulences à hauteur de la vanne afin d'assurer des valeurs de mesure de pression ou de débit plus précises, ce qui est plus compliqué à réaliser avec des turbulences induisant des fluctuations des mesures prises.

Comment effectuer les mesures de débit ou de pression ?
Les fabricants apportent tous aujourd'hui leurs solutions permettant un réglage fin des organes de réglage ou d'équilibrage, et les appareils de mesures plus ou moins sophistiqués qui vont avec et permettent d'effectuer ces mesures.

Dans quelles installations doit-on poser ces vannes ?
Dans tout type d'installation, en veillant bien à ce que le " descriptif du cahier des charges " de ces vannes corresponde bien à l'utilisation que vous souhaitez en faire. En effet, certains matériaux et matériels ne peuvent supporter des pressions ou températures très élevées ou très basses, ou ne conviennent pas du tout dans certains cas, tels que les réseaux d'eau de consommation. C'est alors à vous de faire attention à bien vous informer et à ne pas hésiter à vous faire conseiller par des professionnels en cas de doute.

Vanne à siège droit ou à siège oblique ?
Généralement, les fabricants présentent les 2 modèles à leurs clients. Ce qu'il faut savoir :
- les vannes proposant un siège droit offrent une précision de réglage inférieure et une résistance plus élevée, donc des pertes de charges supérieures, ce qui induit pour un même DN, des débits moins importants que ceux supportés par une vanne présentant un siège oblique. Les vannes à siège droit sont bien sûr moins coûteuses puisqu' elles reviennent moins chères à la fabrication et souvent d'encombrement plus faible, mais les caractéristiques techniques, même si elles restent très bonnes, sont un peu inférieurs aux vannes à siège oblique.

Généralités : équilibrage hydraulique, RT 2012, ...

Comment équilibrer avec les réseaux à débit variable ?
Aujourd'hui, pour respecter les normes de basse consommation et la réglementation 2012, il est nécessaire de minimiser la consommation des auxiliaires que sont les pompes. La variation de débit permet d'économiser jusqu'à 40% et plus. Les régimes à débit variables sont ceux de tous les jours car l'installation n'est à pleine puissance (débits à 100% que quelques jours dans l'année). Ainsi pour disposer du juste débit dans chaque émetteur, il est indispensable de maintenir une pression différentielle stable ; d'où les régulateurs de delta P à disposer judicieusement dans toutes installations à débit variable.

Et sur chantier comment équilibrer avec les réseaux à débit variable ?
Le réglage des vannes et robinets d'équilibrage doit être réalisé en fonctionnement nominal à plein débit. Vannes et robinets d'équilibrages sont désormais complémentaires avec les régulateurs de pression différentielle.

Des économies oui, mais à quel prix ?
Si effectivement l'équilibrage hydraulique représente effectivement un investissement relativement lourd, il ne représente cependant qu' environ 2 à 3 % du coût global d'une installation de chauffage. Un surcoût très rapidement rentabilisé à la vue des économies d'énergie engendrées.

Concrètement, à combien peut-on estimer le gain en consommation d'énergie ?
Ils approchent 10 à 20 % en fonction du " degré "d'équilibrage, c'est à dire en fonction de l'emploi de robinets thermostatiques ou pas sur les terminaux, de l'accompagnement ou non d'un système de régulation et de contrôle...

Quel est dans ces grandes lignes le principe de l'équilibrage hydraulique ?
Il s'agit d'insérer des résistances dynamiques dans le réseau hydraulique, de façon à créer les pertes de charge nécessaires à une bonne répartition des débits et permettant de les contrôler dans l'ensemble de l'installation.

Le but de l’équilibrage hydraulique ?
Apporter à chaque tronçon et à chaque terminal le débit lui assurant un rendement nominal optimal en lui apportant ce dont il a besoin pour dissiper la puissance idéale voulue et calculée. Concrètement, pour l'utilisateur, gagner en confort et économiser, et pour l'exploitant, simplifier son travail en pouvant contrôler et intervenir aisément sur l'installation.

Comment éviter les bruits aux robinets thermostatiques
Dans une installation de chauffage bitube il faut non seulement tenir compte du régime maximum mais également du régime intermédiaire. La pression différentielle aux robinets thermostatiques doit être limitée à environ 200 mbar. Si cette valeur n’est pas dépassée, normalement les robinets thermostatiques normalement ne produisent pas de bruits de circulation ou de sifflements. En installant des régulateurs de pression différentielle dans les colonnes correspondantes, cette condition est remplie.

ASPECTS REGLEMENTAIRES

Maintien d’une température uniforme

Que cela soit dans l’habitat ou dans le tertiaire comme dans l’industrie, la  réglementation impose une température minimum pour le confort des occupants et usagers. Pour maintenir une température identique et non pas une surchauffe pour les premiers émetteurs et un manque de chauffage ou de climatisation pour les derniers, l’équilibrage hydraulique est indispensable.

salon canapé confort

Réglementation RT 2012 et équilibrage

Logo RT 2012

Rappelons qu’elle impose, selon le décret et arrêté du 27 octobre 2010, un niveau basse consommation pour tout bâtiment neuf ayant un permis de construire déposés après les dates ci-après.

  • Bâtiments neufs de bureaux, d'enseignement primaire et secondaire, d'accueil de la petite enfance, cités universitaires, foyers de jeunes travailleurs, bâtiments neufs résidentiels en zone ANRU : pour un permis de construire déposé après le 28 octobre 2011.
  • Logements individuels et collectifs, bâtiments résidentiels autres que cités ci-dessus : pour un permis de construire déposé avant le 1er Janvier 2013.

Comment consommer le moins possible en chauffage, et en climatisation et consommer moins de « 50 kWh(ep)/m².an » ? Ce chiffre représente certes une moyenne et concerne l’énergie primaire. Néanmoins il change complètement la donne dans le sens ou avant avec la RT 2005, nous étions à un seuil de 150 kWh/m2.an, et nous devons ainsi diviser par 3 les consommations des 5 usages (chauffage, climatisation, éclairage, ECS, auxiliaires).

Rappelons l’article 25 de l’arrêté RT 2012 du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments « Dans les bâtiments ou parties de bâtiment à usage d'habitation, les réseaux collectifs de distribution à eau de chauffage ou de refroidissement sont munis d'un organe d'équilibrage en pied de chaque colonne ».

L’équilibrage devient ainsi un élément important car la chasse aux « kWh » inutiles est ouverte. Il n’est plus question désormais de surchauffer ou de sous-chauffer ! Chaque émetteur, chaque colonne doit disposer du plus juste débit, même et surtout avec les nouvelles installations en débit variable (variation de vitesses des pompes) !!

Equilibrage et certificat d’économie d’énergie

Equilibrage et certificat d’économie d’énergie
Rappelons que les CEE ou certificats d'économies d'énergie impliquent les fournisseurs d'énergie, d’électricité, de gaz, de chaleur, de froid, de fioul, …, dans une action globale d'économies d'énergie sur l'existant.
Il faut noter en particulier la fiche concernant le « Rééquilibrage d'une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel » - Opération n°BAR-SE-04

Téléchargez la fiche Opération n°BAR-SE-04

Accès à la chronique Les certificats d’économies d’énergie

REGLES ET OUTILS DE CONCEPTION ET DE REALISATION

Quelques définitions importantes

  • Les Kv et Kvs : ( ou Cv et Cvs )
    Il s'agit de l'ordre de grandeur du débit donné pour un organe, en m³ /h, pour une pression différentielle de 1 bar ( ou 10,2 mCE ) dans le cas du Kv, et à pleine ouverture de cet organe dans le cas du Kvs.

  • Le Zêta ( Z) :
    Il définit la résistance hydraulique de la vanne en fonction de sa configuration. Il est exprimé en mCE /(m³/h)2.

  • La pression différentielle :
    Egalement appelée Pertes de Charge, PDC ou Delta P, DP, elle est calculée ou mesurée en fonction d'un débit, ou d'un kv, et d'une valeur de Zêta donnée.
    PDC ( en mCE ) = Z ( en mCE / ( m³/h ) 2 ) x Q2 ( débit en m³/h élevé au carré )
    ou
    1 bar = 10,2 mCE = Z ( en mCE / ( m³/h ) 2 ) x Kv2 ( en m³/h)

  • Les unités :
    Rappelons que :
    1 Pa = 1N/m²
    1 bar = 10 mCE = 1 Atm = 105 Pa

  • L'autorité ( a ) :
    Elle définit l'influence d'un organe sur un réseau ou un tronçon de réseau. On dit d'une vanne qu'elle est " autoritaire " si le débit qu'elle doit régler dépend directement d'elle et non d'autres éléments du circuit. L'autorité est un paramètre sans dimension compris entre 0 et 1, idéalement égal à 0,5 et dans tous les cas supérieur à 0,3.

    L'autorité est malgré tout un élément important entrant en ligne de compte pour le dimensionnement d'un organe de réglage, car si elle n'est pas prise en compte, il arrive fréquemment que les vannes soient surdimensionnées et que tout réglage soit alors quasi-impossible car la vanne n'a pas ou très peu d'influence sur le débit. Une autorité de 0,5 est approchée lorsque les PDC de la vanne sont sensiblement égales à celles du réseau sur lequel elle doit influencer le débit.

    Le diamètre d'une vanne s'établit en fonction des abaques des fabricants qui intègrent et prennent en compte cette autorité. L'expérience montre alors bien souvent que la vanne est déterminée pour un diamètre inférieur à celui de la canalisation qui la supporte.

Un exemple simple d'équilibrage hydraulique

Pour " visualiser " ce en quoi consiste l'équilibrage hydraulique, prenons le cas le plus simple qui soit. Il nous permettra de bien montrer le principe et de mettre en évidence ce qu'il se passe concrètement dans l'installation :

équilibrage  hydraulique

Cas de 2 colonnes strictement identiques, du point de vue conception mais aussi puissances à fournir.

Sur le schéma ci-dessus, nous voyons 2 colonnes montantes totalement identiques, sans aucune vanne de pied de colonne, ni de vanne de tête.
En admettant que nous sommes certains que notre débit en sortie de chaudière est bien de 260 l/h, puisque nous en voulons 130 par colonne, nous constatons :

  • Que la colonne 1, la plus proche de la chaudière, reçoit un débit de 200 l/h en lieu et place des 130 voulus, nous avons donc un débit plus important que celui dont nous avons besoin.
  • La colonne 2 par contre, ne reçoit que 60 l/h sur les 130 attendus : les débits voulus ne sont pas atteints et les apports calorifiques sont trop faibles.

Pourquoi ce manque de 70 l/h en colonne 2 ?
Tout simplement car le débit manquant est " happé " par la colonne 1 ; en effet, les 2 colonnes présentent les même caractéristiques et donc les même PDC, mais la colonne 2, étant plus éloignée de la chaudière, présente les mêmes caractéristiques et donc les mêmes PDC que la 1. Le cumul fait que le réseau de distribution en colonne 2 présente le double de PDC que la colonne 1.

Une grosse partie du débit total va donc emprunter le chemin présentant le moins de résistance, la colonne 1, et le reste va aller à la colonne 2, circuit le plus résistant.

En conclusion, la colonne 1 sera " sur-alimentée ", et les locaux distribués seront " sur-chauffés ", alors que la colonne 2 sera " sous-alimentée " et ne pourra apporter les besoins estimés. Plus concrètement, les occupants des locaux alimentés par la colonne 1 auront très chaud, alors qu'en colonne 2, ils auront froid.

Remarque : les valeurs données le sont à titre indicatif !

Graphique

En figure 2 apparaissent 2 vannes de pied de colonne. Leur rôle est donc d'arriver à équilibrer l'installation en répartissant équitablement les débits entre les 2 colonnes.
En admettant, après dimensionnement, que la vanne en colonne 2 donne des PDC de l'ordre de 200 mmCE après réglage pour obtention du débit voulu, ces PDC cumulées avec celles existantes sans vanne donnent pour son ensemble 500mmCE. (300 + 200)

La colonne 1 ne présentant dans son ensemble que 100 mmCE sans vanne, il nous faudra créer 400 mmCE de PDC à hauteur de la vanne pour équilibrer les PDC et donc les débits entre les 2 colonnes.

Concrètement, nous auront les même débits assurés dans les 2 colonnes. La vanne en colonne 2 sera peut-être réglée sur 5 tours, alors que la vanne en colonne 1 sera elle réglée sur 3 tours, c'est à dire qu'elle sera moins ouverte qu'en colonne 2.

De la même manière, il faut procéder à l'équilibrage entre chaque terminaux par l'intermédiaire des coudes de réglage par exemple sur des radiateurs. Il est également possible de placer une vanne de tête, c'est-à-dire juste derrière le circulateur, afin de garantir le débit voulu dans l'ensemble de l'installation, et permettant par la même occasion de pouvoir mesurer ce débit précisément.

Tout ceci est bien entendu très schématique et simplifié par rapport à l'étendue du problème posé par les pertes de charge et l'équilibrage d'un réseau hydraulique, mais résume assez fidèlement le principe et les solutions que l'équilibrage apporte.

Remarque : les valeurs données le sont à titre indicatif !

Le dimensionnement d'une vanne d'équilibrage

Le plus simple et le plus précis pour dimensionner une vanne d'équilibrage, par exemple, est de se conformer aux explications et diagrammes donnés par chaque fabricant.

diagrammes donnés par chaque fabricant

tableau vannes Oventrop

EXEMPLES de caractéristiques de dimensionnement fournies par le fabricant

Le diagramme ci-dessus, donné pour une vanne en DN 40, permet de connaître, en fonction d'un débit voulu, les pertes de charges créées suivant le réglage (nombre de tours ) pris en compte.

EXEMPLE : pour un débit de 5500 kg/h, soit environ 5700 l/h à 90°C*, nous aurions par exemple environ 70 mbar de PDC, soit 700 mmCE, pour un réglage à 6 tours.

Le Kv est alors donné dans le tableau à droite, soit pour 6 tours, un Kv de 19,45 m³/h, ainsi que le Zêta, soit Z = 13 mCE / ( m3/h )* la masse volumique de l'eau étant de 0,9652 kg/l à 90°C, soit 1 kg = 1/0,9652 = 1,036 l.

Le diagramme qui suit montre qu'il vaut mieux, pour dimensionner une vanne, sélectionner un nombre de tours qui soit compris dans la fourchette haute de celle-ci. C'est-à-dire qu'il est préférable que le réglage, pour le débit voulu, soit entre la demi et la pleine ouverture de la vanne.

2 raisons à ceci :

  • La tolérance du débit en fonction du préréglage est plus faible dans cette fourchette, c'est à dire que la différence entre le débit théorique et celui mesuré ne sera que de l'ordre de plus ou moins 5 % à partir du préréglage 5, alors qu'elle sera supérieure à 5 % pour un préréglage en dessous.
  • Vous pourrez, à condition bien entendu de ne pas être quasi-ouvert à 100 %, modifier le préréglage dans un sens comme dans l'autre en cas de modifications à apporter aux débits suite à une extension ou autre effectués sur le réseau.
diagrammes tolérances

Entre les préréglages 5 et 10, la tolérance n'est plus que de 5% alors qu'elle est supérieure en dessous du préréglage 5.

Tolérances du débit en fonction du préréglage (robinets d'équilibrage réf. 106 01/05)

Remarque :
Ces valeurs sont bien entendu données par un fabricant bien particulier, elles ne sont donc pas à prendre en compte dans tous les cas. Chaque fabricant fournit des diagrammes, chiffres et tolérances différentes en fonction des matériaux utilisés qui ne présentent pas tous la même résistance, fonction également de la conception même de la vanne, etc.…

La règle à calculs d'équilibrage

A partir d'une puissance et d'un DT, ou directement d'un débit (si on le connaît), l'on peut donner un préréglage de vanne en fonction du DN sélectionné, et bien entendu le Kv et la PDC de cette vanne pour ce même débit et ce même préréglage.

Par exemple ici, on peut lire que pour un débit de 4,8 m3/h, soit une puissance de 110 Kw pour un DT de 20 K (ou encore 55 Kw pour un DT de 10 K) avec une vanne en DN 25 et pour un préréglage à 4 tours, nous aurions un Kv de 4,8 m3/h et une PDC de 1 bar.

règle à calculs d'équilibrage

Les logiciels équilibrage

De la même façon, les fabricants proposent bien souvent des logiciels propres qui reprennent une fois encore les mêmes données, et qui permettent bien souvent de les intégrer dans un projet.
Ainsi, vous pouvez bien souvent dimensionner tous les robinets et vannes - voire tout ce qui va autour (telles que les tuyauteries …. ) - d'une même installation et connaître précisément les débits, PDC, Kv, préréglages de chacun de ces éléments.

Logiciel OVselect

« OVselect » vous accompagne pour le dimensionnement de robinets thermostatiques, robinets d’équilibrage et régulateurs de pression différentielle. Un « panier » est à disposition pour la recherche et la sélection des produits Oventrop.

Logiciel OVselect


«OVplan» est un programme pour le calcul de réseaux hydrauliques (chauffage/rafraîchissement/eau potable) et de circuits de surfaces chauffantes.

Le calcul du réseau hydraulique est effectué en créant un schéma des colonnes à l’aide d’une fenêtre de saisie graphique. Les données suivantes sont calculées :
• Valeurs de préréglage des robinets
• Dimensions des tubes
• Capacités des unités terminales
• Hauteur manométrique des circulateurs
• Capacité du générateur de chaleur/froid
• Liste de matériaux

100 unités terminales par projet au maximum.

Le calcul des circuits de surfaces chauffantes permet de déterminer :
• le dimensionnement du circuit
• la liste de matériaux

100 circuits de chauffage par projet au maximum.

Sur le terrain : vidéo

Equilibrage hydraulique pour de justes consommations

Chaque fabricant est aujourd'hui en mesure de vous apporter l'outil " idéal " à effectuer un bon équilibrage de votre installation sur le terrain.
Des appareils de mesures et de contrôles toujours plus sophistiqués vous permettent les mesures de température, pression et débit sur chacune des vannes ou robinets installés, et sont même capables, en fonction des mesures faites, de vous donner les valeurs de préréglage à sélectionner suivants les débits désirés. Bien sûr, la plupart de ces appareils proposés ne mesure que les vannes du fabricant concerné, du fait qu'il faut tout de même intégrer dans la mémoire de la machine toutes les caractéristiques de chaque vanne, pour chaque DN. Certains se démarquent malgré tout en proposant des appareils capables de mesurer leurs propres vannes et celles d'autres fabricants.

Certains appareils permettent l'équilibrage d'une installation comportant plus de 100 vannes et robinets, le tout pouvant être effectué par une personne seule !

Des appareils de plus en plus simples d'utilisation, pratiques et conviviaux.

Equilibrage hydraulique pour de justes consommations : Cocon Q

Applications en chauffage et climatisation

Par principe, les émetteurs (radiateurs, ventilo-convecteurs), tubes, robinets d’équilibrage et pompes correctement dimensionnés suffisent pour garantir un réglage optimal de l’hydraulique dans des systèmes de chauffage et de refroidissement. Afin de minimiser les fluctuations de la pression différentielle du régime maximum, l’installation de robinets de réglage et de pompes réglées peut être recommandable.

De nos jours, des déclarations concernant l’hydraulique dans une installation sont déjà faites pendant la phase de conception de nouvelles installations de chauffage ou de refroidissement. Pour cela, des programmes calculant le besoin calorifique et le débit sont utilisés. Ceux-ci tiennent compte non seulement des lois sur les économies d’énergie mais aussi des domaines de réglage et de performance de la robinetterie pour l’équilibrage hydraulique ainsi que des pertes causées par la résistance des tubes.

Pour calculer l’hydraulique de l’installation:
1. le besoin calorifique ou de froid est calculé d’abord.

2. les émetteurs et les surfaces des échangeurs de chaleur ainsi que leurs débits sont calculés en tenant compte des écarts de température donnés.

3. le dimensionnement de la tuyauterie pour les débits à faire circuler est effectué. Ici, il est recommandé que la pression différentielle au travers de la colonne, par ex. dans des installation de chauffage, se trouve entre 100 et 200 mbars.

4. les robinets d’équilibrage ainsi que les régulateurs de pression différentielle et de débit sont sélectionnés et leurs valeurs de préréglage sont déterminées.

5. la valeur de préréglage (si prévu) pour chaque émetteur est déterminée.

6. la hauteur de refoulement de la pompe est déterminée. Pendant la phase de réalisation qui suit, l’installation est donc déjà équilibrée pourvu que la robinetterie pour l’équilibrage hydraulique ait été installée avec ses valeurs de préréglage calculées à l’avance. Un équilibrage additionnel n’est pas nécessaire.

Exemples d’application des procédures décrites ci-dessus illustrés ci-dessous :

Schéma d’une installation de réchauffement d’air

Exemple 1 :
Schéma d’une installation de réchauffement d’air dans laquelle la distribution du débit reste presque constante. Immédiatement après leur montage, des robinets d’équilibrage préréglés assurent un équilibrage hydraulique statique.

Exemple 2 :
Schéma d’une installation de chauffage bitube qui est à régler à un point de consigné précalculé à travers des robinets d’équilibrage.
Régulation : Moyennant un robinet d’équilibrage à préréglage direct


Schéma d’une installation de chauffage
        bitube

Exemple 3 :
Schéma d’une installation de chauffage bitube dans laquelle le débit est distribué en fonction du besoin mais dans laquelle la pression différentielle ne doit pas dépasser des valeurs maximum (limitation de la pression différentielle). Les valeurs de préréglage pour les robinets thermostatiques à préréglage qui résultent du calcul de la tuyauterie, représentent la distribution optimum du débit en régime maximum. Un approvisionnement suffisant est garanti. L’installation d’un régulateur de pression différentielle peut s’avérer utile en cas de fluctuations plus importantes du besoin, par ex. si une grande partie des émetteurs est fermée et si la pression différentielle au travers de l’émetteur augmente considé rablement (par ex. à plus de 200 mbar). La valeur de préréglage pour le régulateur de pression différentielle peut aussi déjà être calculée pendant la phase de conception. Grâce au régulateur de pression différentielle, la pression différentielle dans les colonnes est adaptée à la valeur préréglée en permanence


Schéma d’une installation de chauffage
        bitube sans robinets thermostatiques

Exemple 4 :
Schéma d’une installation de chauffage bitube sans robinets thermostatiques ou raccords union de radiateur à préréglage dans laquelle le débit est distribué jusqu’à une valeur supérieure constante en fonction du besoin mais dans laquelle la pression différentielle dans la colonne ne doit pas dépasser une valeur maximum donnée. Cette limitation combinée, c’est-à-dire limitation du débit et de la pression différentielle, est rendue possible par l’installation d’un robinet d’équilibrage sur l’aller et d’un régulateur de pression différentielle sur le retour. Ici, les valeurs de préréglage pour le robinet d’équilibrage et le régulateur de pression différentielle pour un point de consigne optimum ont aussi déjà été calculées pendant la phase de conception de sorte que l’équilibrage hydraulique soit réalisé directement. Non seulement en cas d’une augmentation du débit (robinets thermostatiques ouverts) mais aussi en cas d’une augmentation de la pression différentielle (robinets thermostatiques fermés), la limitation est assurée par le régulateur de pression différentielle en combinaison avec le robinet d’équilibrage.


Schéma d’une installation de refroidissement



Exemple 5 :
Schéma d’une installation de rafraîchissement dans laquelle le débit vers les climatiseurs doit non seulement rester constant mais aussi indépendant des besoins dans les autres sections de l’installation (limitation du débit). Pour de telles installations, la distribution du débit dans les colonnes résulte de logiciels de calcul. Les valeurs peuvent être réglées directement au régulateur de débit. En cas de fluctuations du besoin, le régulateur de débit automatique assure en permanence un ajustage du débit à la valeur préréglée dans les colonnes.

Schémas d'installations de chauffage et climatisation équilibrées

 installation de chauffage classique

Une installation de chauffage classique, avec :

  • en 4, des vannes d'équilibrages manuelles
  • en 8, un robinet d'arrêt
  • en 2, des régulateurs de pression différentielle
  • en 5 et 6, des robinets thermostatiques (corps + tête)
  • en 7, des tés de réglage

Les robinets thermostatiques ont fonction de régulation de température ambiante et les tés de réglage permettent l'équilibrage hydraulique entre les différents radiateurs d'une même colonne.

Nous avons également ici des robinets d'équilibrage en pied de colonne, permettant l' équilibrage des colonnes entre elles, et reliés par une ligne d'impulsion à un régulateur de pression différentielle monté sur le retour. ( nous verrons un peu plus loin le fonctionnement un peu particulier des régulateurs de DP ainsi que celui des régulateurs de débit ).

Enfin, nous avons sur le retour à la chaudière, une vanne de tête permettant un contrôle précis et des mesures du débit global de l'installation.

Autre exemples :

installation de refroidissement

Une installation de refroidissement :
Ici encore, nous retrouvons un robinet d'équilibrage par terminal, permettant de les équilibrer entre eux dans une même colonne, des vannes de pied de colonne permettant l'équilibrage des colonnes entre elles également, et à nouveau une vanne de tête permettant le contrôle et la mesure du débit global de l'installation.
Même si, à la vue de ces schémas, on peut penser qu'il y a beaucoup, voire trop de vannes ou de robinets de réglage et d'équilibrage, chacune d'elle à une fonction propre, bien précise et indispensable à l'équilibrage correct de l'installation.
C'est ainsi que vous pourrez vivre en toute quiétude, dans le confort et en faisant des économies d'énergie.


Une installation de plafond rafraîchissant :

 installation de plafond rafraîchissant Oventrop

La possibilité la plus simple pour abaisser la température ambiante par un système de plafonds rafraîchissants est illustrée par le système à deux tuyaux.

Pour cela, Oventrop propose la robinetterie suivante :
– le robinet de réglage « Cocon QTZ » à préréglage est installé sur le retour du plafond rafraîchissant pour la régulation du débit de l’eau réfrigérante
– un moteur électrique recevant des commandes de réglage d’un thermostat d’ambiance est monté sur le robinet
– un robinet à tournant sphérique pour couper le débit de l’eau réfrigérante est prévu sur l’aller du plafond rafraîchissant.

De plus, un contrôleur de point de rosée coupant le débit de l’eau réfrigérante en cas de développement d’eau de condensation est installé sur l’aller.


Système à deux tuyaux – rafraîchir/chauffer

 installation de plafond rafraîchissant Oventrop

Si un système à deux tuyaux est aussi utilisé pour chauffage, la robinetterie de réglage suivante est proposée :
– robinet « Cocon 2TZ » avec moteur électrique
– contrôleur de point de rosée
– robinet d’équilibrage
– régulateur de pression différentielle

Ici, une commutation centrale des conduites aller et retour de la phase « rafraîchissement » à la phase « chauffage » est effectuée et vice versa.
En phase de rafraîchissement, le robinet « Cocon 2TZ » est ouvert par un thermostat d’ambiance si la température ambiante augmente. En phase de chauffage, le robinet « Cocon 2TZ » est fermé par un thermostat d’ambiance si la température ambiante augmente.

Régulateur de débit et régulateur de pression différentielle

Les régulateurs de débit :
De ce fait, le débit sélectionné n'est pas dépassé.

SCHEMAHYDROMATQ

Les régulateurs de pression différentielle :
Ce sont là aussi des régulateurs proportionnels fonctionnant sans énergie auxiliaire.
Ils s'utilisent dans des installations de chauffage ou de refroidissement et maintiennent la pression différentielle constante selon une bande proportionnelle nécessaire à l'équilibrage hydraulique des colonnes.

Lorsque la pression différentielle dans l'installation augmente, le clapet se ferme et inversement. La pression différentielle excédentaire est supprimée par le régulateur, ainsi la pression différentielle dans la colonne correspond à la valeur de consigne choisie.

Très intéressant dans les installations équipées de robinetterie thermostatique ou à débit variable car il y a alors de grandes fluctuations de la pression différentielle, ce qui provoque des gênes à la stabilisation des boucles de régulation par des vannes simples.

SCHEMAHYDROMATDP

La combinaison des 2 : Régulateur de débit + Régulateur de DP
C'est sans aucun doute la solution idéale, mais encore bien peu employée car bien souvent méconnue.
En effet, l'association de ces 2 régulateurs, l'un sur le retour et l'autre sur l'aller, raccordés par une ligne d'impulsion, vous permet le réglage et la régulation entièrement automatique du débit et de la pression différentielle de la colonne.

Plus d'intervention quelconque à faire, si ce n'est modifier les valeurs de consignes si besoin était.

SCHEMAHYDROMATQETDP

équilibrage hydraulique

Vannes d'équilibrage et de régulation : en bronze ou en fonte, taraudées ou à brides, à siège droit ou oblique, régulateurs de pression différentielle ou de débit, manuelles ou motorisées, tout est fait par les fabricants pour vous faciliter la tâche en proposant des produits pour toutes les applications.

LES PRODUITS RECOMMANDES

Catalogue équilibrage hydraulique en ligne

Catalogue équilibrage

Equilibrage des terminaux, équilibrage des colonnes, robinets d’auto-équilibrage, …, tous les produits et les solutions d’équilibrage des débits, de la pression et de la température, directement accessibles sur le site du constructeur.

Catalogue équilibrage en ligne

Régulateurs de pression différentielle

Régulateur de pression différentielle «Hycocon DTZ»
Le régulateur de pression différentielle est un régulateur proportionnel fonctionnant sans énergie auxiliaire. Il s’utilise dans des installations de chauffage ou de refroidissement et maintient la pression différentielle constante selon une bande proportionnelle nécessaire à l’équilibrage hydraulique des colonnes.

La valeur de consigne est à réglage progressif entre 50 mbars et 300 mbars ou 250 mbars et 600 mbars. PN 16 jusqu’à 120 °C.

Régulateur de pression différentielle «Hycocon DTZ»

Avantages :

  • Plage de débit étendue
  • Blocage de la valeur de consigne
  • Lecture facile de la valeur de consigne à tout moment
  • Montage sur le retour avec dispositif de fermeture
  • Robinet de vidange monté en série
  • Remplissage et vidange facile en vissant un outil séparé (accessoire) sur une de prises de pression (possibilité de raccorder un tuyau)
  • Clapet détendu
  • Tous les éléments fonctionnels monté sur un même plan
  • Raccordement fileté selon EN 10226 approprié pour raccords à serrage Oventrop (olive) pour tubes en cuivre jusqu’à 22 mm et tube multicouches «Copipe» 14 et 16 mm
  • Filetage femelle ou mâle

Plus d'infos sur Hycocon DTZ



Régulateur de pression différentielle «Hydromat DTR»
Le régulateur de pression différentielle est un régulateur proportionnel fonctionnant sans énergie auxiliaire. Il s’utilise dans des installations de chauffage ou de refroidissement de bâtiments neufs ou existants pour un réglage décentralisé ou centralisé de la pression différentielle.

Les régulateurs maintiennent la pression différentielle constante selon une bande proportionnelle nécessaire à l’équilibrage hydraulique. Les dimensions DN 15 à DN 50 sont à réglage progressif entre 50 mbars et 300 mbars. La dimension DN 50 est de plus disponible à réglage progressif entre 250 mbars et 700 mbars. Le «Hydromat DFC» de dimension DN 65 à DN 150 est à réglage progressif entre 200 mbars et 1000 mbars ou entre 400 mbars et 1800 mbars.

Régulateur de pression différentielle «Hydromat DTR»

Données techniques complémentaires:
PN 16 jusqu’à 120°C
Raccordements DN 15 à DN 50 :

  • filetage femelle selon DIN des deux côtés
  • filetage mâle des deux côtés avec écrous d’accouplement
  • Raccordements DN 65 à DN 150 : brides selon DIN EN 1092-2 des deux côtés, PN 16 (correspond à ISO 7005-2, PN 16), encombrements selon DIN EN 558-1, série de base 1 (correspond à ISO 5752 série 1)

Avantages :

  • Plage de débit étendue
  • Blocage de la valeur de consigne
  • Lecture facile de la valeur de consigne à tout moment
  • Installation sur le retour (DN 15 à DN 50)
  • Installation sur le retour (DN 65 à DN 150) avec dispositif de fermeture
  • Avec robinet à tournant sphérique pour la vidange et le remplissage
  • Clapet détendu
  • Transformation possible des robinets d’équilibrage (corps identiques)
  • Tous les éléments fonctionnels montés sur un même plan

Modèle breveté
Prix obtenus:
Forum de Design Industriel à Hanovre, Prix iF, Pragotherm, Prague, Grand Prix

Plus d'infos sur Hydromat DTR

Régulateurs de débit COCON

régulateur cocon

Régulateurs de débit «Cocon QTZ» et «Cocon QFC»

PN 16 de –10 °C jusqu’à +120 °C
Plage de réglage 0,15–4 bars
Plage de réglage ajustable 30–120.000 l/h
«Cocon QTZ» DN 10–DN 32

Entrée: raccord
Sortie: filetage femelle

Le robinet de réglage peut être équipé d’un moteur, d’un régulateur de température ou d’une poignée de réglage manuelle (raccordement fileté M 30 x 1,5). Corps et tête en laiton résistant au dézingage, joints en EPDM ou PTFE, tige en acier inoxydable. «Cocon QFC» DN 40 – DN 150.

Raccordements:
Bride selon DIN EN 1092-2 des deux côtés; encombrements selon DIN EN 558-1, série de base 1.
Le robinet de réglage peut être équipé d’un moteur. Commande progressive avec 0–10 V et libre choix de la courbe de fonctionnement.
Corps en fonte grise (EN-GJL-250 selon DIN EN 1561), tête en bronze, joints en EPDM, tige en laiton résistant au dézingage.

Avantages :

  • Installation sur l’aller et le retour
  • Blocage et plombage de la valeur de consigne
  • Valeur de consigne lisible de l’extérieur à tout moment (même en cas de montage d’un moteur)
  • Réglage des valeurs de consigne en en m³/h sans conversion
  • Commande par un moteur

Plus d'infos sur Cocon QTZ

Vannes d'équilibrage HYDROCONTROL

Les robinets d’équilibrage «Hydrocontrol VTR» et «Hydrocontrol VFC» en bronze sont utilisés dans des installations de chauffage central à eau chaude («Hydrocontrol VTR»: PN 25/150 °C, raccordement à sertir: max. 120 °C; «Hydrocontrol VFC»: PN 16/150 °C) ou des installations de rafraîchissement permettant un équilibrage hydraulique des colonnes entre elles. Les robinets d’équilibrage en bronze «Hydrocontrol VFR» sont aussi convenables pour eau de mer froide (30 °C au max.) et eau sanitaire. Le débit calculé ou la perte de charge peuvent être préréglés et réglés avec précision pour chaque colonne.

Les robinets se montent au choix aussi bien sur l’aller que sur le retour.

Robinet d'équilibrage  «Hydrocontrol VTR»

Robinet d'équilibrage «Hydrocontrol VTR»

Robinet d'équilibrage «Hydrocontrol VFC»

Robinet d'équilibrage «Hydrocontrol VFC»

Avantages :

  • Les éléments fonctionnels montés sur un même plan facilitent l’installation et l’utilisation
  • Un seul robinet répondant à 5 fonctions:
    - Préréglage
    - Mesure
    - Fermeture
    - Remplissage
    - Vidange
  • Perte de charge minime grâce au modèle à siège oblique
  • Préréglage progressif, contrôle précis de la perte de charge et du débit par prises de pression
  • «Hydrocontrol VTR» avec filetage femelle selon EN 10226 appropriés pour raccords à serrage Oventrop (olive) pour tubes cuivre jusqu’à 22 mm max.
  • «Hydrocontrol VFC», «Hydrocontrol VFN» et «Hydrocontrol VFR» avec brides rondes selon DIN EN 1092-2, encombrements selon DIN EN 558-1, série de base 1
  • «Hydrocontrol VGC» avec raccord rainuré pour colliers d’accouplement des systèmes Victaulic et Grinnell
  • Robinet de vidange et de remplissage à tournant sphérique avec butée à l’intérieur et prise de pression avec joint torique entre la prise de pression et le corps de robinet (étanchéité supplémentaire inutile)
  • La cannelure de mesure brevetée tournant autour de la tige du clapet vers la prise de pression assure que la pression différentielle mesurée aux prises de pression est presque identique à la pression différentielle effective au robinet

Plus d'infos sur Hydrocontrol VTR

Robinetterie multifonctions HYCOCON HTZ

hycocon

«Hycocon HTZ» avec têtes

  • robinet d’équilibrage
  • régulateur de pression différentielle
  • robinet d’arrêt

Oventrop a complété la série de robinetterie en bronze pour l’équilibrage hydraulique «Hydrocontrol» qui a remporté beaucoup de succès : la robinetterie «Hycocon» en laiton résistant au dézingage pour l’équilibrage hydraulique comprend des modèles compacts pour l’utilisation dans des installations de chauffage, de refroidissement ou de climatisation PN 16 de –10 °C à +120 °C.

La série «Hycocon» se compose des modèles:

  • «Hycocon VTZ»: Robinets d’équilibrage
  • «Hycocon ATZ»: Robinets d’arrêt
  • «Hycocon ETZ»: Robinets de réglage avec mécanisme AV 6 pour thermostats ou moteurs
  • «Hycocon HTZ»: Robinets de réglage avec mécanisme spécial pour débits importants et détendu, pour thermostats et moteurs
  • «Hycocon DTZ»: Régulateur de pression différentielle

Les différents modèles sont proposés de dimensions DN 15, DN 20, DN 25, DN 32 et DN 40, aux choix avec raccordements filetés femelles ou mâles. Le montage est possible sur l’aller et sur le retour.

Les robinets «Hycocon VTZ» et «Hycocon ATZ» sont livrés avec coquilles d’isolation (utilisation jusqu’à 80 °C). Le nouveau mécanisme du robinet «Hycocon» permet le remplacement des poignées manuellesou des têtes régulatrices pour l’arrêt et la régulation sans vidanger l’installation (DN 15, DN 20, DN 25 moyennant «Demo-Bloc»).

En combinaison avec un thermostat, régulateur de température, moteur électrothermique ou servo-moteur, les robinets «Hycocon ETZ/HTZ» sont utilisés comme robinet dynamique de régulation. Equipé d’un servo-moteur EIB et LON, les robinets peuvent même être utilisés comme robinets de régulation communicatifs.

Avec ces possibilités de combinaison universelles, Oventrop propose à ses partenaires une solution pratique et confortable pour l’équilibrage automatique et manuelle dans le bâtiment.

hycocon

«Hycocon HTZ» avec thermostat, moteur électrothermique ou servo-moteur

hycocon

Schéma d’installation Robinet d’arrêt «Hycocon ATZ» et robinet d’équilibrage «Hydrocontrol VTZ» dans une colonne de chauffage

Plus d'infos sur Hycocon HTZ

Robinet d'équilibrage HYCOCON VTZ

Robinet d'équilibrage  «Hycocon VTZ»

Robinet d’équilibrage «Hycocon VTZ»
Modèle : filetage femelle selon EN 10226 des deux côtés

Les robinets d’équilibrage Oventrop «Hycocon VTZ» se montent dans des installations de chauffage central à eau chaude ou de refroidissement et permettent un équilibrage hydraulique des colonnes entre elles. L’équilibrage s’effectue par un préréglage progressif mémorisable, avec dispositif de blocage et de plombage.

Pour dimensions DN 15 à DN 25 six tours, et pour dimensions DN 32 et DN 40, 8 tours complets divisés en dixièmes de tours (c’est-à-dire 60 ou 80 valeurs de préréglage) garantissent une haute résolution avec des tolérances de débit minimes.
Le montage se fait aussi bien sur l’aller que sur le retour.

Avantages:

  • Livrés avec coquilles d’isolation (utilisation jusqu’à 80 °C)
  • Les éléments fonctionnels montés sur un même plan facilitent l’installation et l’utilisation
  • Un seul robinet répondant à 5 fonctions: Préréglage / Mesure/ Fermeture/ Remplissage/ Vidange
  • Prises de pression et robinet de vidange montés en série (technique de mesure «eco»)
  • Remplissage et vidange facile en vissant un outil séparé (accessoire) sur une des prises de pression
  • Préréglage progressif
  • Contrôle précis de la perte de charge et du débit moyennant les prises de pression
  • Raccordement fileté selon EN 10226 approprié pour raccords à serrage Oventrop (olive) pour tubes en cuivre jusqu’à 22 mm et tube multi-couches Oventrop «Copipe» 14 et 16 mm

Les robinets sont proposés avec filetage femelle ou mâle des deux côtés.
Dimensions et plages de débit :
DN 15 kvs= 1,7
DN 20 kvs= 2,7
DN 25 kvs= 3,6
DN 32 kvs= 6,8
DN 40 kvs = 10,0

Robinet d’équilibrage «Hycocon VTZ»

Robinet d’équilibrage «Hycocon VTZ»
En combinaison avec appareil
de mesure de débit «OV-DMC 2»

Prises de pression

Prises de pression
pour l’emploi de l’appareil de mesure de débit «OV-DMC 2»

Plus d'infos sur Hycocon VTZ

Robinet de bouclage ECS Aquastrom C II

En matière de réseau de bouclage d’ECS les contraintes de conception et de dimensionnement sont nombreuses pour prévenir les risques sanitaires. Pour renforcer la sécurité des utilisateurs, le nouveau robinet d’équilibrage Aquastrom C II d’Oventrop prévoit le passage de fluide de 1 mm au niveau de l’organe d’équilibrage à partir de la première position, ce qui permet d'éviter des imprécisions de réglage et des risques de colmatage. Il est ainsi conforme au nouveau DTU Plomberie 60.11 P1-2.

robinet aquastorm
robinet aquastorm
  • Certification ACS
  • Clapet conçu pour les faibles débits des bouclages
  • Haute résistance aux chocs chlorés et thermique
  • Coupure du débit avec mémoire pour conserver l’équilibrage
  • Excellente progressivité de réglage
  • Coupure étanche conservée en position « Zéro »
  • Qualité « Made in Germany »

Plus d'infos sur Aquastrom C II

Robinets thermostatiques à équilibrage hydraulique automatique

La technique « Q-tech », c’est une innovation majeure dans l’équilibrage hydraulique. Fini les calculs fastidieux, fini les réglages longs sur chantier, fini les nouveaux réglages en cas de modifications de travaux, …

L’équilibrage automatique par technique « Q-tech » va changer nos modes de fonctionnement ; pourquoi ?
Grâce à un mécanisme compact de régulation de pression différentielle à membrane, les terminaux s’auto-équilibrent automatiquement.
Soit un maintien des débits des terminaux même en cas de fortes fluctuations des pressions différentielles. Même en cas de travaux ultérieurs, les débits se rééquilibrent automatiquement au sein de chaque terminal.
Auto-équilibrage adapté dans le neuf, en rénovation et pour toute la durée de vie du bâtiment.
Avec la technique « Q-tech », jamais l’équilibrage n’aura été aussi facile et pérenne !

Mecanisme-QTech

Mécanisme « Q-tech » : il s’adapte à tous les corps de robinets standards


Avantages du mécanisme « Q-tech »

  • Les débits réglés sont maintenus à un niveau constant.
  • Mode de fonctionnement indépendant de la pression différentielle.
  • Silence de fonctionnement, même avec des pressions différentielles importantes (débit de 10 à 170 l/h et pression différentielle max. 1,5 bar).
  • Autorité importante et constante du robinet (a=1).
  • Valeurs de préréglage lisibles de l’extérieur (sans tableau).


Nouveaux robinets thermostatiques à mécanisme « QA »

Robinets thermostatiques à mécanisme QA
  • Le nouveau robinet de la « Série AQ » est formé de la combinaison d’un robinet thermostatique et d’un régulateur de pression différentielle à membrane dont la valeur de consigne est réglée à l’aide d’une clé de préréglage.
  • Après avoir réglé le débit requis à l’unité terminale, la régulation du débit est assurée par le robinet.


Les terminaux possèdent leur propre équilibrage automatique

Les terminaux possèdent leur propre équilibrage automatique

Plus d'infos sur Q-tech

Robinets de réglage pour installations de panneaux rafraîchissants

Robinet de réglage «Cocon 2TZ»

Robinet de réglage «Cocon 2TZ» pour installations de panneaux rafraîchissants et rayonnants
La quantité d’eau calculée pour une pression différentielle donnée est réglée au robinet de réglage «Cocon 2TZ». De plus, la température ambiante est réglée à l’aide d’un moteur électrothermique ou d’un servo-moteur par une courbe de fonctionnement du débit linéaire (sauf pour kvs = 1,8 et 4,5) adaptée.

Le robinet est prévu pour le montage dans des installations de chauffage et de rafraîchissement et est spécialement conçu pour le montage sur le retour de modules de plafonds rafraîchissants. Le débit est déterminé en mesurant la pression différentielle par l’intermédiaire de l’orifice de mesure intégré à l’aide de l’appareil de mesure de débit «OV-DMC 2» affichant la valeur de débit. En modifiant la vis de réglage, une déviation du débit peut être réajustée pour réaliser l’équilibrage hydraulique.

En actionnant la vis de préréglage, le débit à régler peut en même temps être lu sur l’appareil de mesure de débit pourvu que celui-ci soit raccordé aux prises de pression du robinet de réglage «Cocon 2TZ». Pour fermer le robinet, la vis de réglage peut être complètement vissé dans le corps du robinet. La valeur de préréglage est retrouvée lors de l’ouverture du robinet jusqu’à butée.

Oventrop propose quatre modèles différents :
– dimension 1/2" valeur kvs = 0,45
– dimension 1/2" valeur kvs = 1,0
– dimension 1/2" valeur kvs = 1,8
– dimension 3/4" valeur kvs = 4,5

Notes générales :
Afin de garantir une sécurité de fonctionnement durable des composantes de régulation et de commande ainsi qu’une disponibilité continue de l’installation de rafraîchissement, des mesures préparatoires pour la protection de l’installation doivent être prises.

Celles-ci se rapportent d’une part à des endommagements éventuels dus à la corrosion spécialement dans des installations avec couplage de composantes de différents matériaux (cuivre, acier et plastique) et d’autre part au choix et réglage des paramètres de régulation (par ex. éviter des pertes d’énergie dans des installations combinées – systèmes de chauffage/rafraîchissement).

Robinet de réglage «Cocon 2TZ»

Robinet de réglage «Cocon 2TZ» pour installations de panneaux rafraîchissants et chauffants

Grâce au raccordement fileté M 30 x 1,5, le robinet de réglage s’utilise en combinaison avec:
– moteurs électrothermiques Oventrop comme régulateur tout ou rien
– moteur électrothermique Oventrop (0-10 V)
– servo-moteurs Oventrop comme régulateur proportionnel (0-10 V) ou à trois points
– servo-moteurs Oventrop «EIB» ou «LON®»


Dispositif de mesure

Dispositif de mesure pour un réglage rapide des robinets «Cocon 2TZ» à technique de mesure «eco».

Plus d'infos sur Cocon 2TZ

OVENTROP

Télécharger le dossier

Contact Direct


Envoyer
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité

Visiter notre site web

Voir la fiche société

Nos coordonnées