Rénovation énergétique des logements en France, étude de l’ONRE et statistiques

C’est le panorama des rénovations énergétiques en France le plus complet à ce jour que livre l’étude de l’ONRE (observatoire national de la rénovation énergétique).

Ainsi plus de 2 million de logements collectifs et maisons individuelles ont été rénovés avec une aide, soit 7 % du parc. Ces rénovations permettraient une réduction de 1.6 % de la consommation d’énergie conventionnelle du parc de logements.

rénovation énergétique étude

Etude de 118 pages sur la rénovation énergétique des logements en France

Cette étude se base sur deux éclairages complémentaires:

  • L’enquête sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles (Tremi) 2020, copilotée par l’Agence de la transition écologique (Ademe) et le service des données et études statistiques (SDES), qui interroge des ménages résidant en maison individuelle sur les travaux qu’ils ont réalisés entre 2017 et 2019.
  • Les données relatives aux principales aides à la rénovation sur la période de 2016 à 2019, et, plus particulièrement, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) ainsi que les aides Habiter mieux (HM) de l’Agence nationale pour l’habitat (Anah). Ces données ont été appariées entre elles pour identifier le nombre de logements ayant bénéficié d’au moins une aide (plusieurs aides pouvant être perçues pour le même geste de travaux) et estimer les économies d’énergie associées à ces gestes aidés.

rénovation énergétique logements

La rénovation énergétique des logements*

*Enquête sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles (TREMI) en 2019 - © Traitements : SDES 2019 - Sources : enquête Tremi 2020 (Ademe, SDES) ; fichiers d’aides à la rénovation (DGFip, Anah, DGEC), calculs SDES

Des rénovations mais pas toutes thermiques !

Des rénovations sont réalisées dans de nombreux logements et aboutissent souvent, mais pas systématiquement, à une amélioration de leurs performances thermiques.

L’enquête Tremi couvre l’ensemble des travaux susceptibles d’améliorer la performance énergétique du logement, en touchant l’enveloppe du bâti ou les systèmes de chauffage, l’eau chaude sanitaire, la ventilation ou la climatisation. On dénombre ainsi 3,1 millions de maisons individuelles ayant fait l’objet d’une rénovation « potentiellement » énergétique en 2019 en France métropolitaine, soit 19 % du parc de maisons individuelles. Une modélisation des performances thermiques avant et après travaux permet d’estimer que, parmi ces rénovations de maisons individuelles, 2,3 millions ont effectivement conduit à une réduction de la consommation d’énergie finale conventionnelle. L’écart entre ces deux nombres met en évidence que beaucoup de travaux négligent l’amélioration des performances thermiques (voire conduisent à une augmentation de la consommation comme la première installation d’un climatiseur par exemple).

L’analyse des données relatives aux aides à la rénovation sur la période 2016-2019 permet de comptabiliser les rénovations énergétiques en restreignant leur champ à celles ayant bénéficié d’une aide publique : 2,1 millions de logements au total (7 % du parc), dont 1,4 million de maisons individuelles (8 % du parc), ont ainsi fait l’objet d’une rénovation aidée en 2019.

Les plus intéressés par la rénovation énergétique : les propriétaires occupants

La rénovation énergétique concerne principalement les maisons individuelles et les propriétaires occupants.

Si l’enquête Tremi ne concerne que les maisons individuelles, l’analyse des aides à la rénovation sur la période 2016-2019 montre que, à l’exception des CEE ciblant de l’habitat collectif en location (24 % des logements rénovés bénéficiant de CEE, contre 14 % pour l’ensemble des aides), la grande majorité des logements rénovés grâce aux aides sont des maisons individuelles occupées par leur propriétaire (65 % des logements rénovés bénéficiant d’une aide).

Par ailleurs, l’analyse des résultats de l’enquête Tremi montre que les travaux :

  • Sont un peu plus fréquents que la moyenne dans les grands logements,
  • Dans ceux construits avant 2000,
  • Dans ceux occupés par des ménages aisés
  • Et surtout dans ceux ayant fait l’objet d’un emménagement récent.

Rénovation énergétique et dispositifs d’aides

Les différents dispositifs d’aides ciblent des catégories de ménages contrastées en matière de niveau de vie.

Si le dispositif « Habiter mieux » est, du fait de ses critères d’éligibilité, concentré sur les ménages modestes, le CITE profite davantage aux ménages aisés tandis que les CEE présentent un profil de bénéficiaires assez équilibré. La montée en puissance du dispositif des CEE sur la période 2016 à 2019 conduit à un rééquilibrage en faveur des ménages les plus modestes (36 % des ménages ayant réalisé une rénovation aidée font partie des quatre premiers déciles en 2019, contre 32 % en 2016), même s’ils réalisent toujours en proportion moins de gestes que le reste de la population.

Rénovation énergétique et baisse de consommations

Les rénovations énergétiques réduisent de manière significative la consommation d’énergie conventionnelle des logements.

Selon l’enquête Tremi, les travaux réalisés en 2019 par les ménages habitant en maison individuelle auraient ainsi conduit à des économies conventionnelles d’énergie finale de 8,1 TWh/an. Cela représente 2,5 % de la consommation conventionnelle d’énergie finale de l’ensemble du parc de maisons individuelles. La contribution estimée des rénovations aidées à la réduction de la consommation conventionnelle totale des résidences principales en 2019 en France métropolitaine est, elle, de 1,6 %.

Les gains énergétiques sur le bâti et les équipements thermiques

Les travaux de rénovation effectués sont très divers et ne permettent pas tous les mêmes économies.

Parmi les 2,3 millions de rénovations ayant engendré des gains énergétiques dans les maisons individuelles en 2019, les systèmes de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire constituent presque la moitié des économies d’énergie (49 %), tandis que les rénovations des parois opaques (toitures, murs, planchers) totalisent 38 % des économies d’énergie et celles des parois vitrées et ouvertures 5 %.

Sur le champ des rénovations aidées, la tendance entre 2016 et 2019 est à la hausse des changements de système de chauffage ou d’eau chaude sanitaire (47 % des économies d’énergie en 2016, contre 55 % en 2019) et surtout des travaux sur les parois opaques (27 % en 2016, 46 % en 2019).

La ventilation, le parent pauvre … Le particulier actif dans les travaux

La proportion de rénovations bénéficiant d’aides est variable suivant les postes.

C’est le cas d’une grande majorité de changements de systèmes de chauffage et d’eau chaude sanitaire mais d’une très faible part des rénovations portant sur la ventilation.

Certaines réfections peuvent améliorer, même légèrement, la performance énergétique sans pour autant satisfaire aux critères techniques d’éligibilité aux aides. En outre, un nombre important de travaux sont réalisés directement par les particuliers sans faire appel à un professionnel (particulièrement concernant les murs).

Travaux de chauffage et d’ECS, les plus efficaces

Les travaux portant sur les systèmes de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire apparaissent globalement les plus efficaces.

Avec une économie d’énergie moyenne par logement deux à trois fois plus élevée que ceux portant sur les parois opaques et six à huit fois plus élevée que ceux sur les ouvertures.

L’installation d’une pompe à chaleur apporte en particulier des gains très élevés dans la majorité des cas.

Parmi les gestes portant sur l’enveloppe du bâti, l’isolation des murs, par l’intérieur ou l’extérieur, présente la plus grande efficacité en moyenne.

Bien qu’assez peu fréquemment aidés, les travaux relatifs à la ventilation génèrent souvent des gains significatifs.

Rénover pour emménager et rénover pour remplacer un appareil défectueux

La plupart des ménages ayant rénové sont satisfaits des travaux mais estiment que d’autres sont encore nécessaires.

Les ménages confient majoritairement la réalisation des travaux à des professionnels, dont ils se déclarent globalement satisfaits. Les rénovations les plus importantes sont souvent liées à l’achat et à l’emménagement dans un nouveau logement, tandis que celles de moindre ampleur sont plus fréquemment provoquées par la nécessité de remplacer un équipement défectueux. La plupart des ménages ayant rénové estiment avoir encore des travaux à réaliser mais sont souvent freinés par leur situation.


Téléchargez l’étude mai 2020 de l’ONRE
 


Source et lien

logo ministère transition écologique

A savoir …

ONRE : Observatoire national de la rénovation énergétique. Il a pour mission d’améliorer la connaissance de la dynamique de rénovation énergétique de l’ensemble des bâtiments résidentiels et tertiaires.

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Découvrez les solutions pour les réseaux de chaleur et de froid urbains développées par Wilo.


Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Les étiquettes énergétiques F et G liées au DPE sont un fléau pour le patrimoine de logements sociaux, au coeur des enjeux du secteur bâtiment. Comment les éradiquer ?


Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Schneider Electric a conçu un Guide pour répondre aux exigences de la Réglementation Environnementale 2020.


Le parc de logements par classe de performance énergétique

Le parc de logements par classe de performance énergétique

Voici l'état du parc de logements par classe énergétique au 1er janvier 2022 : les DPE tiennent compte de la modification de calcul opérée en 2021.


Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

La rénovation en résidentiel, Enertech, Effinergie, Médiéco et négaWatt en ont démontré toute sa portée en rénovant 106 maisons devenues BBC.


Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Il est important de prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique du bâtiment. Découvrez les solutions Atlantic.


Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Avec la réglementation environnementale RE2020, les pompes à chaleur sont devenues quasiment obligatoire, même pour les logements collectifs.


EnerJ-meeting Lyon le 15 nov. pour « construire et rénover objectif 0 carbone »

EnerJ-meeting Lyon le 15 nov. pour « construire et rénover objectif 0 carbone »

Le 15 novembre 2022 aura lieu la 2e édition d'EnerJ-meeting Lyon. Au programme "Construire et rénover objectif zéro carbone".


Pourquoi et comment récupérer la chaleur de l’air avant de le rejeter à l’extérieur ?

Pourquoi et comment récupérer la chaleur de l’air avant de le rejeter à l’extérieur ?

Récupérer la chaleur de l'air avant de le rejeter à l'extérieur peut être un atout à maints égards. Atlantic Climatisation et ventilation nous explique pourquoi et comment faire


Décarbonation des bâtiments : comment Accenta révolutionne le marché !

Décarbonation des bâtiments : comment Accenta révolutionne le marché !

Neutralité carbone en 2050 : Accenta innove pour décarboner le bâtiment avec des services énergétiques utilisant géostockage et IA.


Le plafond climatisant : source d’économies d’énergie et de sobriété carbone

Le plafond climatisant : source d’économies d’énergie et de sobriété carbone

Confort, sobriété énergétique et sobriété carbone sont au coeur des préoccupations. Le plafond climatisant développé par Interalu répond à ces problématiques


Lot CVC et vecteur air : un axe majeur pour réduire la consommation énergétique dans le tertiaire

Lot CVC et vecteur air : un axe majeur pour réduire la consommation énergétique dans le tertiaire

Réduire le consommations énergétiques des bâtiments tertiaires est une difficulté à laquelle le vecteur air peut répondre.


Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Découvrez la tendance dans le mouvement de la transition énergétique et écologique en 2021.


Interclima : performance et rendement du CVC pour répondre au défi bas carbone

Interclima : performance et rendement du CVC pour répondre au défi bas carbone

Découvrons le panorama des innovations CVC du récent salon Interclima avec une présentation de l’offre en équipements de confort orientée performance et rendement et bas carbone.


Les industriels du CVC sont-ils prêts pour l'évaluation de l'impact carbone d'un bâtiment ?

Les industriels du CVC sont-ils prêts pour l'évaluation de l'impact carbone d'un bâtiment ?

Depuis plusieurs années, les industriels du secteur CVC se sont engagés dans la démarche PEP.