Chargement...

Marché solaire thermique: la reprise selon Enerplan, ...,

Enerplan : reprise du marché solaire thermique

"Le marché français du solaire thermique individuel est en train de reprendre actuellement le chemin de la croissance", a déclaré Richard Loyen, délégué général de l’association solaire Enerplan, lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Selon cette association, le marché solaire thermique a été, en 2010, de 179 MWth en France métropolitaine (contre 186 MWth en 2009) et de 30 MWth Outre-Mer (contre 32 MWth). "En 2010, ajoute-t-on, plus de 35 000 maisons individuelles et l’équivalent de 40 000 logements collectifs ont été équipés en France avec des générateurs de chaleur solaire." Enerplan estime le parc installé à fin 2010 à 1104 MWth en métropole (contre 924 MWth un an plus tôt) et à 203 MWth dans les DOM (contre 172 MWth).
Enerplan est en train de discuter avec les représentants des distributeurs de fioul d’un “plan d’accompagnement” de la “prime à la casse” des chaudières fioul. Ce plan, qui pourrait être annoncé à l’automne prochain, concernerait des bouquets de travaux comportant notamment l’installation d’une nouvelle chaudière fioul et la pose de capteurs solaires thermiques, et ce dans le cadre des obligations des distributeurs de fioul en matière de CEE.

Le Syndicat des EnR : accélérer la croissance de la chaleur renouvelable

La production française de chaleur renouvelable évolue à un rythme insuffisant pour atteindre les objectifs officiels de 2020, qui sont de 19,6 Mtep, alors qu’elle n’a été que de 11,3 Mtep en 2010. C’est ce qu’a estimé le SER (Syndicat des EnR) lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Au rythme actuel, selon le syndicat, on atteindra au mieux 16 Mtep en 2020, soit un déficit de 3,6 Mtep. Toutefois, l’écart sera nul en chauffage domestique au bois : les 7,4 Mtep officiellement visées pour 2020 seront bel et bien obtenues, même si le parc ne devrait être que de 7,5 millions d’appareils en 2020 selon le SER (contre 6 millions actuellement), alors que les pouvoirs publics espèrent 9 millions. Par contre, l’écart sera important en solaire thermique, en PAC et en géothermie, avec au total, selon le SER, une production 2020 de 2 Mtep (contre 0,9 Mtep en 2010), alors que l’objectif officiel est 3,2 Mtep, soit un déficit de 1,2 Mtep. Et l’écart sera encore plus grand en production de chaleur à partir de bois ou de déchets pour les secteurs du chauffage collectif, du tertiaire et de l’industrie : le SER prévoit en effet que la production 2020 ne sera que de 6,6 Mtep en 2020 (contre 3 Mtep en 2010), soit un écart de 2,4 Mtep par rapport à l’objectif étatique 2020 de 9 Mtep.
Le SER juge que les PAC et le solaire thermique ont aujourd’hui besoin d’un soutien public “mieux adapté”. En ce qui concerne le seul solaire thermique dans l’habitat individuel, le syndicat enregistre un rythme de croissance “dix fois inférieur à celui de l’objectif Grenelle”, avec environ 27 000 ménages équipés en 2010 (contre 26 000 l’année précédente).


Géothermie : multiples projets en Ile-de-France

En géothermie, d’ici la fin de l’année, d’une part, le gouvernement lancera un appel à manifestations d’intérêt dans le cadre des Investissements d’Avenir, d’autre part, un groupe de travail du Comité national de la géothermie proposera une déclaration commune sur la qualité des installations géothermiques.
En Ile-de-France, en géothermie, 117 opérations de pompes à chaleur collectives sur aquifères ou sondes devraient être en service à la fin de 2011 (contre environ 80 un an plus tôt), ainsi que 32 opérations concernant des réseaux de chaleur alimentés par le Dogger (contre 30) et quatre opérations sur aquifères Albien ou Néocomien (contre trois). C’est ce qu’a indiqué Romain Vernier, directeur du département Géothermie du BRGM, lors des secondes Assises de la géothermie en Ile-de-France la semaine dernière. Au total, à la fin de cette année, ce seront ainsi quelque 206 610 équivalents logements (dont 188 800 pour les réseaux “Dogger”)  qui seront chauffés par ces géothermies, contre 189 680 un an plus tôt. Lors de ces assises, Gwenaël Guyonvarch, directeur Ile-de-France de l'Ademe, a estimé que, en région parisienne, le nombre de logements équipés en géothermie pourrait passer de 150 000 actuellement à 180 000 logements en 2013 et à 500 000 en 2020. M.  Guyonvarch a ajouté que 12 millions d'euros avaient été investis dans des opérations en géothermie en Ile-de-France en 2010 et qu’un montant indentique devrait être dépensée cette année.

- EN BREF
Sept acteurs de la recherche sur les pompes à chaleur viennent de constituer un réseau de recherche, l’Institut national des pompes à chaleur (INPAC), qui aura notamment pour fonction de diffuser des informations vers la “filière professionnelle”. Cet institut, dont les fondateurs sont le CEA, le Cetiat, le Costic, le CSTB, EDF, GDF Suez et Mines Paris Tech, organisera un congrès annuel, le premier aura lieu à Paris le 20 septembre 2011.

Téléchargez la lettre hebdomadaire complète

Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 605 € TTC/an : cliquez ici

Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 29 novembre 2010

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité