Chargement...

RT2012 : le vecteur eau. GTB dans le tertiaire. Génie climatique.

RT2012 : “généralisation progressive du vecteur eau”, selon MSI

Avec notamment des perspectives d’évolution positives en radiateurs, la RT2012 se traduira par une généralisation progressive du vecteur eau dans l’habitat neuf, estime MSI, qui vient de consacrer deux études au marché français des systèmes individuels de chauffage. En 2011, selon MSI, le marché “a rebondi fortement” en plancher rayonnant électrique (après une baisse en 2010), alors que celui du plafond rayonnant plâtre était divisé par 3 entre 2007 et 2011 et que celui du plancher chauffant hydraulique reculait “légèrement” l’an passé.
Toujours pour 2011, MSI relève que, en chaudières domestiques gaz et fioul, la part de marché des modèles à condensation a atteint 46% (+ 4 points sur 2010) et que, en chaudières domestiques bois, le segment des chaudières automatiques s’est maintenu, tandis que celui des chaudières à tirage naturel et turbo “poursuivait sa chute”. MSI signale, par ailleurs, des “croissances significatives” en 2011, en murales gaz condensation à micro-accumulation et en chaudières automatiques à granulés. Au sujet des PAC, MSI enregistre pour 2011 “un développement marqué des ventes au secteur de la construction neuve à la faveur, d’une part, d’une élévation progressive du taux de pénétration de ce type de générateur dans le neuf RT2005 et, d’autre part, d’une montée en puissance du nombre de constructions individuelles BBC”. En revanche, dans l’existant, la chute des ventes de PAC se poursuit, ajoute MSI.

La GTB aura bien du mal à se développer en petit et moyen tertiaire 

Dans le tertiaire, en matière d’automatisation du pilotage de la climatique, 2/3 des établissements de moins de 50 salariés et de moins de 500 m² n’envisagent pas d’engager de nouvelles mesures, contre environ 65% pour les grandes structures. C’est ce qui ressort d’une récente étude d’EDF R&D et du Crédoc. 38% des établissements tertiaires de 100 salariés et plus et 39% de ceux de plus de 1 500 m² envisagent de prendre au moins deux mesures pour diminuer les consommations d’énergie et d’eau, contre 13% pour les établissements de moins de 10 salariés, 17% pour les 10-49 salariés, 37% pour les 50-99 et 7% pour ceux de moins de 100 m², ajoute l’étude.
En amont, la conception des systèmes de chauffage, de ventilation et d’éclairage doit davantage prendre en compte les conceptions et les attentes des usagers en matière de pratiques dites “durables”, préconise l’étude. L’adaptation aux dispositifs performants est en effet un processus long, fait pour partie d’adhésion, pour partie de difficultés pratiques et d’incompréhensions. L’étude ajoute que, en tertiaire, l’utilisateur doit avoir “la possibilité d’intervenir sur les appareillages”. Certains dispositifs sont perçus négativement lorsqu’ils se retrouvent en contradiction avec la représentation que les occupants se font des comportements économes en énergie, poursuit l’étude. Le système de ventilation fonctionnant toute l’année, soufflant le chaud et le froid, ou la présence de la climatisation, choquent des salariés.
Une entreprise disposant d’un service de gestion des consommations d’énergie, et donc une entreprise d’une certaine taille, investira plus volontiers en GTB. Il s’agira souvent de grands établissements, dans des bâtiments récents. Mais les “volontaristes” de la GTB peuvent être aussi certaines entreprises de taille moyenne, voire petite, qui, bien que n’ayant pas, ou rarement, de service dédié à la gestion de l’énergie, font néanmoins des investissements “significatifs et innovants”, par exemple en régulation centralisée.  

Génie climatique : que demandent les clients des installateurs et des GSB ?

Voici, selon une récente étude du Cera, les demandes de travaux de rénovation en génie climatique reçues en 2011 par les entreprises de bâtiment de Rhône-Alpes : 10,2% chaudière automatique bois, 7,7% PAC, 6% VMC simple flux, 5,5% changement des équipements de chauffage, 5,4% VMC double flux, 4% thermostat, 3% chauffe-eau thermodynamique, 2,5% poêle ou insert, 1,8% solaire thermique. Les attentes des clients des entreprises de bâtiment ont largement changé entre 2008 et 2011, observe l’étude : alors que les filières du solaire faisaient partie des plus plébiscitées en 2008, elles sont aujourd’hui en net recul. À l’inverse, on note une forte progression de la demande de travaux d’isolation du bâti.
Autre enseignement de l’étude : dans les principales demandes de produits de rénovation énergétique adressées aux magasins de bricolage de Rhône-Alpes par leurs clients, viennent en tête les poêles à bois, suivis par les matériaux isolants, qui sont immédiatement suivis par les chaudières automatiques bois, puis par les PAC. Voici, par ailleurs, les principaux travaux de rénovation en génie climatique réalisés par les copropriétés de Rhône-Alpes depuis deux ans : 19% changement des équipements de chauffage, 13% thermostat, 4% chaudière automatique bois, 2% VMC double flux.

Téléchargez la lettre hebdomadaire complète

Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 605 € TTC/an : cliquez ici

Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 30 janvier 2012

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité