Chargement...

Effet de serre: Conduire les HLM au Facteur 4

Le troisième appel à projets de la Fondation Bâtiment Énergie a sélectionné deux programmes de recherche dédiés spécialement à la rénovation des logements sociaux.

isolation thermique hlm

Le logement social se trouve à la croisée d’une double problématique : diviser par quatre ses émissions de CO2 d’ici à 2050, d’une part, lutter contre la précarité énergétique renforcée par le renchérissement du prix des énergies, d’autre part. En effet, les populations à revenus modestes qui occupent ce type d’habitat sont plus durement touchées par des augmentations de charges locatives que les autres. Ces deux paramètres ont incité la Fondation Bâtiment Energie* à faire de l’efficacité énergétique du logement social l’objet d’un nouvel appel à projets, lancé en 2007.

Son objectif étant de faire émerger des méthodologies conduisant à la réalisation du facteur 4.
Deux projets ont été retenus. Le premier, intitulé Cible (pour « Cohérence des Interventions pour réaliser des Bâtiments de Logements basse Energie »), est piloté par la direction de la recherche et du développement de Gaz de France. Son objectif : aider les bailleurs sociaux à élaborer un programme de travaux étalé sur une quarantaine d’années. « La grande difficulté pour les bailleurs sociaux est d’effectuer simultanément plusieurs types de travaux de réhabilitation ; cela demande un effort financier trop important », souligne Valérie Hillevouan, de la direction « Recherche » de GDF. « Notre projet vise donc à planifier sur plusieurs dizaines d’années les travaux relatifs à l’enveloppe, aux équipements techniques de chauffage et de ventilation, de façon cohérente et en phase avec le facteur 4. » La « boîte à outils » qui en résultera permettra aux gestionnaires de parcs HLM de hiérarchiser et coordonner les futurs travaux de rénovation au regard de la configuration initiale du bâtiment. Le projet devrait durer 24 mois, dont trois consacrés à l’audit énergétique de plus de 40 000 logements en Ile-de-France.

Dans un deuxième temps seront élaborés les outils d’aide à la décision, dont un logiciel de simulation thermique intégrant les profils-types de bâtiments dégagés préalablement lors de l’étude du patrimoine. La dernière partie du projet sera consacrée à l’évaluation de cet outil en terme de cohérence des prescriptions.

Financements innovants

Le deuxième projet se nomme Ippi, comme « Intégration et Planification pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’un Patrimoine Immobilier ».
Animé par l’Association régionale des organismes HLM de Rhône-Alpes (Arra), il concerne quelque 400 000 logements sociaux de la région Rhône-Alpes et va durer trois ans. Il vise à établir des programmes de rénovations cohérentes entre elles dans l’optique du facteur 4.

A l’instar du projet Cible, il est question d’élaborer des outils permettant aux bailleurs de mettre en œuvre des opérations de réhabilitation conduisant à des économies d’énergie, dont un logiciel totalement libre de droits, permettant de réaliser des simulations, aussi bien thermiques que financières. Sans oublier un côté très pragmatique : des études de cas, répertoriées par type de bâtiment, agrémentées de « bouquets » de solutions-types. La différence entre ces deux projets réside surtout dans le fait que le second accorde une place importante à la création d’outils financiers innovants pour la mise en œuvre des travaux de réhabilitation. « Plusieurs pistes sont à l’étude », envisage Olivier Pourny, chargé de mission au sein de l’Arra : « location de toitures pour l’installation de panneaux solaires ; Partenariats public-privé (PPP) ; valorisation des Certificats d’économies d’énergie découlant des opérations de rénovation, etc. » Pour e type de bâtiments, plus que pour d’autres, la question du financement des travaux s’avère fondamentale. Les bailleurs sociaux privilégient la réhabilitation à la construction neuve. « Les prix du foncier et de la construction augmentent et les bailleurs sociaux ne peuvent s’aligner sur le prix du mètre carré consenti par les promoteurs privés », poursuit Olivier Pourny. Et ce dernier de former le vœu qu’au-delà des fruits que porteront les deux programmes de recherche, le Grenelle de l’Environnement débouche sur un soutien accru des pouvoirs publics à la rénovation des bâtiments existants.

Pour que les HLM puissent, en plus de leur mission sociale, continuer à être porteurs d’innovation.

Idir Zebboudj

www.batiment-energie.org. La fondation a alloué aux projets Cible et Ippi un budget d’un million d’euros.

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité