Chargement...

Bâtiments BBC méditerranéens performants



Les bâtiments performants basse consommation en bordure de méditerranée ou en zone H3 sont-ils si différents dans leur approche énergétique et leur concept BBC ?

Tel était le thème de la JCE, Journée du Confort et de l’Eau organisée à Vitrolles ce 30 septembre 2010 par l'association ICO, et en particulier par le BET ADRET en la personne de Jean-Pascal ROCHE.

Prenez connaissance des interventions de l’ADEME, de GRDF, d’experts, de bureaux d’études et de constructeurs, qui sont au cœur des membres de l’association.

Un texte de synthèse travaillé vous donnera les points essentiels à retenir.

Bâtiments basse consommation : résultats et enseignements des appels à projets régionaux
Par l’ADEME

620 projets BBC ont été sélectionnés, soit près d’un million de m² BBC, avec 6 200 logements et 500 000 m² Shon dans le tertiaire – 75% des projets BBC sont dans le neuf et 25% sont en rénovation.

A retenir :

  • L’ECS solaire est prédominante pour la maison individuelle et le collectif
  • Le double-flux est naturellement présent dans le résidentiel et le tertiaire bureaux
  • L’isolation extérieure présente pour le logement collectif en neuf comme en réhabilitation
  • Tous types de projets confondus, 85% des projets présentent un coût de travaux au m² inférieur à 2000 euros et 60% ont un coût inférieur à 1 500 euros HT/m²shon
  • Un mode de chauffage performant et adapté aux besoins: pompe à chaleur (45% des maisons individuelles et 40% des projets tertiaires), chaudière gaz à condensation (55% des projets résidentiels), poêle ou chaudière bois (40% des maisons individuelles)
  • Une très forte utilisation des énergies renouvelables (présentes dans 90% des projets): 90% des projets résidentiels ont recours au solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire, 55% des projets tertiaires ont recours au photovoltaïque
  • Une ventilation améliorée (Hygro B) et en particulier une ventilation double flux (60% des projets, 90% des projets dans le tertiaire)
  • Le recours au triple vitrage (zone climatique H1)
  • Une collaboration le plus en amont possible entre l’architecte et le bureau d’études énergétiques
  • Des études de conception approfondies (conception bioclimatique, implantation et orientation optimisées, apports solaires, confort d’été,…)
  • Une mise en œuvre de qualité et en particulier une bonne étanchéité à l’air

Téléchargez le PDF - 29 pages - 224 Ko


site ADEME - site ICO

Ventilation et qualité d’air - Par Pierre Barles Consultant

La part de la ventilation est de 20% par rapport aux déperditions statiques du bâti (80%) pour une maison RT 2005. Elle sera de 70% pour une maison passive !

A retenir :

  • Ventiler juste « comme il faut », au moindre coût énergétique
  • Adapter au plus près les débits aux besoins par exemple avec la modulation en fonction de l’occupation
  • Contrôler et maîtriser les débits de ventilation
  • Adapter au plus près les débits aux besoins
  • Récupérer de l’énergie sur le renouvellement d’air
  • Utiliser des ventilateurs à faible consommation d’énergie, ou réaliser une ventilation hybride : extracteur stato-mécanique (ventilateur basse pression) et système par induction d’air, (le jet d’air est produit par un ventilateur haute pression)
  • Préchauffer ou rafraîchir « naturellement » l’air de ventilation : puits canadien ou provençal : l’air neuf passe dans le sol (conduit, tunnel) avant d’être introduit dans le bâtiment ( il se préchauffe ainsi en hiver et se rafraîchit en été) et capteurs solaires à air (technique très répandue au Canada)
  • Contrôle/Entretien et maintenance des installations de ventilation : beaucoup à faire comme la mise en place des contrôles périodiques des installations

Téléchargez le PDF - 33 pages - 2,6 Mo


site ICO

La RT 2012 – Ce qui va changer - Par André POUGET

La RT 2012 apporte avec le B Bio un plus incontestable dans la conception bioclimatique. Architectes et ingénieurs ne travailleront plus l’un après l’autre, mais en simultané. Et ce, dès le permis de Construire !

A retenir :

  • La RT 2012 s’appliquera pour les bâtiments résidentiels et non résidentiels
  • Trois exigences de performances « globales » : au-delà des exigences déjà connues pour la RT 2005, telles que C max et Tic, une nouvelle exigence est à satisfaire : le B bio max, qui valorise la conception bioclimatique et la qualité énergétique intrinsèque du bâti, sans même qu’il soit doté d’équipements techniques
  • Coefficient B Bio max : besoins en énergie 3 usages « chauffage/ refroidissement/ éclairage »
  • Coefficient C max : base moyenne consommations 50 kWhep/m².an - 5 usages « chauffage/ refroidissement/ éclairage/ ECS/ auxiliaires » - Cas du logement collectif : on admet jusqu’au 31/12/2014 un dépassement de + 15%
  • Notion de confort d’été : Tic ≤ Tic réf. Ce critère n’évolue pas, pour le moment, par rapport à la RT actuelle 2005
  • Possibilité de production d’électricité locale, avec une déduction maximale de la production locale d’énergie de 12 kWhep/m²/an, uniquement bâtiments à usages d’habitation
  • Exigences minimales ou gardes fous comme l’accès à l’éclairage naturel : résidentiel S baies ≥ 1/6 de Sh et la perméabilité à l’air avec valeurs seuils en résidentiel et recours à des mesures obligatoires par opérateurs certifiés
  • Energie renouvelable : recours obligatoire en maison

Téléchargez le PDF - 19 pages - 1,2 Mo


site Pouget Consultants - site ICO

Comment réussir un projet en rénovation ?
Guide EFFINERGIE - Par André POUGET

La rénovation BBC est un gisement des plus importants d’économies d’énergie. Comme pour le neuf, des solutions guides sont proposées tenant compte inévitablement de la situation initiale.

A retenir :

  • En rénovation le point de départ peut être centré sur les baies vitrées. Sont-elles à changer ou pas ?
  • Si oui, l’isolation de type extérieure est-elle à son tour possible, dans ce cas ITE + remplacement de baies + ventilation sont à mettre en œuvre. Si non, le remplacement des baies et mise en œuvre d’une ventilation sera un minimum avant de penser à une isolation des parois.
  • Si non, alors deux cas de figures de présentent ; l’isolation thermique extérieure (ITE) est-elle possible ou pas ?
  • Un Guide Effinergie parution janvier 2011 de 40 pages apportera réponses avec illustrations et recommandations. Ce Guide peut être demandé via ICO, XPAIR, …

Téléchargez le PDF - 5 pages - 157 Ko


site Pouget Consultants - site EFFINERGIE - site ICO

Garantie de Performance Energétique - Par l’ADEME

La garantie de performance énergétique permet de réellement mesurer et contrôler les économies d’énergie prévisionnelles. La GPE sera opportune pour des projets de dimension importante.

A retenir :

  • Les écarts de consommations d’énergie possibles en exploitation conduiront les Maître d’Ouvrage à des contrats de garantie GPE : la Garantie de Performance Energétique.
  • La GPE, c’est la garantie d’un niveau de consommation, mesurée et vérifiée à partir de données constatées après travaux et lors de l’exploitation du bâtiment
  • En cas de non atteinte de la performance garantie, il y a une recherche des responsabilités globales y compris pour le concepteur et les écarts de consommations sont dédommagés au client
  • Qui peut proposer de la GPE ? Des sociétés de services d’efficacité énergétique pour le secteur tertiaire dans le cadre de CPE (Contrat de Performance Energétique). Elles devront avoir les moyens de s’auto-assurer en cas de non atteinte de la performance. Elles proposeront une offre globale et prendront en charge les risques liés à la conception-réalisation-exploitation. Elles peuvent proposer du tiers-financement notamment dans le cadre de PPP dans le secteur public. Des PME-PMI associées à une offre d’assurance pourront proposer la GPE
  • Les programmes importants en surface sont certes favorisés, eu égard aux frais administratifs et juridiques, pour prétendre à la garantie GPE
  • Une collaboration concepteurs (Architectes et Ingénieurs) et réalisateurs (entreprises et mainteneurs) est plus que jamais requise pour prétendre à la GPE

Téléchargez le PDF - 16 pages - 630 Ko


site ADEME - site ICO

Solutions Eau Chaude Sanitaire Thermodynamique
Par DAIKIN

A retenir :

  • Ballon ECS couplé à la Pompe à Chaleur individuelle – des ballons inox de 200 l (testés selon les exigences du titre V) – Possibilité de raccordement du ballon à des capteurs solaires
  • Stockage d’eau chaude jusqu’à 60°C et 75°C avec pompe à chaleur haute température
  • Ballon thermodynamique indépendant avec COP jusqu’à 4,2 avec une température ambiante de 15°C
  • Solution chauffage et eau chaude sanitaire pour l’habitat collectif avec unités PAC extérieures en toiture et module avec ballon ECS thermodynamique à chaque appartement

