Une réglementation mal née ?

Par Roger CADIERGUES le 28 Mars 2011

28 Mars 2011

Fin Septembre 2010 est parue la nouvelle réglementation thermique, la RT 2012. Depuis lors les difficultés se sont accumulées, ce qui peut nous entraîner bien plus loin que certains ne le pensent.

Que voulez-vous dire par là ?

   J’avais, il y a de nombreux mois, souligné les faiblesses juridiques – pour ne pas dire plus – des textes réglementaires nous concernant. Je songeais en particulier à la nouvelle loi, applicable depuis début 2010, qui permet à chacun – sur tous les plans - d’attaquer les textes réglementaires en Conseil d’Etat. Pour la RT 2012 c’est désormais en cours. Certains pensent qu’il ne s’agit que d’un épisode, et que les conclusions du Conseil d’Etat se borneront à quelques modifications. Je ne le pense pas, la seule conclusion du Conseil qui me paraîtrait logique est la suivante « Refaites votre travail ».

N’est-ce pas une décision extrême ?

   Sans doute, mais il existe d’autres failles qui peuvent prendre le relais de la plainte des équipementiers (Gifam, etc ...). Quand j’ai, il y a maintenant bien des mois, soulevé ce problème des failles juridiques, j’ai – pour l’un de mes interlocuteurs – pris un exemple simple, presque caricatural. C’est le suivant, celui d’un projet de maison individuelle. Je l’étudie le mieux possible mais je ne peux pas appliquer la RT qui m’oblige à un calcul informatique alors que je ne dispose pas d’ordinateur. Je continue sans cet outil, et je suis serein face à l’obligation qu’on me ferait éventuellement quant à l’application de la réglementation. Rien en effet, en droit français – constitutionnel compris – ne m’oblige à posséder un ordinateur …

N’est-ce pas un exemple très caricatural ?

   Oui et non, car je constate que le Ministère de l’Ecologie, avant ou après remaniement, semble se moquer de nos bases juridiques. Un exemple, celui des 268 engagements du Grenelle de l’Environnement que le ministre considère comme automatiquement applicables. Or le Grenelle de l’Environnement – structure d’ailleurs plus ou moins floue – ne possède aucun pouvoir réglementaire. Chacune de ses recommandations – quelle qu’en soit la qualité – doit faire l’objet d’un examen, en particulier économique et pratique, avant d’être transcrite dans les obligations juridiques : ce ne peut être un déclic automatique.

Seriez-vous opposé à ces recommandations du Grenelle ?

   Ce n’est pas le problème. Je crains simplement qu’un grand nombre de ces recommandations – telles qu’elles sont rédigées actuellement – soient financièrement inapplicables. Va-t-on, à leur sujet, recommencer le « coup » du photovoltaïque.

Qu’entendez-vous par là ?

   Qu’avec le photovoltaïque nous avons connu – et nous connaîtrons encore plus sans doute – l’une des spécificités de l’administration française : les retours en arrière. C'est-à-dire qu’après avoir promis un séduisant  tarif de l’électricité photovoltaïque, on prend la décision de revenir en arrière. Avec, pour le moment – et dans ce cas – une correction qui n’est que partielle pour faire plaisir aux groupes intéressés. Donc sans attendre la rectification totale complète qui arrivera un jour ou l’autre. Ceci dit, les « retours en arrière » ne sont pas les seules difficultés que rencontre notre droit technique, qui - comme bien d’autres secteurs - soufre du désordre des esprits.

Que voulez-vous dire par là ?

   En grande partie que la complication des textes réglementaires nouveaux est leur défaut principal, un défaut qui devient de plus en plus insupportable. A un point tel que la simplification en général devient le maître-mot de l’administration centrale. Ce qui s’est traduit récemment par l’un des congrès titré « Les normes vont-elles tuer les libertés des Français ? ». Pour y obvier le député d’Indre et Loire qu’est Hervé Novelli propose de « faire en sorte que ceux qui sont chargés de la simplification ne soient pas ceux qui produisent les normes ». Ajoutant assez malicieusement qu’« aujourd’hui, on a confié le soin de garder le pot de confiture à un ours… ». Proposant également qu’à chaque nouvelle norme on en détruise une dans le même domaine. Peut-on appliquer ce principe à nos RT, des champions de complexité, c’est ce que nous essaierons de voir la semaine prochaine.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

De toute manière, vous aurez trop chaud. Alors adaptez-vous !

