Premier quartier urbain bas carbone à La Rochelle, Atlantech



Par Sarah ORMAZABAL - Cheffe de projet énergie – EnR d’Atlantech


Voici en exclusivité pour les lecteurs d’Xpair et pour la première fois dans un média, l’exposé du premier quartier bas carbone à La Rochelle, dénommé Atlantech, conférence effectuée le 6 Février 2020 lors de la journée de l’Efficacité Energétique et Environnementale du Bâtiment EnerJ-meeting à Paris. C’est un retour d’expérience écoconstruction et mobilité durable à l’échelle du quartier.

Et Sarah ORMAZABAL - Cheffe de projet énergie – EnR du quartier Atlantech de s’exprimer :

Une conférence sur le 1er quartier bas carbone en France

« L’objectif est de vous présenter ce que nous sommes en train de mettre en place sur l’agglomération de La Rochelle dans un quartier qui s’appelle Atlantech sur la commune de Lagord, pour lequel nous avons un objectif : l'ambition d’être un quartier bas carbone avec tous les volets que cela représente ».


Premier quartier bas carbone, l’exemple d’Atlantech

Nous allons faire aujourd’hui un focus sur la partie des bâtiments présents sur ce quartier, et aussi sur la gestion de l’énergie et les actions envisagées sur la mobilité.

Le quartier bas carbone ATLANTECH part d’une belle opportunité : effectivement, disposer de 27 hectares dans une zone en plein cœur d’une agglomération où il est possible de créer quelque chose de nouveau est rare.
Cet espace est dans une zone qui auparavant était militaire et que la commune d’agglomération a pu récupérer via une cession en 2011 dans le cadre d’un contrat de revitalisation du CRSD - Contrats de Redynamisation de Sites de Défense.

Fin 2009, nous avons donc souhaité une concertation avec l’ensemble des participants pour pouvoir reprendre ces 27 hectares et savoir comment le transformer et avec quels objectifs.

En 2011 la cession du terrain a été effectuée et en 2012, l’association Atlantech - dont je fais partie - a été créée, pour garantir que les objectifs qui avaient été définis initialement seraient bien atteints dans le quartier.

quartier bas  Carbone

Vue d’ensemble du 1er quartier bas Carbone de France Atlantech à La Rochelle

Cette association est à la fois portée par l’agglomération, la région, le département mais aussi par ses membres fondateurs la CCI, la Chambre des Métiers de l’Artisanat, la Fédération Française du Bâtiment, la ville de Largord, et également l’Université qui apporte également beaucoup de choses sur l’innovation du bâtiment.

A partir de 2014, les premiers travaux sur le parc ont commencé et dès 2016 il y a eu les premières réalisations que nous allons pouvoir vous présenter.
L’objectif est de réaliser un quartier qui soit bas carbone et de montrer que cela permet de faire une transition énergétique et que cela est de plus générateur d’économie et d’emploi. 

Vous avez ci-dessus un visuel représentatif du quartier : nous avons donc 27 hectares pour essayer de mettre en place différents usages, de tester des choses, de voir concrètement comment se passe la transition énergétique sur notre agglomération. L’objectif est d’avoir différents usages sur le quartier ; nous avons défini :
- une zone d’activité avec des espaces pour les entreprises, le siège national du Crédit Agricole qui s’est installé dès 2016, le siège Charente Maritime de Sèvre
-  un Parc d’Activité
- des espaces de logements qui ont vu le jour en 2017 (et de nouveaux prochainement)
- des espaces d’apprentissage avec un centre de formation pour les apprentis de la région Nouvelle Aquitaine
- et le Labintech un bâtiment que nous allons vous présenter.

démarche collective

Un quartier entier bas carbone : une démarche collective et transverse autour de 5 piliers

Notre démarche bas carbone s’appuie sur 5 piliers

Nous travaillons sur le bâtiment, avec des bâtiments BEPOS et PASSIVHAUS et pour les logements des expérimentations du Label E+C- avec un niveau de performance E3C2.

