Les bâtiments à énergie positive : utopie ou réalité ?

20 Avril 2009

Les bâtiments à énergie positive sont, pour beaucoup de spécialistes, l'avenir de la construction, puisqu'il s'agit de bâtiments qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment (énergies grises non comprises en général). Qu'y a-t-il derrière ce concept. N'est-il pas bercé de beaucoup d'illusions. Et n'est-ce pas une solution fallacieuse ?

Est-ce une solution vraiment viable ?

Je vais d'abord prendre pour exemple le pays européen qui est probablement le plus avancé sur le sujet, du moins dans les intentions. Il s'agit de la Grande Bretagne où le gouvernement a décidé qu'à partir de 2016 tous les bâtiments résidentiels seraient " zéro carbone ", les autres bâtiments devant suivre à partir de 2019. Il est vrai que le qualificatif " zéro carbone " n'était pas défini lorsque la décision a été prise, une définition qui est actuellement en cours de discussion. Il n'en reste pas moins qu'il reste, au moins en France et pour le moment, un certain nombre d'incertitudes. Et je ne suis pas sûr que cette décision miracle soit vraiment la bonne.

Quels sont donc vos reproches ?

Avant de passer aux reproches examinons ce qu'il y a derrière le terme " énergie positive ". Quand j'ai essayé d'approfondir le sujet je me suis souvent trouvé en face d'interlocuteurs qui faisaient, hélas, bien des confusions, deux en particulier. La première de ces confusions était, sans le dire, de ne prendre en compte que le chauffage, considéré comme le consommateur essentiel. Certes, dans l'existant (résidentiel et tertiaire, climatisation comprise), le chauffage représente environ 65 % des consommations d'énergie (10 % pour l'eau chaude, 25 % - surtout électrique - pour les autres usages). Mais si l'on parvient à bien isoler les bâtiments (division par cinq), le chauffage ne représentera plus que le quart des consommations : tout baser sur le chauffage est donc une première erreur. Mais ce n'est pas tout.

Quelle est donc la deuxième erreur ?

Celle de calculer les consommations de chauffage au travers d'une méthode inexacte, beaucoup plus répandue dans les démarches officielles qu'on ne le pense, par exemple dans la réglementation britannique (code L). Elle consiste à calculer d'abord ce que j'appelle les besoins bruts (sans apports), calculés à partir de l'isolation du bâtiment et des degrés-jours (non corrigés), ainsi que des rendements. Pour obtenir les consommations, ce que j'appelle les besoins nets, dans les règles simplistes, on soustrait tout simplement les apports des besoins bruts. Quand on examine les phénomènes heure par heure (en simulation correcte) on s'aperçoit que cette démarche revient à utiliser les apports de façon exagérée, les surchauffes étant prises comme des apports positifs. En fait plus le poids des apports est élevé plus le rendement (utile) de récupération des apports est faible. Dès que le poids des apports (apports divisés par besoins bruts) dépasse environ 50 % le rendement de récupération utile de ces apports diminue très vite. Diviser, aujourd'hui, les pertes des bâtiments par 5, ne conduit pas à diviser les besoins nets par 5, mais par bien moins de 4. Attention, donc, aux méthodes de prévisions fallacieuses, et pourtant fort répandues.

La définition correcte des bâtiments énergétiquement positifs ne se limite pas au chauffage?

C'est tout à fait exact, mais les confusions que je signale sont celles que j'ai constatées. Si nous examinons les autres usages, qu'il s'agisse d'eau chaude (avec le solaire) ou d'autres usages électriques, là aussi des économies sont possibles. Mais alors, quand on examine ce qui est réalisable dans les quinze années à venir on aboutit à des consommations dont la structure n'a plus rien à voir avec la structure actuelle : il faut donc se méfier des raisonnements trop schématiques.

Le développement des énergies positives ne se limite pas aux réductions des consommations ?

Dans les présentations valables sur le sujet, les bâtiments à énergie positive sont essentiellement caractérisés par des productions locales utilisant des énergies renouvelables : micro-cogénération à base de chaudières utilisant la biomasse, éoliennes locales, photovoltaïque. Tout ceci pose la question suivante qu'on semble ne pas vouloir aborder : la production localisée est-elle supérieure à la production centralisée. J'en doute très fortement. Il suffit de voir, en France, le tarif ahurissant de rachat du courant électrique issu des cellules photovoltaïques. Ou, en Allemagne, le tarif également ahurissant de rachat du courant électrique issu de la micro-cogénération.

Voulez-vous dire par là que ces tarifs sont tout à fait anormaux ?

Absolument, et nous verrons pourquoi la semaine prochaine.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Les réseaux de chaleur font partie du Plan Climat et représentent des solutions multi-énergies. Découvrez comment construire ces réseaux ainsi que leur fonctionnement.


Chaleur renouvelable : bois et thermodynamique en tête

Chaleur renouvelable : bois et thermodynamique en tête

Selon les débats actuels sur l'énergie : recourir aux solutions renouvelables efficaces que sont la biomasse et le solaire.


Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Suivons l'évolution après avoir reçu les aides par le Fonds Chaleur l'impact sur les réseaux de chaleur pour accélérer le développement.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Regards croisés sur l’application de la RE2020 par la DHUP et Tribu Energie

Regards croisés sur l’application de la RE2020 par la DHUP et Tribu Energie

Regards croisés de deux experts sur la réglementation environnementale RE 2020 lors de la Journée EnerJ-meeting à Paris le 7 Septembre 2021


RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

La Réglementation Environnementale 2020, reportée à 2021, continue d'inclure nouveautés et évolutions. Nathalie Tchang, directrice BET TRIBU ENERGIE, nous en présente les détails.


Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Les PME peuvent désormais bénéficier d'un crédit d'impôt "transition énergétique". Or peu d'entreprises le savent. Découvrez comment y prétendre.


2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


Autoconsommation photovoltaïque pour le résidentiel avec accumulateur chauffe-eau

Autoconsommation photovoltaïque pour le résidentiel avec accumulateur chauffe-eau

La réglementation RE2020 qui sera obligatoire pour toute construction neuve va contraindre le concepteur à réaliser des installations solaire en autoconsommation.


Réglementation RE2020 et confort d’été : la méthode

 Réglementation RE2020 et confort d’été : la méthode

Le confort d'été est un enjeu majeur de la transition écologique et de la prochaine réglementation environnementale 2020 qui entrera en application en janvier 2022


Rénovation énergétique par étapes pour le logement individuel. Rapport d’expertise

Rénovation énergétique par étapes pour le logement  individuel.  Rapport d’expertise

Découvrez l'étude qui fait un point concret sur la rénovation « par étapes » des logements et analyse les conditions de réussite à la réalisation de rénovations performantes .


Guide des solutions de rafraîchissement adiabatique pour le tertiaire en rénovation

Guide des solutions de rafraîchissement adiabatique pour le tertiaire en rénovation

L'AQC et l'AICVF partagent leur guide des solutions de rafraîchissement adiabatique pour le secteur tertiaire en rénovation.


Production d’eau chaude sanitaire ECS bas carbone

Production d’eau chaude sanitaire ECS bas carbone

De nos jours pour les bâtiments récents du résidentiel ou d’hébergement, la production d’ECS est devenue prépondérante.


ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

La production d'eau chaude sanitaire collective est essentielle car elle correspond à un besoin de confort sanitaire. De Dietrich propose des solutions pour l'ECS.


Sept organisations professionnelles créent l’Association Française de la Ventilation

Sept organisations professionnelles créent l’Association Française de la Ventilation

Découvrons la création et la structuration de l'Association Française de la Ventilation qui a eu lieu ce 27 Janvier 2021.