Chargement...

Qualité d’air intérieur. Un sujet qui avance …

Par Yves-Alexis LEBARS - Ingénieur - Membre du comité technique de l'AICVF




La qualité d'air intérieur QAI dépend de la Qualité de l'Air Extérieur après traitement, puis des apports des polluants internes. La responsabilité de l'humain est totale, les conséquences sont sanitaires et économiques. Voici un état des lieux et de développement de ce thème.




La connaissance sur la QAI avance …

Fillette



Des éléments de connaissance complets sont disponibles; en l'occurrence :


  • Les Ateliers Scientifiques « Pollution par les particules, impacts sur la santé l'air et le climat » (13 et 14 Novembre 2012). Ces ateliers ont permis de faire le point sur l'état des connaissances en France et à l'étranger, et sur la révision possible des réglementations européennes.

  • Le rapport du 31/01/2013 de l'OMS qui a publié les premiers résultats de l'étude "Données relatives aux aspects sanitaires de la pollution atmosphérique" (projet dit REVIHAAP). Projet REVIHAAP

  • La prise en compte des particules PM2,5; particules de diamètre aérodynamique médian inférieur à 2,5 µm .
    Voir l'article sur la pollution de l'air par les particules : Article

  • Des normes qui avancent, par exemple la révision de la NF EN 779 publiée en 09/12 qui permet la détermination des performances de filtration pour les filtres à air de ventilation générale en cadrant leur efficacité minimale. Ainsi que les travaux au niveau international pour la création d'une norme ISO, projet en cours : ISO/WD.16890



Qualité d'air et bâtiment basse consommation

Une étude menée en 2012 QUAD/BBC menée sous l'égide du CSTB, de l'INERIS, du CETIAT et du LEPTAB a permis de répondre à la question principale posée : est-il possible de disposer d'une qualité d'air satisfaisante dans les bâtiments BBC ?

La réponse est oui, et on constate même que l'amélioration de l'étanchéité du bâti améliore l'efficacité de la ventilation en permettant de retrouver les flux et transferts d'air prévus à la conception. Néanmoins, les systèmes de référence s'appuyant sur un indice synthétique unique sont insuffisants.

De plus, le comportement des occupants et l'utilisation de sources polluantes répandues (tabac, encens, …) peut rendre inopérant le meilleur des systèmes, car l'impact sur la QAI qui en résulte est si fort que les hiérarchies disparaissent.

Téléchargez le rapport QUAD BBC de 17 pages : rapport QUAD BBC




Hiérarchisation des différents polluants

Les différents polluants qui interfèrent sur la qualité d'air intérieur, sont au nombre de plus de 1000 substances chimiques et particulaires classées sur des critères sanitaires.
Pour les principaux :

Pour les logements : 15 substances prioritaires

  • formaldéhyde
  • benzène
  • monoxyde de carbone
  • di-2-éthylhexylphtalate (DEHP),
  • acroléine
  • plomb
  • acétaldéhyde
  • particules inertes (PM10 et PM2.5)
  • cadmium
  • arsenic
  • benzo[a]pyrène
  • benzo[a]anthracène
  • 1,4-dichlorobenzène
  • chloroforme

Pour les bureaux : 5 substances prioritaires

  • benzène
  • PM2.5
  • mélange de PCB
  • éthylbenzène
  • formaldéhyde

Pour les écoles : 6 substances prioritaires

  • formaldéhyde
  • benzène
  • acétaldéhyde
  • PM10 et PM2.5
  • chrome

Observatoire de la qualité d'air : www.oqai.fr




Disparité européenne des taux de renouvellement d'air

Selon une étude faite par la REHVA (Federation of European Heating,Ventilation and Air-conditioning Associations), dont fait partie l'AICVF, il est une grande dispersion des réglementations européennes sur les taux de renouvellement d'air à appliquer et par conséquent à la qualité d'air intérieur qui en résulte forcément.

Voici donc les taux de renouvellement d'air calculés pour le même appartement de 50 m² suivant les différentes réglementations européennes (REHVA-2011).


taux de renouvellement d'air




QAI et comment améliorer la situation

Si nous faisons un bilan de toutes nos connaissances en France et en Europe, nous arrivons à des constats simples pour améliorer la situation :


  • Ne pas employer de polluants, ou en tous cas le moins possible

  • Ne pas confondre les situations : Tertiaire - Habitat collectif - Habitat individuel

  • Sur-ventiler les bâtiments après construction avant de les utiliser, car 80% des polluants de construction s'éliminent en 1 mois.



Qualité de l'Environnement Intérieur

La qualité de l'environnement intérieur (QEI) dans des locaux tels que bureaux, commerces, écoles, hôpitaux, etc…. intègre les éléments suivants :


  • LE CONFORT THERMIQUE, VISUEL ET ACOUSTIQUE (température, humidité, courants d'air, bruit, éclairage, etc.)

  • LA QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR (air neuf, polluants, ..)

  • LES ASPECTS PSYCHOSOCIAUX reliés à l'environnement et à l'organisation du travail


La notion de Qualité QEI est traitée dans la norme EN1521 qui envisage l'ensemble des conforts thermique + Visuel + Acoustique + Vibratoire + Ergonomique + Qualité d'Air Intérieur.




Des connaissances QAI encore à développer

En résumé, si l'état des connaissances sur la QAI s'enrichi de jour en jour, il reste à évoluer sur des secteurs tels que la définition d'indicateurs de la QAI, la caractérisation des émissions des équipements et des produits de construction, une harmonisation de la réglementation européenne sur la ventilation des locaux, et sur la prises de conscience des professionnels des bâtiments et des utilisateurs finaux.

A noter sur vos agendas: les prochaines Assises nationales de la Qualité de l'Air les 23 et 24 octobre 2013 !






Par Yves-Alexis LEBARS
Ingénieur - Membre du comité technique de l'AICVF








SOURCES ET LIENS



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité