Baromètre Qualitel sur les objets connectés à la maison

À l’occasion du CES de Las Vegas, qui se tiendra du 8 au 11 janvier, le Baromètre Qualitel-Ipsos (3 400 personnes interrogées, 80 questions posées) a mis au banc d’essai 11 objets ou services connectés : quels sont ceux que les Français sont prêts (ou pas) à acheter ? quel est le profil des foyers déjà équipés ?


OBJETS CONNECTÉS : LES NOUVEAUTÉS ATTIRENT LES FRANÇAIS

Si les objets connectés sont encore minoritaires dans les logements (3 logements sur 10 en sont équipés), ils génèrent une vraie appétence chez les consommateurs. Les objets sur le marché depuis plusieurs mois remportent une forte adhésion. Ceux qui ressortent en première position des intentions d’achat répondent avant tout à des enjeux de protection des biens et des personnes, ou permettent de faire des économies : alertes temps réel en cas de fuite d’eau, de gaz ou d’incendie (46 %), alertes anti-intrusion (42 %) ou compteurs électriques intelligents (41 %). Ces 3 objets sont jugés utiles par plus des trois quarts des personnes interrogées.

Les équipements plus récents enregistrent naturellement des scores plus faibles, mais déjà encourageants. Ainsi, 14 % des Français se disent prêts à investir dans des enceintes connectées (soit l’équivalent de 4 millions de foyers). Il en va de même pour des objets comme le réfrigérateur connecté ou le parking intelligent (optimisation des places au moyen de capteurs), qui intéressent près d’un Français sur dix.


objets connectés récemment achetés

QUI SONT LES FRANÇAIS PRÊTS À ACHETER DES OBJETS CONNECTÉS ?

Contrairement aux idées reçues, les intentions d’achats ne dépendent pas du statut de l’occupant d’un logement (propriétaires vs locataires) ou de son lieu d’habitation (villes vs campagnes).
Il existe en revanche une « géographie » des intentions d’achats. L’Île-de-France est par exemple, et de loin, la région la plus technophile, suivie par les Hauts-de-France. Le Sud-Est a contrario est quasi-systématiquement l’ensemble géographique qui compte les intentions d’achats les plus basses. Ainsi, près d’une personne sur deux en Île-de-France (46 %) se dit prête à payer pour un compteur intelligent, contre 38 % des habitants du Sud-Est, et même 36 % des habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

intentions d’achats d'objets connectés par région

Première explication : la pyramide des âges de ces régions. En effet, le Sud-Est compte une forte proportion de seniors, là où l’Île-de-France et les Hauts-de-France ont les populations les plus jeunes en métropole (1 habitant sur 3 a moins de 25 ans).
On retrouve ce « fait générationnel » pour les objets commandés à distance (via smartphones, tablettes ou commande vocale). Ainsi, 20 % des moins de 35 ans se disent prêt à payer pour un assistant vocal, contre 17 % des 35-59 ans et 12 % des plus de 60 ans.



QUI SONT LES FRANÇAIS DÉJÀ ÉQUIPÉS ?

Deux facteurs jouent, plus que les autres, dans l’équipement en objets connectés des Français :

1/ L’âge du logement : les logements les plus récents sont nativement équipés en objets connectés. 43 % des logements construits il y a moins de 5 ans en possèdent au moins un. C’est 12 points de plus que les logements plus anciens. Signe que le nombre d’objets connectés, avec le renouvellement du parc de logements, va mécaniquement augmenter au cours des années à venir.

2/ Le niveau de revenu : les objets connectés sont (encore) l’apanage des foyers aisés. Ceux dont le revenu mensuel net est supérieur à 5 000 € par mois sont, en moyenne, deux fois plus nombreux à en posséder au moins un que les foyers gagnant moins de 2 000 € (49 % vs 24 %). Les essayer, c’est les adopter. Plus on possède d’objets connectés, plus les intentions d’achat sont fortes. Ainsi, le plus populaire d’entre eux (l’alerte temps réel en cas de fuites d’eau, de gaz ou d’incendie) enregistre 41 % d’intentions d’achat chez les Français qui ne possèdent aucun objet connecté. Cette proportion monte à 51 % chez ceux qui possèdent déjà un équipement connecté, puis à 57 % pour ceux qui en ont 2 et à 63 % pour ceux qui en possèdent 3 ou plus.

intentions d’achat d’objets connectés

Focus : les hommes sont plus technophiles que les femmes. 7 % des Français estiment qu’il « n’y a pas assez de technologie » dans leur quotidien. Mais ce résultat varie fortement en fonction du sexe des répondants : les hommes sont presque deux fois plus nombreux que les femmes à trouver qu’il leur faudrait plus de technologie.

les hommes sont plus technophiles que les femmes

LES MARQUES DOIVENT ENCORE RASSURER SUR LA FIABILITÉ DES ÉQUIPEMENTS

En France, les objets connectés soulèvent encore plusieurs interrogations. Et ce, quels que soient les critères sociodémographiques des répondants (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle).
- Près de 7 personnes sur 10 craignent « que leurs appareils ne tombent en panne et que plus rien ne fonctionne »
- 50 % des Français ont peur de « perdre la maîtrise de leurs équipements »
- 48 % des répondants ont « peur de devenir dépendants de la technologie et de ne plus savoir comment faire sans ».

Téléchargez le document de 6 pages au format PDF

Baromètre Qualitel sur les objets connectés à la maison

Sources et liens :

logo qualitel
logo ipsos

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Pompe à chaleur et RE2020 pour une maison individuelle

Pompe à chaleur et RE2020 pour une maison individuelle

Définir le choix entre la pompe à chaleur et la RE2020 en fonction des caractéristiques de votre maison individuelle.


Décarboner à tout prix le bâtiment aura-t-il un prix ?

Décarboner à tout prix le bâtiment aura-t-il un prix ?

Voici la réflexion de la filière du PBD et du CSTB établie en début d'année sur la Feuille de route décarbonation du cycle de vie du bâtiment .


RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

Le niveau 2031 lié à la RE2020 en logements doit être atteint très rapidement pour éviter de graves dommages d'ici 20 ou 30 ans.


L'université d'Avans économise 40 % d'énergie grâce aux solutions Priva

L'université d'Avans économise 40 % d'énergie grâce aux solutions Priva

Grâce aux solutions Priva, l'université d'Avans a pu réaliser 40% d'économie d'énergie.


Étude Hellio sur l'évolution des aides et le coût des chantiers pour les ménages en situation de précarité

Étude Hellio sur l'évolution des aides et le coût des chantiers pour les ménages en situation de précarité

Découvrez l'étude réalisée par Hellio sur l'évolution des aides et le coût des chantiers pour les ménages en situation de précarité.


Valoriser la qualité d’air intérieur avec le label intAIRieur®

Valoriser la qualité d’air intérieur avec le label intAIRieur®

Pour valoriser la qualité d'air intérieur (QAI), le label intAIRieur® est idéal. Une démarche fiable et simple.


Réforme des aides à la rénovation : des propositions structurantes pour la rénovation performante

Réforme des aides à la rénovation : des propositions structurantes pour la rénovation performante

Réforme des aides à la rénovation : un large collectif d’acteurs formule des propositions structurantes au Gouvernement, en faveur de la rénovation performante.


Rénovation énergétique par étapes et comment traiter les interfaces

Rénovation énergétique par étapes et comment traiter les interfaces

Traiter les interfaces en rénovation d'une maison : c'est ce sur quoi les 30 fiches conçues par Dorémi portent.


Bétons bas carbone : des initiatives radicales pour répondre aux enjeux environnementaux

Bétons bas carbone : des initiatives radicales pour répondre aux enjeux environnementaux

Le béton est décrié à cause de son poids carbone. Les solutions de bétons bas carbone changent-elles complètement la donne ?


Chiffres du marché 2022 : hydrodistribution et plancher chauffant/rafraîchissant

Chiffres du marché 2022 : hydrodistribution et plancher chauffant/rafraîchissant

Cochebat révèle les données du marché pour les secteurs de l'Hydrodistribution et du Plancher chauffant/rafraîchissant basse température en France pour l'année 2022.


Audit énergétique réglementaire obligatoire au 1er avril 2023 : Hellio fait le point sur le vrai du faux !

Audit énergétique réglementaire obligatoire au 1er avril 2023 : Hellio fait le point sur le vrai du faux !

Dès le 1er avril 2023, l'audit énergétique devient obligatoire. Hellio fait le point et démêle le vrai du faux


Dispositif Mon Accompagnateur Rénov’ : procédure d’agrément

Dispositif Mon Accompagnateur Rénov’ : procédure d’agrément

Certains maîtres d'oeuvre comme les architectes peuvent devenir Accompagnateurs Rénov' : l'agrément sera ouvert dès le 1er avril 2023


Pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO : des solutions complémentaires pour l’efficacité du chauffage urbain

Pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO : des solutions complémentaires pour l’efficacité du chauffage urbain

Découvrons les solutions proposées relatives à l'éfficacité du chauffage urbain avec les pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO.


Présenter les innovations aux acteurs du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023

Présenter les innovations aux acteurs du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023

Découvrons l'impact d’EnerJ-meeting qui a rempli sa mission de carrefour de la filière bâtiment.


Retour d’expérience RE2025 en pierre de taille ! Lot 1B à Montigny-lès-Cormeilles

Retour d’expérience RE2025 en pierre de taille ! Lot 1B à Montigny-lès-Cormeilles

Découvrons la vidéo de Nathalie TCHANG, Présidente Tribu Energie et Julien NARAYANIN, Directeur Général Groupe Verrecchia concernant le retour d’expérience RE2025 en pierre de taille.