Chargement...

Chauffage collectif et efficacité énergétique, enquête SNEC 2019

Généraliser les Contrats de Performance Energétique (CPE) : un levier essentiel pour atteindre les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) à un coût maîtrisé.

résultats enquête SNEC chauffage collectif

La garantie de résultats en exploitation est la première étape dans la recherche de l’efficacité énergétique

L’enquête 20191 du SNEC2, membre de la FEDENE3, démontre la performance des contrats avec garantie de résultats à l’image des CPE. Cette enquête met en évidence la nécessité d’une stratégie efficiente de réduction des consommations d’énergies des logements. Pour le SNEC, qui participe au groupe de travail rénovation énergétique lancé dernièrement par les pouvoirs publics, l’atteinte des objectifs de la PPE pour les logements avec chauffage collectif passera par le déploiement à grande échelle des CPE sur l’ensemble des bâtiments.

Résultats de l’enquête

→ Les contrats avec garantie de résultats dégagent 18 % d’économies d’énergie supplémentaires par rapport aux contrats de moyen.

→ Les logements représentent un tiers de la consommation française

Avec une consommation finale de 438 TWh, le secteur du logement est le poste de consommation d’énergies le plus important après le transport ; en particulier la chaleur des logements (chauffage et eau chaude) qui représente 80 % des consommations. L’efficacité énergétique du chauffage constitue dès lors un levier majeur pour la transition énergétique.

A l’horizon 2030, le parc sera constitué à 85 % de logements construits avant la RE 2020 ou même la RT 2012. Il est alors primordial d’engager des politiques d’efficacité énergétique ambitieuses sur le parc existant. Les 5 millions de logements chauffés au moyen d’un système de chauffage collectif (LCC) représentent un cinquième du parc existant et 330 millions de m² pour une consommation finale de 63 TWh.

→ La segmentation des logements par performance énergétique
Il existe 740 000 LCC énergivores (étiquette F ou G).

3,9 millions de logements en dessous de l’étiquette C représentent 80 % de la consommation (44 TWh). La majorité des logements, 64 %, consomment aux alentours de 240 kWh/m²/an (étiquette D ou E).

En savoir plus : les objectifs de la PPE
La PPE prévoit une baisse de la consommation dans les bâtiments de l’ordre de 12% entre 2016 et 2028, soit une baisse de 51 TWh de la consommation des logements. Toutefois, il est nécessaire de tenir compte de la croissance et de la reconstruction du parc. Il faudra alors que la rénovation du parc de logements existant permette d’économiser 55 TWh d’ici 2028.

Propositions et analyses de la profession pour le résidentiel
Afin d’atteindre les objectifs de la PPE, le SNEC propose d’appliquer une stratégie adaptée à la réalité énergétique du parc de logements avec chauffage collectif.

1/ La garantie de résultats, un dispositif clé pour atteindre les objectifs de la PPE
Une généralisation sur tous les bâtiments des contrats comprenant une garantie de résultats énergétiques (pilotage énergétique notamment) permettrait d’économiser 0,7 TWh par an, soit une diminution des émissions de 110 000 tonnes de CO2.


2/ Les rénovations techniques dans le cadre de CPE doivent être encouragées, prioritairement sur les bâtiments intermédiaires (étiquettes D et E)
Les actions de performance sur les installations techniques (changements de chaudière, isolation des réseaux de chauffage…) incluses dans des CPE « techniques » permettraient un gain garanti de 25 à 30 %. Une massification rapide de ces contrats, sur le parc des logements consommant entre 150 et 330 kWh/m²/an (D et E) économiserait 8,6 TWh, soit 15 % des objectifs PPE d’efficacité énergétique des logements et éviter ainsi l’émission de 1,3 millions de tonnes (Mt) de CO2.

3/ Les bâtiments les plus énergivores doivent être rénovés en profondeur
Les CPE « rénovations globales » (incluant des actions sur le bâti, isolation, etc.) génèrent un gain garanti pouvant aller jusqu’à 60 % sur les consommations. Une généralisation de ces CPE sur les immeubles les plus énergivores (F et G) dégagerait une économie 7,7 TWh, soit 14 % des objectifs PPE et éviter ainsi l’émission de 1,2 Mt de CO2.

« Le déploiement à grande échelle des Contrats de Performance Energétique adaptés à chaque catégorie de bâtiments permettrait d’atteindre 1/3 des objectifs 2028 de la PPE en matière d’efficacité énergétique des logements. Il est indispensable d’avoir cette approche segmentée afin de garantir un coût maîtrisé des aides publiques à la rénovation énergétique. » affirme Olivier SALVAT, Président du SNEC.

1 Enquête réalisée par l’institut indépendant I+C auprès des 60 adhérents du SNEC qui gèrent 70% du parc collectif résidentiel (82 GW)’un panel représentant 33 millions de m2, soit environ 490 000 logements
2 Syndicat National de l’Exploitation Climatique et de la maintenance
3 Fédération des Services Energie Environnement

Téléchargez la Synthèse de l’enquête


Source et lien :

logo SNEC
www.snec-energie.fr

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité