De l'empreinte écologique à la biocapacité

5 Octobre 2009

La France, comme beaucoup d'autres pays développés, ainsi que les organisations internationales, tentent de compléter les indices économiques (le PIB en particulier) par des indicateurs du développement durable. Je vous les ai présentés dans mes lettres précédentes, en particulier le bilan carbone et l'empreinte écologique.

De tels indicateurs seront-ils vraiment importants pour nos professions ?

Oui et en voici par exemple une première preuve : prenons le dégagement de CO2 dû à un kilowattheure dépensé par un moteur électrique. Si aujourd'hui, pour la France (EdF), nous prenons la référence 1, le dégagement est de l'ordre de 4 en moyenne pour la Communauté, de l'ordre de 5 pour l'Allemagne, et de l'ordre de 7 pour la Pologne. Il faut donc, dans le cas d'utilisation de l'électricité, fournir la désignation du fournisseur, et même l'année de référence. Ne mélangeons donc pas tout. Et limitons-nous à des cadres bien précis, nationaux en particulier.

Finalement, que faire ?

Pour y voir clair il faut d'abord bien définir notre domaine : il ne s'agit pas seulement de chauffage mais de tous les usages consommateurs d'énergie dans et pour le bâtiment, y compris ceux externes tels que les serveurs téléphoniques ou Internet, ou les consommations liés aux services collectifs de distribution d'eau. De plus il ne faut pas utiliser n'importe quels critères de développement durable. Je pense, qu'à cet égard, les concepts de bilan carbone et d'empreinte écologique sont suffisants. Ils peuvent vous faire peur mais, bien qu'ils soient surtout adaptés aux considérations macroéconomiques, je pense qu'ils conviennent pourtant très bien à nos objectifs spécifiques.

Peut-on revenir, pour ce qui concerne nos professions, sur ces indicateurs?

Le bilan carbone est un indicateur simple et précis (si l'on indique soigneusement les conventions). Il est, en particulier, très commode lorsqu'il s'agit d'optimiser nos choix énergétiques. Il n'y a pratiquement pas de conventions fragiles à la base. Mais il n'en est pas de même quand on veut en vulgariser le sens : il faut alors recourir à l'empreinte écologique, cette dernière étant un mode de présentation très général s'attachant à tous les effets négatifs en matière de développement durable. L'empreinte écologique est une notion développée à partir de 1994 lors d'une thèse américaine de doctorat. C'est l'indicateur du développement durable le plus médiatisé (près de 400 000 de références dans Google), et il est parfaitement possible qu'à l'avenir un certain nombre de textes réglementaires s'appuient sur ce concept. Une proposition de loi du 6 Janvier 2009 par exemple - que j'ai déjà citée - propose que l'empreinte écologique serve de base à l'évaluation des politiques mises en œuvre pour lutter contre le changement climatique et préserver la vie sur terre. Son utilisation normale est la suivante :

  • mesurer l'empreinte (schématiquement : les déchets rejetés moins les ressources renouvelables consommées)
  • *
  • et la comparer (une sorte de comptabilité environnementale) à la capacité de la planète à produire les ressources et à absorber les déchets, cette dernière grandeur étant dénommée "biocapacité".
  • N'est-ce pas un peu trop savant, en particulier pour le public ?

    Le concept d'empreinte est souvent fourni sous la forme simple suivante, source probable de son succès : " il faudrait un certain nombre de planètes si nous continuions à consommer comme actuellement ". Un mode d'expression qui peut d'ailleurs s'appliquer au bilan carbone sous la forme suivante : combien de planètes sont-elles nécessaires pour séquestrer les gaz à effet de serre que nous émettons. Ou - autre forme - en combien de jours par an les émissions que nous produisons saturent-elles la capacité de la planète.

    Pourquoi ces concepts sont-ils un peu longs à s'implanter ?

    Parce qu'il reste, quand même, un problème à régler : normaliser (internationalement) les bases de calcul du bilan et de l'empreinte. Par exemple, lorsque j'ai tenté de pratiquer ces calculs, j'ai constaté que le WWF n'utilisait probablement pas du tout les mêmes bases que moi, et obtenait - dans la comparaison France-Allemagne par exemple - des résultats complètement différents des miens. Reste également une incertitude fondamentale, celle concernant la définition de la biocapacité, laquelle est fonction des différents types de surfaces prises comme référence (cultures primaires, pâturages, ..., forêts, espaces construits). Tant que la normalisation n'est pas achevée toutes ces considérations sont actuellement soumises à des incertitudes. Nous n'utiliserons donc l'empreinte qu'avec précaution.

    Roger CADIERGUES


    Commentaires

    Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

    LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Groupe scolaire Ruffi à Marseille labellisé BDM Argent

Groupe scolaire Ruffi à Marseille labellisé BDM Argent

Le groupe scolaire Ruffi dans le 2ème arrondissement de Marseille fait figure de modèle de réalisation éco-performante s’inscrivant dans le projet Euroméditerranée.


Bouger sans carboner… ou carboner sans bouger ?

Bouger sans carboner… ou carboner sans bouger ?

Dès de 2022 la RE2020 s’appliquera, une année qui verra vraisemblablement la venue du label basse énergie-bas carbone.


Programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris

Programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris

Découvrez le programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris qui aura lieu le 7 septembre 2021 au Palais Brogniart.


Webinaires 2021 sur l’optimisation hydraulique proposés par IMI Hydronic

Webinaires 2021 sur l’optimisation hydraulique proposés par IMI Hydronic

Découvrez les webinaires 2021 organisés par IMI Hydronic sur la thématique des solutions hydrauliques pour répondre aux nouvelles contraintes d’optimisation énergétiques et environnementales.n


Rénovation énergétique et l’accompagnement au montage des projets : la clé du succès

Rénovation énergétique et l’accompagnement au montage des projets : la clé du succès

Prenons connaissance de la réaction des architectes selon le rapport Sichel remis à la ministre déléguée au logement Emmanuelle WARGON.


Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Prenons connaissance d'une autre loi en 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.


Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Prenons connaissance de cet éloge pour des changements et investissements à mettre en oeuvre pour obtenir des changements structurels.


Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

4 ans après la construction d'un bâtiment passif en bois, découvrez les performances et enseignements à tirer de cette construction.


Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Le nouveau décret tertiaire en rénovation est désormais obligatoire pour tous les bâtiments existants de plus de 1000m2. Aussi, comment transformer cette obligation en opportunité ?


Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Pour bénéficier d'un confort d'été grâce à la climatisation tout en bénéficiant d'un environnement sain et garanti sans virus, Panasonic propose une solution innovante.


La ventilation double-flux thermodynamique : performances et qualité sanitaire

La ventilation double-flux thermodynamique : performances et qualité sanitaire

Tous les ERP sont concernés par la nécessité de réaliser des économies d'énergie et de sécuriser la qualité d'air respiré. La ventilation double-flux thermodynamique est une réponse fiable


Pour un air sain dans nos habitations, le Livre Blanc de la qualité de l'air

Pour un air sain dans nos habitations, le Livre Blanc de la qualité de l'air

La qualité de l'air intérieur est une préoccupation importante des Français. Purifier l'air intérieur via climatisation est une solution efficace pour se prémunir des particules ultrafines.


PAC air-air, confort avec la console compacte, silencieuse et performante

PAC air-air, confort avec la console compacte, silencieuse et performante

La pompe à chaleur air-air est une solution aussi performante que compacte et silencieuse. Elle offre ainsi un confort total aux utilisateurs.


Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

CEGIBAT dresse une typologie des contrats d'exploitation en copropriété. Découvrez les différentes garanties légales, les postes de facturation ou encore la négociation d'un contrat.


Gestion énergétique du bâtiment avec jumeau numérique et intelligence artificielle

Gestion énergétique du bâtiment avec jumeau numérique et intelligence artificielle

Pour un pilotage climatique intelligent des bâtiments, Priva propose une solution de gestion énergétique avec jumeau numérique et IA incontournable.