Chargement...

L’empreinte carbone du bâtiment

Par Guillaume POITRINAL, Co-fondateur Woodeum

« Notre problème c’est le CO2 au m² et non plus le kWh/m² », ainsi s’exprime Guillaume Poitrinal dans un brillant exposé sur les bienfaits de la construction et de la rénovation bas carbone. Pour que nos bâtiments puissent laisser la plus faible empreinte carbone, voici un changement de paradigme avec l’économie circulaire et un plébiscite de la construction bois. A découvrir dans la vidéo ci-dessous, conclusion d’une des conférences d’EnerJ-meeting Paris 2019.


L’empreinte carbone du bâtiment par Guillaume Poitrinal
VIDEO conférence EnerJ-meeting du 7 février 2019


1

Le réchauffement climatique ne fait plus débat

Jamais de l’histoire de la planète (climatiquement mouvementée) ce réchauffement n’a été aussi violent. Son origine est désormais connue : la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis un siècle, nous avons gagné 1 degré en passant de 280 ppm à 400 ppm de CO2. Le scénario vers lequel nous nous dirigeons donne un taux de 2 000 ppm à horizon 2050, avec une explosion des températures.

La grande raison des émissions de CO2 reste le transport : bonne nouvelle, ce secteur est en passe de réaliser sa grande mutation avec le moteur électrique, l’autopartage et les circulations douces.

Moins connue est la situation de l’immobilier : c’est la 2ème cause des émissions mondiales et cela reste notre priorité, nous professionnels du bâtiment, contre le réchauffement climatique.

Le secteur immobilier n’est pourtant pas en manque de réglementations et labels environnementaux. Enhardi par de remarquables succès sur les économies d’énergie, le secteur a voulu compléter le plus petit kWh/m² par une multitude de nouvelles raisons de se donner bonne conscience : récupération des eaux de pluie, tri des ordures, permaculture sur le toit, autoproduction énergétique, électro-ménager partagé…


2

Mais dans cet inventaire à la Prévert, de la mesure du CO2, il n’avait jamais été question …

La raison est simple : ce qui pollue le plus dans l’immobilier, contrairement aux idées reçues, c’est la construction. Le ciment, c’est 7% des émissions mondiales de CO2 et l’acte de construire en enter, avec le transport qui y est lié, c’est 17% à 20%. Or le béton, en France, c’est culturel. Compter le CO2 des bâtiments, c’était clairement trop demander aux puissances en place.

La promulgation de la remarquable loi ELAN en 2018 est venue soudainement changer la donne. L’empreinte carbone du bâtiment sera désormais calculée sur le cycle de vie entier de l’édifice, y compris la construction. C’est une formidable occasion pour notre pays de réinventer nos modes constructifs pour y intégrer des matériaux qui piègent le carbone au lieu d’en émettre.

Oui, ces matériaux miraculeux existent : ils poussent naturellement à quelques kilomètres… Il s’agit de nos arbres, qui, avec la photosynthèse, passent leur vie à désintoxiquer la planète. Tant qu’il pousse, l’arbre continue à manger du CO2, stocker le carbone et émettre de l’oxygène. Et ce carbone ne demande qu’à être protégé, c’est-à-dire sort de la forêt, et mis à l’abri des intempéries et de la putréfaction. En réalisant le gros œuvre de nos bâtiments en bois au lieu du béton, nous pouvons constituer un puits de carbone de très longue durée, simple, économique et efficace.

Et si nous replantons de nouveaux arbres, nous permettrons à la forêt de réactiver à nouveau son cycle naturel de captation de carbone. Il ne nous reste qu’à activer rapidement cette pompe pour éviter le pire.


Par Guillaume Poitrinal, Co-fondateur Woodeum, Président de la Fondation du Patrimoine et ex-PDG du groupe Unibail-Rodamco



Guillaume POITRINAL

Guillaume Poitrinal, Co-fondateur Woodeum
Diplômé d'HEC, Guillaume Poitrinal a commencé sa carrière chez Morgan Stanley à Londres, avant de rejoindre Unibail en 1995. Il y restera 18 ans. Après avoir dirigé le groupe Unibail-Rodamco pendant 8 ans, il décide de le quitter pour fonder Woodeum, une société innovante spécialisée dans la promotion immobilière bas carbone utilisant le bois massif CLT.
En parallèle, il crée le fonds d’investissement ICAMAP destiné à favoriser la croissance des sociétés foncières de petite et moyenne taille en Europe. Il est membre fondateur de l’Association pour le développement du Bâtiment Bas Carbone. Il est aussi Président de la Fondation du Patrimoine et administrateur des sociétés ICADE et UGC.



SOURCE ET LIEN

Woodeum

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité