Chargement...

L'association Coénove : sans CITE, le marché de la chaudière ....

Coénove : « sans CITE, le marché de la chaudière à condensation prendra du retard »

L’association Coénove vient d’estimer que la mise en œuvre de la directive européenne Ecoconception en Septembre prochain pourrait causer un « retard » en matière de remplacement de chaudières individuelles traditionnelles par des chaudières à condensation. Dans une note adressée au ministère en charge de l’énergie dans le cadre de la préparation de la Programmation pluriannuelle de l'énergie, Coénove juge que, la chaudière à condensation étant « 25% plus chère que la chaudière standard ou basse température », « les consommateurs risquent de reporter le remplacement de leur équipement ». Il est fort probable, dans un contexte économique morose, qu’une part des consommateurs retarde son investissement, poursuit Coénove. Mécaniquement, la part des chaudières à condensation augmentera, mais, globalement, il faut s’attendre à un ralentissement du rythme de renouvellement des chaudières. Seul le soutien durable de cette technologie par le crédit d’impôt CITE, en complément des CEE (certificats d’économie d’énergie), permettra d’éviter une baisse du volume total des ventes de chaudières individuelles. Un CITE à 30% permettra de compenser le ralentissement de renouvellement causé par la directive Ecoconception, voire d’en accélérer le développement. 
L’association a élaboré deux scénarii d'évolution des ventes de chaudières individuelles gaz : un scénario dans lequel les ventes de chaudières à condensation seraient soutenues par les seuls CEE et un autre à la fois par les CEE et par le CITE. Ce dernier scénario permet de gagner cinq ans sur le renouvellement total du parc de chaudières par des chaudières à condensation, a calculé Coénove : en maison individuelle, cela permettrait la pose annuelle de 293 000 chaudières à condensation (soit 75 000 de plus que dans le premier scénario), tandis que, en habitat collectif, pourraient être installées 107 000 chaudières à condensation par an (soit 40 000 de plus). Au total, ce sont donc quelques 400 000 appareils qui pourraient ainsi être vendus, ce qui pourrait correspondre à un CITE annuel total d’environ 360 millions d’euros, à raison d’un CITE de 900 euros par chaudière. Un tel scénario devrait permettre de maintenir l’emploi industriel en France et de créer des emplois en installation et maintenance, ajoute-t-on à Coénove.

Chauffage au bois : « avenir radieux », mais nuages à l’horizon

Le marché français du chauffage au bois « est promis à un avenir radieux ». Et les ventes de foyers, d’inserts et de poêles à bois devraient progresser de plus de 9% en volume entre 2014 et 2016. C’est ce que prévoit une récente étude de Xerfi, qui observe toutefois que le coût d’utilisation du chauffage au bois est « de moins en moins compétitif ». L’étude évoque aussi la « dégradation préoccupante » de la santé financière des distributeurs de bois-combustibles. Les risques de défaillances de ces distributeurs sont forts, prévient l’étude, qui observe, par ailleurs, une concurrence «toujours plus forte» de fabricants étrangers d’appareils, notamment italiens, qui, souvent, « disposent de moyens financiers importants qui leur donnent la possibilité de mener des campagnes publicitaires d’envergure ». L’étude observe également que les acheteurs d’appareils de chauffage « sont désormais en majorité des cadres propriétaires de leurs logements ». Une stratégie pour mieux répondre aux attentes de ces acheteurs serait la mise en place d’offres par abonnement «tout en un» comprenant l’achat de l’équipement de chauffage et son installation, mais aussi la maintenance de l’appareil et la fourniture de combustibles, conseille l’étude.

Climatisation : +7% pour le marché mondial en 2014, selon BSRIA

Le marché mondial des matériels de climatisation a totalisé 97,7 milliards de dollars en 2014, en croissance de 7%, dont 58% dans la région Asie/Pacifique (contre 56%). C’est ce que vient d’indiquer une récente étude de BSRIA, qui précise que, en Europe, le marché s’est élevé à 11,2 milliards de dollars l’an passé, en recul de 5%, dont 1 milliard au Royaume-Uni (+22%) et 1,2 milliard en Allemagne, +2%. L’étude indique également que le marché mondial des climatiseurs mobiles a été de 1,8 million d’unités en 2014, en recul de 3%, soit un chiffre d’affaires de 526,5 millions de dollars.

Pour sa part, le marché mondial des climatiseurs de type « window » ou « à travers le mur » a totalisé 11,7 millions d’unités en 2014, -9%, avec un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de dollars (dont 54% aux Etats-Unis). De son côté, le marché mondial des «splits» s’est élevé à 74,5 milliards de dollars l’année dernière. La croissance du marché des DRV a été de 18%, à 1,3 million d’unités, soit un chiffre d’affaires de 9,7 milliards de dollars. BSRIA prévoit que ce marché mondial du DRV progressera, en valeur, d’environ 11% en moyenne annuelle sur la période 2013-2018.


- EN BREF - Destiné à remplacer les cibles actuelles de la démarche HQE en construction, rénovation et exploitation des « bâtiments durables », le nouveau cadre de référence, que vient de présenter l’Association HQE, concerne en particulier une utilisation «raisonnée» des énergies (avec limitation de la consommation d’énergie primaire, ainsi que de la puissance, utilisation des EnR, prise en compte de l’énergie grise, mixité d’approvisionnement énergétique...), la qualité sanitaire de l’air intérieur, le confort hygrothermique « en toute saison » (par la prise en compte des températures, des îlots de chaleur, de l’humidité...), la réduction des émissions de gaz à effet de serre et les coûts de pilotage technique, des fluides, de maintenance et de remplacement. Ce cadre de référence, qui servira de base aux référentiels de certification de Cerqual, Cequami et Certivea, prône aussi le raisonnement en coût global (c’est-à-dire coût d’investissement + coût d’exploitation).


- EN BREF - Seul un cadre politique favorable peut accélérer la transition du secteur de la micro-cogénération, d’une technologie émergente, vers une commercialisation à grande échelle. Et des opérations de démonstration à grande échelle devraient être lancées, avec l'objectif d’être prêt pour un lancement commercial en 2020. C’est ce qu’indique une récente étude de Delta-ee pour Cogen Europe. Selon cette étude, le parc de systèmes de micro-cogénération est aujourd’hui de 40000 unités en Europe.

Téléchargez la lettre hebdomadaire complète

Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 630 € TTC/an : cliquez ici

Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 16 Mars 2015

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité