Chaleur renouvelable ou de récupération, en fait-on assez ?

Par Bernard REINTEAU, journaliste spécialisé le 13 Octobre 2023

La chaleur compte pour la moitié de l’énergie consommée dans les bâtiments, que ce soit pour le chauffage ou l’eau chaude sanitaire. Malgré de nombreux efforts au cours de ces dernières années, les sources d’origines renouvelables et de récupération, que ce soit en individuel ou en collectif, sont relativement modestes. La programmation pluriannuelle de l’énergie devrait leur faire une place plus importante.


table ronde

Lors de la table ronde sur la chaleur renouvelable et de récupération, administration, élus et représentants des industriels ont fait part des ambitions et des défis
pour tenir les engagements en matière de chaleur décarbonée d’ici 2030 - Photo FEDENE - Hubert Raguet


Chaleur fatale et de la récupération d’énergie

Il y a des maximes intellectuellement confortables - « la meilleure énergie est celle que nous n’utilisons pas » - et d’autres plus pragmatiques - « l’autre est celle que nous récupérons ». À l’occasion de ses 27ᵉˢ rencontres annuelles tenues mi-Septembre, La Fedene, (fédération des entreprises de service d’économie d’énergie, de chaleur et de froid) constate que les sujets de la chaleur fatale et de la récupération d’énergie sont à l’ordre du jour des débats politiques.

Après les réunions de réflexion sur la prochaine Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) entre les pouvoirs publics et les filières professionnelles - Fedene, mais aussi le SER (les énergies renouvelables), Amorce (les collectivités locales), l’AFPG (la géothermie), Enerplan (le solaire), le CIBE (le bois énergie), Via Seva (les réseaux de chaleur), l’ATEE (la maîtrise de l’énergie) - il s’agit maintenant de présenter les solutions techniques retenues et encouragées pour décarboner la chaleur. Ce qui s’est traduit par un « Plan Marshall pour la chaleur et le froid renouvelable et de récupération », un rapport de synthèse de soixante mesures formulées par tous ces acteurs et livrés en Juin dernier.


Doubler la chaleur issue de renouvelables et de la récupération

Concrètement, les acteurs de cette filière assistent depuis quelques mois à un véritable renversement. Comme cela a été rappelé à la tribune de la Fedene, la chaleur compte pour la moitié de la consommation finale d’énergie en France. Soit, tous secteurs confondus, 700 TWh sur une consommation totale de 1 600 TWh annuels. 60% de cette chaleur est fournie par les énergies fossiles ; dans son rapport 2022 sur les énergies renouvelables et de récupération, la Fedene met en évidence que seulement 158 TWh (23%) sont apportés par ces moyens non émetteurs de CO₂, dont plus de la moitié par le chauffage domestique au bois.

Or, depuis quelques années, et avec une accélération depuis la guerre en Ukraine, le prix de la chaleur enregistre une augmentation significative liée à l’envolée des prix du gaz et de l’électricité. De fait, cet « impensé de la politique énergétique », comme Diane Simiu, directrice du climat, de l’efficacité énergétique et de l’air (DGEC) au ministère de la Transition énergétique, a désigné les énergies renouvelables et de récupération, revient en force.

Le dialogue sur la programmation pluriannuelle de l’énergie à l’échéance 2030 établit un nouveau panorama. Outre les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R), l’autre maître-mot est « réseau de chaleur ». La raison tient à un constat simple : en 2022, durant les mois de crise, alors que les courbes de prix des énergies prenaient des allures d’exponentiels, dans les pays scandinaves et baltes où les réseaux de chaleur fournissent 60% de la chaleur, ce choc a été bien amorti. En France, où seulement 4% des foyers sont servis par les quelque 800 réseaux de chaleur existants, cette protection n’a évidemment pas joué. Aurélie Beauvais, déléguée générale de la structure de promotion des réseaux de chaleur et de froid Euroheat & Power (https://www.euroheat.org), souligne même que le Danemark a même enregistré 50 000 nouvelles connexions aux réseaux de chaleur en 2022.


Sobriété et décarbonation du bâtiment

Dans un pays qualifié d’électrophile et l’électro-centré, les pouvoirs publics ont opéré une remise en question évidente pour parvenir à une programmation pluriannuelle de l’énergie qui met en avant la sobriété, la décarbonation et les renouvelables. Le projet de PPE fixe pour 2030 une réduction massive de la consommation de chaleur : 555 TWh contre 708 en 2021, soit -22%. Dans le même temps, les EnR&R doivent pratiquement doubler, passant de 158 à 304 TWh, soit plus de la moitié de la chaleur consommée contre un quart actuellement.

Toutes les ressources sont appelées à participer à ce mouvement. La biomasse devrait y contribuer à hauteur de 50% (150 TWh contre environ 100 actuellement). Mais se profilent déjà des tensions sur les conflits d’usages des co-produits forestiers ; par ailleurs, il est maintenant avéré que le puits de carbone que constitue la forêt commence à montrer des fragilités depuis une dizaine d’années. En fort développement depuis la création du Fonds chaleur en 2009, ce secteur accumule des doutes.


chaleur renouvelable

Le défi de la décennie : passer du quart à la moitié des besoins de chaleur


On annonce vouloir tripler la géothermie profonde, doubler la géothermie superficielle - plan national géothermie oblige - quadrupler le solaire thermique et augmenter fortement la production de gaz renouvelables …
Vecteurs privilégiés, les réseaux de chaleur se voient adresser la mission ambitieuse de plus que doubler la livraison de chaleur – 73 TWh en 2030 contre 30 en 2021, soit 13% des besoins de chaleur - et de porter le taux d’énergies renouvelables et de récupération de 63% actuellement à 75% à la fin de la décennie.

Si l’ambition est perçue avec satisfaction par les professionnels, elle demande cependant de poser des infrastructures solides pour y parvenir. D’autant qu’un tel projet évoluerait au-delà de 2030 avec des volumes de chaleur de 80 à 100 TWh avec 80% d’EnR&R.


Changeons de braquet !

Les parties prenantes travaillent ce sujet depuis plus d’un an et ont résumé leurs demandes d’ajustement dans un Plan Marshall qui balaie toutes les difficultés à surmonter pour atteindre les objectifs qui devraient être fixés dans la loi. Car cette évolution présente des implications considérables, tant en termes de planification, d’ingénierie technique comme financière ou juridique, de création de modèles économiques …

En premier lieu, recenser les capacités de récupération de chaleur et couvrir les risques liés et maîtriser les échecs. En clair : si un site industriel fournit de la chaleur fatale, quel contrat une collectivité ou un exploitant va-t-il nouer avec lui et comment anticiper l’arrêt d’activité ? Les acteurs prononcent les mots « signal prix » et simplicité, soulignant leurs incertitudes.

De même, la perspective maintenant posée demandera des moyens importants pour aider et accompagner les projets. L’une des réponses a été apportée par la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher : le Fonds Chaleur devrait passer de 500 M€ en 2023 à 800 M€ en 2024.

Pour certains, cette augmentation ne servira peut-être qu’à couvrir les demandes en stand-by. Arnaud Susplugas, président-fondateur de Kyotherm, avait plus tôt demandé des aides plus généreuses et mieux ajustées, qui tiennent compte de la prévente de chaleur en plus de la faisabilité des projets. Les moyens méritent aussi d’être alignés : Hugues Defréville, président de Newheat, indique qu’en raison de l’augmentation des dépôts de dossiers d’installations solaires thermiques à l’Ademe, les délais d’instruction atteignent douze mois.

Directeur général par intérim de l’Ademe, Baptiste Perrissin-Fabert indique qu’il a bien perçu le besoin de visibilité sur le long terme. Pour supporter les projets, il oriente vers le développement de tiers-investisseurs ; il décrit aussi le travail mené aux Pays-Bas pour soutenir la biomasse dans l’industrie et invite à dupliquer l’expérience avec la chaleur fatale.


pannier runacher






Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique :
« Donner de la visibilité et de la maîtrise aux élus pour qu’ils aient la capacité de multiplier les projets et d’entraîner la transition énergétique »



Pour les participants aux tables rondes de la Fedene, le mot-clé pour maîtriser le développement programmé est territorialisation : quels gisements pour produire quelles énergies renouvelables ou récupérées dans telle région ? En clôture, la ministre de la Transition énergétique a désigné les maires comme des « entrepreneurs des énergies renouvelables » à qui donner « de la visibilité et de la maîtrise » pour qu’ils aient la capacité de multiplier les projets.


Documents recommandés à télécharger

Le bilan énergétique de la France en 2022 

Le dossier de presse de la journée 

PPE l’analyse des trajectoires 2035 

Chaleur et froid, l’état des lieux en 2022

Chaleur et récupération de chaleur en 2022 

Le replay des rencontres 2023 de la Fedene 



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Géothermie de surface avec pompe à chaleur, études et innovations

Géothermie de surface avec pompe à chaleur, études et innovations

Découvrez les dernières avancées dans le domaine de la géothermie de surface, où les pompes à chaleur (PAC) exploitent la chaleur du sous-sol.


Bilan 2023 des ventes d'équipements de CVC : il y a des chiffres positifs !

Bilan 2023 des ventes d'équipements de CVC : il y a des chiffres positifs !

Bilan 2023 : Ventes d'équipements de CVC en hausse ! Découvrez les chiffres positifs et les tendances du marché.


Performances et traitement des installations de chauffage

Performances et traitement des installations de chauffage

Sentinel partage son savoir-faire quant à l'optimisation du chauffage et de l'eau chaude sanitaire (ECS)


EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Journée incontournable pour les professionnels du bâtiment. Découvrir comment les acteurs du bâtiment peuvent construire plus durable grâce à des solutions efficaces.


Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Cette expertise vise à optimiser les performances énergétiques des logements collectifs en combinant chaudières à gaz naturel et pompes à chaleur, en réponse aux normes réglementaires et aux e


Directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée par le parlement européen

Directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée par le parlement européen

Découvrez la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments, adoptée par le Parlement européen pour promouvoir l'efficacité énergétique dans le secteur de la construction


Déshumidification de locaux et déshumidification de piscines

Déshumidification de locaux et déshumidification de piscines

Explorer les solutions de déshumidification pour locaux et piscines, pour un contrôle efficace de l'humidité.


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Découvrez les dernières avancées technologiques au cœur d’EnerJ-meeting Paris 2024. Explorez les solutions techniques qui façonneront l’avenir de l’industrie du bâtiment.


Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

EnerJ-meeting Paris, le grand rendez-vous de toute la filière des décideurs du bâtiment fait peau neuve au Carrousel du Louvre le 6 Février 2024


Nouvel arrêté végétalisation et production d’EnR pour une toiture d’immeuble

Nouvel arrêté végétalisation et production d’EnR pour une toiture d’immeuble

Arrêté du 19 Décembre 2023 portant application de l'article L. 171-4 du code de la construction et de l'habitation.


Rafraichissement adiabatique et consommation d'eau : décryptage et technologie à privilégier

Rafraichissement adiabatique et consommation d'eau : décryptage et technologie à privilégier

Cette chronique a pour but de décrypter et d'éclairer pourquoi la technologie de refroidissement adiabatique est tout de même à privilégier dans un contexte environnemental et bas carbone.


L'hospitalité au cœur des chambres de l'Hôtel Hilton Airport Schiphol Amsterdam

L'hospitalité au cœur des chambres de l'Hôtel Hilton Airport Schiphol Amsterdam

L'intégration de Priva Blue ID dans la construction du Hilton Amsterdam Airport Schiphol a permis d'optimiser le confort et l'efficacité énergétique des chambres d'hôtel.


Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Production d'1 million de PAC : un vrai défi pour les Pouvoirs Publics et industriels en termes d'investissement et de qualité d'équipement.


Les pompes à chaleur au réfrigérant naturel, le R290

Les pompes à chaleur au réfrigérant naturel, le R290

Les pompes à chaleur utilisant le réfrigérant naturel R290 sont des systèmes innovants qui exploitent les propriétés thermodynamiques exceptionnelles de ce fluide frigorigène écologique.