Réseau de chaleur de Nantes Métropole : 86% d'EnR !

Par Xavier Garnier, Directeur d’Agence Bretagne Loire-Atlantique Vendée chez Idex

Nantes Métropole s’inscrit dans la démarche de la transition énergétique en lien avec le Plan Climat Territorial, avec l'objectif de réduire de 30% ses émissions de CO2 par habitant d’ici 2020, 50% à l’horizon 2030 et 75% en 2050.

Réseau de chaleur Nord Chézine

Avec déjà deux réseaux de chaleur structurants sur le territoire (Bellevue et Centre Loire), Nord Chézine s’inscrit dans cette stratégie et contribuera fortement aux objectifs du Plan Climat Territorial. Ce nouveau réseau permettra en effet, dès 2019, de réduire les émissions locales de plus de 17 000 tonnes de CO2/an.


1

Les objectifs de ce réseau de chaleur

Les récentes lois de Transition Énergétique Pour la Croissance Verte (TEPCV) et Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRE) placent les collectivités au coeur du dispositif pour gérer au mieux le mix énergétique, au plus près des besoins et des capacités de valorisation des ressources locales. Depuis plusieurs années, Nantes Métropole a pris la pleine mesure des défis qui sont posés par cette mutation en s’engageant dans une politique volontariste en matière de réseaux de chaleur renouvelable, véritable levier d’action du Plan Climat Territorial de Nantes Métropole et de sa politique publique de l’énergie.

Quartier Plaisance

Quartier Plaisance - copyright : aureliepiel

Aujourd’hui, sur le territoire métropolitain, les réseaux de chaleur desservent environ 14 000 logements ainsi que de nombreux équipements (hôpitaux, bâtiments sportifs et d’enseignement). L'objectif est d’arriver à au moins 30 000 logements, d’ici 2020. La création de ce nouveau réseau « Nord Chézine » est une étape décisive dans latenue de cet objectif et offre un accès à une chaleur sûre, décarbonnée à tarif maîtrisé.

  • Du point de vue sociétal, le développement des réseaux de chaleur solidaires permet de lutter contre la précarité énergétique en offrant un coût de la chaleur compétitif et stable ;
  • Du point de vue environnemental, ce nouveau réseau alimenté à 86% en EnR&R permettra de réduire les émissions locales de plus 17 000 tonnes de CO2/an et contribuera ainsi fortement aux objectifs du Plan Climat de Nantes Métropole ;
  • Du point de vue économique, les 39 M€ d’investissements pour la création des infrastructures de distribution et des ouvrages de production généreront des emplois et de l’activité économique pour le territoire.

Nantes Métropole Habitat

Nantes Métropole Habitat - copyright : aureliepiel

Les réseaux de chaleur sont un des vecteurs de Nantes Métropole pour développer les énergies renouvelables et de récupération : Bellevue et Centre Loire en sont les principaux.
- Production et distribution de chaleur renouvelable et de récupération à tarif maîtrisé ;
- Réseaux performants, innovants et « intelligents ».

  • Créer un nouveau réseau alimenté à 86% d’EnR&R alimentant 12 000 équivalents logements ;
  • Assurer un coût de l’énergie à l’usager en euros HT et en euros TTC le plus compétitif possible ;
  • Assurer la sécurisation de l’alimentation énergétique de l’ensemble des abonnés ;
  • Optimiser les consommations énergétiques du réseau et favoriser la diminution de la demande énergétique des abonnés.
Vue architecturale de la future chaufferie d’appoint secours

Vue architecturale de la future chaufferie d’appoint secours

Dès octobre 2019, après 24 mois de construction du réseau, ce seront environ 7 400 logements, majoritairement des logements sociaux, et de nombreux équipements (groupe scolaires, bâtiments administratifs, foyers…) qui seront chauffés grâce à 84 % d’énergies renouvelables et de récupération (80% issus de la récupération d’énergie sur le CTVD et 4% de la biomasse)2.

