Chargement...

Poêles granulés et bûches : les ambiguïtés de la RT2012

Par Franck JUSIAK - Membre BET ICO - BET EFFILIOS

L’équipe d’Effilios a rédigé cet article suite à des attaques commerciales de BE peu scrupuleux qui vont voir nos clients en leur promettant de contourner la Réglementation Thermique à cause d’imprécisions.



Le 18 novembre 2013, le ministère a publié une fiche d’application, téléchargeable en fin de texte, qui remet à plat la prise en compte des appareils indépendants de chauffage bois (bûches et granulés) dans les maisons individuelles et accolées.

Ambiance chauffage bois

La RT 2012 favorise bien naturellement ce système de chauffage à énergie renouvelable, cependant les ambiguités subsistent quant au chauffage des autres pièces. L’absence d’émetteurs de chauffage est rendue possible au profit de simples réservations ! Dans le cas pratique, cette disposition est conforme à la RT 2012, mais devient absurde quant au confort tourné vers les individus, qui finissent dans bien des cas par installer des convecteurs dans les autres pièces. Ce qui ramène la construction à une non-conformité réglementaire (RT 2012).

Avec un prix de vente au m² du neuf entre 3000 et 4000 euros, il est donc temps de sonner la sonnette d’alarme et de placer l’individu et son confort au centre des intérêts de chacun.

Les spécificités du chauffage bois

Les appareils indépendants de chauffage à bois ont fortement évolué ces dernières années pour s’adapter au marché du neuf : amélioration des rendements, automatisation, régulation intégrée, raccordements étanches,… Cette forte adaptation en a fait un mode de chauffage de logements digne d’un certain intérêt, autant en termes de simplicité de mise en oeuvre que par sa capacité à répondre aux exigences de la RT2012.

En contrepartie, le client final devra intégrer le fait que l’approvisionnement devra être régulier, et nécessitera une attention plus poussée qu’avec d’autres énergies. De même, si l’on part sur l’hypothèse d’un chauffage par poêle seul, une bonne prise en compte des échanges de flux entre pièces s’avère indispensable pour le confort des usagers.

En pratique ?

Les projets de maisons individuelles chauffées par le moyen de poêles à granulés ont fleuri avec la RT2005 et notamment le Label BBC, permettant relativement souvent d’obtenir un logement conforme aux exigences pour un investissement réduit au regard des autres solutions généralement adoptées. Néanmoins, suite aux inquiétudes du client final ou aux précautions prises par la profession, nous avons vu fleurir ici ou là nombre d’attentes pour la mise en place d’appoints. Ces appoints, non déclarés, n’étaient donc pas intégrés aux calculs réglementaires. Nous avions donc des projets RT2005, BBC, puis RT2012 qui devenaient non conformes dès le lendemain de la livraison.

Quant aux projets pour lesquels aucun appoint n’était prévu, il faut reconnaitre que la majeure partie semble avoir donné satisfaction. D’autres moins lorsque le logement n’était pas optimisé pour ce mode de chauffage.

Quelles sont les nouveautés ?

Poêle à boisPour les appareils indépendants de chauffage à bois qui ne sont pas dotés d’un dispositif d’arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure (on parle principalement des poêles bûches) : rien de nouveau ! Ils ne peuvent être utilisés qu’en appoint et il faut donc un système de chauffage principal qui permet de répondre au dispositif d’arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure (art. 24 de l’arrête du 26 octobre 2010 modifié).
Pour les appareils indépendants de chauffage à bois qui sont dotés d’un dispositif d’arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure (on parle essentiellement des poêles à granulés avec régulation en fonction de l’ambiance) : on est toujours plafonné à une utilisation maximale de 100m² hors salle de bain mais il y a un « mais » !
L’habitation sera considérée en deux parties distinctes. La zone jour et la zone nuit. Dans la zone jour, 100% des besoins de chauffage pourront être assurés par le poêle à granulés. Pour la zone nuit ; et c’est là qu’est la plus importante nouveauté, seulement 50% des besoins pourront être assurés par l’appareil. Les 50% restants seront assurés par un émetteur complémentaire.

Toutefois, vous avez le choix d’installer de suite les émetteurs complémentaires dans la zone nuit ou de prévoir juste les réservations. Dans tous les cas, il devra être pris en compte dans l’étude thermique un appoint à hauteur de 50% dans la zone nuit en complément du poêle granulés, régulé en fonction de la température intérieure avec arrêt manuel.

Est-ce bien clair ?

Il se dit, ici ou là, que cette fiche d’application peut être interprétée différemment. Analysons certains points clefs de la fiche d’application :


  • P.3 : la présente fiche d’appliaction précise le mode de prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois en association avec d’autres systèmes de chauffage (génération-émission) dans deux configurations
  • P.4 : dans le cas où un autre système de chauffage équipe ces mêmes locaux, les conditions suivantes doivent être respectées…
  • P.4 : le chauffage est assuré pour partie par l’appareil indépendant de chauffage à bois et pour partie par un autre système de chauffage installé ou avec les réservations permettant d’en installer

Sur la base de ces éléments, il ressortirait la possibilité de ne pas mettre d’appoint, sous la ferme condition de ne prévoir aucune réservation dans le séjour et les chambres. (n’oublions pas que la RT2012 impose un contrôle en fin de chantier…). L’appoint en salle d’eau reste obligatoire dans tous les cas.

Alors, c’est possible ?

Prenons le cas d’une maison individuelle de 100m² de SHAB de plain-pied. Le Bbio est respecté, et le poêle à pellets ainsi que son thermostat sont situés dans le séjour. Un sèche serviette est apposé dans la salle de bains, les pièces de nuit sont dépourvues d’émetteurs de chauffage et de toute réservation.

Cette configuration respecte la réglementation thermique 2012 ainsi que la fiche d’application.

Oui, mais…. !!!

La réglementation thermique n’est pas la conception, sa raison d’exister est uniquement de valider une performance énergétique, non un bon dimensionnement des installations. Est-il envisageable de dimensionner une installation de chauffage dans laquelle tous les émetteurs seraient placés dans le séjour ? La RT2012 accepterait ce scénario, le bon sens le ferait rejeter.

N’oublions pas que le maître d’œuvre doit respecter le code de la construction, notamment l’article R111-6 : « Tout logement compris dans un bâtiment d'habitation(…) Les équipements de chauffage du logement permettent de maintenir à 18° C la température au centre des pièces du logement. (…)»

Avec la configuration énoncée ci-dessus il n’est pas possible de le garantir.

Finalement, on fait comment ?

La possibilité d’assurer le chauffage d’une maison par un poêle à pellets seul est encore possible, sous respect strict des conditions énumérées ci-dessus, et ce, tant que les instances n’auront pas tranché fermement en la matière. Cependant, le risque d’un manque de confort pour les occupants impliquant un non-respect du code de la construction n’est pas à négliger.

L’intérêt du thermicien n’est pas d’imposer des contraintes injustifiées, mais d’aider au mieux les maîtres d’ouvrages dans les projets de construction afin qu’ils soient conformes aux réglementations en vigueur, et éviter ainsi tout déboire ultérieur.

A ce titre, nous conseillons fermement la mise en place de chauffage d’appoints dans les pièces de nuit de vos projets de construction.

  • Téléchargez la fiche d’application « Prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois dans les maisons individuelles ou accolées » - 18 novembre 2013

Chauffage bois maisons individuelles

Par Franck JUSIAK
Ingénieur thermicien énergéticien, directeur du bureau d’études EFFILIOS à Saint Benoît (86280) - contact(at)effilios.fr

SOURCES ET LIENS

Commentaires

  • Tasoma
    20/09/2015

    Bonjour' actuellement en cours de construction de maisons à ossature bois, je M interrogai sur le système de chauffage. .... elle fera plus 170 m2, quel chauffage dois je installer pour la rt 2012 sans que cela ne me gonfle trop mon devis, nous avions prévu un poêle à bois mais vu la surface il ne suffira pas pour la norme rt 2012.... merci de vos conseils

  • andré
    16/05/2015

    J'arrive un peu tard dans la discussion mais le problème de l'éligibilité à la RT2012 des poêles, inserts et autres chaudières à bûches reste d'actualité en 2015; la loi et les esprits n'ont toujours pas évolué. je suis d'accord à 200% avec Francis : je cite "Le second point concerne les poêles hydro, ou poêles bouilleur : on peut chauffer des centaines de m2 avec un poêle de ce type, pour peu que la boucle d'eau chaude ait été étudiée. Et tant que ceux-ci n'auront pas été ré-intégrés dans la RT, personne ne m'enlèvera de l'idée que ce n'est qu'une question franco-française de lobbies... Il existe par ailleurs des installations 100% EnR solaire et bois en BBC (oui, il existe bien des poêles étanches sous 50 Pa !) qui fonctionnent avec un confort au moins égal à n'importe quelle énergie fossile : le problème est qu'elles ne générent ni abonnement, ni TVA sur les abonnements et tellement peu de TVA sur les consommations... je pense comme francis, qu'une cheminée hydro couplée à des ballons de stockage, un chauffage basse température dans le plancher et pourquoi pas des panneaux solaires est une solution tout à fait satisfaisante aussi bien sur le plan économique qu'environnemental. dans ce cas précis l'échange de flux entre pièces n'est plus un point bloquant, de même que la régulation de la température (qu'elle soit en une ou deux zones). alors que reste t-il à résoudre comme problème ? l'approvisionnement qui n'est pas automatisé? comme vous le signalez en début de votre article : "En contrepartie, le client final devra intégrer le fait que l’approvisionnement devra être régulier, et nécessitera une attention plus poussée qu’avec d’autres énergies" ce qui me semble une évidence; d'autant que le risque de surchauffe sera limité par les sécurités de plus en plus performantes et par le volume de la capacité de stockage. voilà pour le domaine technique ; Mais ce qui me gène le plus dans cette réglementation, c'est la diminution de plus en plus contraignante de notre espace de liberté ; en gros c'est quoi la phase suivante ? la création d'une police des températures? qui viendra chez vous pour contrôler que vous avez bien 19°C dans votre salle à manger et 17 dans les chambres? Non mais allo quoi !!! ceux qui ont pondu cette RT2012 n'ont ni plus ni moins décrété de façon unilatérale et sournoise la fin du chauffage au bois en favorisant l'industrie de la pompe à chaleur et son juteux système de subventions (juteux pour qui ?). D’autre part on affirme aujourd’hui que le gaz utilisé dans les PAC n'est plus dangereux pour la planète ce qui est vrai ..... au moins jusqu'à la prochaine étude contradictoire. en résumé cette loi a enterré un peu vite la pratique du chauffage au bois, pas forcément pour les bonnes raisons et sans en examiner la totalité des avantages

  • Paul
    13/04/2015

    Bonjour, Ce que vous n'indiquez pas dans votre article est que dès que vous mettez des radiateurs electriques, la maison ne passe plus la RT2012. Il faut rajouter encore et encore de l'isolation pour compenser ce qui engendre de gros surcout. Cette RT2012 est une vraie difficulté qui interdit purement et simplement le chauffage au bois BUCHE comme chauffage principal alors que c'est au contraire c'est une solution de plus économique et de plus écologique. On marche sur la tête.

  • VERSEAU
    13/03/2015

    Bonjour, 3 précisions : 1/ "L’appoint en salle d’eau reste obligatoire dans tous les cas." La fiche d'application évoque les salles de BAIN, JAMAIS les salles d'EAU (ie une pièce humide sans baignoire mais avec douche peut être desservie par poêle à bois SANS appoint) 2/ L'article omet un point qui met parait non négligeable. La fiche indique "La surface de 100 m² desservie [...] désigne la surface réelle des locaux en connexion aéraulique avec l’émission de l’appareil indépendant de chauffage à bois (une porte ouvrable vers des pièces contiguës permet cette connexion aéraulique)". En résumé, le contrôleur pourrait refuser des pièces NON CONTIGUES (même pourvues de portes) à celle où est installé le poêle à bois : il ne faut donc pas inclure ces pièces dans le calcul. 3/ "Sur la base de ces éléments, il ressortirait la possibilité de ne pas mettre d’appoint, sous la ferme condition de ne prévoir aucune réservation dans le séjour et les chambres". Je ne comprends pas du totu cette interprétation (reprise par jacques). En effet, il est clairement indiqué dans la fiche d'application que "La sous-partie B correspond aux pièces de nuit et représente le complément de la sous-partie A à la surface totale desservie par l’appareil indépendant de chauffage à bois ; Dans cette sous-partie du bâtiment, le chauffage est assuré pour partie par l’appareil indépendant de chauffage à bois ET POUR PARTIE PAR UN AUTRE SYSTEME de chauffage installé ou avec les réservations permettant d’en installer" Il n'y a donc pas d'ambiguité : les pièces de nuit (ie chambres) DOIVENT ETRE équipées d'un autre système de chauffage installé ou avec les réservations permettant d'en installer !!! Malheureusement, cela plombe pas mal les projets faisant usage d'un poêle à bois : j'aimerai pouvoir m'en passer mais les textes ne me paraissent pas accepter l'interprétation de l'article ... MERCI d'apporter réponse sur ces 3 points

  • tocgwen
    12/03/2015

    Etant totalement opposé aux poeles à pelets, qui sont une hérésie conceptuelle dans le sens de la pérennité du produit, je suis à l'écoute du marché en ce qui concerne les poêles à bûches éligibles à la RT 2012. En 2015; combien de modèles sont agrées???

  • Jean-Yves
    15/03/2014

    Il faut ajouter que la maison passive dispose par défaut d'une excellente ventilation à double flux couplée à un échangeur à haute performance. On peut admettre que l'air est distribué et qu'une homogénéisation peut intervenir dans ce contexte, les déperditions de chaque local à sommeil étant très faibles, l'apport de chaleur apporté par l'air insufflé et qui indirectement transporte la chaleur produite par le poêle à pellets situé dans el séjour, compense les déperditions. Hors la conception passive, on peut dire qu'un logement RT2012 ou BBC dont les enveloppes génèrent de beaucoup plus importantes déperditions dans chaque local sera en déficit, l'apport de chaleur véhiculée par l'air qui a une mauvaise capacité thermique sera très insuffisant....C'est, je le pense le cas des maisons à ossature bois de type RT ou même BBC. Les calculs montrent que la puissance de chauffage et les besoins de chaleur exprimés par local et non par bâtiment ne peuvent être assurés par un poêle à bois ou pellets. Il me semble que si on fait le choix du bois, dont le kWh est deux fois moins couteux que le gaz et trois fois moins que l'électricité-joule, on peut faire un choix raisonnable consistant en une chaudière centrale à pellets (avec production ECS) et un réseau de radiateurs sur les deux niveaux, avec la régulation par pièce au moyen de robinets thermo-statiques ?! cet exemple est raisonnable sur un plan technique et économique. Avec l'assurance d'une bonne performance technico-économique du chauffage lors des périodes de froid et grand froid, ce qui n'est pas le cas des solutions PAC Air-eau par exemple ?!...

  • Francis
    12/03/2014

    Juste deux points : Le premier sur la notion de confort : il peut-être utile à certains de relire l'excellent travail de Brisepierre sur le profil du consommateur d'énergie : en deux mots : la notion de confort est une donnée subjective qui varie avec les époques !! Quid alors d'une volonté de garantir une température constante partout, y compris dans les chambres quand les gens dorment la fenêtre ouverte ? Quid également de cette imbecillité de la RT 2012 de limiter à 100 m2 l'utilisation d'un poêle? Le second point concerne les poêles hydro, ou poêles bouilleur : on peut chauffer des centaines de m2 avec un poêle de ce type, pour peu que la boucle d'eau chaude ait été étudiée. Et tant que ceux-ci n'auront pas été ré-intégrés dans la RT, personne ne m'enlèvera de l'idée que ce n'est qu'une question franco-française de lobbies... Il existe par ailleurs des installations 100% EnR solaire et bois en BBC (oui, il existe bien des poêles étanches sous 50 Pa !) qui fonctionnent avec un confort au moins égal à n'importe quelle énergie fossile : le problème est qu'elles ne générent ni abonnement, ni TVA sur les abonnements et tellement peu de TVA sur les consommations...

  • michel
    11/03/2014

    Bonjour, Pour ma part, je pense que les poêles à bois toutes technologies confondues, sont des systèmes de chauffage d’un autre temps. Ils ne peuvent servir que d’appoint (ou et) d’agrément. Sauf peut-être les systèmes avec bouilleur qui permettent d’accumuler la chaleur produite et de l’utiliser à postériori sur quelques jours sans rallumer le fameux poêle tous les jours. Ce qui compte dans le confort thermique, c’est l’homogénéité des températures (les poêles à bois ne sont pas les champions dans ce domaine). La température résultante devrait être la seule référence pour évaluer le confort thermique. La consommation d'énergie pour le chauffage, ce que tout le monde à bien intégré il me semble, c'est une affaire de qualité d'enveloppe, isolation et étanchéité à l'air, mais surtout de comportement des usagers. Concernant la distribution de l’énergie dans toutes les pièces, il me semble que les systèmes à eau basse température sont les plus pertinents puisque utilisables avec toutes les énergies (PAC, chaudières y compris chaudières hybrides, solaire thermique, etc…) Bien sûr il faut un ballon de stockage, des tuyauteries, de l’eau, une ou plusieurs pompes et un système de régulation !!! C’est un peu plus compliqué et moins charmant qu'un simple poêle à bois mais tellement plus confortable. Un dernier point, il faudrait bannir les chauffages électriques directs au même titre que les lampes à incandescence. Peut-être est-ce le bon sens dont parle Nicolas ? Merci de m’avoir lu.

  • jean
    11/03/2014

    Au niveau pratique, même dans un plus vieille maison moins isolée que BBC, un poele ou insert central à buches ou poele, avec distribution d'air chaud (et thermostat simple sur cet air) dans les différentes pièces marche très bien en chauffant de façon agréable pour très peu cher, surtout en brulant le bois gratuit ramassé dans mon jardin et aux alentours ( tailles de haies et végétaux, je n'ai pas réussi à bruler tout le bois abandonné qui pourrit autour de chez moi suite à la tempête de Noel 1999). Comparé aux granulés, c'est gratuit et la meilleure solution, au lieu de subir les fumées polluantes de mes voisins brulant ces végétaux humides à l'air libre, ( il suffit que je les récupère et les brule après séchage au soleil ) Jean-Yves écrit malheureusement "la France a choisi de faire des réglementations impraticables et qui ne servent à rien, des DPE foireux, c'est un choix et il est flagrant que c'est une voie sans issue" par suite de lobbyings efficaces pour établir les réglementations, qui ne laissent plus de libertés suffisantes et j'y ajoute plein de démarcheurs téléphoniques qui cherchent à plus ou moins escroquer les clients faibles ou ignorants. Lisez la solution de chauffage à l'usage, gratuite perpétuelle, sans aucune pollution, sans CO2, et fonctionnelle depuis 2007 à 1000m d'altitude avec des -30°C comme il y a 15 jours, http://www.dlsc.ca/DLSC_Brochure_f.pdf simple géothermie à recharge solaire en été sans aucune pompe à chaleur. Cette solution efficace est trop ignorée dans les règlements.

  • jacques
    09/03/2014

    intéressant.Vous dites donc que pour un bâtiment de 100m² de shab, les appoints de chauffage ne sont pas comptabilisés pour les pièces de nuit à la condition qu'aucune réservation n'est prévu. Cela confirme effectivement mon interprétation. Qu'en est-il pour les maisons de plus de 100m² ? L'interprétation doit être la même. Au delà de 100m² les appoints sont obligatoires et comptabilisés dans l'étude et j'imagine qu'en dessous de 100m² on a exactement le même raisonnement que pour une maison de 100m² ? soit des attentes dans les pièces de nuits et compté dans l'étude, soit aucune attentes et rien n'est compté dans l'étude. Merci de votre retour.

  • Jean-Yves
    04/03/2014

    En effet un poêle peut fonctionner dans une maison passive car le coeur de la MP c'est la ventilation à double flux avec récupérateur de chaleur. Les VMC certifiées PHI sont des Rolls. La ventilation va répartir la chaleur du centre dans les pièces à vivre. Moins dans les pièces techniques. Mais dans une vraie maison passive, un poêle à bois va poser deux problèmes : le premier c'est trop de chaleur ! on va devoir aérer fortement , le deuxième c'est un surcoût inutile car le besoin de puissance d'appoint sur l'air insufflé sera d'environ 1000 watts pour une surface de 150 m2. De plus le poêle va poser un gros problème d'étanchéité à l'air qui peut être résolu mais avec des composants plus couteux. Bref dans une maison passive cela n'est pas utile. On a besoin que d'un très faible apport de chaleur sur l'air insufflé. Un des grands problèmes de la maison passive, c'est qu'elle ne fait pas travailler les industriels du chauffage français ?! :-)

  • Jean-Yves
    03/03/2014

    Bravo pour cet article, mais au delà de la RT2012 qui ne donne aucune indication concernant le dimensionnement du chauffage, il convient de rappeler que c'est la norme NF 12831 qui s'impose, qu'il convient donc de calculer les besoins par LOCAL ?! enfin, il ne se passe pas de semaine sans qu'un client m'affirme qu'un vendeur-installateur lui garantit que le poêle de 7 kW va chauffer la maison en lieu et place des 16 kW de convecteurs électriques (c'est un cas récent )....bref, je fais moins d'études de chauffage lors des constructions ou rénovations, mais j'en fais de plus en plus comme assistant d'expert judiciaire :-) la France a choisi de faire des réglementations impraticables et qui ne servent à rien, des DPE foireux, c'est un choix et il est flagrant que c'est une voie sans issue :-)

  • christian
    03/03/2014

    Il me semble impossible de trouver une norme ou des conseils sérieux pour l'installation d'un poêle à granulés. Distance par rapport aux murs, qualité et composant de ce mur. Pouvez-vous me renseigner? MERCI

  • Nicolas
    03/03/2014

    Merci pour ces infos complémentaires. Ce que vous ne dites pas, c'est que dès que des émetteurs complémentaires (en général électrique) sont décrits dans l'étude, le bilan général du projet est fortement plombé. Voilà 20 ans que nous construisons des maisons dotées d'une enveloppe de qualité passive (très bien isolée, étanche et sans ponts thermiques) et que nous conseillons aux propriétaires de ne chauffer qu'avec un cœur chauffant en partie centrale. Bien sûr toute la maison est conçue sur cette philosophie. Et nous avons 20 années de clients satisfaits du confort de leur maison et de leur faible consommation d'énergie. Des consommations d'ailleurs bien loin des valeurs annoncées par le moteur de calcul CSTB. Une enveloppe de qualité passive permet de limiter le delta de température dans la maison entre 2 et 3° et la gestion globale de température intérieure se fait par simple ouverture / fermeture des portes. Bien sûr il faut tolérer qu'il n'y ait pas la même température partout mais c'est en général ce que les particuliers veulent. Il n'est d'ailleurs pas conseillé de dormir dans une chambre à 20 °. Il n'y a que pour le moteur de calcul qu'il est hyper important d'avoir la même température partout histoire de favoriser un peu plus le chauffage central et les opérateurs énergétiques qui vont avec ! La preuve, pour le même projet le Cep est moins bon avec un poêle à granulés qu'avec une chaudière à condensation et ses radiateurs. Or compte tenu des rendements, de la chaudière, de la pompe, des radiateurs etc... il n'y a aucune raison pour que l'écart soit si important. Une chose est sûre, le bon sens n'est pas inclut dans le moteur de calcul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité