Chargement...

Chauffage, ventilation, climatisation, marché et prospectives

Le marché français : - 0,2% en chauffage et ventilation, - 0,3% en climatisation ?

Au second quadrimestre 2010, par rapport au quadrimestre précédent, l’activité des entreprises de génie climatique a reculé de 0,3% en climatisation et de 0,2% à la fois en chauffage et en ventilation. C'est ce qui ressort de la dernière enquête de conjoncture UECF/ONTSE. En chauffage, on enregistre des baisses de 0,2% en résidentiel (- 0,8% en climatisation, - 0,3% en ventilation), de 0,6% en bureaux (- 0,2% en clim’, - 0,3% en ventil’) et de 0,2% en commerces (- 0,1% en clim’ et en ventil’), avec toutefois une progression de 0,1% en bâtiments industriels (mais - 0,3% en clim’ et - 0,2% en ventil’). L’étude juge que “des signes positifs laissent entrevoir une reprise prochaine”. D’ores et déjà, ajoute l’étude, “la reprise des activités de rénovation se confirme”. Au total, cependant, “les carnets de commandes croissent au prix d’une pression financière particulièrement forte sur les climaticiens”, poursuit l’étude.

Quels sont les meilleurs chauffages collectifs?

Voici, selon une récente étude d’Amorce, l’association des réseaux de chaleur, étude présentée lors de la 6ème Rencontre nationale des réseaux de chaleur à Paris, quel a été en 2009, en euros HT / MWh utile, le prix moyen de la chaleur issue :
- d’une chaudière collective gaz : 57,1 (contre 72,7 en 2008),
- d’une chaudière collective gaz à condensation : 51,7 (59,4),
- d’un réseau de chaleur : 60,2 (59,7), avec 50,8 (50,8) pour les réseaux avec plus de 50% d’EnR et d’énergies de récupération.
La même étude souligne par ailleurs qu’un réseau de chaleur alimenté à 80% par des EnR consomme 50% d’énergie primaire en moins qu’un système de chauffage collectif par PAC de COP 3,5 et 66% en moins qu’une chaudière collective gaz à condensation. Elle signale que, en termes d’énergie primaire consommée par an, l’impact d’un logement de 170 kWh/m2.an alimenté par un réseau de chaleur au bois est, à surface égale, “du même niveau” qu’un logement BBC (alimenté par une chaufferie fioul ou gaz naturel) ou BBC Rénovation (alimenté par un réseau de chaleur de type cogénération ou UIOM ou par une PAC collective eau/eau de COP 3,8) ou encore RT 2005 (alimenté par un réseau de chaleur géothermique ou une PAC collective eau/eau de COP 5). Ajoutons que ces COP ne sont pas ceux des fabricants, mais concernent des moyennes annuelles qui seraient effectivement tenues”.

Climatique : les techniques qui montent et celles qui ont du mal

En chauffage gaz, on va vers une disparition de la chaudière “basse température” : le “standard”, à terme, sera clairement la chaudière à condensation. C’est ce qu’ a estimé, lors d’une réunion-débat de Qualitel la semaine dernière, Bernard Sesolis, le directeur du prestigieux bureau d’études en énergétique du bâtiment Tribu Energie. M. Sesolis prévoit en habitat collectif un retour du chauffage collectif, soit au gaz, soit alimenté par un réseau de chaleur. En “électrique”, ajoute-t-il, la PAC va venir remplacer, en maison individuelle, le chauffage électrique traditionnel. En ECS, le directeur de Tribu Energie s’attend, en maison individuelle, à une poursuite du développement du solaire thermique et à un décollage du chauffe-eau thermodynamique, qu’il voit par ailleurs émerger, à terme, en résidentiel collectif. Il croit également en un développement commercial du CESCAI (chauffe-eau solaire collectif à appoint individuel) et s’attend à une émergence à la fois de la récupération de chaleur sur eaux usées en individuel et collectif, et aussi de la pompe à chaleur gaz à absorption en habitat collectif. Il a aussi foi en l’avenir de la pompe à chaleur CO2 et de la chaudière gaz électrogène de microcogénération. D’une façon générale, M. Sesolis pense que l’on ira de plus en plus vers des systèmes de génie climatique “extrêmement intégrés”.

EN BREF
Parus au Journal Officiel du 28 novembre 2010, les indices de coûts BT 40 (chauffage central) et BT 41 (ventilation et conditionnement d'air) pour août 2010 s'établissent respectivement à 955,90 (contre 943,60 un an plus tôt) et à 695,90 (contre 681,70).

EN BREF

En génie climatique, des Atec viennent d’être enregistrés pour les sociétés : Warmup pour un plancher chauffant électrique; Wavin pour un plafond réversible; Viessmann pour des Cesi; Comap pour une dalle à plots; Ivar pour des canalisations multicouches; Heliroma Plastico et Aquatherm pour des canalisations en PP-R; Braseli et Tiemme Raccorderie pour des canalisations en PEX; Isoplus pour des canalisations préisolées; Tiemme Raccorderie et Industrial Blansol pour des raccords métalliques pour tubes en PEX ou PB; Aereco et Aldès Aéraulique pour une ventilation modulée tertiaire.

Téléchargez la lettre hebdomadaire complète

Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 605 € TTC/an : cliquez ici

Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 28 juin 2010

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité