PAC hybrides : laquelle choisir, pour quelle application ?



PAC hybrides : laquelle choisir, pour quelle application ?

En 2016, en maison individuelle, le marché français - « émergent » - des PAC hybrides devrait totaliser « 3 à 3 500 » unités, à « 50-60% » en construction neuve ; toutefois, le segment de la rénovation devrait se développer dès que les prix des énergies fossiles remonteront. C’est ce qu’a estimé Thierry Nille, président de l’association AFPAC, lors d’une récente conférence de presse. Pour sa part, Frédérique Gautier, vice-présidente de l’AFPAC en charge de la communication, a jugé que ce marché des PAC hybrides - « florissant », selon elle - était « un marché d’avenir ». Elle a précisé que, sur la période janvier-août 2016, ont été vendues en France 1 800 PAC hybrides (jusqu’à 50 kW), +19%. Lors de cette conférence de presse, l’AFPAC a présenté une étude sur les PAC air/eau hybrides (intégrant une chaudière fioul ou gaz, mais avec une PAC prépondérante), en maison individuelle, neuve ou existante, étude réalisée pour l’AFPAC par un consortium constitué de Cardonnel Ingénierie, du Cetiat et du Costic. Cette étude estime que la PAC hybride devra « très rapidement être connectable » et « très prochainement intégrer un pilotage par le CO2 ».
Elle constate que le pilotage par le prix de l’énergie ou par l’énergie primaire (EP) « n’amène pas à ce jour une différence significative sur les coûts d’exploitation » ; elle ajoute, toutefois, que l’évolution de l’écart de prix entre les énergies fossiles et l’électricité pourrait conduire à revoir une telle position. En définitive, le type de régulation (EP ou prix) a « une influence généralement négligeable », insiste l’étude, qui ajoute que, en maison neuve, fioul ou gaz, la régulation n’est pas « un paramètre de première influence ». L’étude observe, d’autre part, que l’utilisation d’un compresseur Inverter en lieu et place d’un compresseur «tout ou rien», dans les puissances 2 à 4 kW, « n’entraîne pas d’amélioration significative de performance ».

Les auteurs de l’étude ont calculé que, dans le cas d’une PAC hybride « fioul », « le meilleur optimum économique » est atteint avec une simple chaudière «basse température». En existant « fioul », ils recommandent, d’un point de vue à la fois économique et environnemental, une PAC hybride entre 6 et 10 kW (6 à 8 kW dans les climats les plus doux, 8 à 10 kW dans les plus froids). En maison existante « fioul », l’étude relève que le coût annuel d’exploitation de la PAC hybride « haute température » est inférieur à celui d’une PAC « basse température » - « de l’ordre de 200 euros, quelle que soit la zone climatique ». Toujours en termes de coût annuel, l’étude constate « un impact faible » de la puissance de la PAC : 200 euros entre un modèle 2 kW et un modèle 15 kW, et ce avec un coût minimal pour la 15 kW.


pompe-a-chaleur-air-eau

L’étude observe, d’autre part, que, dans l’existant « fioul », l’utilisation d’une chaudière à condensation dans un système hybride « n’entraîne pas d’évolution significative du coût d’exploitation, du rendement EP, de la part EnR et du taux de couverture » ; en conséquence, l’utilisation d’une chaudière « basse température » dans une PAC hybride « semble constituer le meilleur optimum économique ». En existant « gaz », les auteurs de l’étude sont arrivés à la conclusion que le rendement en EP est « optimal » pour des PAC hybrides entre 4 et 8 kW et que, au-delà de 8 kW, « le gain se réduit ». En maison existante «gaz», poursuit l’étude, l’optimum en termes de rendement global annuel en EP est atteint entre 4 et 8 kW, avec un coût d’exploitation minimal également entre 4 et 8 kW. En PAC hybrides dans le neuf, l’étude conclut que le rendement en EP est « optimal » pour des puissances de PAC entre 2 et 6 kW et que, au-delà, là encore, le gain diminue. En maisons neuves, fioul ou gaz, l’étude remarque que, « d’un point de vue environnemental, la part EnR augmente de 300 à 700 kWhEF/an par tranche de 2 kW supplémentaires de puissance PAC, en dessous de 6 kW ». Au-delà, le gain diminue et n’est plus que de 100 à 200 kWhEF par tranche de 2 kW supplémentaires. En termes de rendement global EP, l’optimum est obtenu entre 2 et 6 kW. L’analyse du coût global ne favorise pas l’augmentation de la puissance de la PAC du fait d’un coût d’exploitation constant.

L’étude précise que, pour le neuf, en micro-accumulé, l’utilisation d’une régulation « tout ou rien » du compresseur « n’entraîne pas, pour les faibles puissances, d’évolution significative du coût, du rendement EP, de la part EnR et du taux de couverture ». L’étude ajoute que, en production d’ECS accumulée, une PAC « haute température » permet d’améliorer de 10% le rendement. En maison neuve «gaz», l’optimum en termes de rendement en EP se situe dans des puissances PAC entre 2 et 6 kW, avec un coût d’exploitation minimal également entre 2 et 6 kW. L’étude souligne, par ailleurs, que, « afin d’améliorer le taux de couverture de la PAC, celle-ci doit participer en forte proportion à la production d’ECS ». L’idéal serait de ne pas fonctionner avec la partie fossile pendant la période de non chauffage, ce qui implique d’avoir une PAC capable de produire seule, à une température suffisante, de l’ECS, qui sera stockée pour assurer les pics de consommation. L’étude estime, d’autre part, que, pour un réseau de radiateurs en maison individuelle existante, une température dépassant 60°C, mais sans aller au-delà de 65°C (« pour ne pas changer radicalement de technologie de compresseur afin de limiter les coûts de fabrication »), « semble intéressante ».

- EN BREF - - La consommation finale de gaz naturel, corrigée des variations climatiques, a augmenté de 1,6% en 2015 dans le résidentiel, mais elle a baissé de 4,2% en tertiaire, vient-on d’indiquer au ministère en charge de l’énergie. Egalement corrigée des variations climatiques, la consommation primaire d’énergie issue des filières biomasse, déchets, solaire thermique, géothermie et PAC a augmenté de 1,4% en 2015, le secteur résidentiel consommant à lui seul 54% de ces énergies. Au ministère, on ajoute que, toujours après correction des variations climatiques, environ 9,7 Mtep d’énergie renouvelable thermique ou issue des déchets ont été consommées pour le chauffage dans le secteur résidentiel en 2015, + 0,8% (contre + 2,9% en 2014). Sur ces 9,7 Mtep, 74% correspondent à de l’énergie issue de la biomasse solide, 18% des PAC, 5% de l’incinération de déchets. Dans le tertiaire, la consommation finale, pour le chauffage, d’énergie renouvelable thermique ou issue des déchets a été stable en 2015, à 0,9 Mtep, dont 38% pour les filières incinération de déchets, 23% pour la biomasse solide, 21% pour les PAC, 9% pour le biogaz, 7% pour la géothermie et 1% pour le solaire thermique.


Pour s'abonner à l'édition complète de ThermPresse - 630 € TTC/an : Cliquez ici


Exemple d'un numéro de ThermPresse : ThermPresse du 25 Janvier 2016

Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Suggestions

Bilan 2023 des ventes d'équipements de CVC : il y a des chiffres positifs !

Bilan 2023 des ventes d'équipements de CVC : il y a des chiffres positifs !

Bilan 2023 : Ventes d'équipements de CVC en hausse ! Découvrez les chiffres positifs et les tendances du marché.


Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Cette expertise vise à optimiser les performances énergétiques des logements collectifs en combinant chaudières à gaz naturel et pompes à chaleur, en réponse aux normes réglementaires et aux e


EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Journée incontournable pour les professionnels du bâtiment. Découvrir comment les acteurs du bâtiment peuvent construire plus durable grâce à des solutions efficaces.


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Performances et traitement des installations de chauffage

Performances et traitement des installations de chauffage

Sentinel partage son savoir-faire quant à l'optimisation du chauffage et de l'eau chaude sanitaire (ECS)


Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Découvrez les dernières avancées technologiques au cœur d’EnerJ-meeting Paris 2024. Explorez les solutions techniques qui façonneront l’avenir de l’industrie du bâtiment.


Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

EnerJ-meeting Paris, le grand rendez-vous de toute la filière des décideurs du bâtiment fait peau neuve au Carrousel du Louvre le 6 Février 2024


DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

Optimisez votre DPE pour une efficacité énergétique maximale et réduire sa consommation d'énergie.


Conception d’une solution PAC hybride collective : les points d’attention

Conception d’une solution PAC hybride collective : les points d’attention

Solution PAC hybride collective : l’alliance parfaite entre efficacité énergétique et performance.


Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Comprendre les Profils Environnementaux Produits (PEP) : un outil essentiel pour la construction écoresponsable.


Géothermie de surface avec pompe à chaleur, études et innovations

Géothermie de surface avec pompe à chaleur, études et innovations

Découvrez les dernières avancées dans le domaine de la géothermie de surface, où les pompes à chaleur (PAC) exploitent la chaleur du sous-sol.


Dès 2025, la réorientation des aides publiques vers les pompes à chaleur françaises et européennes

Dès 2025, la réorientation des aides publiques vers les pompes à chaleur françaises et européennes

Aides à l’achat des pompes à chaleur françaises avec le Plan Pompes à Chaleur et moins de produits asiatiques pour produire en France 1 million de pompes à chaleur en 2027.


Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Une expertise sur la performance de la Pompe à Chaleur Hybride Collective sous la réglementation RE2020.


Directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée par le parlement européen

Directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée par le parlement européen

Découvrez la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments, adoptée par le Parlement européen pour promouvoir l'efficacité énergétique dans le secteur de la construction


Il faut « sauver le soldat PAC » !

Il faut « sauver le soldat PAC » !

Le renforcement de production de pompes à chaleur est attendu pour décarboner la France. Mais un hic demeure.