De toute manière, vous aurez trop chaud. Alors adaptez-vous !

Découvrons le constat établi par le 6ème rapport du GIEC, et en fin d'année la future COP 28 qui devra établir un bilan mondial 8 ans après les accords de Paris.


Économie circulaire dans le bâtiment : de la pratique ancienne aux sujets de recherche

Économie circulaire dans le bâtiment : de la pratique ancienne aux sujets de recherche

Depuis le début des années 90, le secteur de la construction s’interroge sur le volume de déchets.


RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

RE2020 en logements : oui le niveau 2031 est accessible dès aujourd’hui !

Le niveau 2031 lié à la RE2020 en logements doit être atteint très rapidement pour éviter de graves dommages d'ici 20 ou 30 ans.


Valoriser la qualité d’air intérieur avec le label intAIRieur®

Valoriser la qualité d’air intérieur avec le label intAIRieur®

Pour valoriser la qualité d'air intérieur (QAI), le label intAIRieur® est idéal. Une démarche fiable et simple.


Audit énergétique réglementaire obligatoire au 1er avril 2023 : Hellio fait le point sur le vrai du faux !

Audit énergétique réglementaire obligatoire au 1er avril 2023 : Hellio fait le point sur le vrai du faux !

Dès le 1er avril 2023, l'audit énergétique devient obligatoire. Hellio fait le point et démêle le vrai du faux


Bétons bas carbone : des initiatives radicales pour répondre aux enjeux environnementaux

Bétons bas carbone : des initiatives radicales pour répondre aux enjeux environnementaux

Le béton est décrié à cause de son poids carbone. Les solutions de bétons bas carbone changent-elles complètement la donne ?


Pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO : des solutions complémentaires pour l’efficacité du chauffage urbain

Pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO : des solutions complémentaires pour l’efficacité du chauffage urbain

Découvrons les solutions proposées relatives à l'éfficacité du chauffage urbain avec les pompes à chaleur et fluides frigorigènes HFO.


Présenter les innovations aux acteurs du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023

Présenter les innovations aux acteurs du marché lors d’EnerJ-meeting Paris 2023

Découvrons l'impact d’EnerJ-meeting qui a rempli sa mission de carrefour de la filière bâtiment.


RE2020 pour surfaces inf. à 50 m2, extensions et constructions temporaires

RE2020 pour surfaces inf. à 50 m2, extensions et constructions temporaires

A partir du 1er janvier 2023, l’obligation réglementaire de la RE 2020 est étendue. Découvrez ces nouvelles mesures.


Protection des réseaux d'eau potable, ce qu'il faut savoir, ce qu'il faut faire

Protection des réseaux d'eau potable, ce qu'il faut savoir, ce qu'il faut faire

L'eau potable est soumise à des variations de débits et de pression qui peuvent générer un retour d'eau (inversion du sens de circulation normal)


Transition énergétique : La trajectoire européenne alternative par Clever

Transition énergétique : La trajectoire européenne alternative par Clever

Début Juin, un rapport édité par le groupe de réflexion européen Clever, piloté par négaWatt, proposant des solutions pour le bâtiment, le transport et l’industrie.


Conjoncture à mi-2023 - Comment passer à une « économie de reconstruction ? »

Conjoncture à mi-2023 - Comment passer à une « économie de reconstruction ? »

Suivons les dernières réflexions de France Stratégie concernant les éléments conjoncturels annoncés par la Fédération française du bâtiment qui apparaissent comme un déni de crise.


Développement durable : l’imaginaire à l’encontre du sens de l’histoire

Développement durable : l’imaginaire à l’encontre du sens de l’histoire

Décourvrons les atouts pour l’environnement que représente la maison individuelle avec des grandes surfaces pour capter des énergies, ...


La sortie de crise du bâtiment est dans le flou

La sortie de crise du bâtiment est dans le flou

Une sortie de crise à court terme n'est pas palpable selon l'actualité du secteur et l’état des lieux du contexte économique et financier.


Cet article n’a pas été écrit par ChatGPT

Cet article n’a pas été écrit par ChatGPT

Suivons l'évolution de l'AI qui prospère rapidement et qui devient un outil de plus en plus puissant.