Chargement...

Concours Lépine 2007 : les inventeurs sont écolos !

Un tour rapide dans ce marché des innovations pour se pencher sur un mousseur anti-gaspi, un nouveau gisement d’énergie et la solution réversible mise au point par un artisan lyonnais.

concours lepine
Photo Chine R&D49 : Le professeur Xu Jihong a développé le process de production de plans de jatropha curcas adaptés à une production rentable d’huile végétal biologique utilisable dans les véhicules diesel.
Couloupas 1&2 : Pièce mécanique, le Couloupas permet de gérer les débits d’eau de manière simple.
Breard51 : José Bréard a déposé deux brevets pour son système réversible « le groupe chauffage central centralisé » : un sur l’échangeur chaud/froid, l’autre sur le surpresseur pour le régime de chauffage.

Se passer de chaudière

L’huile extraite des fruits du jatropha curcas comme succédané au gasoil est déjà connue. Au milieu d’une très importante délégation chinoise, le professeur Xu Jihong [email], de l’Ecole des sciences de la vie de l’Université de la province du Yunnan présentait un brevet d’un tout autre intérêt que celui de remplacer les plants de tournesol, colza ou autres. Sur le concours Lépine, il était venu promouvoir sa technique de sélection de plants producteurs de fruits et de développement d’une variété naine. Le but est multiple : améliorer la cueillette de cet arbre plutôt haut sur pied, décontaminer les plants par culture tissulaire de la pointe de tige pour assurer une reproduction à grande vitesse et en toute saison, améliorer leur rendement.
Autre avantage : les nouveaux plants se satisfont de sols difficiles : montagne ou zones désertiques. Ce que ce professeur considère comme un avantage important au regard des autres produits agricoles, consommateurs de sols riches.
L’huile végétale extraite alimenter les moteurs diesel, en mélange ou pure. Ce sans modification des réglages.
Le produit pourrait tout autant alimenter des chaudières au fioul. Le chercheur veut nouer des partenariats en Europe..

Le Couloupas : une cellule manuelle

Le brevet de l’économiseur d’eau Couloupas a été déposé par Daniel Savonnet fin octobre dernier. Son principe est simple : le mousseur en bout des becs de robinets est remplacé par ce petit mécanisme qui coupe l’eau par un simple enfoncement ; un second mouvement la libère. Deux versions sont disponibles : à interruption complète ou avec maintien d’un goutte à goutte.
Le brevet porte sur le mécanisme de fermeture intégré dans cette pièce et son mouvement pratiquement indépendant du flux : l’inventeur le promet sans « coup de bélier ». Les prototypes en démonstration pendant les quelques jours de la Foire de Paris ont suscité l’engouement d’hôteliers préoccupés par une démarche environnementale, de prescripteurs qui le verrait dans les maternelles ou dans les lieux de santé.
Décrit par des visiteurs comme une « cellule manuelle », en référence aux robinets à économie d’eau avec cellule électronique, ce produit n’est pas encore en production. Daniel Savonnet a cependant des contacts avec l’entreprise… Chavonnet.
Le Couloupas a reçu la médaille d’argent du ministère de l’Équipement du concours Lépine 2007.

Une chaudière et un groupe de froid sur un même réseau

Avant de présenter son système « Le groupe chauffage central ventilé »,ou LG3C, sur son stand du concours Lépine, José Bréard, installateur chauffagiste basé en région lyonnaise a déjà testé ses deux brevets sur les 47 chambres de l’hôtel Danemark, à Nice. L’idée de relier une chaudière sur un groupe de froid pour chauffer et rafraîchir les pièces d’un logement occupe l’esprit des chercheurs. Cet inventeur d’une solution pour les équipements neufs ou à rénover y parvient grâce à deux innovations.
La première porte sur le système d’échange entre le générateur de chaleur et le groupe de froid. José Bréard a conçu un poste de commande qu’il veut entièrement manuel pour des raisons à la fois économiques et de sécurité de manipulations. La seconde porte sur l’installation d’une turbine en entrée de circuit hydraulique : son but est de produire une surpression dans le réseau pour le régime chauffage de manière à alimenter efficacement les ventilo-convecteurs installés dans les pièces. Cette turbine est déclenchée par une sonde dès que la température de fluide est supérieure à 40 °C. Elle permet de compenser les perturbations hydrauliques rencontrées par les variations de température de l’eau du réseau et affranchit le système d’un vase d’expansion.
À noter aussi que son innovation intègre une entrée-sortie pour simplifier le rinçage-désembouage de l’installation. LG3C a été primé de la médaille du ministère délégué aux PME, au commerce, à l’artisanat et au professions libérales et figure parmi les plus hautes distinctions du concours 2007.

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité