Méfions-nous des simulations ...

1er Décembre 2011

Dans notre secteur, en particulier en chauffage, les simulations sur ordinateur sont considérées comme un outil sûr et sans problèmes. Ayant fait beaucoup pour le développement de cette technique, je pense être à même d’en souligner les limites.

Quelles sont-elles ?

   Laissons de côté les faiblesses mathématiques qui ne sont pas rares, et concentrons-nous sur le résultat final, avec des outils de simulation corrects : les résultats ne sont pas aussi satisfaisants que l’on pourrait croire, et doivent être manipulés avec précaution, la comparaison des consommations calculées et des consommations réelles étant le véritable critère. Ce que je constate d’ailleurs c’est que, dans la presse technique, on en voit quasi-uniquement que des valeurs calculées, et non pas des valeurs mesurées.

Les différences sont-elles appréciables ?

   Elles sont, bien entendu, variables selon les exemples, mais les écarts sont souvent fort importants, surtout en tertiaire.

Pouvez-vous citer des exemples ?

   Je vais citer un exemple moyen, même si vous pensez qu’il s’agit d’un cas exceptionnel. Cet exemple est celui d’une bibliothèque publique, équipée de quelques salles de réunion. La surface globale est de l’ordre de 2000 m². Neuf employés y travaillent en permanence, mais l’ensemble peut abriter un peu plus de 200 personnes. Notons que l’ensemble n’est pas climatisé, et qu’il existe seulement un certain rafraîchissement naturel d’été.

En voici les résultats, mes unités étant ici sans intérêt et sans signification. Sur l’année les résultats sont les suivants :
. en consommation électrique (éclairage, etc) : valeur mesurée de 200 pour une valeur simulée de 301,
. en consommation thermique (gaz) : valeur mesurée de 368 pour une valeur simulée de 218.

Par trimestre voici les valeurs mesurées (et simulées) :
. trimestre 1 : en électricité 46 (61 simulé), en gaz 173 (simulé 69) ;
. trimestre 1 : en électricité 44 (81 simulé), en gaz 76 (simulé 45) ; 
. trimestre 1 : en électricité 52 (94 simulé), en gaz 25 (simulé 42) ; 
. trimestre 1 : en électricité 58 (65 simulé), en gaz 94 (simulé 62). 

Très curieusement (c’est le cas avec la RT 2005) :

. la consommation électrique est surestimée,
. la consommation thermique est sous-estimée,
 mais les différences varient avec la période de référence.

Quelles sont les interprétations des essais ?

   Dans un des exemples (rares) que je connais le maître d’ouvrage attribue l’écart au comportement des occupants qui se chaufferaient trop, des températures de 21 à 22°C ayant été constatées. Malheureusement c’est une erreur d’interprétation : ce ne sont pas les occupants qui sont responsables de cette situation, ce sont les régulations, un paramètre d’autant plus important que les bâtiments sont bien isolés, ce qui entraîne des surchauffes qui ne sont pas dues aux usagers.

Peut-on tenir compte de ces surchauffes ?

En simulation on peut les estimer, mais sous quatre réserves :

  • utiliser des simulations valables, et non pas les fausses simulations du type « résistances – capacités », qui sont les plus fréquentes et dont on a de la peine à comprendre et évaluer les effets néfastes,
  • travailler sur des simulations au maximum horaires en cinquième d’heure est mieux faisant l’objet d’un examen non pas en effectuant des calculs cumulés sans examen,
  • calculer  (d’abord et à chaque période) les « surchauffes inévitables » en supposant le système de chauffage parfait (sans inertie) et les régulations parfaites,
  • ajouter ensuite, à chaque période, les « surchauffes évitables », celles qui sont dues aux inerties du système de chauffage et aux imperfections éventuelles des régulations (ex. en fonction de l’extérieur).

Aux fortes isolations des bâtiments on imagine mal le rôle fondamental (dans les résultats) de ces surchauffes. Quand on constate expérimentalement, à certains moments, des valeurs de température « trop élevées », ce ne sont – en général – que les surchauffes dont je viens de parler, les évitables plus les inévitables.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Groupe scolaire Ruffi à Marseille labellisé BDM Argent

Groupe scolaire Ruffi à Marseille labellisé BDM Argent

Le groupe scolaire Ruffi dans le 2ème arrondissement de Marseille est un projet ayant pour objectif d'être exemplaire pour l’environnement. L'école s'inscrit donc dans le projet Euroméditerranée.


Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King se démarque encore et ce n'est pas que du marketing ! La société s'engage dans une démarche de performance énergétique respectant les exigences de la prochaine RE2020


Rénovation énergétique des logements en France, étude de l’ONRE et statistiques

Rénovation énergétique des logements en France, étude de l’ONRE et statistiques

L’ONRE (observatoire national de la rénovation énergétique) offre un panorama des rénovations énergétiques en France.


Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire révolutionne les objectifs de performances en termes de consommation d'énergie des bâtiments. C'est ce que nous détaille Joséphine Ledoux du BET ENERA.


Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Les PME peuvent désormais bénéficier d'un crédit d'impôt "transition énergétique". Or peu d'entreprises le savent. Découvrez comment y prétendre.


5ème période des certificats d'économie d'énergie et baisse des financements les offres à 1€

5ème période des certificats d'économie d'énergie et baisse des financements les offres à 1€

Les certificats d'économie d'énergie vont connaitre une 5e période en janvier 2022 : leur financement avec certaines offres à 1€ va être limité


Industries du CVC, bilan 2020 et perspectives 2021 par Uniclima

Industries du CVC, bilan 2020 et perspectives 2021 par Uniclima

Découvrez le bilan 2020 ainsi que les perspectives 2021 pour les industries CVC par Uniclima. Le syndicat UNICLIMA représente 86 industriels ou groupes.


L’hydrogène vert pour une économie et un bâtiment décarbonés. Les premières chaudières à hydrogène

L’hydrogène vert pour une économie et un bâtiment décarbonés. Les premières chaudières à hydrogène

L'Agence Qualité Construction (AQC) fait le point sur l'hydrogène vert, énergie prometteuse pour des bâtiments décarbonés. Les chaudières à hydrogène sont également au coeur du sujet.


RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

La Réglementation Environnementale 2020, reportée à 2021, continue d'inclure nouveautés et évolutions. Nathalie Tchang, directrice BET TRIBU ENERGIE, nous en présente les détails.


Réhabilitation éco-performante du foyer rural de Levens (06)

Réhabilitation éco-performante du foyer rural de Levens (06)

Le nouveau foyer rural situé à Levens est régulé par ThermoZYKLUS ce qui lui assure un confort thermique optimal avec des consommations énergétiques optimisées.


En plus du Décret Tertiaire, obligation du Décret BACS pour « building automation and control systems »

En plus du Décret Tertiaire, obligation du Décret BACS pour « building automation and control systems »

Le Décret Tertiaire et le Décret BACS sont des obligations qui vont impacter le « building automation and control systems » en termes d'objectifs de réduction énergétique.


Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Pour bénéficier d'un confort d'été grâce à la climatisation tout en bénéficiant d'un environnement sain et garanti sans virus, Panasonic propose une solution innovante.


La ventilation double-flux thermodynamique : performances et qualité sanitaire

La ventilation double-flux thermodynamique : performances et qualité sanitaire

Tous les ERP sont concernés par la nécessité de réaliser des économies d'énergie et de sécuriser la qualité d'air respiré. La ventilation double-flux thermodynamique est une réponse fiable


Gestion énergétique du bâtiment avec jumeau numérique et intelligence artificielle

Gestion énergétique du bâtiment avec jumeau numérique et intelligence artificielle

Pour un pilotage climatique intelligent des bâtiments, Priva propose une solution de gestion énergétique avec jumeau numérique et IA incontournable.


ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

La production d'eau chaude sanitaire collective est essentielle car elle correspond à un besoin de confort sanitaire. De Dietrich propose des solutions pour l'ECS.