Non, la méthode de calcul du DPE n’est pas fausse !

Par Olivier SIDLER – Consultant en énergétique du bâtiment

Les pouvoirs publics viennent de retirer l’outil de calcul du DPE pour les logements datant d’avant 1975 au motif qu’il comporte des bugs et qu’il conduirait à livrer des rapports « anormaux » surévaluant le nombre de logements de classes F et G. Ceci fait suite aux remontées des professionnels de l'immobilier qui ont pointé une augmentation du nombre de ces logements.

Nouveau DPE

Le nouveau DPE, diagnostic de performance énergétique

Outil de calcul du DPE, mais une augmentation par rapport à quoi ?

De telles remarques peuvent surprendre parce qu’elles semblent préjuger du résultat attendu. Rappelons qu’il est difficile aujourd’hui, même pour des professionnels aguerris, d’avoir des repères en la matière car l’étiquette énergie vient de changer en profondeur, que les seuils ne sont plus les mêmes et surtout qu’il existe désormais deux échelles qualifiantes, l’une en énergie et l’autre en émission de GES. Rappelons aussi que la réforme a abaissé le seuil d’entrée dans la classe énergétique G qui est passé de 450 à 420 kWhEP/m²/an. Difficile dans ces conditions de se faire a priori une idée du résultat final.

D’autre part, le DPE devant devenir opposable, la méthode de calcul, jusque là passablement approximative, a été profondément améliorée par une commission réunissant de nombreux experts du bâtiment. D’une manière générale ce travail a effectivement conduit à une augmentation de la consommation de chauffage, mais aussi à une baisse de la consommation d’eau chaude sanitaire (dont les besoins étaient surévalués jusque là). Il faut donc considérer cette nouvelle méthode comme beaucoup plus fiable même si elle doit amener à dégrader les bilans de consommation.

Enfin, affirmer qu’il y a une surévaluation du nombre de logements de classes F et G suppose de disposer d’une référence : surévalué, mais par rapport à quoi ? En principe c’est à l’issue de l’ensemble des diagnostics que l’on saura quel est le nombre et la proportion de logements dans chaque classe énergétique.

DPE pour éradiquer passoires énergétiques, comparons les méthodes

L’ensemble de ces affirmations un peu péremptoires renvoie aux enjeux des stratégies mises en place afin d’éradiquer l’ensemble des passoires énergétiques (les logements de classes F et G) d’ici 2028, comme la loi nous y contraint. Mais dans un délai aussi court, l’éradication n’est possible que si le nombre de logements de classes F et G est limité…. Il existait depuis 2013 une enquête de terrain de grande qualité (baptisée Phébus), construite sur la réalisation de 2 500 DPE exécutés avec rigueur, associée à des entretiens dans chaque logement. Cette enquête datant de 2012, elle devait être actualisée pour tenir compte des logements construits depuis lors et pour intégrer la nouvelle étiquette énergie (alors dénommée Phébus +) . Elle conduit au nombre de 9,3 M de logements de classes F et G, valeur probablement un peu majorante si l’on tient compte des « gestes » de rénovation qui ont dû faire sortir quelques milliers de logements du statut de passoire.

Mais en septembre 2020, les pouvoirs publics ont publié une étude visant à redéfinir le nombre de logements dans chaque classe énergétique[1]. En s’appuyant sur une méthodologie particulièrement obscure, elle a conclu qu’il n’y avait plus que 4,8 M de logements en classes F et G…. Le but était évident et il est donc étonnant que ce soit sur la base de cette étude contestable qu’a été optimisée la nouvelle étiquette énergie. On comprend pourquoi l’enjeu des premiers diagnostics est considérable : c’est toute la stratégie mise en œuvre qui peut être mise en cause et l’exécution de la loi Climat et Résilience rendue impossible.

Dès lors, le plus simple est de confronter les chiffres que le terrain vient de faire remonter en les comparant aux structures de parc issues des deux méthodes en concurrence : celle du CGDD/SDES et Phébus +.

On a appris que 384 000 DPE avait été fait depuis le 1/7/2021, que 207 000 concernaient des logements d’avant 1975, que parmi ceux-ci 80 000 étaient en classes F ou G, et 105 000 en classes D ou E.

Notons d’emblée que le taux de DPE dans les logements d’avant 1975 (53,9 %) est proche du nombre de logements d’avant 1975 dans le parc (50,5%). Le tableau qui suit synthétise les observations :

DPE avant 1975

Ce tableau met clairement en évidence la bonne concordance, sur toutes les classes énergétiques, entre les retours de terrain et le modèle de parc décrit par Phébus + (bien que celui-ci majore un peu la part des classes F et G et minore celle des classes D et E comme indiqué plus haut). Le modèle proposé par l’étude CGDD/SDES est totalement disqualifié. C’est pourtant lui qui a servi de référence à ceux qui viennent de déclarer que la méthode du DPE comportait des anomalies.

[1] « Le parc de logements par classe de consommation énergétique » ‐ CGDD – Septembre 2020

Que les choses soient donc claires : non la méthode de calcul du DPE n’est pas défaillante et ne comporte pas de bugs majeurs

Elle délivre un verdict qui est juste. C’est la méthode de révision de la structure du parc en septembre 2020 qui est fausse[2] et qui doit être abandonnée au plus vite. Si les pouvoirs publics traitaient cette affaire, comme ils semblent vouloir le faire, en modifiant la méthode de calcul du DPE, qui a pourtant fait l’objet de consensus entre de nombreux experts, ils détruiraient définitivement la confiance des Français dans l’étiquette énergie et videraient celle-ci de son sens profond. Ils seraient bien mieux inspirés en s’attaquant sérieusement à la rénovation du parc de logements plutôt qu’en cherchant en permanence à modifier le thermomètre qualifiant l’état de ce parc.

[2] Voir la critique p.13 à 17 ici : http://leblog.enertech.fr/15-blog-olivier-sidler/74-reforme_cachee_dpe

Par Olivier SIDLER – Consultant en énergétique du bâtiment - Olivier.sidler(at)gmail.com

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Deux nouveaux décrets pour le DPE

Deux nouveaux décrets pour le DPE

Le diagnostic de performance énergétique fait l'objet de deux nouveaux décrets à connaître : ce qu'il faut savoir pour la vente ou la location d'un bien dès le 01/07/2021 !


Rénovation énergétique par étapes pour le logement individuel. Rapport d’expertise

Rénovation énergétique par étapes pour le logement  individuel.  Rapport d’expertise

Découvrez l'étude qui fait un point concret sur la rénovation « par étapes » des logements et analyse les conditions de réussite à la réalisation de rénovations performantes .


Nouvel E-book : Réglementation RE 2020, changements et décryptages

Nouvel E-book : Réglementation RE 2020, changements et décryptages

Téléchargez notre ebook RE 2020 pour connaitre tous les changements à venir en lien avec cette nouvelle réglementation environnementale


Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

4 ans après la construction d'un bâtiment passif en bois, découvrez les performances et enseignements à tirer de cette construction.


Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Le nouveau décret tertiaire en rénovation est désormais obligatoire pour tous les bâtiments existants de plus de 1000m2. Aussi, comment transformer cette obligation en opportunité ?


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Les réseaux de chaleur font partie du Plan Climat et représentent des solutions multi-énergies. Découvrez comment construire ces réseaux ainsi que leur fonctionnement.


Production d’eau chaude sanitaire ECS bas carbone

Production d’eau chaude sanitaire ECS bas carbone

De nos jours pour les bâtiments récents du résidentiel ou d’hébergement, la production d’ECS est devenue prépondérante.


Les dérives énergétiques des chaufferies récentes, retours terrain …

Les dérives énergétiques des chaufferies récentes, retours terrain …

Les chaufferies récentes (pac, chaudières à condensation, circulateurs ...) ne répondent parfois pas aux exigences de performance énergétique attendues.


96 % des Français encouragent le développement des filières EnR : le baromètre QualitEnR

96 % des Français encouragent le développement des filières EnR : le baromètre QualitEnR

Prenons connaissance avec cette étude le penchant des Français pour les installations utilisant les énergies renouvelables.


Regards croisés sur l’application de la RE2020 par la DHUP et Tribu Energie

Regards croisés sur l’application de la RE2020 par la DHUP et Tribu Energie

Regards croisés de deux experts sur la réglementation environnementale RE 2020 lors de la Journée EnerJ-meeting à Paris le 7 Septembre 2021


Réglementation RE2020, les textes d’arrêté et décret enfin parus !

Réglementation RE2020, les textes d’arrêté et décret enfin parus !

L'arrêté et le décret RE 2020 sont enfin parus ! XPair vous en présente tous les aspects essentiels !


Réglementation RE2020 et confort d’été : la méthode

 Réglementation RE2020 et confort d’été : la méthode

Le confort d'été est un enjeu majeur de la transition écologique et de la prochaine réglementation environnementale 2020 qui entrera en application en janvier 2022


Rénovation énergétique : qu'est-ce qui change au 1er Juillet pour les ménages ?

Rénovation énergétique : qu'est-ce qui change au 1er Juillet pour les ménages ?

Prenons connaissance des changements au 1er Juillet 2021 : La hausse des tarifs du gaz, l'élargissement de l'aide du gouvernement MaPrimeRénov' aux propriétaires bailleurs et à l'Outre mer, ...


Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King se démarque encore et ce n'est pas que du marketing ! La société s'engage dans une démarche de performance énergétique respectant les exigences de la prochaine RE2020