Chargement...

Chauffage / ECS : quelles sont les meilleures solutions en réno de maison individuelle ?



Chauffage / ECS : quelles sont les meilleures solutions en réno de maison individuelle ?

Pour rénover le chauffage et la production d’ECS d’une maison individuelle (de 100 m² construite avant 1975 en zone H1), quelles sont les solutions les moins chères pour l’utilisateur ? C’est à cette question que s’efforce de répondre une récente étude de Coénove, association de promotion de la filière gaz. Cette étude compare les coûts d’investissement et d’exploitation d’une quinzaine de solutions, notamment en termes de coût global annualisé sur quinze ans, c’est-à-dire avec prise en compte de l’investissement, de l’énergie consommée, des abonnements et de la maintenance. L’énergie gaz apparaît comme la plus compétitive, estime-t-on à Coénove. La chaudière à condensation est la solution qui présente l’optimum économique en coût global. On précise à Coénove que, en ce qui concerne l’utilisation des EnR, le meilleur couplage en coût global est l’association chaudière à condensation / CESI à appoint gaz. D’une façon générale, les principales solutions présentent un coût d’exploitation du même ordre de grandeur, excepté celui de la solution à effet Joule couplée à un chauffe-eau thermodynamique qui est 2 fois plus important, observe-t-on à Coénove. On ajoutera que l’étude ne prend pas en compte une amélioration éventuelle de l’isolation.

Coût global annualisé sur 15 ans (pour la PAC, il y a changement d’une partie des radiateurs, mais les coûts d’exploitation intègrent, par défaut, un fonctionnement permanent avec 100% de radiateurs BT) :
* Chaudière à condensation gaz naturel : 957 € en énergie, 287 € en abonnements + maintenance, 290 € en investissement.
* Chaudière à condensation gaz naturel + CESI : 912 € en énergie, 320 € en abonnements + maintenance, 619 € en investissement.
* PAC air/eau double service + remplacement d’un radiateur sur deux par des radiateurs BT : 757 € en énergie, 287 € en abonnements + maintenance, 871€ en investissement.
* Convecteurs électriques + chauffe-eau thermodynamique : 2 060 € en énergie, 170 € en abonnements + maintenance, 682 € en investissement.
* Chaudière avec PAC électrique de 5 kW intégrée : 946 € en énergie, 326 € en abonnements + maintenance, 644 € en investissement,
* Chaudière à granulés : 1 334 € en énergie, 176 € en abonnements + maintenance, 733 € en investissement.
* Chaudière à moteur Stirling : 1 099 € en énergie, 287 € en abonnements + maintenance, 1 019 € en investissement,
* Chaudière à condensation fioul : 1 361 € en énergie, 176 € en abonnements + maintenance, 522 € en investissement.
* Poêle granulés + convecteurs effet Joule à inertie : 2 390 € en énergie, 202 € en abonnements + maintenance, 726 € en investissement.




Chaleur renouvelable : bonne dynamique européenne en PAC et en biomasse

En Europe, le principal consommateur de chaleur « biomasse » a été, en 2013, la France (à 10,2 Mtep), devant l’Allemagne (8 Mtep), vient d’indiquer un récent rapport de la Commission européenne, qui ajoute que la biomasse solide a représenté une production européenne de chaleur de 73 Mtep en 2013, dont environ un sixième pour des réseaux de chaleur, la majorité de la production concernant des installations « décentralisées », dont la production de chaleur à partir de biomasse progresse plus vite que celle pour le chauffage urbain. Le rapport indique également que, toujours en 2013, les PAC ont représenté une production européenne de 7,4 Mtep de chaleur ou froid renouvelables, dont 2,5 Mtep en Italie, leader européen en la matière, devant la France (1,6 Mtep) et la Suède (1,2 Mtep). Quant à la production européenne de chaleur solaire thermique, elle a été de 1,9 Mtep en 2013, tandis que celle de chaleur à partir de biogaz s’élevait à 2,6 Mtep, dont 1,3 Mtep en Allemagne. A la Commission européenne, on insiste sur la nécessité « urgente » d’initiatives nouvelles, d’ici 2020, en ce qui concerne le biogaz, les capteurs solaires thermiques et les systèmes géothermiques de moyennes et grandes puissances. On s’y réjouit, par ailleurs, de ce que le secteur du chauffage ait atteint en 2013 une puissance installée de 88 Mtep d’EnR (alors que la puissance prévue n’aurait dû être que de 77 Mtep au vu des objectifs affichés dans les plans nationaux d’action pour les EnR). Mais on craint à la Commission une baisse de cet excédent dans les années qui viennent, voire même un « petit » déficit en 2020, même si la chaleur biomasse et les PAC devraient, quant à elles, faire mieux en 2020 que ce qui était prévu.

- EN BREF - L’Institut européen du cuivre vient de lancer le site tube-cuivre.fr à l’intention des professionnels des installations en cuivre (ECS, chauffage, solaire, etc ...).

- EN BREF - En génie climatique, des Atec viennent d’être enregistrés pour les sociétés : Tôlerie Emaillerie Hild pour un système d'isolation de traversée de paroi pour l'évacuation des produits de combustion ; Luxor, MRG, FQR Frattini et Hydrogomma pour des flexibles de raccordement ; Terrendis France pour des tubes pré-isolés ; Extraflame et Solzaima pour des poêles étanches à granulés ; Raccorderie Metalliche et Geberit pour des canalisations métalliques.

- EN BREF - Vient d’être publié un arrêté du ministère du Logement qui, daté du 14 Décembre 2015, concerne la prise en compte des systèmes ECS de production centralisée à appoints décentralisés (PCAD) dans la RT 2012. L’arrêté étend le champ d’application de ces PCAD en permettant aux générateurs d’appoint hydrauliques des ballons individuels d’ECS d’assurer aussi le chauffage instantané, indique-t-on au ministère.


Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 630 € TTC/an : Cliquez ici


Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 25 Janvier 2016

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité