Les mauvais choix dans la fixation des objectifs

Par Roger CADIERGUES le 04 Juillet 2019

Quand vous examinez ce qu'exige la réglementation énergétique française, la britannique, l'allemande, ou toutes autres, vous ne pouvez qu'être frappé par certaines divergences des modes d'expression et de calcul, y compris d'ailleurs en France entre la RT et les diagnostics (DPE).

Tous ces règlements sont pourtant issus de la même directive européenne

Absolument, mais ils n'expriment pas tous les objectifs de la même façon. Regardez la RT 2005 : les objectifs sont exprimés en énergie primaire, avec des coefficients de calcul dont je reparlerai plus loin. Regardez le DPE (le diagnostic) : les coefficients sont différents, et le CO2 apparaît.

Cela mérite des explications …

Reprenons d'abord les règles RT. Elles expriment les objectifs en consommation d'énergie primaire par an. Pour ce faire les consommations physiques probables sont multipliées par ce que la RT appelle le "coefficient de transformation en énergie primaire". Avec les valeurs suivantes :
- 2,58 pour l'électricité, photovoltaïque inclus ( ??),
- 1,00 pour les autres sources : bois, charbon, fioul et même réseaux.
Si vous vous aventurez hors de France vous allez trouver des coefficients différents, par exemple en Angleterre :
- 3,82 pour l'électricité,
- 1,03 pour le charbon, 1,07 pour le gaz naturel, 1,09 pour le fioul, 1,38 pour les combustibles solides "manufacturés", 1,42 pour le gaz de ville.

Pourquoi de tels chiffres ?

Dans la plupart des cas - en excluant pour le moment l'électricité - l'explication des chiffres autres que ceux de la RT tient à la prise en compte de ce que nous allons appeler les énergies grises, celles qui sont consommées en préparation, transport et livraison des énergies. Dans le cas de l'électricité il est, en plus, tenu compte du caractère "indirect" de cette énergie et de la consommation au niveau des centrales (en combustion). Dans ce cas il n'est évidemment pas étonnant que le chiffre soit différent selon les pays. De toutes façons, et dans tous les cas, c'est un peu court comme caractéristique d'émission de CO2, une émission qu'il vaudrait mieux évaluer directement et correctement, la part due aux énergies grises étant bien entendu comprise. Ceci dit les coefficients de transformation peuvent manquer. L'une des techniques les plus simples consiste à faire usage des données adoptées pour le Diagnostic de Performance Energétique (DPE), figées par arrêté, lequel indique les coefficients de conversion à utiliser pour passer du kilowattheure d'énergie primaire au kilogramme de CO2 émis … mais sans tenir compte (à mon avis) des énergies grises.

Cela résout-il votre problème ?

Oui et non, car il reste un manque dans le bilan, manque curieusement passé sous silence un peu partout et dans tous les pays, sans doute parce qu'il est assez difficile d'en tenir compte. Je m'explique. Lorsqu'on rédige des obligations en matière d'isolation thermique, il est bien évident que le contenu énergétique des isolants est passé sous silence. Dans ces conditions, est-ce que le dernier centimètre d'isolant est bien énergétiquement rentable. La difficulté est analogue à celle ayant conduit à la procédure d'actualisation dans les calculs financiers. L'isolant étant un investissement, et non pas une consommation, il faut convenir d'une durée d'amortissement, 30 ans par exemple.

Cela peut-il avoir des répercussions pratiques ?

Supposons qu'il soit possible d'intégrer l'amortissement, reste le fait qu'il soit souvent assez difficile de déterminer le contenu énergétique de tel ou tel matériau, transport et pose compris. J'avoue que nous manquons de données, les quelques évaluations que j'ai pu faire sur les vitrages isolants montrant toutefois clairement qu'il faudrait s'expliquer sur ce sujet, le contenu énergétique à amortir semblant très significatif, au moins pour les (triples) vitrages isolants, les plus performants. Malheureusement les données me manquent pour être plus précis. Quoi qu'il en soit nous pourrons revenir aux émissions elles-mêmes : c'est ce que je ferai la semaine prochaine.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Récupération de l’énergie des eaux grises sanitaires : analyse et rentabilité technico-économique

Récupération de l’énergie des eaux grises sanitaires : analyse et rentabilité technico-économique

Découvrez une analyse technico-économique sur la récupération de l’énergie des eaux grises sanitaires par PAC FACTEUR 7.


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Les bons gestes ITE et isolation des combles par projection : 2 nouveaux tutos !

Les bons gestes ITE et isolation des combles par projection : 2 nouveaux tutos !

Consultez les tutoriels sur les bons gestes en matière d’isolation thermique extérieure (ITE) et l’isolation des combles par projection.


Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?

Retour sur la conférence de Franck Boutté lors d'EnerJ-meeting Paris 2024 : Atténuation et adaptation dans le bâtiment : quelles stratégies de soutenabilité ?


Modernisation énergétique hôtelière en Normandie

Modernisation énergétique hôtelière en Normandie

Un groupe hôtelier normand modernise ses installations énergétiques pour se conformer aux normes et réduire les coûts, grâce à la régulation Thermozyklus.


L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L’étude : le secteur du bâtiment et de l’immobilier de crise en crise, 2020-2023

L'Ademe présente une étude, réalisée sur 3 ans, sur le secteur bâtiment et la crise de l'immobilier post Covid


Rafraichissement adiabatique et consommation d'eau : décryptage et technologie à privilégier

Rafraichissement adiabatique et consommation d'eau : décryptage et technologie à privilégier

Cette chronique a pour but de décrypter et d'éclairer pourquoi la technologie de refroidissement adiabatique est tout de même à privilégier dans un contexte environnemental et bas carbone.


Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Importance des fiches PEP dans les calculs RE2020

Comprendre les Profils Environnementaux Produits (PEP) : un outil essentiel pour la construction écoresponsable.


Régulation et GTB : le marché français en 2023 et les perspectives 2024

Régulation et GTB : le marché français en 2023 et les perspectives 2024

L’évolution du marché français de la régulation et de la GTB en 2023 et les tendances à surveiller en 2024.


Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Pourquoi récupérer la chaleur des Eaux Grises ?

Optimisez et économisez votre consommation d’énergie avec la récupération de chaleur des eaux grises.


Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Découvrez la liste des lauréats des Trophées Start-up Bâtiments 2050 à EnerJ-meeting Paris 2024.


DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

DPE : un toilettage est nécessaire, les adaptations à apporter

Optimisez votre DPE pour une efficacité énergétique maximale et réduire sa consommation d'énergie.


Transition hydrique des bâtiments collectifs et tertiaires : le podcast de BWT

Transition hydrique des bâtiments collectifs et tertiaires : le podcast de BWT

Cet article met en avant un podcast de BWT qui aborde l'optimisation de l'utilisation de l'eau dans les bâtiments collectifs et tertiaires, à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau 2024.


Qualité d’eau des circuits de chauffage et climatisation avec pompe à chaleur

Qualité d’eau des circuits de chauffage et climatisation avec pompe à chaleur

L'AFPAC a édité en Janvier 2024 le recueil technique et réglementaire sur le thème « Les pompes à chaleur et la qualité de l'eau ».


Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Carbone incorporé dans les bâtiments : le livre blanc et ses 25 recommandations

Découvrez dans le Livre Blanc les 25 recommandations pour réduire le carbone incorporé dans les bâtiments.