Nous travaillons également sur la mobilité : le but est de mettre en place un plan de déplacement interentreprises sur le quartier et d’accentuer les mobilités douces avec des mobilités électriques et hydrogènes.

Sur la partie énergétique, l’objectif est de mettre en place une boucle d’autoconsommation collective. Les deux autres piliers portent sur la question de la biodiversité : nous souhaitons créer sur ce quartier un espace vert de biodiversité qui va être bénéfique pour tous les usagers du quartier mais aussi des espaces d’agriculture urbaine. Nous avons donc prévu au niveau des logements des jardins partagés et des serres urbaines qui vont permettre une exploitation en agriculture biologique et de générer de la production sur le quartier de légumes et de fruits.

Sur la partie environnementale, nous avons un objectif de réemploi et d’utilisation des matériaux du quartier. Par exemple nous avions sur le terrain militaire un certain nombre de bâtiments et de voies que nous pouvions mettre à profit en les transformant pour de nouveaux usages.

Nous allons vous présenter les bâtiments qui sont actuellement présents sur le parc,  d’autres devant voir le jour dans les prochaines années.

Il y a tout d'abord le siège du Crédit Agricole, un bâtiment qui a eu la certification « HQE exceptionnelle » avec un Label BEPOS avec une ambition importante car nous sommes sur un bâtiment de 19 000 m² avec des systèmes de production énergétique photovoltaïques et géothermiques.

Nous avons également un bâtiment tertiaire qui s’appelle le FIEF NOUVEAU de 5 100 m² : là nous sommes sur un Label BEPOS avec la mise en place de panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité et la mutualisation d’équipements de bornes de recharge pour véhicules électriques.

Au niveau du secteur des logements, un travail spécifique a été réalisé sur la définition du besoin : nous avons un Centre de Formation des Apprentis, et il faut pouvoir loger ces apprentis qui ne sont pas en permanence sur le site mais qui sont présents deux semaines par mois, donc l’idée c’est que ces logements puissent servir à deux apprentis pour chaque logement, ce qui permet d’optimiser l’utilisation des logements.

De la même manière sur la formation nous sommes sur une activité qui se déroule de Septembre à Juin ; l’été nous avons des logements qui sont disponibles et sur la Rochelle nous avons une activité touristique avec de l’emploi saisonnier donc là aussi ce bâtiment est mis à disposition des saisonniers. On améliore ainsi l’occupation du bâtiment et donc son efficacité énergétique. Le maître d’ouvrage a choisi le Label PASSIVHAUSS ; nous avons à la fois des bâtiments BEPOS et PASSIVHAUSS qui ont été définis dans le programme du quartier.

Sur les futurs logements qui vont être réalisés, nous sommes sur un calendrier 2020 avec une livraison fin 2021. Nous avons mis au défi sur trois îlots différents trois groupements qui vont pouvoir proposer des solutions de logements. Ce sont au total 330 logements qui vont être réalisés : un premier groupement avec EIFFAGE, un deuxième groupement avec ATLANTIC AMENAGEMENT (Bouygues, Eden, Kaufman&Braud, Axanis, Aquitanis et l’OPHLM participent aussi).
Différents publics vont occuper ces logements : 40% de logements sociaux, 20% de logements abordables et 40% de logements libres qui vont tous devoir répondre à l’objectif d'obtention du niveau E3C2 du Label E+C-. Ces constructions doivent également répondre à un enjeu de densité sur ce quartier.

maquette numérique

La maquette numérique du quartier bas carbone Atlantech

La maquette numérique de cette zone de logements qui a été réalisée par l’entreprise TIPEE  a été faite sur tout le quartier avec comme focus spécifique un BIM sur certaines parties de logements. Nous voyons que nous sommes sur une certaine densité avec des R+5 donc l’idée a été de pouvoir étudier ce contexte de densité et le microclimat que cela génère au niveau du quartier. Tout l’enjeu pour la ville de La Rochelle, pour l’agglomération, pour ce quartier, va être d'arriver à avoir un logement dense et qualitatif au sein de ce quartier où se trouve aussi la zone d’activité et d’apprentissage.

Parlons à présent d'une opération différente de réhabilitation qui a eue lieu, celle du Labintech : c'était auparavant une ancienne halle militaire ; nous avons souhaité conserver l’existant et garder le maximum de ce bâtiment qui préexistait et le réhabiliter pour en faire un bâtiment démonstrateur qui abrite aujourd’hui une Ecole d’Ingénieurs, le CESI, des entreprises, l’association ATLANTECH et également une pépinière d’entreprises en relation avec le thème du bâtiment et de l’innovation. C’est un projet qui a été soutenu par l’ADEME dans le cadre d’une opération d’investissement d’avenir et qui est opérationnelle depuis quelques années.

Pour le Centre de Formation des Apprentis qui est géré par la Chambre des Métiers de l’Artisanat de la Charente Maritime, nous sommes sur un bâtiment BEPOS avec aussi une préoccupation sur les matériaux : matériaux biosourcés pour 70%, avec également un système de production de panneaux photovoltaïques pour atteindre le BEPOS et un système de chaufferie biomasse pour la partie chaleur ECS. Aujourd’hui, nous sommes sur 17 000 m² avec un suivi depuis deux ans sur ce qui est réalisé sur ce bâtiment.      

Le secteur Entreprendre situé sur la partie la plus au sud de notre quartier, est une zone qui a bénéficié d'une étude complémentaire concernant la partie environnementale. Il a en effet été trouvé ici une espèce protégée : le plan d’aménagement de la zone est donc à repenser pour pouvoir continuer à l’aménager. Espérons que d’ici la fin de l’année 2020 les premiers projets pourront sortir de terre.

Etant dans une démarche globale, nous vous avons présenté les bâtiments qui sont aujourd’hui présents sur le quartier et sur lesquels nous avons déjà les informations pour demain.

La gestion énergétique, une boucle d’autoconsommation collective

Nous avons eu une exigence forte vis-à-vis de chacun des bâtiments BEPOS, PASSIVHAUSS, E3C2, donc chaque maître d’ouvrage a pris ses responsabilités au niveau du bâtiment. L’objectif de l’association et de ses membres fondateurs, c’est de voir comment à l’échelle du quartier nous pouvons aller au-delà, comment nous pouvons utiliser différentes typologies d’usagers pour pouvoir améliorer la question énergétique sur le quartier.  

Aujourd’hui la proposition qui a été faite est de mettre en place une boucle d’autoconsommation collective à l’échelle du quartier. Chaque bâtiment du quartier, que ce soit dans la zone « Vivre, Apprendre ou Entreprendre », va pouvoir être producteur d’électricité et consommateur d’électricité. Il pourra en plus faire partie d’un réseau collectif où il pourra revendre ses surplus et consommer quand il ne produira pas assez de l’énergie du réseau.

Boucle autoconsommation

Boucle d’autoconsommation collective

  • En vert foncé : le réseau électrique, on va s’appuyer sur les infrastructures d’électricité existantes, il va relier les différents bâtiments entre eux.
  • En vert clair : le réseau de données car nous avons besoin de récupérer les données des bâtiments pour pouvoir alimenter la boucle énergétique en information et la faire fonctionner. Nous allons mettre en place des EMS à l’échelle de chaque brique du quartier et également un EMS global pour pouvoir piloter le quartier.   

Ces bâtiments vont également au travers de la boucle avoir accès à une production d’électricité qui va être mutualisée. Plusieurs systèmes de production photovoltaïque vont être mis en place : sur une partie qui est proche de la rocade rochelaise qui n’est pas utilisable pour mettre en place des bâtiments, sur un parking pour faire des ombrières photovoltaïques et peut-être même au-delà du quartier sur un autre parking pour y placer aussi des ombrières photovoltaïques. L’objectif est d’avoir des solutions de production d’énergie renouvelable locale, renouvelable et à bas coût, car l’intérêt c’est qu’elle soit compétitive.

