Le bâtiment, moteur du changement

Par Dominique BIDOU, président d'honneur de l'Alliance HQE-GBC France le 14 Avril 2022


Quel paradoxe ! Immobilier rime avec immobilisme. Le bâtiment est par nature immobile, il s’inscrit durablement dans un paysage, il traduit des modes de vie souvent anciens. Vernaculaire ou monumental, il témoigne du passé, il se renouvelle lentement. Et pourtant, le bâtiment est devenu un secteur de pointe côté climat. Comment ce symbole de stabilité est-il devenu un moteur du changement ?


changement bâtiment

Changement : le bâtiment n’est plus immobile


L’enjeu n’est plus la thermique …

Rappelez-vous du Grenelle de l’Environnement. La moitié des efforts retenus au programme était portée par la construction. C’était, et de beaucoup, le secteur le plus sollicité. Bien plus que l’agriculture, par exemple, responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre, juste un peu moins que le bâtiment. La réglementation a traduit les objectifs en niveaux de performance minimum, et des certificats et autres labels ont montré la voie. Le climat et la décarbonation ont été de puissants motifs de mobilisation, mais c’est toutes les qualités des bâtiments qui sont concernées, comme le disait l’architecte François Pelegrin dans le cadre d’EnerJ-meeting, le 31 Mars dernier à Paris : " l'enjeu n'est plus seulement la thermique, il faut embarquer tous les sujets dans la rénovation ".

De nombreuses professions sont entrées en mouvement, la maîtrise d’œuvre, les entreprises de toutes tailles, les industriels, et bien sûr toutes les formes de commandes, publiques et privées, promoteurs, financiers, collectivités. Il faut dire que le secteur était à l’écart des mouvements internationaux et moins touchés que d’autres par la concurrence étrangère. Il y avait de grands gisements de modernisation qui ont été pu être exploités, la rénovation restant toutefois un parent pauvre qui a bien du mal à progresser. Attention toutefois à ne pas se tromper d’objectif. Nous sommes souvent fascinés par des solutions techniques extraordinaires, qui, hors contexte, finissent par imposer leur logique au détriment d’une bonne analyse des besoins réels. La réponse est tellement tentante qu’elle fait oublier la question.

Les techniques sont d’ordre sectoriel, du fait des spécialistes qui y interviennent. Elles découpent notre univers et tentent chacune d’imposer leur intérêt. C’est comme la médecine quand elle s’intéresse plus à la maladie qu’au malade, dans son intégralité physique et mentale.

Il faut bien sûr améliorer sans cesse les performances pour trouver des solutions plus efficaces, notamment moins consommatrices de ressources. Il y a une part d’amélioration continue, mais il faut aussi des sauts technologiques qui rompent avec le passé, qui exigent une remise en question des savoir-faire et des méthodes de travail. La construction n’a pas été avare d’innovations dans tous ces domaines, les progrès sont considérables tant pour la chasse au carbone que pour l’acoustique et la qualité de la lumière, naturelle ou artificielle, par exemple.


Deux remarques, toutefois ...

La première reprend celle déjà évoquée, de la bonne compréhension des besoins, ceux d’aujourd’hui et ceux que l’on peut pressentir pour demain. Au-delà de la technique, il y a les usages, les modes de vie, dans leur diversité. Partir de l’humain plutôt que de normes techniques, comme le préconise le rapport de Pierre-René Lemas sur la qualité des logements sociaux en Janvier 2021.  Une bonne analyse du vécu répond à cette ardente obligation, de manière à ne pas s’empêtrer dans des dédales de solutions techniques qui ont vite fait de montrer qu’elles sont uniques, de manière, et c’est bien naturel, à se préserver. Le recul nécessaire, le retour au vécu, remet souvent en cause des normes techniques, car celles-ci s’appliquent aux manières de faire plutôt qu’aux besoins. Nous voulons du confort, qualité générale résultant d’un ensemble complexe de considérations culturelles et matérielles. La technique, si évoluée soit-elle, doit rester au service des humains, même si elle doit leur permettre d’adopter des comportements nouveaux.

La seconde remarque rappelle que le parc existant doit, lui aussi, bénéficier de ces progrès, imaginés prioritairement pour le neuf. Comment les transposer, les adapter à une multitude de situations différentes, tant dans les architectures, les matériaux, les usages. L’effort est considérable, avec la double exigence, de relever les défis du siècle, climat, ressources naturelles, biodiversité, etc, ... et de satisfaire durablement les besoins et les envies des humains d’aujourd’hui. 

Le bâtiment a été à la pointe, mais il reste encore beaucoup à faire.



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Retour sur la conférence de Franck Boutté lors d'EnerJ-meeting Paris 2024 : Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?


Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Coup de projecteur sur les innovations « solutions techniques » d’EnerJ-meeting Paris 2024

Découvrez les dernières avancées technologiques au cœur d’EnerJ-meeting Paris 2024. Explorez les solutions techniques qui façonneront l’avenir de l’industrie du bâtiment.


Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Le bâtiment neuf doit non seulement être efficace et exemplaire sur le plan énergétique mais également sur le plan environnemental .


Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

Construire et rénover : 1. Sobriété - 2. Efficacité - 3. Décarbonation, venez échanger à EnerJ-meeting Paris

EnerJ-meeting Paris, le grand rendez-vous de toute la filière des décideurs du bâtiment fait peau neuve au Carrousel du Louvre le 6 Février 2024


Qualité de l’air intérieur et label « IntAIRieur » : l’opération Seeko - 73 logements

Qualité de l’air intérieur et label « IntAIRieur » : l’opération Seeko - 73 logements

IntAIRieur : Le label qui garantit une qualité d’air exceptionnelle dans les 73 logements de l’opération Seeko.


La maison de l'innovation du groupe La Poste, HQE « EXCELLENT », E+C-, OSMOZ, BIODIVERCITY ET R2S

La maison de l'innovation du groupe La Poste, HQE  « EXCELLENT », E+C-, OSMOZ, BIODIVERCITY ET R2S

Le parc immobilier de la poste est considérable avec plus de 9 000 immeubles et 6 millions de mètres carrés.


La ressource « eau » retours d’expérience pour gérer l'eau, enjeu vital

La ressource « eau » retours d’expérience pour gérer l'eau, enjeu vital

Retour sur la conférence lors d'EnerJ-meeting Paris 2024 : Ressource en eau, retours d’expérience pour une gestion durable et résiliente.


EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Les outils et solutions disruptives pour des bâtiments sobres et efficaces

EnerJ-meeting Paris 2024 : Journée incontournable pour les professionnels du bâtiment. Découvrir comment les acteurs du bâtiment peuvent construire plus durable grâce à des solutions efficaces.


Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Découvrez la liste des lauréats des Trophées Start-up Bâtiments 2050 à EnerJ-meeting Paris 2024.


Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Quel dimensionnement pour les PAC hybrides collectives sur le marché du neuf ?

Une expertise sur la performance de la Pompe à Chaleur Hybride Collective sous la réglementation RE2020.


Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Optimisez et économisez votre consommation d’énergie avec la récupération de chaleur des eaux grises.


L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L'Ademe présente une étude, réalisée sur 3 ans, sur le secteur bâtiment et la crise de l'immobilier post Covid


Penser « Santé », pour notre bien-être et nos économies

Penser « Santé », pour notre bien-être et nos économies

Santé et bien-être : investir dans notre avenir et mettre en évidence la nécessité de placer la santé au cœur de nos décisions économiques pour un avenir durable.


Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Production d'1 million de PAC : un vrai défi pour les Pouvoirs Publics et industriels en termes d'investissement et de qualité d'équipement.


Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Produire 1 million de pompes à chaleur : La communication souligne une fébrilité

Production d'1 million de PAC : un vrai défi pour les Pouvoirs Publics et industriels en termes d'investissement et de qualité d'équipement.