RE 2020 : soutien et alertes par l’association BBCA (Bâtiment Bas Carbone)

Règlementation environnementale - RE 2020 : la priorité carbone devient une réalité pour la réglementation immobilière. L’association BBCA (Bâtiment Bas Carbone) exprime son soutien et ses alertes.

Suite aux annonces faites le 24 novembre par le gouvernement sur les principes clefs retenus pour la règlementation environnementale 2020 (RE 2020),

L’Association BBCA exprime son soutien :

L’Association qui regroupe l’essentiel des promoteurs, architectes et bureaux d’étude engagées dans une démarche « bas carbone » (plus d’une centaine à date) salue le résultat de la concertation engagée depuis 2017. En 2021, une nouvelle règlementation pour les bâtiments neufs posera le sujet du climat et donc du carbone comme un enjeu essentiel pour l’industrie immobilière. C’est cohérent avec la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC). C’est aussi un rattrapage pour une réglementation qui a trop longtemps confondu la mesure de la performance environnementale avec le seul sujet de l’efficacité énergétique. La RE2020 reconnaît, comme le promeut BBCA depuis sa création à l’automne 2015, qu’il convient de mesurer l’empreinte carbone du bâtiment si on veut lutter contre le changement climatique et qu’il faut le faire sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment : construction, exploitation et fin de vie si on veut être honnête et efficace.

Batiment bas carbone

Avec la méthode ACV dynamique, la RE 2020 reconnaît l’impact considérable de la phase construction des immeubles (60 à 90% des émissions totales sur tout le cycle de vie du bâtiment). L’actualisation des flux donne un poids plus important aux émissions immédiates par rapport aux émissions lointaines, ce qui est normal. Les méthodes de calcul envisagées ne font plus l’hypothèse d’une destruction systématique des matériaux, notamment de gros oeuvre, ce qui correspond bien à la réalité de l’industrie. Le bénéfice de stockage carbone des matériaux bio-sourcés est également reconnu. Pour la fin de vie des immeubles, l’association BBCA continue de recommander la conservation ou le réemploi d’un maximum d’éléments par les promoteurs, afin de réduire l’empreinte carbone. La diminution du poids des émissions futures dans les calculs envisagés pour la RE2020 est d’ores et déjà justifiée par l’évolution des comportements des promoteurs lors des phases de destruction et de préparation de chantier.

La mesure de l’empreinte carbone du bâtiment qu’imposera la RE2020 va favoriser certains choix et certaines technologies au dépends d’autres solutions. C’est donc sans surprise que des groupes de pression représentant les industries traditionnelles se font entendre pour critiquer vigoureusement la RE2020. L’Association BBCA comprend cette réaction et voudrait encourager toutes les forces en présence à travailler à la réduction de l’empreinte carbone des produits proposés. La mesure du carbone est un impératif, doublé d’une urgence. Il n’y a pas d’autre choix.

Cependant, l’Association BBCA a donné l’alerte et déplore plusieurs points clefs à rectifier :

Confort d’été

Le confort d’été reste principalement fondé sur le critère d’inertie, en reprenant les vieux modèles de  calcul de la RT2012. Ces modèles de calculs ont été très critiqués, notamment à l’aune de périodes caniculaires plus longues et plus fréquentes durant lesquelles le prétendu confort d’été des matériaux à forte inertie s’avère être rapidement un inconfort. En effet, les matériaux à forte inertie comme le  béton présentent un intérêt dans les premiers jours de la montée en température. Après quelques jours, ils se chargent en chaleur, et leur rayonnement rend impossible le refroidissement des bâtiments la nuit. A l’échelle du quartier, ce sont de véritables îlots de chaleur.

L’Association BBCA demande donc une remise à plat des études sur le confort d’été, pour prendre en compte la multiplication des périodes caniculaires et leur allongement. Cette démarche devrait logiquement aboutir à la révision des algorithmes de calcul indicateur du « confort d’été » afin qu’ils puissent être révélateurs du comportement réel des bâtiments en temps de canicule, et constituer un outil efficace de pilotage du confort d’été.

