Microcogénération: Le granulé passe à l’électricité

ÖkoFEN, spécialiste de la chaudière à granulés, travaille au développement de deux modèles à microcogénération, l’un à moteur Stirling, l’autre à moteur Rankine.


L a chaudière à microcogénération fait ses premiers pas en France. Plusieurs modèles au gaz naturel ont été présentés lors du salon Interclima + elec 2012. Mais ce combustible fossile n’est pas le seul à pouvoir alimenter un équipement domestique de production simultanée de chaleur et d’électricité.

La société française Exoès commercialise ainsi depuis le début de l’année un modèle Bison à granulés de bois, produisant 1,6 kW électrique et 16 kW thermique. Le groupe ÖkoFEN relève lui aussi le défi et développe actuellement, conjointement avec l’entreprise britannique Microgen, une chaudière à microcogénération à granulés de bois.

Ce modèle, baptisé « Pellematic Smart-e », affiche une puissance de 1 kW électrique et 14 kW thermique.

 

microcogeneration bois-electricité

 

S’inspirer d’une chaudière pour BBC


L’industriel a conçu une chaudière à condensation inspirée de sa gamme Pellematic Smart à destination des maisons à basse consommation d’énergie.

 

La production d’électricité est assurée par un moteur Stirling fourni par Microgen. Ce moteur à combustion externe est particulièrement adapté aux faibles puissances.

La chaleur dégagée par le brûleur entraîne des mouvements de vaet- vient d’un piston qui génèrent de l’électricité. Le moteur génère directement un courant alternatif de 230 V en 50 Hz. La chaleur dégagée par le moteur est récupérée par un échangeur pour alimenter le circuit de chauffage.

 

« L’échangeur du moteur Stirling est directement en contact avec la flamme du brûleur, explique Thomas Perrissin, directeur d’ÖkoFEN France. La chaudière Pellematic Smart se prête bien à la microcogénération : le ballon tampon intégré de 600 litres permet d’avoir des cycles longs et ainsi d’obtenir la température nécessaire au démarrage du moteur Stirling (700 à 800 °C). » Des prototypes sont testés dans l’usine autrichienne du fabricant.

 

Encore en phase de test, la Pellematic Smart-e a néanmoins déjà été homologuée en chaudière et production d’électricité selon la norme européenne NF EN 303.5. Plusieurs unités seront déployées en Autriche dès l’hiver prochain. Elles permettront de produire 1 000 à 1 500 kWh/an, « soit la même quantité d’électricité que 10 m2 de capteurs photovoltaïques. »

 

Aucune date de commercialisation n’est encore prévue en Autriche. « En France, la commercialisation de ce produit d’avenir est prématurée. Le chemin doit d’abord être fait par la microcogénération au gaz naturel », estime le dirigeant.

 

Cédric Rognon

 

Un projet français pour le tertiaire

    1. En France, ÖkoFEN travaille également au développement d’une chaudière à microcogénération, cette fois avec un moteur à vapeur de type Rankine fourni par Exoès, société française spécialisée dans la conversion de chaleur en électricité. L’échangeur/évaporateur, développé par cette dernière en partenariat avec le CEA, présente pour avantage de pouvoir s’adapter sur la chaudière à granulés Pellematic d’ÖkoFEN.
    2. « L’objectif est ainsi de pouvoir installer un module de microcogénération sur une chaudière déjà en place », explique Arnaud Desrentes, président d’Exoès. Un prototype est testé dans les locaux girondins de l’entreprise. Le moteur à combustion externe fournit une puissance de 3 kW électrique et 18 kW thermique ; la chaudière une puissance de 48 kW thermique. Le marché visé est le tertiaire et le petit collectif.
    3. La commercialisation de ce produit, moins avancé que le prototype autrichien, est, elle, prévue dans deux ans.

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer!

Laisser un commentaire (il sera mis en ligne après validation)