De l'empreinte écologique à la biocapacité

5 Octobre 2009

La France, comme beaucoup d'autres pays développés, ainsi que les organisations internationales, tentent de compléter les indices économiques (le PIB en particulier) par des indicateurs du développement durable. Je vous les ai présentés dans mes lettres précédentes, en particulier le bilan carbone et l'empreinte écologique.

De tels indicateurs seront-ils vraiment importants pour nos professions ?

Oui et en voici par exemple une première preuve : prenons le dégagement de CO2 dû à un kilowattheure dépensé par un moteur électrique. Si aujourd'hui, pour la France (EdF), nous prenons la référence 1, le dégagement est de l'ordre de 4 en moyenne pour la Communauté, de l'ordre de 5 pour l'Allemagne, et de l'ordre de 7 pour la Pologne. Il faut donc, dans le cas d'utilisation de l'électricité, fournir la désignation du fournisseur, et même l'année de référence. Ne mélangeons donc pas tout. Et limitons-nous à des cadres bien précis, nationaux en particulier.

Finalement, que faire ?

Pour y voir clair il faut d'abord bien définir notre domaine : il ne s'agit pas seulement de chauffage mais de tous les usages consommateurs d'énergie dans et pour le bâtiment, y compris ceux externes tels que les serveurs téléphoniques ou Internet, ou les consommations liés aux services collectifs de distribution d'eau. De plus il ne faut pas utiliser n'importe quels critères de développement durable. Je pense, qu'à cet égard, les concepts de bilan carbone et d'empreinte écologique sont suffisants. Ils peuvent vous faire peur mais, bien qu'ils soient surtout adaptés aux considérations macroéconomiques, je pense qu'ils conviennent pourtant très bien à nos objectifs spécifiques.

Peut-on revenir, pour ce qui concerne nos professions, sur ces indicateurs?

Le bilan carbone est un indicateur simple et précis (si l'on indique soigneusement les conventions). Il est, en particulier, très commode lorsqu'il s'agit d'optimiser nos choix énergétiques. Il n'y a pratiquement pas de conventions fragiles à la base. Mais il n'en est pas de même quand on veut en vulgariser le sens : il faut alors recourir à l'empreinte écologique, cette dernière étant un mode de présentation très général s'attachant à tous les effets négatifs en matière de développement durable. L'empreinte écologique est une notion développée à partir de 1994 lors d'une thèse américaine de doctorat. C'est l'indicateur du développement durable le plus médiatisé (près de 400 000 de références dans Google), et il est parfaitement possible qu'à l'avenir un certain nombre de textes réglementaires s'appuient sur ce concept. Une proposition de loi du 6 Janvier 2009 par exemple - que j'ai déjà citée - propose que l'empreinte écologique serve de base à l'évaluation des politiques mises en œuvre pour lutter contre le changement climatique et préserver la vie sur terre. Son utilisation normale est la suivante :

  • mesurer l'empreinte (schématiquement : les déchets rejetés moins les ressources renouvelables consommées)
  • *
  • et la comparer (une sorte de comptabilité environnementale) à la capacité de la planète à produire les ressources et à absorber les déchets, cette dernière grandeur étant dénommée "biocapacité".
  • N'est-ce pas un peu trop savant, en particulier pour le public ?

    Le concept d'empreinte est souvent fourni sous la forme simple suivante, source probable de son succès : " il faudrait un certain nombre de planètes si nous continuions à consommer comme actuellement ". Un mode d'expression qui peut d'ailleurs s'appliquer au bilan carbone sous la forme suivante : combien de planètes sont-elles nécessaires pour séquestrer les gaz à effet de serre que nous émettons. Ou - autre forme - en combien de jours par an les émissions que nous produisons saturent-elles la capacité de la planète.

    Pourquoi ces concepts sont-ils un peu longs à s'implanter ?

    Parce qu'il reste, quand même, un problème à régler : normaliser (internationalement) les bases de calcul du bilan et de l'empreinte. Par exemple, lorsque j'ai tenté de pratiquer ces calculs, j'ai constaté que le WWF n'utilisait probablement pas du tout les mêmes bases que moi, et obtenait - dans la comparaison France-Allemagne par exemple - des résultats complètement différents des miens. Reste également une incertitude fondamentale, celle concernant la définition de la biocapacité, laquelle est fonction des différents types de surfaces prises comme référence (cultures primaires, pâturages, ..., forêts, espaces construits). Tant que la normalisation n'est pas achevée toutes ces considérations sont actuellement soumises à des incertitudes. Nous n'utiliserons donc l'empreinte qu'avec précaution.

    Roger CADIERGUES


    Commentaires

    Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

    LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Prenons connaissance de cet éloge pour des changements et investissements à mettre en oeuvre pour obtenir des changements structurels.


Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

4 ans après la construction d'un bâtiment passif en bois, découvrez les performances et enseignements à tirer de cette construction.


Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Le nouveau décret tertiaire en rénovation est désormais obligatoire pour tous les bâtiments existants de plus de 1000m2. Aussi, comment transformer cette obligation en opportunité ?


Titre V pour les récupérateurs de chaleur Ridel-Energy

Titre V pour les récupérateurs de chaleur Ridel-Energy

Pouget Consultants a accompagné Ridel-Energy dans le déploiement du Titre V pour les récupérateurs de chaleur (centrale frigorifique et groupes d'eau glacée)


2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Suivons l'évolution après avoir reçu les aides par le Fonds Chaleur l'impact sur les réseaux de chaleur pour accélérer le développement.


Point officiel sur la prochaine réglementation environnementale 2020

Point officiel sur la prochaine réglementation environnementale 2020

La RE2020, prochaine réglementation environnementale, se précise. Découvrez les objectifs, le calendrier, le projet de label et les dernières infos sur le confort d été


Rénovation de bureaux en 153 logements étudiants avec démarche de recyclage et de réutilisation

Rénovation de bureaux en 153 logements étudiants avec démarche de recyclage et de réutilisation

Letellier architectes a réalisé de superbes projets portés par une démarche de réutilisation et de recyclage : la rénovation de bureaux et de 153 logements étudiants


Construction de bureaux à Montpellier ALCO 2 : Effinergie+ et compatible RE 2020

Construction de bureaux à Montpellier ALCO 2 : Effinergie+ et compatible RE 2020

Le BE fluides DURAND qui a assuré la mission Fluides - Energie - Qualité Environnementale lors de la la réalisation de l’extension des bâtiments du Conseil Général de l’Hérault, sur le site d’Alco


Limiter son empreinte carbone dans le secteur de la construction

Limiter son empreinte carbone dans le secteur de la construction

Cette chronique apporte un éclairage sur l'empreinte carbone dans la construction neuve et les impacts à l'échelle du quartier.


Energie et Carbone : les solutions chaleur renouvelable face à la future RE 2020

Energie et Carbone : les solutions chaleur renouvelable face à la future RE 2020

Découvrez l'étude réalisée et présentée par Valérie Laplagne, responsable technique chaleur renouvelable chez UNICLIMA, lors de la 5ème journée de la Pompe à Chaleur du 10 mars 2020.


Succès de la J5PAC avec un florilège d’annonces !

Succès de la J5PAC avec un florilège d’annonces !

Record pour l’Association françaises des pompes à chaleur (Afpac) : 170 personnes ont participé le 10 mars à la 5e journée de la pompe à chaleur à Paris (J5PAC)


Réhabilitation de l’école Saint Exupéry (49) : confort, santé des enfants et empreinte carbone

Réhabilitation de l’école Saint Exupéry (49) : confort, santé des enfants et empreinte carbone

Découvrez ce retour d’expérience d'une réhabilitation de l’école Saint Exupéry à Doué La Fontaine (49) avec comme objectif de concilier confort, santé des enfants et empreinte carbone.


Nouveau geste barrière : ouvrir les fenêtres - Eloge du courant d’air !

Nouveau geste barrière : ouvrir les fenêtres - Eloge du courant d’air !

Suivons l'éloge sur le courant d'air, nouveau geste barrière à prendre désormais en compte avec les pollutions multiples et le Covid.


Rénovation énergétique : France Stratégie met en avant le tiers-financement

Rénovation énergétique : France Stratégie met en avant le tiers-financement

Découvrons comment l'Ademe avait pour ambition de motiver les propriétaires ou bailleurs de logements collectifs de se lancer dans la rénovation énergétique de leur