Ville BEPOS : la ville tournée vers l'individu (ou l'homme)

Par Alain MAUGARD, président de QUALIBAT le 28 Novembre 2013



Apporter de l’intelligence à un bâtiment BEPOS, à un collectif BEPOS de bâtiments à un éco-quartier où à la ville durable ne doit se faire que si l’on place au premier rang l’individu.

L’individu et ses modes de vie urbains

Rappelons-nous que nous avons progressé par étapes, BEPOS lié au seul bâtiment, BEPOS collectif de l’îlot, BEPOS et éco-quartier, la Ville à Energie Positive (VEPOS) , et tout ce cheminement nous a éclairé sur de nouvelles opportunités économiques et aussi sur des avancées dans nos modes de vie urbains, bref sur les bénéfices au sens large du terme que pourrait en retirer l’individu.

Ainsi à partir du moment où nous avons commencé à nous intéresser à la desserte transport,  notamment les transports en commun, nous pensons nécessairement à celui qui a pris le transport,  c’est-à-dire l’individu. De même, pour un bâtiment à énergie positive nous nous intéressons forcément à la manière de le « conduire ». Et donc aux occupants, aux usagers, c’est-à-dire à l’individu lui-même.

Nous sommes donc passés d’une vision bâtiment à une vision centrée sur l’individu.  Quel est son mode de vie urbain ? Quels sont ses scénarios de vie urbaine ? Comment utilise-t-il les bâtiments ? Et comment s’y rend-il et avec quel confort de vie ?

Ainsi l’individu se loge, se rend à son travail, à ses loisirs, dans des lieux publics, dans les commerces, … Il est ainsi possible de découper sa journée de 24 h entre l’occupation de locaux et traiter sa consommation d’énergie, ses déplacements avec leur empreinte carbone. Au-delà de ses consommations d’énergie, je peux également intégrer la question alimentaire et m’intéresser à ce qu’il a mangé et d’où ça vient. L’actualité récente sur le « cheval dans le bœuf » et son itinéraire européen nous a montré à quel point la question alimentaire est aujourd’hui importante.

La société 2000 Watts

Les Suisses ont ainsi travaillé sur le mode de vie global et ont défini la « société à 2000 W » en intégrant tous les transports y compris ceux des loisirs et vacances pour se rendre vers les destinations les plus lointaines, toutes les consommations (y compris alimentaires).

Ils raisonnent en énergie consommée et changent d’unité pour s’attacher à la puissance en Watts. De quelle énergie, de quelle puissance un individu dans une famille a-t-il besoin ?  Un suisse, pour donner une idée, a actuellement besoin d’une puissance de 6500 W.

Et pour réduire l’empreinte écologique et la rendre compatible avec les ressources de la planète, il faudrait revenir à la société de 2000 W et ainsi passer de 6500 à 2000 W. Ils envisagent dans leur scénario un possible retour mais pas avant  2050 avec une étape en 2030 à 3500 W.


Ils ont également regardé dans notre histoire, à quel moment nous avons dépassé les 2000 W. Le passage c’est vraisemblablement effectué dans les années 60. Dans ces années-là nous étions des pays développés et « consommions » seulement à 2000 W !

Témoin de ces temps-là, je n’ai pas un souvenir d’une société difficile. Nous mangions aussi bien que maintenant, la qualité de l’air était meilleure que maintenant avec moins de pollution automobile. Nous avions dans la cité des circuits courts, … Une des différences importantes, nous avions moins de besoins dont la plupart nous ont été inventés récemment.

L’exemple des écrans plats est manifeste, et la liste est longue, … Pourquoi ? Ces besoins ont  souvent été liés à l’obsolescence et ont été inventés pour maintenir la croissance quantitative (et non qualitative) de l’économie, et la course a été lancée sans contrôler l’énergie qui coûtait moins chère, et les impacts écologiques.

Ainsi dès que nous raisonnons en puissance électrique (équivalent électrique) globale, nous  impliquons nécessairement des unités de mesure de performances ramenées à la personne. Le raisonnement change d’échelle, du kilowatt  heure par mètre carré par an (unité liée au bâtiment) à l’énergie globale en Watts par individu (unité liée à l’individu).

Il est tentant pour le groupe de travail Réglementation Bâtiment Responsable 2020 (RBR  2020) d’entamer un raisonnement en modes de vie, avec des performances ramenées à l’individu occupant, mobile, consommateur.

A l’évidence, la performance liée au bâtiment qui se mesure en kilowatts heure par mètre carré a ses limites. Elle ne tient pas compte du nombre d’occupant et donc reste éloigné de l’individu.
Imaginons une seule personne occupant un logement de 120 m² consommant 50 kWh/m².an ou toute une famille occupant la même surface. Le résultat ramené à la personne est totalement différent et notre mode de pensée pourrait en être bien bousculé. Cette réflexion nous conduira nécessairement vers une question d’organisation de notre société et vers un débat politique sur les changements de société.

Ce qui vous attend pour la prochaine chronique ?

Nous découvrons que faire du BEPOS collectif a du sens d’autant plus que la diversité et la densité urbaine est présente. La morphologie des villes, la présence de centres villes conséquents, y compris historiques, représentent-elles un avantage ou un frein ?
A la grande surprise, la morphologie de la ville la plus ancienne est une aubaine pour développer valeur et qualité de vie et réduire considérablement notre empreinte écologique.

Nous verrons cela prochainement, …

Alain Maugard


Commentaires

  • 0
    28/11/2013

    Je me réjouis à la lecture de cette lettre: enfin une analyse globale de nos besoins énergétiques de citadins avec une unité de mesure et une visée pour le futur. Il s'agit bien d'un changement de modèle auquel il est facile d'adhérer parcequ'il nous amène à examiner nos consommations individuelles dans le même esprit que le bilan carbone.
    Merci monsieur Maugard.
    Denis Rouillard Ingénieur conseil et formateur en énergétique du bâtiment


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Economies d’énergie et qualité d’air intérieur grâce à la filtration d’air

Economies d’énergie et qualité d’air intérieur grâce à la filtration d’air

Découvrez les solutions afin de prendre soin de la qualité d'air intérieur tout en réalisant des économies d'énergie.


Réversibilité des bâtiments : des enseignements issus de retour d’expérience

Réversibilité des bâtiments : des enseignements issus de retour d’expérience

La réversibilité des bâtiment est un nouveau mode de conception durable et économique. Les retours d'expérience offrent de nombreux enseignements.


Rénover les quartiers : un projet ambitieux qui repose sur une démarche politique

Rénover les quartiers : un projet ambitieux qui repose sur une démarche politique

Intéressons-nous à la table ronde qui s'est tenue en Février dernier, organisée par Le CAH, Club de l’Amélioration de l’Habit sur la rénovation des quartiers.


Enquête exclusive sur la RE2020 auprès des concepteurs

Enquête exclusive sur la RE2020 auprès des concepteurs

Que pensent les concepteurs MOA et MOE de la RE2020 ? Du label d'état RE2020 ? XPair et Tribu Energie ont mené l'enquête : voici leurs réponses.


Bâtiment réaménagé suite à la Covid19 et risque incendie

Bâtiment réaménagé suite à la Covid19 et risque incendie

Suite au réaménagement des bâtiments en lien avec la pandémie, des risques incendie nouveaux peuvent augmenter la difficulté à les sécuriser


Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

L’ADEME et le CSTB présentent 4 scénarios prospectifs inédits permettant d’anticiper les avenirs possibles pour le bâtiment et l’immobilier à l’horizon 2050.


L'impact environnemental du numérique, loin d'être négligeable. Les études ADEME

L'impact environnemental du numérique, loin d'être négligeable. Les études ADEME

Prendre conscience de l'impact environnemental du numérique et d'identifier les actions pour le réduire. Prenons connaissance des deux études établies par l'ADEME.


Inflation et crises impactent le bâtiment … décryptage, et après ?

Inflation et crises impactent le bâtiment … décryptage, et après ?

Prenons connaissance avec cette chronique le constat de la crise d’approvisionnement et de prix que connaît la filière bâtiment.


Sans nucléaire, fini la brosse à dent électrique, fini la future 6G ! Et alors ?

Sans nucléaire, fini la brosse à dent électrique, fini la  future 6G ! Et alors ?

Découvrons le nouveau plan énergétique pour 2050 et au-delà, et développer les énergies renouvelables et le nucléaire.


Réseaux de chaleur et de froid urbains

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Découvrez les solutions pour les réseaux de chaleur et de froid urbains développées par Wilo.


Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Schneider Electric a conçu un Guide pour répondre aux exigences de la Réglementation Environnementale 2020.


Station d’appartement conçue pour un COP maximal des pompes à chaleur

Station d’appartement conçue pour un COP maximal des pompes à chaleur

Les pompes à chaleur doivent fonctionner à basses températures afin de bénéficier du meilleur COP. Découvrez les solutions de station d'appartement.


1ers Rooftops à faible impact environnemental avec la conformité PEP Ecopasseport®

1ers Rooftops à faible impact environnemental avec la conformité PEP Ecopasseport®

Les climatiseurs de toiture aussi appelés rooftops sont des solutions idéales pour climatiser les surfaces commerciales tout en bénéficiant d'un faible impact environnemental.


Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Avec la réglementation environnementale RE2020, les pompes à chaleur sont devenues quasiment obligatoire, même pour les logements collectifs.


Décret tertiaire : comment atteindre les objectifs réglementaires en limitant les investissements ?

Décret tertiaire : comment atteindre les objectifs réglementaires en limitant les investissements ?

Le décret tertiare est désormais entré vigueur : comment respecter les objectifs réglementaires tout en limitant le coût des investissements ?