Téléchargez le PDF - 9 pages - 1,3 Mo


site DAIKIN - site ICO

L’éco-générateur - Par DE DIETRICH THERMIQUE

A retenir :

  • Intégration d’une micro-cogénération (moteur Stirling) au sein d’une unité de chauffage gaz naturel performante pour une production combinée de chaleur et d’électricité
  • Couverture de la totalité des besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire, production d’électricité à domicile (50% à 80% des besoins électriques pour un logement), l’électricité étant consommée ou injectée sur le réseau
  • Rendement global de production (chaleur & électricité) de 105%
  • Application maison et habitat collectif
  • Le chauffage, l’ECS et l’électricité sont produites avec un rendement de 105%
    La production d’électricité de l’éco-générateur revient à 4,6 c€/kWh, soit 2,4 fois moins cher que le tarif bleu à 11,1 c€ (basé sur le prix du kWh TTC au 1er avril- tarifs réglementés)
  • Titre V déposé en juillet 2009 et validé par la commission d’experts de la DHUP (publication au JO en mars)
  • Installations en ce moment en test avec une commercialisation programmée en 2011

Téléchargez le PDF - 13 pages - 1,7 Mo


site DE DIETRICH - site ICO

La pompe à chaleur gaz - Par GRDF

A retenir :

  • Deux procédés existent : la pompe à chaleur gaz par procédé absorption ou la PAC avec moteur gaz. Ces PAC figurent parmi les générateurs les plus performants en termes d’économies d’énergie primaire
  • La pompe à chaleur gaz (absorption) utilise un cycle thermodynamique à absorption avec solution eau/ammoniac, et se présente avec modules assemblables de 40 kW chaud. L’application dédiée est l’habitat collectif BBC - Une puissance froide 17 kW est possible par réversibilité
  • Le mode chauffage s’effectue par aérothermie (qui entraine de moindres pertes par Text basse) ou par géothermie sol (avec une dimension des sondes géothermique de 70%)
  • Autre produit : la pompe à chaleur moteur gaz. C’est un produit performant plus dédié au secteur tertiaire et àl’industrie, couvrant les besoins de chauffage, de climatisation, et d’ECS. Cibles privilégiées : Hôtel, Santé, RPA...
  • Très faible perte de la puissance utile en chauffage jusqu’à –20°C extérieur

Téléchargez le PDF - 12 pages - 5 Mo


site GRDF - site ICO

La dalle active et bureaux BBC - Par ROTH

A retenir :

  • Le principe de dalle active est dédié au bureau basse consommation, en principe isolé par l’extérieur avec des charges internes modérées, de sorte de ne nécessiter qu’une climatisation douce
  • Les puissances de rafraîchissement sont de l’ordre de 60 W/m². En cas d’insuffisance ponctuelle, exemple salle à forte occupation, une climatisation dynamique peut être apportée en complément
  • Les régimes d’eau de l’ordre de 16°C sont propices à des Cop très élevés et à un dimensionnement réduits des groupes froids
  • Systèmes d’inertie rafraîchissante avec tubes intégrés dès le chantier dans le corps de la dalle de construction
  • Pas d’appareils visibles, pas de mouvements d’air, qualité d’air élevée
  • Fabrication tubes et ferraillages, logistique, et assistance chantier assurée par Roth

Téléchargez le PDF - 16 pages - 11 Mo


site ROTH - site ICO

Conduits de fumées en rénovation de logements collectifs
Par POUJOULAT

A retenir :

  • Les conduits de fumée maçonnés de type shunt se rencontrent fréquemment dans les immeubles construits entre 1955 et 1970. La solution 3CE P MULTI+ RÉNOVATION est adaptée au remplacement de chaudières type condensation (le conduit maçonné étant impropre au mode condensation. Après un diagnostic précis, le conduit shunt est comme « tubé » et chaque chaudière est raccordée. Les fumées sont évacuées en pression positive au travers du tubage rigide Ø130. L’air comburant circule dans l’espace annulaire résiduel entre le tubage et le shunt.
  • En rénovation, dans les logements individuels ou collectifs, la solution AIRFLUE RÉNOVATION. Le terminal assure l’évacuation des fumées et de l’air vicié de ventilation. Les fumées sont évacuées en pression positive au travers du tubage flexible. L’air vicié de la ventilation est véhiculé dans l’espace annulaire de conduit. L’air comburant est pris dans le local ou est la chaudière.

Téléchargez le PDF - 12 pages - 1 Mo


site POUJOULAT - site ICO

La condensation en rénovation - Par VIESSMANN

A retenir :

  • La condensation permet la récupération de l’énergie contenue dans les fumées soit au maxi11% d’énergie récupérée
  • La condensation est intéressante en rénovation pour les applications plancher chauffant et radiateur avec des retours inférieurs à 57°C ; point de rosée
  • En rénovation, avec l’amélioration du bâti (Isolation, Vitrage,…..) cela implique moins de déperditions et un réajustement de la puissance revue à la baisse. Les émetteurs ont par conséquent des surfaces d’échange plus importantes et une température moyenne nécessaire plus basse
  • La rentabilité comparée par rapport à une chaudière basse température, donne un temps de retour très court de 4 ans

Téléchargez le PDF - 12 pages - 2 Mo


site VIESSMANN - site ICO

Pompe à chaleur très haute température - Par DAIKIN

A retenir :

  • Le marché cible est la rénovation de chaufferie produisant de l’eau chaude à 80°C, chaudière fioul, chaudière gaz, avec émetteurs radiateurs à eau chaude standard 80°C
  • Système très efficace pour produire l’eau chaude sanitaire sans appoint électrique
  • Une technologie 100% thermodynamique Double circuit Inverter R410A – R134a - Circulateur Inverter
  • Les COP vont de 1,7 par -20°C pour de l’eau chaude à 80°C et progressent à 3 par +7°C (eau chaude régulée à 65°C)
  • Références actuelles en Europe et France

Téléchargez le PDF - 9 pages - 2 Mo


DAIKIN - site ICO

Outils d’exploitation et de comptages
Par SAUTER REGULATION

A retenir :

  • La réglementation RT 2012 exige qu’un bâtiment neuf consomme moins de 50 kWh/m²/an pour ses 5 usages, soit une nécessité de compter et de contrôler pour que ce chiffre soit une efficacité énergétique réelle et contrôlée
  • Les outils de GTB eu égard à ces niveaux de basse consommation permettent de comprendre les dépenses énergétiques pour les limiter
  • Pour les projets BBC, une augmentation du nombre de compteurs sur site est à attendre, ce afin de maîtriser les dérives
  • Nécessairement l’'information devra être centralisée, organisée, synthétisée et maîtrisée
  • Les processus d'optimisation doivent être mis en oeuvre pour qu’en continu l’analyse énergétique des dérives et corrections puissent s’effectuer

Téléchargez le PDF - 9 pages - 1,5 Ko


site SAUTER REGULATION - site ICO

Rénovation et plancher chauffant - Par ROTH

A retenir :

  • Le système Climaconfort Compact ne demande que 17 mm d’épaisseur, hors revêtement.
  • Ce plancher chauffant à eau chaude basse température est de ce fait dédié à la rénovation et à l’utilisation de générateurs performants tels pompe à chaleur, chaudière à condensation, …
  • Le système nécessite un support néanmoins droit
  • Les puissances de chauffage vont de 30 à 87 W/m²
  • Prix fourni posé en épaisseur 17 mm : 122 €/m² – pas de pose 15 cm
  • Prix fourni posé en épaisseur 22 mm : 98 €/m² – pas de pose 15 cm
  • Temps de pose dans les 2 cas : 100 m²/jour

Téléchargez le PDF - 14 pages - 14 Mo


site ROTH - site ICO

Camera thermique et thermographie - Par TESTO

A retenir :

  • La thermographie permet en rénovation un juste diagnostic des défaillances du bâtiment : pont thermique, abscence d’isolation, défaut d’isolation, embouage de radiateurs, mauvais équilibrage hydraulique, recherche de fuites de chauffage, notamment de plancher chauffant, …
  • Dans le neuf, en complément d’un test d’infiltrométrie, la caméra mettra en évidence la mauvaise étanchéité à l’air
  • Une formation thermographie est nécessaire pour interpréter avec précision les constats par l’image infrarouge et pour élaborer des rapports pertinents

Téléchargez le PDF - 15 pages - 3,4 Mo


site TESTO - site ICO

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité