Mesurer la qualité de l’air à la réception d’un bâtiment

Par Claire-Sophie Coeudevez, Directrice associée MEDIECO et Alice Méheut, Directrice associée UBAT 

Dans le contexte sanitaire actuel, il est essentiel que la conception de nos lieux de vie intègre désormais les enjeux de santé et en particulier celui de la qualité de l’air intérieur.

En effet, parmi les sollicitations environnementales qui peuvent avoir une influence sur notre santé, l’air que nous respirons tient une place essentielle. Nous respirons en permanence, et pendant 90 % du temps, dans des espaces bâtis. 15 kilogrammes d’air sont en moyenne inhalés par jour à raison de 0,5 litre à chaque mouvement respiratoire. 
Face à ce constat, la mesure de qualité de l’air intérieur semble indispensable pour apprécier les concentrations des différents polluants que nous respirons et appréhender les éventuels impacts sur notre santé. 

QAI batiment

Mesure de qualité d’air à la réception des travaux
 

Réception des travaux et enjeux de santé

La qualité de l’air des bâtiments est sous l’influence à la fois de l’air extérieur et des sources de pollution internes au bâtiment. Si toutes les étapes d’un projet de construction ou de rénovation sont importantes pour limiter les sources d’émissions de polluants et garantir la qualité de l’air dans les bâtiments, la phase réception est fondamentale car elle permet de contrôler les choix et la mise en œuvre des produits du bâtiment et le bon fonctionnement des équipements avant l’arrivée des occupants.

Que ce soit pour s’assurer de la qualité sanitaire de l’air inhalé par les occupants d’un bâtiment, valider les choix de conception ou répondre aux exigences d’une certification ou d’un label, la mesure de qualité de l’air impose de l’organisation et de la rigueur
 

Mesurer à la réception d’un bâtiment, quel intérêt ?

La mesure de qualité de l’air intérieur à la réception d’un bâtiment permet avant tout d’évaluer l’impact des choix de produits et d’équipements réalisés lors de la phase conception et le respect des bonnes pratiques de mise en œuvre au cours du chantier. 

Elle permet de caractériser et quantifier les émissions liées uniquement au bâtiment. Les résultats de cette campagne servent en effet de « référence » avant l’ameublement des locaux et l’arrivée des occupants. 

Qualité air intérieur

Mesure et enregistrement  de la qualité d’air intérieur
 

Les prérequis à la mesure de la qualité d’air intérieur 

En raison notamment des contraintes de planning, les campagnes de mesures de qualité d’air intérieur sont souvent réalisées dans des conditions qui ne peuvent être jugées optimales… Travaux en cours, absence de renouvellement d’air, stockage de produits sur le chantier sont des situations régulièrement rencontrées lors de la réception qui expliquent souvent les concentrations élevées que l’on peut mesurer dans l’air des bâtiments. 

Pour que les résultats soient représentatifs de la qualité de l’air inhalée par les futurs occupants, une campagne de mesure de la qualité de l’air doit être anticipée et préparée

  • Elle doit avant tout chose être réalisée avant l’arrivée des occupants et sans mobilier. 
  • Il est essentiel de s’assurer que les travaux de finition et de nettoyage de fin chantier soient terminés. 
  • Afin que cette mesure soit représentative de la qualité de l’air inhalée par les occupants, un temps de surventilation de 7 jours doit être respecté (voir encadré projet Detox). Cette surventilation a fait ses preuve, elle est recommandée par exemple pour la réception des bâtiments certifiés HQE, LEED, BREEAM, WELL, méthode ECRAINS, label IntAIRieur).
  • Pour s’en assurer, il est donc indispensable que ce dernier soit intégré, dès la phase conception, dans le planning du projet. 
  • Après cette période de surventilation et avant l’instrumentation du bâtiment, les filtres du système de traitement d’air doivent être changés.
  • Enfin pour mesurer dans une situation représentative de l’arrivée d’occupants, le système de ventilation doit être dans des conditions normales de fonctionnement pendant toute la durée des mesures. Réaliser une campagne de mesures de qualité d’air intérieur devrait systématiquement impliquer un diagnostic des systèmes de ventilation
     

Les polluants à mesurer dans le cadre d’une campagne QAI

La liste des polluants pouvant être mesurés lors d’une campagne de mesures de qualité d’air intérieur est longue… Dans le cadre de la surveillance de la qualité de l’air intérieur des bâtiments recevant du public, il est demandé aux gestionnaires des établissements de mesurer le formaldéhyde et le benzène. 

Pour mieux caractériser les émissions des matériaux mis en œuvre dans le bâtiment, il est possible de reprendre la liste des composés de l’étiquetage obligatoire des produits de constructions : formaldéhyde, acétaldéhyde, toluène, tétrachloréthylne, xylène, 1,2,4-triméthylbenzène, 1,4-dichlorobenzène, éthylbenzène, 2-butoxyéthanol, styrène et composés organiques volatils (COV) totaux.
Enfin, une campagne de mesure doit s’adapter au contexte de chaque bâtiment. Si le projet est situé dans une zone où l’air extérieur est chargé en particules fines et en dioxyde d’azote, en raison de la proximité d’un axe de trafic routier par exemple, ces polluants peuvent être intégrés à la campagne pour évaluer leur transfert vers l’air intérieur. 

Les projets qui s’inscrivent dans un processus de certification ou de labellisation (HQE, BREEAM, OSMOZ, ECRAINS, etc.) ont une liste de polluants à mesurer et des techniques de prélèvement (passives ou actives) imposées.

Pondération QAI

Pondération avec la mesure de la qualité d’air extérieur
 

L’interprétation des résultats pour identifier les sources d’émissions

De nombreuses campagnes de mesures de qualité d’air intérieur s’attachent uniquement à comparer des concentrations de polluants avec des valeurs seuils qui peuvent être sanitaires ou exigées dans le cadre d’un label ou d’une certification. 

Et pourtant, la mesure de qualité d’air intérieur peut apporter beaucoup plus. 

C’est un outil qui valide la sélection des produits et leur mise en œuvre mais qui permet aussi de contrôler le choix et le bon fonctionnement des systèmes de renouvellement d’air. 

L’interprétation des résultats fait partie intégrante d’une campagne de mesures
 

Interpréter une campagne de mesure : l’exemple d’un établissement sanitaire et social

Nous avons réalisé une campagne de mesure dans un établissement sanitaire et social dont le renouvellement d’air est assuré par une centrale de traitement d’air double flux dans la zone de bureaux et par une ventilation mécanique simple flux dans les chambres et les zones de soins. 

Avant l’instrumentation du bâtiment, les filtres ont été remplacés. Dans le cadre d’une certification HQE, plusieurs polluants ont été mesurés dont les particules de taille 2,5 et 10 µm. 

Pour les deux tailles de particules, les résultats montrent …

Concentration PM2,5

Graphique . Concentrations en particules PM2,5
 

Concentration PM10

Graphique . Concentrations en particules PM10
 

  • Des concentrations dans la chambre et la zone de soin supérieures aux seuils sanitaires de référence et aux valeurs mesurées à l’extérieur. 
  • Dans ces deux espaces, le renouvellement d’air est assuré par une ventilation simple flux. Dans le bureau, équipé d’un système de ventilation double flux, les concentrations en particules PM2,5 et PM10 sont inférieures aux valeurs de référence. 
  • Ces résultats témoignent de l’efficacité et de l’intérêt du système de filtration installé sur la ventilation double flux pour limiter le transfert des polluants particulaires extérieurs.

Dès la phase de programmation, le recueil de données sur la qualité de l’air extérieur ou la réalisation d’une campagne de mesure d’air ambiant doivent permettre de caractériser la pollution à proximité du futur bâtiment. Les conclusions de ce diagnostic amont doivent orienter le choix de solutions techniques qui permettront de limiter le transfert des polluants extérieurs. 
 

Par Claire-Sophie Coeudevez – Directrice associée MEDIECO et Alice Méheut - Directrice associée UBAT 
 

Vidéo recommandée 

Vidéo QAI


Sources et liens

Logo Medieco

Logo Ubat

Commentaires

  • Jérémie
    0
    24/09/2020

    Bonjour,
    Sur les 2 graphiques, il n'y a pas d'indications sur l'axe des abscisses.
    D'après le texte en dessous, il semble que les concentrations soient celles pour la chambre, la zone de soin, le bureau et l'extérieur, mais quelle est la correspondance avec les barres?
    Merci pour ces précisions!

    • Claire-Sophie C
      0
      28/09/2020

      Bonjour,
      En effet, je m'aperçois que le nom des locaux a disparu. Pour les deux graphiques, la première barre correspond à une chambre en simple flux, la deuxième à la zone de soin en simple flux, la troisième au bureau en double flux et la dernière à l'extérieur.


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité