Baromètre Qualitel sur les objets connectés à la maison

À l’occasion du CES de Las Vegas, qui se tiendra du 8 au 11 janvier, le Baromètre Qualitel-Ipsos (3 400 personnes interrogées, 80 questions posées) a mis au banc d’essai 11 objets ou services connectés : quels sont ceux que les Français sont prêts (ou pas) à acheter ? quel est le profil des foyers déjà équipés ?


OBJETS CONNECTÉS : LES NOUVEAUTÉS ATTIRENT LES FRANÇAIS

Si les objets connectés sont encore minoritaires dans les logements (3 logements sur 10 en sont équipés), ils génèrent une vraie appétence chez les consommateurs. Les objets sur le marché depuis plusieurs mois remportent une forte adhésion. Ceux qui ressortent en première position des intentions d’achat répondent avant tout à des enjeux de protection des biens et des personnes, ou permettent de faire des économies : alertes temps réel en cas de fuite d’eau, de gaz ou d’incendie (46 %), alertes anti-intrusion (42 %) ou compteurs électriques intelligents (41 %). Ces 3 objets sont jugés utiles par plus des trois quarts des personnes interrogées.

Les équipements plus récents enregistrent naturellement des scores plus faibles, mais déjà encourageants. Ainsi, 14 % des Français se disent prêts à investir dans des enceintes connectées (soit l’équivalent de 4 millions de foyers). Il en va de même pour des objets comme le réfrigérateur connecté ou le parking intelligent (optimisation des places au moyen de capteurs), qui intéressent près d’un Français sur dix.


objets connectés récemment achetés

QUI SONT LES FRANÇAIS PRÊTS À ACHETER DES OBJETS CONNECTÉS ?

Contrairement aux idées reçues, les intentions d’achats ne dépendent pas du statut de l’occupant d’un logement (propriétaires vs locataires) ou de son lieu d’habitation (villes vs campagnes).
Il existe en revanche une « géographie » des intentions d’achats. L’Île-de-France est par exemple, et de loin, la région la plus technophile, suivie par les Hauts-de-France. Le Sud-Est a contrario est quasi-systématiquement l’ensemble géographique qui compte les intentions d’achats les plus basses. Ainsi, près d’une personne sur deux en Île-de-France (46 %) se dit prête à payer pour un compteur intelligent, contre 38 % des habitants du Sud-Est, et même 36 % des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

intentions d’achats d'objets connectés par région

Première explication : la pyramide des âges de ces régions. En effet, le Sud-Est compte une forte proportion de seniors, là où l’Île-de-France et les Hauts-de-France ont les populations les plus jeunes en métropole (1 habitant sur 3 a moins de 25 ans).
On retrouve ce « fait générationnel » pour les objets commandés à distance (via smartphones, tablettes ou commande vocale). Ainsi, 20 % des moins de 35 ans se disent prêt à payer pour un assistant vocal, contre 17 % des 35-59 ans et 12 % des plus de 60 ans.



QUI SONT LES FRANÇAIS DÉJÀ ÉQUIPÉS ?

Deux facteurs jouent, plus que les autres, dans l’équipement en objets connectés des Français :

1/ L’âge du logement : les logements les plus récents sont nativement équipés en objets connectés. 43 % des logements construits il y a moins de 5 ans en possèdent au moins un. C’est 12 points de plus que les logements plus anciens. Signe que le nombre d’objets connectés, avec le renouvellement du parc de logements, va mécaniquement augmenter au cours des années à venir.

2/ Le niveau de revenu : les objets connectés sont (encore) l’apanage des foyers aisés. Ceux dont le revenu mensuel net est supérieur à 5 000 € par mois sont, en moyenne, deux fois plus nombreux à en posséder au moins un que les foyers gagnant moins de 2 000 € (49 % vs 24 %). Les essayer, c’est les adopter. Plus on possède d’objets connectés, plus les intentions d’achat sont fortes. Ainsi, le plus populaire d’entre eux (l’alerte temps réel en cas de fuites d’eau, de gaz ou d’incendie) enregistre 41 % d’intentions d’achat chez les Français qui ne possèdent aucun objet connecté. Cette proportion monte à 51 % chez ceux qui possèdent déjà un équipement connecté, puis à 57 % pour ceux qui en ont 2 et à 63 % pour ceux qui en possèdent 3 ou plus.

intentions d’achat d’objets connectés

Focus : les hommes sont plus technophiles que les femmes. 7 % des Français estiment qu’il « n’y a pas assez de technologie » dans leur quotidien. Mais ce résultat varie fortement en fonction du sexe des répondants : les hommes sont presque deux fois plus nombreux que les femmes à trouver qu’il leur faudrait plus de technologie.

les hommes sont plus technophiles que les femmes

LES MARQUES DOIVENT ENCORE RASSURER SUR LA FIABILITÉ DES ÉQUIPEMENTS

En France, les objets connectés soulèvent encore plusieurs interrogations. Et ce, quels que soient les critères sociodémographiques des répondants (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle).
- Près de 7 personnes sur 10 craignent « que leurs appareils ne tombent en panne et que plus rien ne fonctionne »
- 50 % des Français ont peur de « perdre la maîtrise de leurs équipements »
- 48 % des répondants ont « peur de devenir dépendants de la technologie et de ne plus savoir comment faire sans ».

Téléchargez le document de 6 pages au format PDF

Baromètre Qualitel sur les objets connectés à la maison

Sources et liens :

logo qualitel
logo ipsos

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Inflation et crises impactent le bâtiment … décryptage, et après ?

Inflation et crises impactent le bâtiment … décryptage, et après ?

Prenons connaissance avec cette chronique le constat de la crise d’approvisionnement et de prix que connaît la filière bâtiment.


Économie du bâtiment : la perspective d’un second semestre sous contraintes

Économie du bâtiment : la perspective d’un second semestre sous contraintes

Intéressons-nous au panorama dressé par la FFB d'une année 2022 sans dynamisme dans le secteur de la construction avec les événements actuels.


Construction : le marasme attendu de 2023

Construction : le marasme attendu de 2023

2023 : Le secteur du bâtiment se trouve face au mur de la récession économique, une filière très préoccupée.


Dans le bâtiment, tout est bon ! Rien n’est à jeter!

Dans le bâtiment, tout est bon ! Rien n’est à jeter!

Intéressons-nous sur le constat intéressant de la récupération dans le bâtiment, rien ne se perd tout se transforme.


Réseaux de chaleur et de froid urbains

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Découvrez les solutions pour les réseaux de chaleur et de froid urbains développées par Wilo.


Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Schneider Electric a conçu un Guide pour répondre aux exigences de la Réglementation Environnementale 2020.


Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Avec la réglementation environnementale RE2020, les pompes à chaleur sont devenues quasiment obligatoire, même pour les logements collectifs.


Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Il est important de prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique du bâtiment. Découvrez les solutions Atlantic.


Un réseau d'artisans RGE pour l'installation des pompes à chaleur

Un réseau d'artisans RGE pour l'installation des pompes à chaleur

Pour atteindre l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050, les pompes à chaleur (PAC) s'avèrent la solution idéale pour bénéficier d'un confort tout en utilisant EnR et électricité décarbonée.


Rénovation énergétique, qui sont les éco-délinquants, leurs victimes et comment éviter les pièges ?

Rénovation énergétique, qui sont les éco-délinquants, leurs victimes et comment éviter les pièges ?

Découvrons le constat établi par Qualit’EnR sur la base des informations collectées de ces dernières années sur le profil type d’une entreprise et de ses représentants.


Interclima : performance et rendement du CVC pour répondre au défi bas carbone

Interclima : performance et rendement du CVC pour répondre au défi bas carbone

Découvrons le panorama des innovations CVC du récent salon Interclima avec une présentation de l’offre en équipements de confort orientée performance et rendement et bas carbone.


​6ème édition du Baromètre Qualitel - Les Français à la recherche de leur logement

​6ème édition du Baromètre Qualitel - Les Français à la recherche de leur logement

​Pour cette 6ème édition, l’Association QUALITEL s’est plus spécifiquement intéressée au parcours de recherche et de sélection du logement, avant, pendant et après.


Mondial du Bâtiment : l’enveloppe basse consommation, bas carbone … Et plus encore

Mondial du Bâtiment : l’enveloppe basse consommation, bas carbone … Et plus encore

Des solutions d’industriels orientées maîtrise des ressources, économies d’énergie et réduction des émissions de carbone


Hitachi Cooling & Heating s’engage avec Delta Dore en faveur de la transition énergétique

Hitachi Cooling & Heating s’engage avec Delta Dore en faveur de la transition énergétique

Hitachi Cooling & Heating et Delta Dore s'associent en faveur de la transition énergétique.


Label Effinergie RE2020 : les exigences adossées à la RE2020 en résidentiel

Label Effinergie RE2020 : les exigences adossées à la RE2020 en résidentiel

Les exigences Effinergie adossées à la nouvelle RE2020 pour les projets résidentiels viennent d'être dévoilées !