Produire et consommer cela ne suffisait pas tout à fait pour avoir un modèle économique intéressant donc l’idée a été de rajouter une brique supplémentaire avec le stockage. Sous quelle forme faisons-nous ce stockage ? Allions-nous partir classiquement avec du stockage par batterie électrique ? Notre choix s'est porté sur une production d’hydrogène que nous allons mettre en place dès cette année ; une production via électrolyseur pour pouvoir utiliser les surplus non consommés par les bâtiments  et produire de l’hydrogène qui a l’avantage comparativement à l’électricité d’être facilement stockable. Nous pourrons donc le compresser et le stocker sur le quartier pour des applications de mobilité.

On aura également sur cette boucle des stations pour les véhicules électriques, avec la possibilité d’utiliser un système de stockage complémentaire ; nous prévoyons également un petit stockage électrique pour le déphasage de la production solaire pour alimenter l’éclairage publique en soirée car nous ne savons pas produire du photovoltaïque la nuit. 
Tout cela reste connecté au réseau électrique car l’objectif n’est pas de faire un îlot indépendant du réseau électrique mais de s’appuyer sur l’infrastructure existante et de travailler avec que l’ensemble du quartier en bénéficie.

Pour la partie mobilité et plus particulièrement la partie utilisation de l’hydrogène, nous allons réaliser une première brique : une boucle d’autoconsommation avec une production photovoltaïque sur le parking du bâtiment Labintech d’une puissance de 200 kW crête qui va alimenter en autoconsommation le bâtiment du Labintech, et qui va alimenter l’éclairage publique via les batteries . Nous allons mettre en place un électrolyseur d’une puissance maximum de 130 kW pour pouvoir produire de l’hydrogène qui sera compressé et stocké sur le parc et tout cela sera opérationnel d’ici la fin de l’année 2020.

Logistique Urbaine ZerO carbone

Utilisation de l’hydrogène pour la mobilité LUZO : logistique Urbaine ZerO carbone

Produire de l’hydrogène c’est bien mais comment l’utilisons-nous ?

Nous avons réfléchi à différentes solutions pour pouvoir utiliser cet hydrogène par des applications de mobilité et il en a découlé le projet LUZO – Logistique Urbaine ZérO carbone - avec tous les membres précisés sur le slide ci-dessus - ; l’association ATLANTECH s’est alliée avec différentes sociétés qui vont chacune avoir un rôle dans cette utilisation de l’hydrogène.
La société PICOTI va proposer des stations de distribution, SOMELAC proposera des véhicules en location, le Groupe HAUTIER va pouvoir transporter l’hydrogène, (nous aurons deux systèmes de distribution de cet hydrogène), l’ESCI – Ecole d’Ingénieurs de La Rochelle va évaluer le dispositif et PRAGMA INDUSTRIES va fournir les vélos et triporteurs qui seront utilisés.

Ce seront au total une trentaine de triporteurs, une douzaine de vélos et une trentaine de véhicules disponibles avec un service de location « full service » qui comprend à la fois le véhicule, son carburant et sa maintenance. L’idée est de pouvoir fournir un service complet à des entreprises qui vont utiliser cette mobilité hydrogène sans aucun inconvénient et d’être sur une mobilité décarbonée avec une autonomie qui est proche du véhicule classique, thermique mais avec un service complet.

En conclusion

Ce projet est né d’un consortium d’opérateurs et d’acteurs qui ont souhaité avoir une ambition forte sur ce quartier et qui ont souhaité se fédérer et créer une association pour garantir et atteindre les objectifs définis. Cette démarche de bas carbone a été récompensée et nous avons été Lauréat Territoire Hydrogène dès 2016 et aujourd’hui elle a fait émerger un projet plus vaste à l’échelle de l’agglomération rochelaise avec également un consortium d’acteurs, dont l’Université, dont le Port Atlantique, dont également l’agglomération qui a été Lauréat du Label à Projet Territoire d’Innovation, La Rochelle territoire zéro carbone dont l'objectif est que le territoire entier soit zéro carbone en 2040.

Ce projet est donc le démonstrateur d’une ambition plus globale qui est de rendre le territoire entier zéro carbone.      


Par Sarah ORMAZABAL - Cheffe de projet énergie– EnR - Atlantech

Sources et liens

Atlantech

EnerJmeeting Paris

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité