Métabolisme de la ville et changement de société

19 Décembre 2013

Par Alain Maugard – Président de QUALIBAT

Le BEPOS nous amène naturellement vers un mode de vie plus sobre énergétiquement, un mode de vie plus humain au sein de la cité. Nos modes de vie changent et reviennent vers de vraies valeurs.

Vers un changement rapide des modes de vie

Transports collectifs, zones piétonnes, commerces de proximité, agriculture proche, …, auparavant dès que vous envisagiez de changer le métabolisme urbain, tous les sociologues vous tombaient dessus  et vous prédisaient inertie, résistance au changement pour de nouveaux modes de vie. Est-ce que les modes de vie changent forcément lentement ? Non, les innovations sociétales sont légion qui bousculent nos modes de vie. Cela prendra probablement 10 ans mais moins de 20 ans ; cela a pris à peine 10 ans pour « le retour » au tramway ! C’est plus rapide que l’on ne pense.

Le changement est manifeste également dans le commerce de proximité. Le producteur vient au consommateur, les distances sont raccourcies pour faciliter la relation avec le consommateur. Celui-ci gagne en capital plaisir et en sécurité avec une relation de proximité. Le kilomètre à pied parcouru « raccourci » par l’animation créée par les devantures de commerce devient beaucoup plus agréable et sûr.

J’aime citer l’exemple de la sortie du métro d’Issy-les-Moulineaux où j’habite. Il y a le marché deux fois par semaine et chose curieuse, une fois le soir. C’est la première fois que je voyais le marché le soir, en remarquant que c’était  à ce moment qu’il était le plus fréquenté, équivalent à celui du dimanche. Il faut dire que le marché du jeudi  soir est en pleine activité. Les employés et les cadres au retour du travail, en sortant du métro font leurs courses et achètent souvent quelque chose. Des légumes, des fruits, des produits frais. Même si cela représente un petit panier, leur main étant prise par leur mallette, il leur reste toujours l’autre main pour prendre un sac de provisions.  Le circuit est cours et pratique. Voilà le premier intérêt du commerce proximité.

Occupation d’une place publique, sans nécessité de construire un nouveau bâtiment, utilisation de la morphologie existante et apport d’intelligence au métabolisme. Une simple décision d’attribuer l’espace public et de changer le métabolisme : dans cet esprit, on peut imaginer que la même place devienne de manière éphémère, lieu culturel, lieu sportif, jardin d’enfants.

Vers une société heureuse

Dans un lieu dense avec une animation enrichie par ce marché, il y a beaucoup de monde qui discute avec des liens humains beaucoup plus intenses que dans un supermarché. Les producteurs locaux vous apprennent des choses, c’est la saison des poireaux, il n’y en aura pas tout le temps. De même pour les fraises de plein champ, … Dialogue social et intensité de vie sont présents ainsi qu’un niveau de sécurité élevé. Tout le monde a l’œil ! Sans oublier une qualité de vie et une vie au global plus économique.


Redécouverte des  terres agricoles en zones périphériques, nouvelle organisation de la ville et des circuits courts, retour à l’artisanat local avec la fabrication 3D qui permet de fabriquer des matériaux que vous avez vous-même auparavant dessinés en 3D, …, la ville retrouve plus d’autonomie, plus d’autosuffisance et ainsi plus d’humanisation.

Cette ville tournée vers l’individu est plus humaine et plus libre. Elle est à l’opposé de la consommation « imposée » par une publicité manipulatrice – souvenons-nous de ce que disait un Président de TF1 sur les publicités (*) –  La ville ainsi transformée dans son métabolisme nous rend moins addicts, moins manipulés, plus responsables.

Dans la ville durable à circuits courts, les échanges  producteurs consommateurs sont directs sans intermédiaires inutiles. Les échanges ne sont pas tous obligatoirement monétisés, les circuits rapprochant les personnes, il est plus facile de se rendre des services. Les liens sociaux sont denses et je peux « être dans le circuit » des échanges même si je suis au chômage et en tirer un bénéfice au bout du compte. C’est au fond une réanimation de l’économie territoriale organisée localement qui va permettre à chacun de retrouver une place donc une utilité sociale et économique.

Le principe de la mondialisation n’est pas à remettre en question car il est utile pour un certain nombre de denrées et de biens. Fabriquer du vin partout localement n’a pas de sens. En revanche pour les fruits et légumes, l’excès de la mondialisation nous a fait perdre nettement en qualité.

La mondialisation doit être repositionnée sur ce pourquoi elle est indispensable ; elle doit compléter les économies locales revivifiées au lieu de les détruire.

Nous allons ainsi découvrir que reconquérir cette économie locale à circuits courts va nous donner plus de sens et de plaisir et nous permettre une reconstruction économique tirée par une autre croissance.

Le BEPOS nous a amené à envisager un changement de mode de vie et peut-être de société.

Qui l’aurait cru au départ ?

(*) En substance : la chaine fait des émissions qui mettent le téléspectateur en condition de supporter et d’apprécier la publicité.

Que verrons-nous dans les prochaines chroniques ?

La croissance verte. Verdissement des multinationales, verdissement de l’économie nationale et des économies locales ? Nous verrons cela dans les prochaines séries de chroniques tournées vers l’industrie et l’économie.

Nous verrons cela prochainement, …

Alain Maugard


Commentaires

  • ROBERT
    0
    14/01/2014

    Il suffit de se connecter en partie haute de la page et de télécharger le document de M. Maugard en pdf


  • régine
    0
    19/12/2013

    Intéressant, bien que déjà évident pour moi. Simplement, j'aurai aimé pouvoir transférer cet article rapidement à quelques personnes, parce que c'est mieux dit que je ne saurai le dire.rc


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Prenons connaissance d'une autre loi en 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.


Cœur de Ville : une approche globale et décentralisée pour corriger l’urbanisation anarchique

Cœur de Ville : une approche globale et décentralisée pour corriger l’urbanisation anarchique

Prenez connaissance du DPE traité et la mise en ligne du dossier de presse suite de la visioconférence d'Eden du 17/02/21.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Equipements de bornes de charge pour véhicules électriques dans le multi-résidentiel

Equipements de bornes de charge pour véhicules électriques dans le multi-résidentiel

Le marché des véhicules électriques est en pleine expansion, il est donc important d'équiper le multi-résidentiel par des bornes de charge.


Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Le plan de relance mis en place suite à la crise sanitaire, économique et sociale du Covid en France a pour objectif d'aller vers la neutralité carbone à l’horizon 2050.


Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Pour bénéficier d'un confort d'été grâce à la climatisation tout en bénéficiant d'un environnement sain et garanti sans virus, Panasonic propose une solution innovante.


Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

CEGIBAT dresse une typologie des contrats d'exploitation en copropriété. Découvrez les différentes garanties légales, les postes de facturation ou encore la négociation d'un contrat.


L'ADEME lance sa nouvelle Librairie !

L'ADEME lance sa nouvelle Librairie !

Prenez connaissance de la nouvelle librairie en ligne de l'ADEME, toutes les publications à découvrir.


Projet de loi Climat & Résilience - Vote définitif à l'Assemblée nationale et au Sénat

Projet de loi Climat & Résilience - Vote définitif à l'Assemblée nationale et au Sénat

Prenons connaissance du projet de loi Climat et Résilience qui a été adopté relatif à l'écologie et qui a pour vocation d'entraîner à une transformation écologique.


Réglementation environnementale : le décret RE2020 est enfin paru !

Réglementation environnementale : le décret RE2020 est enfin paru !

Le décret de la réglementation environnementale 2020 (RE 2020) est enfin paru ! On y trouve des précisions quant à l'énergie, le carbone et le confort d'été.


Les enjeux de la santé dans le bâtiment : la grande enquête 2021

Les enjeux de la santé dans le bâtiment : la grande enquête 2021

L'enjeu santé dans le secteur du bâtiment est désormais incontournable : RE2020, crise de la Covid19, logements, bureaux etc... Bilan 2021 d'une grande enquête sur le sujet !


Smart buildings : l’avenir du bâtiment est intelligent

Smart buildings : l’avenir du bâtiment est intelligent

L'avenir du bâtiment sera intelligent. Si ces évolutions n'en s'ont qu'à leur début, il est assuré que demain verra naître des villes ultra connectées.


Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire révolutionne les objectifs de performances en termes de consommation d'énergie des bâtiments. C'est ce que nous détaille Joséphine Ledoux du BET ENERA.


Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Les PME peuvent désormais bénéficier d'un crédit d'impôt "transition énergétique". Or peu d'entreprises le savent. Découvrez comment y prétendre.


Quand le CO2 réchauffe le cœur…

Quand le CO2 réchauffe le cœur…

Panasonic vient de faire don d'une unité de condensation pour équiper la chambre froide des Restaurants du Coeur de Toulouse. Une belle initiative solidaire !