Prise en compte de la démolition préalable

La RE 2020 ne considère pas le poids carbone de la démolition d’un bâtiment, ce qui n’encourage pas à la conservation de l’existant. Ainsi, on met à égalité ceux qui font l’effort de conserver (pratiques de conservation, de réemploi, de conception vertueuse) avec ceux qui détruisent tout pour construire, l’impact carbone étant évidemment très différent.

Une construction neuve demandant préalablement une destruction totale d’un ouvrage existant doit être impactée des émissions de fin de vie des ouvrages démolis. Une démolition partielle d’ouvrage doit être impactée au prorata des ouvrages démolis.

Fin de vie du Gros oeuvre

Pour un bâtiment qui maximise l’usage des matériaux bio-sourcés pour le gros oeuvre, c’est 170 à 200 kg eq. CO2/m2 de surface de plancher qui peuvent être stockés (soit près de 20% des émissions de la phase construction) tant que le bâtiment n’est pas détruit, jusqu’à sa fin de vie effective. La méthode RE 2020 en l’état simule une réémission de 60% du carbone stocké et donne un permis de démolir du gros oeuvre au bout de 50 ans, alors que celui-ci doit être conservé au maximum et peut durer des siècles. La réémission du carbone stocké doit être imputée à 100% à celui qui détruit le bâtiment et non à celui qui le construit et le gros oeuvre ne doit jamais être considéré comme amorti.

Surface de référence pour le calcul de la performance carbone

S’appuyer sur la surface utile (SU) ou la surface habitable (Shab) revient à ne pas prendre en compte des surfaces construites productives ou imposées importantes (parking, terrasses, balcons…). Une telle option, si elle n’est pas corrigée, aura comme conséquence d’encourager le choix de terrains « vierges » de toutes contraintes urbaines, permettant des bâtiments sans infrastructure, incitant ainsi à l’étalement urbain et l’artificialisation des sols. Ce sera aussi encourager des programmes immobiliers frustres, sans disposition contribuant à leur qualité de vie et à leur durabilité, et donc plus rapidement obsolètes car ne tenant pas compte des attentes des usagers.

Logements BBCA

Logements collectifs à Strasbourg – label BBCA neuf, réalisation – excellence – source BBCA
 

Fiabilité des données de l’empreinte carbone des produits et équipements

Les vérifications actuelles sur les fiches de déclaration environnementales (FDES ou PEP) reposent sur un contrôle de la juste application de la méthode de calcul ACV et ne s’attachent pas à garantir la pertinence des scénarios retenus en termes de transport et réemploi alors que leur impact, selon que l’on retienne un scénario optimiste ou pessimiste, peut-être considérable. Le calcul règlementaire doit pouvoir s’appuyer sur une certification fiable de l’empreinte carbone des produits et équipements utilisés dans l’ACV Bâtiment qui puisse garantir la pertinence des scénarios retenus (à l’instar de la certification des isolants via la marque Acermi).

Rénovation bas carbone

Qu’il s’agisse de construction neuve ou de rénovation, les dernières années ont appris aux acteurs de l’immobilier que le sujet était moins la maîtrise des consommations, que celui des émissions de CO2. Pourtant l’Etat a lancé un vaste plan de rénovation énergétique, avec l’objectif d’en finir avec les passoires thermiques. ¾ des bâtiments 2050 sont déjà construits. Si on veut être utile à la planète, sautons une étape, passons de la « rénovation énergétique » à la « rénovation bas carbone ».

Stanislas Pottier
 


Stanislas Pottier indique :

« Construire bas carbone, c’est possible, pour tous, dès maintenant, comme le montre les nombreuses opérations labellisées BBCA depuis cinq ans et le manuel de la construction bas carbone publié par BBCA en 2020. Nous souhaitons que la RE 2020 engage toute la profession dans ce grand défi et consolide l’excellence de la filière française.»

À propos de l’association BBCA

L’Association pour le Développement du Bâtiment Bas Carbone (BBCA) rassemble les principaux intervenants de l’acte de construire (plus d’une centaine de membres) : promoteurs immobiliers, investisseurs, utilisateurs, aménageurs, collectivités, architectes, constructeurs et bureaux d’étude. Pionnière, son lancement en 2015 a marqué la volonté des acteurs immobiliers de contribuer à lutter activement contre le dérèglement climatique en s’engageant dans la voie de la construction bas carbone. Le label BBCA atteste de l’exemplarité de l’empreinte carbone d’un bâtiment neuf ou d’une rénovation. L’esquisse d’un référentiel quartier bas carbone a également été publiée en 2018. Avec la publication du Manuel de la construction bas carbone mi-2020, l’Association mobilise les décideurs et l’amont de la filière. 

Manuel "Construisons et rénovons bas carbone" par BBCA

Construire bas carbone



Bâtiment et climat – Convention citoyenne : Réduire la consommation énergétique ne suffit plus, construisons et rénovons bas carbone.

L’Association BBCA montre la voie avec son Manuel à l’usage des décideurs.
Avec la publication « Construire bas carbone, manuel à l’usage des décideurs », ouvrage collaboratif et pédagogique conçu à partir des retours d’expérience et des travaux des membres et partenaires actifs de l’Association, BBCA aide et mobilise de façon très concrète les décideurs de l’amont de la filière.
 


Consulter la démo :

Construire bas carbone : manuel à l'usage des décideurs

Version intégrale disponible sur demande.


Source et lien

Asso BBCA

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

EnerJ-meeting Paris, le grand rendez-vous de toute la filière des décideurs du bâtiment fait peau neuve au Carrousel du Louvre le 6 Février 2024


EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Journée incontournable pour les professionnels du bâtiment. Découvrir comment les acteurs du bâtiment peuvent construire plus durable grâce à des solutions efficaces.


Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Découvrez les dernières avancées technologiques au cœur d’EnerJ-meeting Paris 2024. Explorez les solutions techniques qui façonneront l’avenir de l’industrie du bâtiment.


Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Découvrez dans le Livre Blanc les 25 recommandations pour réduire le carbone incorporé dans les bâtiments.


Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Le bâtiment neuf doit non seulement être efficace et exemplaire sur le plan énergétique mais également sur le plan environnemental .


Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Retour sur la conférence de Franck Boutté lors d'EnerJ-meeting Paris 2024 : Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?


Régulation et GTB : le marché français en 2023 et les perspectives 2024

Régulation et GTB : le marché français en 2023 et les perspectives 2024

L’évolution du marché français de la régulation et de la GTB en 2023 et les tendances à surveiller en 2024.


L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L'Ademe présente une étude, réalisée sur 3 ans, sur le secteur bâtiment et la crise de l'immobilier post Covid


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Renouvelables : tenir les projections pour 2030 demandera de forts investissements

Renouvelables : tenir les projections pour 2030 demandera de forts investissements

Investissements essentiels pour atteindre les objectifs de développement durable en 2030 pour un avenir plus propre


Il faut « sauver le soldat PAC » !

Il faut « sauver le soldat PAC » !

Le renforcement de production de pompes à chaleur est attendu pour décarboner la France. Mais un hic demeure.


Synthèse de la comparaison entre la rénovation, démolition-reconstruction

Synthèse de la comparaison entre la rénovation, démolition-reconstruction

Avantages et inconvénients, cette analyse met en avant le contraste entre les deux méthodes et attire l’attention des lecteurs intéressés par les choix de rénovation.


En attendant un imaginaire positif … l’ADEME produit un nouvel avis sur la rénovation performante des logements

En attendant un imaginaire positif …  l’ADEME produit un nouvel avis sur la rénovation performante des logements

L’ADEME publie un avis sur la rénovation performante des logements : découvrez les recommandations pour une transition écologique réussie.


Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Comprendre les Profils Environnementaux Produits (PEP) : un outil essentiel pour la construction écoresponsable.


Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Optimisez et économisez votre consommation d’énergie avec la récupération de chaleur des eaux grises.