Le BEPOS, ma petite entreprise !

Par Alain MAUGARD, président de QUALIBAT le 10 Juin 2013



Nous avons caractérisé dans les grandes lignes le bâtiment à énergie positive : un BEPOS avec prise en compte des usages supplémentaires, de l’énergie grise, et de l’éco mobilité avec une capacité de stockage donc d’autonomie, … Comment tirer parti économiquement d’un tel avantage ? Tel est l’objet de cette chronique.

Vous avez dit compteurs intelligents ?

Nous en sommes au BEPOS caractérisé ainsi : prise en compte des usages supplémentaires, prise en compte de l’énergie grise, prise en compte du transport.

Avant d’aller plus loin il faut se recentrer sur le BEPOS consommateur et producteur d’énergie, c’est-à-dire à tout moment je peux autoconsommer l’énergie que je produis, ou la stocker ou bien la renvoyer dans le réseau. Ceci étant valable pour l’électricité comme pour la chaleur. Cette situation très flexible est absolument nécessaire pour permettre une optimisation énergétique individuelle et  collective.

Le problème de l’intermittence des productions et des usages est essentiel. Première idée, il faut diminuer l’intermittence des consommations, car les pointes de consommation sont très difficiles à gérer. On se rappelle de ces annonces médiatiques par exemple pour des zones en bout de réseau, où il était nécessaire de réduire sa consommation en période de pointe hivernale. En parallèle nous savons également que pendant ces mêmes périodes de pointe, si vous ne consommez pas vous avez des conditions préférentielles sur le coût de l’électricité, et faites de sérieuses économies financières, exemple les fameuses heures effacement EJP.

Ainsi nous arrivons au constat suivant c’est que faire payer l’énergie en l’occurrence l’électricité au même prix, pour des heures différentes de la journée, des jours différents de l’année, pour des zones différentes, …, est une hérésie économique et écologique. L’idée que les tarifs doivent être variables est une idée d’avenir qui doit être mis en œuvre le plus tôt possible.  Ainsi, l’utilisateur pourra être un intermittent de l’énergie.

Le prix de rachat de l’électricité produite doit être variable également. L’électricité peut-elle être raisonnablement rachetée plus chère que le coût de production du mix énergétique ? Le prix de revient de l’électricité centralisée est variable selon les modes de production (hydroélectricité nucléaire, centrale thermique, dans un ordre croissant). Dès lors, pourquoi racheter au même prix l’électricité photovoltaïque si elle se substitue à une centrale nucléaire ou une centrale thermique.  Le prix de l’énergie doit donc être modulé aussi bien à la vente qu’à l’achat, avec des tarifs très diversifiés.

Cela devient possible à condition d’avoir des compteurs intelligents. Ainsi nous constatons que la précision de mesure des compteurs, la finesse des tarifs affichés et la rapidité de leur déploiement deviennent primordiales. Plus vite nous aurons des compteurs intelligents, plus vite nous pourrons mettre en œuvre une tarification adaptée de l’énergie. Incontestablement à l’avenir, c’est ce dont nous aurons besoin.

De là s’enclenche un potentiel de développement industriel. Car si je mets en place très rapidement des compteurs et des tarifs intelligents, des solutions industrielles innovantes vont voir le jour dès maintenant et se perfectionner par la suite.

Ainsi on pourra imaginer les scénarios suivants : supposons que je sois en période de pointe où l’électricité coûte très chère, si je consomme peu ou si je ne consomme pas (période d’effacement),  je peux faire des économies remarquables. Si je décide de ne pas consommer du tout sur le réseau il faut me situer dans une position d’autosuffisance grâce à des capacités de stockage très importantes. Ainsi le niveau d’autonomie dont peut disposer le  BEPOS doit être optimisé et valorisé.

Actuellement ce n’est pas le cas. Je n’ai pas intérêt à stocker de l’énergie puisque je peux la vendre en permanence à un prix plus élevé que mon prix d’achat. En revanche si elle était variablement valorisée, j’aurais tout intérêt à investir dans ma propre autonomie qui devient intéressante sur le plan économique. Ainsi je pourrais par exemple attendre, si je dispose d’une autonomie en énergie, de revendre mon énergie lorsque celle-ci aura le tarif le plus cher.

Un tel contexte me permet de disposer d’un BEPOS avec autonomie qui devient rentable avec le simple jeu des flux d’énergie entrant et sortant ; ceci  grâce aux tarifs intelligents.

Ce BEPOS peut s’assimiler à « une entreprise énergétique » qui mène une politique d’achat et une politique de vente. Comme l’entreprise, je cherche à vendre au plus cher et à acheter au moins cher.

En résumé, je peux disposer d’une maison BEPOS  bien isolée avec de l’inertie, et je peux donc décider pendant une ou deux heures de pointe d’arrêter mon chauffage, de me mettre en autosuffisance en déstockant. Je peux organiser mes consommations pour maximiser mes capacités de vente de l’énergie lorsque les tarifs seront au plus haut. A noter que c’est à ce moment-là que les comportements changeront rapidement, car s’il y a un éclairage inutilement allumé il freinera ma rentabilité, ainsi la sobriété énergétique me sera naturelle car conduisant à des bénéfices.

Nous voyons d’ores et déjà que le stockage est bien au centre de la problématique du BEPOS. Il donne l’autonomie et l’autosuffisance, ainsi que la flexibilité économique des échanges d’énergie. Bien évidemment il s’agit de stockage d’électricité, car l’électricité est omniprésente dans la construction. Le concept du BEPOS devra obligatoirement intégrer le stockage de l’électricité pour sa gestion.

Gérer le BEPOS changera nos modes de vie

Gouverner, manager notre BEPOS nous conduit tout naturellement à modifier nos comportements, à faire évoluer nos modes de vie ; car nous devenons responsables d’un système économique d’énergie. Les risques « d’effet rebond » dont on nous parle seront écartés ; en effet, si nous sommes seulement consommateurs d’énergie et pas producteur, il y a le risque qu’occupant un bâtiment performant énergétiquement, certains choisissent d’augmenter les températures de chauffage, de gaspiller l’énergie et de ne pas « empocher » les économies financières permises. Mais, si nous sommes à la tête de notre BEPOS, le producteur d’énergie que nous sommes ne voudra pas gaspiller sa production et pensera d’abord à faire chaque jour un bénéfice.

Le même phénomène se produira avec une autre denrée rare, l’eau, c’est-à-dire que si je suis autonome en eau, je ne suis plus contraint à des restrictions à cause de telle ou telle disposition administrative due à une sécheresse par exemple. Je pourrais être ainsi libre de mes choix ; si je désire arroser mes fleurs en plein été je le ferai en toute responsabilité car j’utiliserai une eau que j’ai moi-même épargnée. Elle est à moi.

De nouveaux modes de vie apparaissent fondés sur une plus grande liberté de choix et une augmentation de nos responsabilités : responsable et libre.

L’inertie relancée encore plus ! N’est-elle pas une solution de stockage ?

On s’aperçoit également d’une chose, c’est que la notion d’autonomie et de stockage, pour répondre à des absences momentanées de consommation sur le réseau, relance fortement l’utilité de l’inertie. Au-delà du confort d’été où l’inertie me permet de garder la fraîcheur, j’aurais besoin d’inertie pour pouvoir, après avoir coupé mon chauffage, bénéficier d’un chauffage restitué par le bâtiment.

Tout ce mode de fonctionnement à partir de l’autonomie et du comptage intelligent va ainsi remettre en valeur l’inertie du bâtiment, mais également des « solutions anciennes » sur les équipements techniques. Par exemple le chauffe-eau électrique avec grand ballon, bien isolé, va devenir intéressant si j’ai une production photovoltaïque que je veux stocker sous forme de chaleur.

L’autonomie dont je dispose doit résulter en premier de ma production que j’autoconsomme puis de celle que je stocke pour me permettre des échanges économiques avec l’extérieur. C’est le socle commun de tous les types de BEPOS.

Sont ainsi définis, à l’issue de ses précédentes chroniques, les différents BEPOS. Différents en fonction des zones climatiques, intégrant d’autres usages ainsi que l’énergie grise, intégrant l’éco mobilité pour la maison individuelle, la notion de l’îlot pour l’immeuble collectif en zone dense, …

Face à cette perspective, quelle est la feuille de route pour y arriver dans huit ans et que pouvons-nous faire dès à présent pour lancer la machine industrie ?

 C’est ce que nous verrons lors de la prochaine chronique !

Alain Maugard


Commentaires

  • issam
    0
    10/06/2013

    Le stockage à eau chaude est une source de développement important. En fonction des tarifs d'électricité publique, le bon vieux chauffe-eau électrique peut être ainsi réhabilité. Car si sa résistante est pourvue d'électricité photovoltaïque, alors il devient un élément de stockage d'énergie essentiel. Pour assurer les besoins d'eau chaude chauffage et ECS. Le ballon avec multi serpentins pouvant aussi recevoir l'énergie de panneaux solaires thermiques, d'une pompe à chaleur, .... Le ballon devient la réserve énergétique centrale du bâtiment. Au plaisir de vous lire M. MAUGARD, ...


  • irisyak
    0
    10/06/2013

    Je pense comme vous en espérant que nos énarques ne vont pas trouver une fois de plus une occasion pour rajouter de la complexité. Du coup cette idée simple devient incompréhensible et sans effet ..
    Imaginez qu'ils se disent que c'est une manière de gagner de l'argent sans payer de l'impôt ..
    Du coup notre facture énergétique faite à bientôt 50% d'impôts devient illisible ..
    Pour gagner de l'argent il faut supprimer les impôts ...
    Si le stockage est à bon prix je me coupe d'EDF!


  • lebionico
    0
    10/06/2013

    Quand j’étais petit, il n’y a pas si longtemps, on m’a appris à éteindre les lumières et ne pas trop gaspiller d’eau parce que c’était du bon sens et que ça coutait cher. L'écologie n'existait pas encore çà cette époque.

    Demain on apprendra la même chose à nos gamins mais pour qu’ils s’enrichissent plus ! Quel changement…


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

EnerJ-meeting Paris le 9 février : « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »

EnerJ-meeting Paris le 9 février : « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »

Le 9 février 2023 aura lieu la 7 ème édition d'EnerJ-meeting Paris sur le thème « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »


Dimensionnement d’une PAC en habitat individuel : l’outil PACRéno du CSTB

Dimensionnement d’une PAC en habitat individuel : l’outil PACRéno du CSTB

Découvrez l'outil PACRéno du CSTB pour le dimensionnement d’une pompe à chaleur en habitat individuel.


Tableau de bord des labels Effinergie au 4eme trimestre 2022

Tableau de bord des labels Effinergie au 4eme trimestre 2022

Découvrez le tableau de bord des labels Effinergie au 4eme trimestre 2022 par l'observatoire BBC.


Déploiement à grande échelle de la rénovation globale performante de maisons individuelles

Déploiement à grande échelle de la rénovation globale performante de maisons individuelles

RESTORE poursuit la démarche RENOSTANDARD, pour une rénovation globale et performante de la maison individuelle.


RE2020 pour surfaces inf. à 50 m2, extensions et constructions temporaires

RE2020 pour surfaces inf. à 50 m2, extensions et constructions temporaires

A partir du 1er janvier 2023, l’obligation réglementaire de la RE 2020 est étendue. Découvrez ces nouvelles mesures.


Simulateur de votre empreinte carbone

Simulateur de votre empreinte carbone

Grâce au simulateur d'empreinte carbone, vous pouvez évaluer votre impact carbone sur l'environnement. Faites le test en moins de 10 minutes gratuitement !


Rapprochement de Flamco et Comap sous l’entité Aalberts Hydronic flow control

Rapprochement de Flamco et Comap sous l’entité Aalberts Hydronic flow control

Les deux entités Flamco et Comap se rapprochent désormais sous l’entité Aalberts Hydronic flow control.


L’application « Mobile Building Services » lauréate du Prix de l’Innovation de l’AICVF

L’application « Mobile Building Services » lauréate du Prix de l’Innovation de l’AICVF

L’application « Mobile Building Services » de Sauter Regulation remporte le Prix de l’Innovation de l’AICVF en 2023.


La ventilation naturelle est-elle une solution pertinente pour répondre aux enjeux d'aujourd'hui ?

La ventilation naturelle est-elle une solution pertinente pour répondre aux enjeux d'aujourd'hui ?

La ventilation des bâtiments peut-elle répondre aux problématiques de qualité de l'air intérieur (QAI) sans augmenter les consommations énergétiques ?


Systèmes hybrides Hoval, les solutions décarbonées pour vos projets de CVC en collectif et tertiaire

Systèmes hybrides Hoval, les solutions décarbonées pour vos projets de CVC en collectif et tertiaire

Découvrez une présentation des différents appareils qui composent le système hybride Hoval.


Les chiffres du chauffage, ECS, climatisation et ventilation : l’année du grand virage

Les chiffres du chauffage, ECS, climatisation et ventilation : l’année du grand virage

Prenons connaissance des chiffres dévoilés par Uniclima sur les activités du Génie climatique et de l'impact de la RE2020.


Le parc de logements par classe de performance énergétique

Le parc de logements par classe de performance énergétique

Voici l'état du parc de logements par classe énergétique au 1er janvier 2022 : les DPE tiennent compte de la modification de calcul opérée en 2021.


Solutions de rénovation globale de maisons individuelles : les 11 projets de référence « Rénostandard »

Solutions de rénovation globale de maisons individuelles : les 11 projets de référence « Rénostandard »

11 projets de référence Rénostandard sous les lumières du programme PROFEEL et du CSTB : découvrez les solutions de rénovation globale de maisons individuelles


Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Les étiquettes énergétiques F et G liées au DPE sont un fléau pour le patrimoine de logements sociaux, au coeur des enjeux du secteur bâtiment. Comment les éradiquer ?


Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Avec la réglementation environnementale RE2020, les pompes à chaleur sont devenues quasiment obligatoire, même pour les logements collectifs.