Non, la méthode de calcul du DPE n’est pas fausse !

Par Olivier SIDLER – Consultant en énergétique du bâtiment

Les pouvoirs publics viennent de retirer l’outil de calcul du DPE pour les logements datant d’avant 1975 au motif qu’il comporte des bugs et qu’il conduirait à livrer des rapports « anormaux » surévaluant le nombre de logements de classes F et G. Ceci fait suite aux remontées des professionnels de l'immobilier qui ont pointé une augmentation du nombre de ces logements.

Nouveau DPE

Le nouveau DPE, diagnostic de performance énergétique

Outil de calcul du DPE, mais une augmentation par rapport à quoi ?

De telles remarques peuvent surprendre parce qu’elles semblent préjuger du résultat attendu. Rappelons qu’il est difficile aujourd’hui, même pour des professionnels aguerris, d’avoir des repères en la matière car l’étiquette énergie vient de changer en profondeur, que les seuils ne sont plus les mêmes et surtout qu’il existe désormais deux échelles qualifiantes, l’une en énergie et l’autre en émission de GES. Rappelons aussi que la réforme a abaissé le seuil d’entrée dans la classe énergétique G qui est passé de 450 à 420 kWhEP/m²/an. Difficile dans ces conditions de se faire a priori une idée du résultat final.

D’autre part, le DPE devant devenir opposable, la méthode de calcul, jusque là passablement approximative, a été profondément améliorée par une commission réunissant de nombreux experts du bâtiment. D’une manière générale ce travail a effectivement conduit à une augmentation de la consommation de chauffage, mais aussi à une baisse de la consommation d’eau chaude sanitaire (dont les besoins étaient surévalués jusque là). Il faut donc considérer cette nouvelle méthode comme beaucoup plus fiable même si elle doit amener à dégrader les bilans de consommation.

Enfin, affirmer qu’il y a une surévaluation du nombre de logements de classes F et G suppose de disposer d’une référence : surévalué, mais par rapport à quoi ? En principe c’est à l’issue de l’ensemble des diagnostics que l’on saura quel est le nombre et la proportion de logements dans chaque classe énergétique.

DPE pour éradiquer passoires énergétiques, comparons les méthodes

L’ensemble de ces affirmations un peu péremptoires renvoie aux enjeux des stratégies mises en place afin d’éradiquer l’ensemble des passoires énergétiques (les logements de classes F et G) d’ici 2028, comme la loi nous y contraint. Mais dans un délai aussi court, l’éradication n’est possible que si le nombre de logements de classes F et G est limité…. Il existait depuis 2013 une enquête de terrain de grande qualité (baptisée Phébus), construite sur la réalisation de 2 500 DPE exécutés avec rigueur, associée à des entretiens dans chaque logement. Cette enquête datant de 2012, elle devait être actualisée pour tenir compte des logements construits depuis lors et pour intégrer la nouvelle étiquette énergie (alors dénommée Phébus +) . Elle conduit au nombre de 9,3 M de logements de classes F et G, valeur probablement un peu majorante si l’on tient compte des « gestes » de rénovation qui ont dû faire sortir quelques milliers de logements du statut de passoire.

Mais en septembre 2020, les pouvoirs publics ont publié une étude visant à redéfinir le nombre de logements dans chaque classe énergétique[1]. En s’appuyant sur une méthodologie particulièrement obscure, elle a conclu qu’il n’y avait plus que 4,8 M de logements en classes F et G…. Le but était évident et il est donc étonnant que ce soit sur la base de cette étude contestable qu’a été optimisée la nouvelle étiquette énergie. On comprend pourquoi l’enjeu des premiers diagnostics est considérable : c’est toute la stratégie mise en œuvre qui peut être mise en cause et l’exécution de la loi Climat et Résilience rendue impossible.

Dès lors, le plus simple est de confronter les chiffres que le terrain vient de faire remonter en les comparant aux structures de parc issues des deux méthodes en concurrence : celle du CGDD/SDES et Phébus +.

On a appris que 384 000 DPE avait été fait depuis le 1/7/2021, que 207 000 concernaient des logements d’avant 1975, que parmi ceux-ci 80 000 étaient en classes F ou G, et 105 000 en classes D ou E.

Notons d’emblée que le taux de DPE dans les logements d’avant 1975 (53,9 %) est proche du nombre de logements d’avant 1975 dans le parc (50,5%). Le tableau qui suit synthétise les observations :

DPE avant 1975

Ce tableau met clairement en évidence la bonne concordance, sur toutes les classes énergétiques, entre les retours de terrain et le modèle de parc décrit par Phébus + (bien que celui-ci majore un peu la part des classes F et G et minore celle des classes D et E comme indiqué plus haut). Le modèle proposé par l’étude CGDD/SDES est totalement disqualifié. C’est pourtant lui qui a servi de référence à ceux qui viennent de déclarer que la méthode du DPE comportait des anomalies.

[1] « Le parc de logements par classe de consommation énergétique » ‐ CGDD – Septembre 2020

Que les choses soient donc claires : non la méthode de calcul du DPE n’est pas défaillante et ne comporte pas de bugs majeurs

Elle délivre un verdict qui est juste. C’est la méthode de révision de la structure du parc en septembre 2020 qui est fausse[2] et qui doit être abandonnée au plus vite. Si les pouvoirs publics traitaient cette affaire, comme ils semblent vouloir le faire, en modifiant la méthode de calcul du DPE, qui a pourtant fait l’objet de consensus entre de nombreux experts, ils détruiraient définitivement la confiance des Français dans l’étiquette énergie et videraient celle-ci de son sens profond. Ils seraient bien mieux inspirés en s’attaquant sérieusement à la rénovation du parc de logements plutôt qu’en cherchant en permanence à modifier le thermomètre qualifiant l’état de ce parc.

[2] Voir la critique p.13 à 17 ici : http://leblog.enertech.fr/15-blog-olivier-sidler/74-reforme_cachee_dpe

Par Olivier SIDLER – Consultant en énergétique du bâtiment - Olivier.sidler(at)gmail.com

Commentaires

  • GABRIEL LAPIERR
    0
    26/10/2021

    Article très clair. Malheureusement les politiciens et les pouvoirs publics auront encore une fois de plus le dernier mot .
    Quel gâchis du travail fait laborieusement par les experts !
    La vérité scientifique et technique n'est pas la vérité technique.


  • Bruno Slama
    0
    17/10/2021

    Certes, la méthode n'est pas fausse, mais elle n'est pas très juste non plus. Par nature (calcul mensuel ou annuel, prise en compte limitée des masques, calcul des générateurs très globalisé, etc.) l'incertitude est de l'ordre de grandeur de la consommation d'un logement performant. La méthode date de la réglementation de 1988 et depuis aucune étude théorique n'a été faite dessus. Certains ajouts sont très discutables. Par exemple on tient compte, maintenant, d'un ralenti de jour pour le décompte des degrés-heures, sans avoir supprimé ou corrigé les coefficients d'intermittence. Ce n'est pas n'importe quoi mais ça n'a pas la rigueur que l'on pourrait attendre.


  • CATHERINE
    0
    14/10/2021

    C’est limpide! Encore une fois les pouvoirs publics essaient de trouver un subterfuge pour obtenir les chiffres qu’ils souhaitent et manipuler l’opinion publique.


  • Daniel HOSTALIE
    0
    14/10/2021

    Merci pour cette analyse pertinente et démonstrative.
    Il nous reste à espérer que les pouvoirs publics reviendront sur cette décision.


  • Simon DUVAL
    0
    14/10/2021

    La 3C-DPE2021 est à la rénovation énergétique ce que l'hydroxychloroquine est au covid...

    Il convient de lire les 150 pages de la méthode de calcul pour saisir que certains éléments sortent du domaine scientifique (le lien entre Q4 et N50 est un exemple criant de vérité..). cela demande un peu de travail....

    Il est triste et surtout dangereux que le panel d'experts ne se réduise à finalement quelques pseudos experts sur le retour séquestrant les débats pourtant nécessaires.


  • Arnaud
    0
    14/10/2021

    Belle analyse factuelle. Malheureusement j'ai des doutes en la capacité des pouvoirs publics de conclure l'histoire la tête haute. Un petit pensement et du maquillage fera l'affaire... comme trop souvent...


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Découvrez les solutions pour les réseaux de chaleur et de froid urbains développées par Wilo.


Le parc de logements par classe de performance énergétique

Le parc de logements par classe de performance énergétique

Voici l'état du parc de logements par classe énergétique au 1er janvier 2022 : les DPE tiennent compte de la modification de calcul opérée en 2021.


La ventilation double-flux thermodynamique : un COP jusqu'à 12, sans contamination possible

La ventilation double-flux thermodynamique : un COP jusqu'à 12, sans contamination possible

Le Covid continue et le décret tertiaire impose un fort objectif d'économies d'énergie : répondre à ces problématiques est-il encore possible ?


Baromètre QUALIT’EnR 2022 : « Les Français et les EnR »

Baromètre QUALIT’EnR 2022 : « Les Français et les EnR »

Le baromètre QUALIT’EnR 2022 démontre que plus d’un Français sur trois envisagent d’équiper leur logement en EnR, soit 37 %.


Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

La rénovation en résidentiel, Enertech, Effinergie, Médiéco et négaWatt en ont démontré toute sa portée en rénovant 106 maisons devenues BBC.


Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Découvrez la tendance dans le mouvement de la transition énergétique et écologique en 2021.


La ventilation double-flux thermodynamique, sans contamination possible

La ventilation double-flux thermodynamique, sans contamination possible

Pour éviter toute contamination par la ventilation, il existe désormais des solutions telles que la ventilation double-flux thermodynamique.


Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Les étiquettes énergétiques F et G liées au DPE sont un fléau pour le patrimoine de logements sociaux, au coeur des enjeux du secteur bâtiment. Comment les éradiquer ?


Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Schneider Electric a conçu un Guide pour répondre aux exigences de la Réglementation Environnementale 2020.


Décret tertiaire : comment atteindre les objectifs réglementaires en limitant les investissements ?

Décret tertiaire : comment atteindre les objectifs réglementaires en limitant les investissements ?

Le décret tertiare est désormais entré vigueur : comment respecter les objectifs réglementaires tout en limitant le coût des investissements ?


RE2020 : études sur un bâtiment d’habitation collectif de 53 logements en zone H1a

RE2020 : études sur un bâtiment d’habitation collectif de 53 logements en zone H1a

GRDF et SIA Habita ont mené conjointement des études avec BH Environnement pour étudier l'impact de la RE2020 sur un bâtiment d'habitation collectif. Résultats !


Le futur label RE2020 confié à un Groupement d’Intérêt Ecologique et au Plan Bâtiment Durable

Le futur label RE2020 confié à un Groupement d’Intérêt Ecologique et au Plan Bâtiment Durable

Le futur label RE2020 est en cours d'élaboration. C'est le Plan Bâtiment Durable et le Groupement d’Intérêt Ecologique qui en ont la charge


RE2020 pour les bureaux et bâtiments scolaires, le décret 2022-305

RE2020 pour les bureaux et bâtiments scolaires, le décret 2022-305

Le nouveau décret relatif à la RE2020 2022-305 impacte les immeubles de bureaux et les bâtiments scolaires.


Entrepôt logistique (10) : 30 % de consommation gaz en moins

Entrepôt logistique (10) : 30 % de consommation gaz en moins

Après des travaux de régulation en chaufferie et de calorifugeage des réseaux, la régulation terminale ThermoZYKLUS est installée et mise en service fin 2021


Tableau de bord des labels Effinergie - 1er trimestre 2022

Tableau de bord des labels Effinergie - 1er trimestre 2022

Voici le tableau de bord des labels Effinergie pour ce premier trimestre 2022. L'Observatoire BBC partage son analyse.