Une chaufferie d’appoint-secours de seulement 18 MW sera implantée à Couëron pour alimenter le réseau principal. Sept chaufferies déjà existantes seront utilisées en appoint secours complémentaires du réseau (puissance cumulée de 31 MW). Enfin, la chaufferie biomasse du Bout des Landes (1,5 MW) fournira l’eau chaude sanitaire en période estivale.

A la clé pour Nantes Métropole : à l’horizon 2021, 32 km de réseau et 82 sous-stations pour délivrer, près de 90 000 MWh/an de chaleur à environ 9 500 logements et de nombreux équipements dans le secteur Nord-Ouest de Nantes (communes de Nantes, Saint-Herblain et Orvault3).

2 Les 16% restants provenant du gaz (11%) et de la cogénération (5%).
3 A travers les quartiers Chézine, Breil Malville, Plaisance, Pont du Cens, Boissière, Bout des Pavés, Chêne des Anglais et Bout des Landes.


2

Zoom sur la création et la production de ce réseau de chaleur

32 km de réseau et 82 sous-stations sont prévus pour une mise en service à 80% en 2019 puis en 2021 pour les 20% restants.

mise en service du réseau de chaleur

Evolution de la production

Evolution de la production

D'octobre 2017 à octobre 2019, ce sont les chaufferies et cogénérations de Nantes Métropole Habitat qui seront utilisées pour alimenter les sites concernés et les premiers abonnés publics.


Mix énergétique

Mix énergétique

Contenu CO2

Contenu CO2

3

Un réseau solidaire et connecté

Pour ce réseau de chaleur, Idex propose une solution de pilotage NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication) qui lui permet non seulement de gérer de manière proactive la consommation et la performance énergétique du réseau mais également, de donner à la collectivité et aux abonnés un accès sécurisé à un portail en ligne présentant une interface conviviale, accessible et compréhensible par tous. Cette solution sera accompagnée par le déploiement d’une fibre optique « énergie » mise en place lors des travaux du réseau, et aussi de compteurs intelligents, de capteurs communicants, et d’énergies box dans chaque sous-station qui alimentent en datas :

  • une supervision (SCADA) en temps réel des consommations et des productions ;
  • un système d’aide à la décision (SAD) et de prévision de la demande ;
  • un système de suivi et d’alertes « consommations » ;
  • une interface ouverte.

La gestion, l’archivage et l’historisation des datas permet :
  • l’information et le suivi des consommations à travers le portail en ligne ;
  • le partage des données avec Nantes Métropole (Open Data France).


La future solution Smart Grid de Nantes Métropole
Permettre aux occupants de piloter eux-mêmes leur consommation d’énergie

Solution Smart Grid de Nantes Métropole

Cette multitude d’équipements connectés permet, grâce aux technologies informatiques, de maîtriser en temps réel la production, la distribution et la demande. L’exploitation de ce système permet d’optimiser le fonctionnement des installations et de partager les données.

plateforme logicielle et d’un centre de pilotage

Le réseau intelligent a pour objectif :

  • La maîtrise de la consommation énergétique globale tout en maintenant le confort de l’usager ;
  • La baisse de la facture pour les usagers ;
  • Le lissage de la pointe électrique et gaz ;
  • La réduction des gaz à effet de serre ;
  • La résilience énergétique du territoire de Nantes Métropole.


4

Un modèle énergétique d'avenir pour un service public moderne et attractif

La conception des infrastructures énergétiques a été fortement imprégnée d’une vision centralisée, fondée sur une logique de distribution basée sur la demande et l’utilisation des énergies de stock (charbon, pétrole, gaz, etc.). De ce fait, chaque consommateur qu’il soit individuel ou collectif a pu posséder sa propre installation dédiée de production de chaleur.
Cette vision présente deux inconvénients majeurs :

  • Le premier est la surcapacité de production qui rend le producteur plus sensible aux variations du marché des énergies et de la demande.
  • Le second est qu’il ne permet pas de foisonner les moyens de production et d’intégrer de multiples sources. Il est ainsi difficile d’élargir le panel énergétique, ce que l’on appelle le mix énergétique.

Notre vision du modèle énergétique pour un service public moderne et attractif nous conduit à proposer un modèle décentralisé d’énergie répartie mutualisée grâce au réseau de chaleur : la chaleur partagée.

Cette vision permet d’apporter une souplesse de déploiement qui sécurise les investissements au même rythme que celui du développement du réseau de chaleur Nord Chézine.

Nos engagements sont les suivants :
​​​- Créer un nouveau réseau alimenté à 80% d’EnR&R;
​- Assurer un coût de l’énergie à l’usager en euros HT et en euros TTC le plus compétitif possible, sachant que l'évolution des taxes sur le gaz naturel va forcément faire augmenter sensiblement le coût de l'énergie gaz ;​
​- Assurer la sécurisation de l’alimentation énergétique de l’ensemble des abonnés ;
​- Optimiser les consommations énergétiques du réseau et favoriser la diminution de la demande énergétique des abonnés.

Unité de valorisation énergétique

« Ce réseau, alimenté par près de 80 000 MWh/an de chaleur récupérée, s’inscrit dans une logique d’économie circulaire encouragée par la métropole nantaise. Il s’agit également d’amplifier la dynamique de production et de distribution de chaleur renouvelable locale à tarif maîtrisé pour le plus grand nombre. » précise Julie LAERNOES, Vice-présidente de Nantes Métropole en charge de l'empreinte écologique, de la transition énergétique, du climat, du développement durable

L’étape ultime de notre conception pour le réseau de chaleur Nord Chézine est la mise en oeuvre de son intelligence grâce aux technologies digitales et e-communications. Cette intelligence permet de connaître en instantané et piloter à distance les besoins, les ressources et les capacités de production disponibles.
Cette stratégie « smart city », sera mis en oeuvre dès le début de la délégation.



LES ACTEURS DU PROJET

LES CHIFFRES CLÉS

Autorité délégante
Nantes Métropole

Entreprise
Idex

- 90 000 MWh/an de chaleur soit la consommation annuelle d'environ 12 000 logements d'ici 2021
- 86% d'Enr
- Réduction des émissions locales de plus 17 000 tonnes de CO2/an
- 39 M€ d’investissements pour la création des infrastructures de distribution et des ouvrages de production



Par Xavier Garnier
Directeur d’Agence Bretagne Loire-Atlantique Vendée chez Idex


SOURCES

logo Idex

logo Nantes Métropole



Commentaires

  • Albert
    0
    31/01/2023

    Y a t il un/ des projets sur la chapelle sur Erdre?
    Les collectifs equipés de chaudières individuelles sur VMC gaz sont bloqués s'ils ne trouvent pas un apport de calories externes via un réseau de chaleur externe ( éventuellement PAC géothermique par quartier)
    Le tracé du tram vers notre dame des Landes est peut-être encore réservé et pourrait servir au déploiement d'un réseau.
    Le temps de retour sur investissement inhibe les co-propriétaires pour s'engager sur des mesurettes amortissables sur plus de 20 ans si les immeuble datent des années 2000 et ne sont donc pas des passoires .
    Le dilemme "efficacité énergétique" versus "décarbonation " soutenue par le nucléaire se discute selon CT MT ou LT....


  • guillaume
    0
    20/07/2017

    Bonjour

    Quel est la part de BOIS et d'incinération?
    D'où provient le bois?
    Provient il de l'acroissement naturel des forêts, de Pologne, des Carpates ou de forêt "responsable"?

    Le réseau de chaleur c'est génial mais nous manquons de transparence en tant que citoyens sur ce qui est introduit réellement dans les chaudières.

    Merci d'apporter des réponses.

    Cordialement


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Interviews sur les innovations du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023 : suite et fin

Interviews sur les innovations du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023 : suite et fin

Découvrons lors d’EnerJ-meeting Paris 2023 les interviews d’industriels et start-up qui innovent pour la filière.


Chaleur et décarbonation sortent de la marge

Chaleur et décarbonation sortent de la marge

Les mesures phares pour déployer le Plan Marshall pour la chaleur renouvelable et de récupération.


Réseaux de chaleur, acteurs majeurs pour réduire l’empreinte carbone

Réseaux de chaleur, acteurs majeurs pour réduire l’empreinte carbone

L'AQC partage un article sur le levier majeur de la transition énergétique : les réseaux de chaleur


Chaleur renouvelable ou de récupération, en fait-on assez ?

Chaleur renouvelable ou de récupération, en fait-on assez ?

Le constat de la Fedene lors des 27ᵉˢ rencontres annuelles de mi-Septembre sur les sujets de la chaleur fatale et de la récupération d’énergie sont à l’ordre du jour des débats politiques.


Décarboner à tout prix le bâtiment aura-t-il un prix ?

Décarboner à tout prix le bâtiment aura-t-il un prix ?

Voici la réflexion de la filière du PBD et du CSTB établie en début d'année sur la Feuille de route décarbonation du cycle de vie du bâtiment .


La décarbonation des logements : comment changer de rythme ?

La décarbonation des logements : comment changer de rythme ?

Avec le plan présenté par le SGPE, celui-ci retient trois lignes d’action d’importance très inégale pour réduire les émissions de 28 Mt de CO2.


Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment sans interdire l’installation de chaudière au gaz

Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment sans interdire l’installation de chaudière au gaz

L’association négaWatt apporte son analyse globale car interdire l’installation des chaudières au gaz n’est pas souhaitable dans le cadre d’une transition énergétique du bâtiment.


RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

Le niveau 2031 lié à la RE2020 en logements doit être atteint très rapidement pour éviter de graves dommages d'ici 20 ou 30 ans.


Transition énergétique : La trajectoire européenne alternative par Clever

Transition énergétique : La trajectoire européenne alternative par Clever

Début Juin, un rapport édité par le groupe de réflexion européen Clever, piloté par négaWatt, proposant des solutions pour le bâtiment, le transport et l’industrie.


Rénovation énergétique des bâtiments : quels besoins de main-d’œuvre en 2030 ?

Rénovation énergétique des bâtiments : quels besoins de main-d’œuvre en 2030 ?

Dans le secteur de la construction, d’ici 2030 une estimation de créer 170 à 250 000 emplois supplémentaires dans la rénovation énergétique des bâtiments.


Concertation sur la décarbonation des bâtiments

Concertation sur la décarbonation des bâtiments

Le SYNASAV a contribué à la concertation sur la décarbonation du secteur du bâtiment. Voici ce qu'il convient d'en retenir


Pinel + : comment ce dispositif fiscal favorise-t-il la décarbonation de la construction ? Quels enjeux autour de l’objectif DPE « A » ?

Pinel + : comment ce dispositif fiscal favorise-t-il la décarbonation de la construction ? Quels enjeux autour de l’objectif DPE « A » ?

Le Pinel + : un dispositif fiscal offrant au secteur du logement neuf une opportunité pour se préparer aux futures exigences.


Retour d’expérience RE2025 en pierre de taille ! Lot 1B à Montigny-lès-Cormeilles

Retour d’expérience RE2025 en pierre de taille ! Lot 1B à Montigny-lès-Cormeilles

Découvrons la vidéo de Nathalie TCHANG, Présidente Tribu Energie et Julien NARAYANIN, Directeur Général Groupe Verrecchia concernant le retour d’expérience RE2025 en pierre de taille.


Guide des solutions de pompes à chaleur dans l’habitat collectif

Guide des solutions de pompes à chaleur dans l’habitat collectif

Des solutions de pompes à chaleur pour l'habitat collectif : c'est que propose le Guide réalisé par l'Afpac !


L’hydrogène bas carbone : préparer un avenir énergétique décarboné

L’hydrogène bas carbone : préparer un avenir énergétique décarboné

A découvrir avec le webinaire la matinée de l'IGEDD qui s'est tenue le 22 Mai 2023 sur la question : L'hydrogène, nouveau vecteur de la transition énergétique ?