Chargement...

Le marché de l’efficacité énergétique

Par Jean-Pascal CHIRAT – Vice-président « thermique » de la Fnas




Quel est le marché de l'efficacité énergétique dans la rénovation du secteur résidentiel ? Quels sont les indicateurs, clignotants et marges de progression pour la filière professionnelle du génie climatique ? L'intervention de Jean-Pascal CHIRAT lors de la Convention de la FNAS du jeudi 16 mai 2013 dresse le bilan.




Les chiffres clefs du marché de l'efficacité énergétique …

Doc chiffres clefs du marché de l'efficacité énergétique
Ce bilan du marché de l'efficacité énergétique s'appuie sur l'édition Bâtiment Edition 2012 – chiffres clefs réalisée par l'ADEME, qui permet annuellement de mesurer les tendances et les évolutions de la maîtrise de l'énergie et de l'environnement dans le bâtiment. Les objectifs sont de connaître l'évolution des opinions et des comportements des ménages français à l'égard de la maîtrise des consommations énergétiques de leurs logements, de positionner un état des lieux du secteur de l'existant, et d'évaluer les impacts de la politique énergétique menée dans le cadre du Grenelle de l'Environnement et des engagements européens et internationaux.

Document à télécharger ci-dessous




Le bilan de l'efficacité énergétique – secteur résidentiel

  • La récente étude de l'Ademe « Chiffres clés du Bâtiment 2012 » met en lumière les enjeux de réduction de la facture énergétique et de l'intensité énergétique finale de notre pays.

  • Force est de noter que de vastes programmes d'actions ont été engagés (Plan Grenelle, DNTE – Débat National sur la Transition Energétique) et portent leurs fruits.

  • La marge de progression en termes d'économie d'énergie dans le secteur résidentiel reste encore conséquente en raison de l'importance du parc de logements, de son âge et de son niveau de performance thermique.

  • Le gisement potentiel d'efficacité énergétique pourrait donc être mieux exploité car le marché de la rénovation thermique des logements évolue peu et le remplacement des équipements vétustes apparaît plutôt statique.

  • Les ménages restent cependant sensibles à l'amélioration de leur habitat, leur motivation et leur aptitude à passer à l'acte sont réelles.

  • Pour autant que l'offre et la demande puissent se croiser, les moyens d'actions sont entre les mains de la filière professionnelle.



Les chiffres clefs de l'efficacité énergétique

«La facture énergétique continue à croître et représente à elle seule 88% du déficit commercial de la France»


«L'intensité énergétique finale diminue dans notre pays mais cela reste encore insuffisant pour tenir nos objectifs. Il faudrait accentuer la tendance de 30%»


«Le parc résidentiel compte plus de 33 millions de logements dont les 2/3 datent d'avant 1975 (premières RT) et mériteraient différents travaux amélioration»

En 2011, le secteur résidentiel compte 33,3 millions de logements répartis ainsi :



Répartition des 33,3 millions de logements

33,3 millions de logements


28 millions de résidences principales
3,2 millions de résidences secondaires
2,1 millions de logements vacants
18,8 millions de maisons individuelles
14,4 millions de logements collectifs
18,6 millions construits avant 1975
14,7 millions construits après 1975

84 %
9,5 %
6,5 %
56,3 %
43,7 %
56 %
44 %




«Les énergies fossiles et le chauffage par boucle eau chaude représentent 62% du parc résidentiel existant avec des équipements souvent vieillissants. Cela constitue un gisement important d'économies d'énergie»


«Les travaux de rénovation énergétique dans le résidentiel représentent une dépense près de 14Mds € et concernent plus de 2,5 millions de logements»

En 2011, 38,76 milliards d'Euros ont été engagés par les Français pour des travaux d'entretien et d'amélioration de leurs logements. Sur les 7 694 000 logements concernés, 2 533 000 ont fait l'objet d'une rénovation énergétique pour un montant de 13,49 milliards d'Euros HT, soit plus de 35 % du marché de l'entretien amélioration. Le nombre d'interventions se répartit ainsi :



Parts de marché des travaux de rénovation énergétique

Parts de marché des travaux de rénovation énergétique




«34% des travaux de maîtrise de l'énergie sont destinés à l'amélioration du système de chauffage»

Les travaux sur le chauffage portent principalement sur une première installation ou le remplacement d'une chaudière (14 %). A cela vient s'ajouter l'installation de systèmes de chauffage ou d'eau chaude sanitaire fonctionnant avec une énergie renouvelable (bois ou solaire) (6 %) ou de pompes à chaleur (3 %). Ces trois postes sont en nette augmentation, tout comme les travaux sur les radiateurs (7 %).



Types de travaux réalisés par les ménages

34% des travaux pour le système de chauffage




«Cela a concerné 812000 logements en 2011 pour 3,52Mds €/an»



«La motivation principale à la réalisation de travaux de rénovation thermique reste la réduction de la facture énergétique; cette motivation prend de l'importance»

En 2011, le souci de réduire le montant de la facture énergétique, en constante augmentation depuis plusieurs années, progresse fortement (37 % vs 31 % en 2010). Parallèlement, l'amélioration de l'isolation thermique (28 %) prend le pas sur l'amélioration du confort (26 %).

Cette tendance marque bien l'importance des considérations d'ordre financière dans un contexte de crise économique prolongée.



Raison principale pour la réalisation de travaux

motivation à la réalisation de travaux




«Les incitations financières et les conseils de professionnels constituent près de 2/3 des facteurs décisionnels pour les ménages»

Alors que les ménages restent réticents à s'endetter pour réaliser des travaux de maîtrise de l'énergie, l'aide représentée par le crédit d'impôt et la TVA à taux réduit a un pouvoir incitatif important. Or, dans un contexte de moindre visibilité sur le devenir de ces aides et de davantage d'auto production de travaux, l'incitation représentée par ces deux aides financières diminue, en particulier pour la TVA à taux réduit.

Ainsi, même s'il reste en tête, le crédit d'impôt perd 2 points (27 % vs 29 %). On peut constater une baisse sensible des demandes concernant des équipements de chauffage au bois et plus encore des pompes à chaleur.

En parallèle du moindre recours aux entreprises pour la réalisation des travaux, le pouvoir incitatif de la TVA à taux réduit recule de 7 points (15 % vs 22 %). On note que les conseils de proches et de professionnels arrivent en troisième place, avec 15 %, désormais à égalité avec la TVA à taux réduit. Les informations fournies par l'ADEME et par les Espaces Info Énergie comptent chacun pour 1 % des moyens d'incitation.



Les deux incitations les plus importantes pour la réalisation de travaux

facteurs décisionnels




«Pour autant le parc d'équipements de chauffage existants est peu renouvelé et essentiellement en cas de nécessité»

Le parc de chaudières dans l’habitat individuel et collectif est supérieur à 15 millions de générateurs (toutes énergies et toutes puissances).

Son taux de remplacement se situe entre 2 et 4% selon les matériels installés, correspondant au volume annuel des ventes de chaudières (tous fabricants, environ 500 000 pièces) soit 1 échange tous les 25 à 30 ans.

Cela ne traduit évidemment pas une forte intention de modernisation de ce parc d’autant que le changement de chaudière répond le plus souvent à une nécessité d'urgence (casse ou usure technique) mais encore assez peu à une anticipation planifiée entrant dans un programme de rénovation thermique.




En guise de conclusion …

Les distributeurs professionnels, les énergéticiens, les entreprises et artisans, les fabricants de matériel, sont tous embarqués dans le marché de l'efficacité énergétique. Le potentiel est là et réel, et le conseil du professionnel est plus que jamais justifié pour passer à l'acte. Ainsi, pour inciter la demande, les offres de tous les intervenants cités doivent se moderniser, s'adapter pour répondre aux exigences des clients. La profession du génie climatique, tous ensembles, distributeurs compris, ont donc tout intérêt à inventer les nouvelles offres d'Installation et de services.



Téléchargez les documents :
Chiffres clefs Bâtiment 2012 - ADEME
Plan d'action efficacité énergétique
Politiques climat et efficacité énergétique






Par Jean-Pascal CHIRAT
Vice-président « thermique » de la Fnas








SOURCES ET LIENS

  • www.ademe.fr
  • www.fnas.fr

    La distribution professionnelle chauffage-sanitaire, une profession organisée structurée.
    Les distributeurs professionnels en sanitaire chauffage sont de 200 à être regroupés au sein de la FNAS (fédération française des négociants en appareils sanitaires, chauffage, climatisation et canalisations). Ils représentent 70 % du chiffre d'affaires de la profession et regroupe plus de 1350 points de vente dont près d'un millier de salles d'exposition en sanitaire et en chauffage ouvertes au consommateur. C'est la FNAS qui a initié et mis en place à certification « EnR Service pro ».


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité