2020 / 2030, dix ans pour sortir du pétrole et du gaz

Par Bernard SESOLIS, expert Energie Environnement le 30 Juin 2021



Il n’échappe à aucun acteur du bâtiment et de la ville que la décennie à venir s’annonce comme celle de la fin des énergies fossiles. Le 20ème siècle qui a réellement commencé en 1914 va peut-être se terminer en 2030. Le charbon dominateur du 19ème siècle aura cédé sa place progressivement au pétrole et au gaz. La guerre des énergies fossiles va peut-être voir son terme dans 10 ans et nous entrerons alors de plain-pied dans le siècle de l’électricité la moins carbonée possible … produite principalement par des EnR. Et peut-être aussi celui de la fin du gâchis et du début de l’équité.

Dorénavant, impossible de construire ou de rénover des bâtiments sans y penser !


investissement  big oil

Réduction des investissement des « Big-Oil »


L’air du temps, les « Big-Oil » réduisent les investissements

Depuis plusieurs années, la fin du pétrole a été annoncée et de nombreux experts avaient prédit que les réserves pétrolières et de gaz déjà connues verraient leurs valeurs s’effondrer. Il n’en a rien été et la spéculation sur l’or noir va encore bon train. Le sous-sol de l’arctique fait même aujourd’hui l’objet de convoitises et de tensions internationales aussi anachroniques que féroces.

Aurait-on enterré trop vite les énergies fossiles ?

Pour s’en convaincre, deux chiffres : entre Janvier 2020 et Mars 2021, les aides au développement des énergies fossiles ont atteint 189 milliards $ contre 147 milliards $ pour les énergies renouvelables (1).

Cependant, les pétroliers ont perdu de leur superbe. Exxon, entreprise n°1 mondiale pendant des décennies est aujourd’hui au-delà du trentième rang, et ce n’est pas seulement du fait de l’invasion du numérique et des GAFAM. A Wall Street, en 2020, Exxon valait 7 fois moins que Apple ou Microsoft (2).

Les cinq premières compagnies pétrolières affichent une dette globale de 77 milliards $ en 2020 alors que l’année précédente, leurs profits s’élevaient encore à 49 milliards $ (3). Cette mauvaise santé est due à la crise sanitaire qui a provoqué une baisse de 9% des consommations et aux désaccords au sein de l’OPEP qui a provoqué une guerre des prix et un effondrement des cours du baril. La reprise est chaotique et les perspectives ont contraint ces « Big-Oil » à réduire les investissements, à vendre des actifs et à licencier du personnel.

Est-ce conjoncturel ou bien, est-ce le signe d’un profond changement ?


Un virage « historique » vers la neutralité carbone en 2050

Après le départ de Trump, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a pu sortir un rapport le 26 Mai 2021 décrivant une possible trajectoire pour atteindre la neutralité carbone en 2050 (1). Cette institution, pourtant assez dubitative sur les EnR depuis 20 ans, est en pleine mutation peut-être parce que ses deux principaux contributeurs (USA, Japon) se sont engagés à décarboner leur économie.

Pour atteindre cet objectif, elle prône l’arrêt immédiat des investissements dans de nouvelles installations pétrolières, formalise un scénario dans lequel 90% de l’électricité seront d’origine renouvelable, où la vente de chaudières fioul ou gaz sera interdite, où la voiture à moteur thermique sera proscrite, où un fort développement de lignes ferroviaires à grande vitesse s’accompagnera d’une réduction des vols aériens.

Bref, une révolution culturelle pour l’AIE dont le rapport semble avoir influencé le dernier sommet du G7 (11-13/06/2021) : il a été pris un engagement de ne plus financer les centrales au charbon. Il était temps ! Quant au pétrole, on verra plus tard ...


centrale charbon

Les principaux pays exportateurs et certains pays d’Asie ont balayé d’une main le scénario de l’AIE, le qualifiant de chimérique en rappelant que la part mondiale des consommations des énergies fossiles en 2020 est identique à celle de 2009.

Les « Big-Oil » restent également sourds aux positions gouvernementales, aux médias, aux écologistes. Seul compte l’avis des actionnaires.


Pour les « Big-Oil » une mini-révolution intérieure et des pressions extérieures naissantes

Il se passe de curieuses choses au sein des conseils d’administration des compagnies pétrolières. Certains gros fonds de pensions, gestionnaires d’actifs et fonds souverains deviennent anxieux et visent à décarboner leurs portefeuilles (4). Déjà en 2016, la famille Rockeffeler a vendu toutes ses actions Exxon-Mobil, entreprise accusée de se contenter de verdir ses activités et de rester dans le négationnisme climatique.

L’angoisse et la grogne gagne du terrain, notamment chez un groupe d’actionnaires (Follow This) très critiques à l’égard des directions lors des récentes AG de Shell, BP, Equinor, ConocoPhillips. Une coalition d’actionnaires représentant 44 milliards $ d’actifs reconnaît que 159 entreprises sur 167 ont pris des engagements insuffisants pour respecter les accords de Paris  (COP 21 en 2015).

Chez Exxon, la fronde est visible. La direction est malmenée par une part croissante d’actionnaires enjoignant les décideurs à lutter contre le réchauffement climatique.

Chez ConocoPhillips, 58% des actionnaires ont obtenu en mai la fixation d’un objectif de baisse de CO2. Mais ils ne sont encore que 20% chez BP pour aller dans le même sens.

Par ailleurs, le 26 Mai, la justice néerlandaise a contraint Shell à s’aligner sur les accords de la COP 21 en demandant une modification de sa trajectoire vers la neutralité carbone en 2050 :
-45% de CO2 dès 2030 par rapport à 2019 au lieu de -20% par rapport à 2016 et -45% en 2035 (5).

Mais le monde du pétrole reste encore très inerte. Un sondage réalisé près de 64 fonds gérant 1 1000 milliards$ d’actifs indique que seulement 17% jugent capables les compagnies à évoluer et que 62% des investisseurs leur demandent de privilégier les hydrocarbures plutôt que les EnR (4). Quand BP a annoncé sa stratégie « 0 carbone », son action a dégringolé !

Et quand est-il de notre pétrolier national qui émarge fiscalement dans certains paradis ? Total est moins caricatural que ses concurrents anglo-saxons …ou plus réactif aux nouvelles contraintes imposées aux pétroliers. Total est bipolaire. Comme l’évoque Jean-Michel Bezat (4), le « Total vert » va planter 40 000 ha de forêts en République Démocratique du Congo, soit 10 millions de tonnes de CO2 stockés sur 20 ans. Mais à 2000 km de là, « Total noir » vise un énorme projet pétrolier au bord du lac d’Albert où seront pompés 230 000 barils/jour et jusqu’à 3 à 4 millions de barils/jour en 2030.

Onze investisseurs représentant 1/6 des actions de Total demandaient en 2020 à ce que ses activités entrent en adéquation avec les objectifs de la COP 21. Du point de vue de la com, c’est réussi : Total devient TotalEnergies et s’affiche le 2ème bon élève européen (derrière l’italien ENI), bien plus vertueux que les BP, Shell ou concurrents américains, tout en affirmant qu’il n’y aura aucune baisse de la production avant 2030. Au jeu des couleurs, quand on mélange du vert et du noir, il en ressort du noir …


Retour à la case départ en France avec une stratégie bas-carbone bien marquée

10 ans pour que le bâtiment sortent des énergies fossiles, voilà le calendrier assigné par nos décideurs politiques pour nous conformer à la Stratégie Nationale Bas Carbone.

En construction, le fioul est déjà ringardisé, le gaz le sera dès 2024 en immeuble collectif par le levier de la RE 2020. Cette nouvelle réglementation sera critiquée, comme d’habitude, sur la forme et le fond, sûrement à juste titre après quelques mois ou années d’application. Mais cette critique doit rester constructive. Dans le paysage européen, la France est en avance sur les exigences bas-carbone appliquées aux bâtiments neufs.

Ces exigences s’étendront à terme à l’énorme levier que représente la rénovation énergétique et environnementale du parc existant.

Au regard des objectifs à atteindre quoiqu’il arrive, notre devoir professionnel, c’est d’entrer franchement dans cette nouvelle démarche bas-carbone, aussi anxiogène que passionnante.

Passez un bon été, le moins caniculaire possible.

  1. « Neutralité carbone : le virage « historique » de l’AIE » - Le Monde - 20 et 21 Juin 2021 - Perrine Mouterde
  2. « Bourse et pétrole, la fin d’une idylle » - Le Monde - 16 Juin 2020 - Jean-Michel Bezat
  3. « 2020, année noire pour les géants du pétrole » - Le Monde – 11 Février 2021 - Nabil Wakim
  4. « Pétrole : le jeu ambigu des investisseurs » - Le Monde - 18 Mai 2021 - Jean-Michel Bezat
  5. « Shell et Exxon sommés d’en faire plus sur le climat » - Le Monde – 28 Mai 2021 - Arnaud Leparmentier et Jean-Pierre Stroobants
  6. « Total face aux hyper activistes du climat » - Le Monde - 29 Mai 2021 - Jean-Michel Bezat et Véronique Chocron



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Découvrez dans le Livre Blanc les 25 recommandations pour réduire le carbone incorporé dans les bâtiments.


EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Journée incontournable pour les professionnels du bâtiment. Découvrir comment les acteurs du bâtiment peuvent construire plus durable grâce à des solutions efficaces.


Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

EnerJ-meeting Paris, le grand rendez-vous de toute la filière des décideurs du bâtiment fait peau neuve au Carrousel du Louvre le 6 Février 2024


Synthèse de la comparaison entre la rénovation, démolition-reconstruction

Synthèse de la comparaison entre la rénovation, démolition-reconstruction

Avantages et inconvénients, cette analyse met en avant le contraste entre les deux méthodes et attire l’attention des lecteurs intéressés par les choix de rénovation.


Le bâtiment, acteur majeur des changements sociétaux

Le bâtiment, acteur majeur des changements sociétaux

Le Bâtiment a rendez-vous avec l’Histoire et la transformation de la société, tiré du livre d'Alain Maugard co-écrit avec le journaliste Michel Levron.


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Transition hydrique des bâtiments collectifs et tertiaires : le podcast de BWT

Transition hydrique des bâtiments collectifs et tertiaires : le podcast de BWT

Cet article met en avant un podcast de BWT qui aborde l'optimisation de l'utilisation de l'eau dans les bâtiments collectifs et tertiaires, à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau 2024.


Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Une expertise sur la performance de la Pompe à Chaleur Hybride Collective sous la réglementation RE2020.


Les pompes à chaleur au réfrigérant naturel, le R290

Les pompes à chaleur au réfrigérant naturel, le R290

Les pompes à chaleur utilisant le réfrigérant naturel R290 sont des systèmes innovants qui exploitent les propriétés thermodynamiques exceptionnelles de ce fluide frigorigène écologique.


DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

Optimisez votre DPE pour une efficacité énergétique maximale et réduire sa consommation d'énergie.


Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Le bâtiment neuf doit non seulement être efficace et exemplaire sur le plan énergétique mais également sur le plan environnemental .


Capture et stockage du carbone : le «technosolutionnisme» avance à grands pas …

Capture et stockage du carbone : le «technosolutionnisme» avance à grands pas …

Essayons de dresser un état des lieux sur la capture et la séquestration du carbone qui fait son petit bonhomme de chemin.


Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Retour sur la conférence de Franck Boutté lors d'EnerJ-meeting Paris 2024 : Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?


Modernisation énergétique hôtelière en Normandie

Modernisation énergétique hôtelière en Normandie

Un groupe hôtelier normand modernise ses installations énergétiques pour se conformer aux normes et réduire les coûts, grâce à la régulation Thermozyklus.


L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L'Ademe présente une étude, réalisée sur 3 ans, sur le secteur bâtiment et la crise de l'immobilier post Covid