Chargement...

RT 2012 et traitement des ponts thermiques

Par André POUGET - Directeur du bureau d'études Pouget Consultants à Paris



Trop souvent les réalisations du bâti neuf sont mauvaises sur le plan thermique : mauvaise interfaces fenêtres/maçonnerie, ponts thermiques importants au niveau des dalles de balcon, infiltrations d'air parasites …. Avec la RT 2012, le bâti est contraint d'être performant quel que soit le système de chauffage au niveau même du Permis de Construire. A la conception comme à la réalisation, la façon de faire sera désormais toute autre, notamment au niveau des ponts thermiques.

Cette chronique issue de conférences au sein d'ICO* fait le point et vous donne des pistes quant à la conception et réalisation.




Une RT 2012 forte !


La RT 2012 est un vrai progrès réglementaire comme rarement nous en avions eu !

Comme le montre le graphe ci-dessous, la réglementation 2012 fait, comme en 1974, un réel bond en termes de performance énergétique. Avec la RT 2012, les constructions neuves seront conçues pour consommer quasiment trois fois moins que celles relatives à la RT 2005. Un vrai progrès qui va se traduire par un gain passant en moyenne de 130 à 50 kWh/m² et par an (kWhep en énergie primaire concernant les 5 usages principaux : chauffage, rafraîchissement, eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires).

Tableau consommation énergie primaire




De même, les labels relatifs à la RT 2012 à l'image du label effinergie+, vont encore plus loin et sont plus exigeants de 20% sur le Bbio réglementaire et de 10% à 20% de moins sur le Cepmax.



Tableau exigences B BIO







Avec la RT 2012, il s'agit de concevoir autrement !


Dès le permis de construire pour respecter le Bbio avec une attestation au dépôt du PC.

Avec des contrôles sur chantier, comme pour l'étanchéité à l'air du bâti qui sera mesurée, une obligation de résultat et au final une attestation en fin de travaux.

La RT 2012 fixe des exigences minimales en termes d'isolation du bâti.

  • Ratio transmission thermique linéique moyen global ponts thermiques RΨ du bâtiment RΨ ≤ 0,28 W/(m². K)
  • Liaison « plancher intermédiaire/ façade » à traiter F Ψ9 ≤ 0.60W/(ml.K)




Soit obligatoirement les solutions suivantes :

- ITI (Isolation Thermique Intérieure) avec rupteurs ou planelles et maçonneries performantes, …
- ITR (Isolation Thermique Répartie) mono murs terre cuite ou béton cellulaire, …
- ITE (Isolation Thermique Extérieure) isolation par l'extérieur, avec les balcons traités
- OsB (Ossatures bois) Façades à ossatures bois ou métal, passage au nez de dalle


Initialement, par exemple en isolation intérieure, nous avions ce schéma qui est désormais à proscrire eu égard à la RT 2012 ! Il est inutile de « pousser » l'isolation intérieure en augmentant l'épaisseur, si on ne contient pas la fuite thermique au niveau du pont thermique.



Mur béton – Plancher béton sans traitement

Mur béton – Plancher béton sans traitement







Techniques de traitement des ponts thermiques qui répondent à la RT 2012


Mur brique de type a – Plancher béton + planelle R = 0,50 m²K/W

Mur brique de type a – Plancher béton + planelle







Mur béton – Plancher béton + Rupteur SCHÖCK RUTHERMA

Mur béton – Plancher béton + Rupteur SCHÖCK RUTHERMA







Mur béton – Plancher béton + Rupteur PLAKABETON RUTEC

>Mur béton – Plancher béton + Rupteur PLAKABETON RUTEC







Béton « isolant » / Thermédia (Bouygues/ Lafarge) Chantier 3F/ Archi G De CUSSAC

Béton « isolant » / Thermédia







Slabe - groupe Legendre

Slabe - groupe Legendre







Mur béton – Plancher béton + LAFARGE RUPTAL

Mur béton – Plancher béton + LAFARGE RUPTAL







Mur béton – Plancher béton + KNAUF RTK

Mur béton – Plancher béton + KNAUF RTK







Mur béton – Plancher béton + SNAAM ISODAL

Mur béton – Plancher béton + SNAAM ISODAL







Mur béton – Plancher béton + Rupteur BOUYGUES

Mur béton – Plancher béton + Rupteur BOUYGUES







Mur béton Hourdis PSE SEACBOIS + Laine de verre en sous face + Rupteur

Mur béton
Hourdis PSE SEACBOIS + Laine de verre en sous face + Rupteur







PLTA (Seacbois)

PLTA (Seacbois)
PSI 0.41







Thermoprédalle RECTOR (AT)

Thermoprédalle RECTOR







Balcons avec rupteur de ponts thermiques

Balcons avec rupteur de ponts thermiques

Par André POUGET, Directeur du bureau d'étude Pouget Consultants (Paris et Nantes)
Depuis plus de 25 ans, POUGET Consultants œuvre dans la « non-énergie » dans la construction neuve comme en rénovation et ce, dès l'amont des projets en secteur résidentiel comme en tertiaire. contact (at) pouget-consultants.fr contact (at) pouget-consultants.fr







AUTRES CHRONIQUES d' André POUGET




SOURCES ET LIENS



*ICO. L'association ICO, créée en 1991, a pour objectif la progression des idées et techniques permettant d'améliorer les performances énergétiques et environnementales des bâtiments.

Commentaires

  • marie-laurence
    10/07/2013

    J'ai trouvé votre article et les commentaires très intéressants. Je suis confrontée à un problème de cet ordre pour un projet en Île de France. J'ai bien envisagé de faire une ITE. Mais les surfaces sont tellement petites, que je crains de réduire encore la surface habitable avec une épaisseur de mur plus importante (bardage ou brique, isolation, parpaing ou briques, plâtre). De plus, le projet est implanté sur les 2 limites latérales de parcelle. Pour en terminer, le problème se pose au niveau des murs de refent qui vont supporter les plancher du R+1 et des combles. Avez vous une solution me proposer? CDT

  • 18/03/2013

    Je veux faire une dalle isolante (environ 8 cms d'isolant avec un R> 2.7) pour une véranda . Comment supprimons les ponts thermiques au niveau de la dalle ?

  • 25/02/2013

    Bonjour, Je suis à la recherche de visuel pour illustrer mon site http://www.pont-thermique.fr qui est un site d'information à vocation non commerciale. Serait-il possible d'utiliser les votre si j'y fais référence sur le site + lien vers votre article ? Par avance merci, Sylvain REPONSE DE LA REDACTION: Oui, nous sommes d'accord sur le principe, mettez également les sources qui sont les nôtres, en l'occurrence "André Pouget Consultants"

  • Cyril
    03/11/2012

    Dommage que le cas du rupteur en verre cellulaire PERINSUL ne soit pas présenté. Il est simple de mise en oeuvre, léger et déjà très utilisé chez nos voisins européens.

  • Mohamed Yahiaou
    09/10/2012

    Bonjour ! Pourquoi ne pas mettre en place des piliers intérieurs complètement désolidarisés du reste du bâti qui supporterais les planchers intermédiaire comme dans certains ouvrage du 5/8 siècle dans les pays d'oriental? une grande partie des ponts thermique sont exclus! Merci pour les infos techniques mis en ligne.

  • Christian
    11/09/2012

    L'ITE est intéressante car elle résoud la grande majorité des ponts thermiques, certes. Mais les rupteurs de pont thermique seront quand même nécessaire dans les cas où un mur de refend ou une dalle sont à l'extérieur et non isolé. Exemple: Balcon, mur de refend d'un garage ou autre local non chauffé et non isolé...

  • Amaury
    06/08/2012

    Je rejoins les propos de Jean Marc. Pourquoi ne pas prendre le problème du pont thermique à sa source, c''est à dire en isolant par l''extérieur, au lieu de l''atténuer à coups de rupteurs. RT 2012, structure 100 % béton, le principe constructif n''est pas adapté.

  • Jean-Marc
    10/07/2012

    Il serait si facile de résoudre tous vos problèmes de ponts thermiques, d''étanchéité à l''air, de mauvais interfaces fenêtres/maçonnerie en modifiant votre structure de construction : une finition extérieure en brique, bois ou autre élément une isolation extérieure un mur porteur intérieur en brique, béton cellulaire ou parpaing un enduit plâtre projeté de finition intérieure. La France est l''un des derniers pays européens qui s’obstine à isoler par l''intérieur. C''est vrai que le métier de plâtrier est en désuétude et même disparu dans certaines régions. On ne connaît plus que des plaquistes. De plus, comment voulez-vous obtenir une excellente inertie thermique intérieure avec un placo de 1cm?

  • Philippe
    10/07/2012

    Bonjour Merci c''est une synthése d''approche intéressante, mais dommage que vous n''avez pas été jusqu''au bout en présentant les solutions Bois. Le Bois prend désormais une place de plus en plus importante avec la RT et permet d''atteindre une optimisation dans la recherche des solutions autres que celles de l''industrie du ciment/béton. Philippe

  • David Petitjean
    06/07/2012

    Bonjour, En tant que prescripteur, je me trouve confronté à la double contrainte: - construction en zone sismique type parpaing - isolation par l''intérieur Il s''agit bien entendu de limiter les coûts et je ne trouve pas de rupteurs dont l''avis technique permet de passer sur un Ψ ≤ 0,60 W/(ml. K) en zone sismique. Est-ce même possible en mur béton/plancher béton/ITE?

  • philippe
    03/07/2012

    J''ai trouvé votre article bien étayer et plaisant à suivre du point de vue didactique, je pense m''en servir dans une prochaine formation, cordialement Philippe Cardon

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité