Une réglementation RE 2020 et pourquoi pas des labels à venir

Par André Pouget – Fondateur du BET Pouget Consultants

Depuis quelques semaines, l’actualité sur la RE2020 va bon train, les annonces des pouvoirs publics, les réactions de certains acteurs. C’est dans une situation personnelle originale depuis ma province natale que je souhaite, non pas commenter ces échanges, non pas abonder vers les « pour » ou vers les « contres » mais bien faire part de mes idées qui n’engagent que moi et se veulent constructives.

L’enjeu de cette étape réglementaire, inédite en France et probablement en Europe, est essentiel, décisif pour la réussite contre le réchauffement climatique et pour donner un sens durable à nos prochaines constructions et rénovations.

neutralité carbone en 2050

De la RE 2020 vers la neutralité carbone en 2050

Echanger, partager

Pour cela, il importe de bien se concerter, partager nos connaissances, nos expériences pour réussir ensemble, de l’écoute et de la sérénité dans les échanges, pas d’autres issues possibles. Ce nouveau point de départ relatif à la construction (RE 2020) doit nécessairement prendre la bonne direction : neuf millions de logements à construire entre 2020 et 2050, soit 25% du parc en 20501.

Moins consommer, le bon choix

A propos des choix énergétiques, pour le moment, soyons vigilants à ce que les exigences (que l’on ne connait pas à ce jour), conduisent aux véritables bons choix, à la hauteur attendue par la cible 2050 ; la neutralité carbone. La priorité absolue étant de moins consommer pour moins émettre (enveloppes performantes), tout simplement ; ensuite le recours aux EnR avec l’efficience des équipements fera le reste.

Simplifier, pour mieux appliquer

Changement de réglementation, en profiter pour simplifier l’application, c’est possible ! Méthode simple à appliquer, textes aisés à assimiler, indicateurs exigés pédagogiques, c’est possible ! Déjà les travaux avancés par les divers GT (Groupes de Travail), les enseignements de l’expérimentation, l’actuel GT applicateurs, les retours d’expériences terrains, voilà des atouts à synthétiser au mieux pour mieux appliquer simplement !

Anticiper 2050

Le réchauffement climatique, à phénomène inédit, réactions inédites, la neutralité carbone pour le secteur en 2050 est atteignable sous condition de ce bon départ déjà pour la construction, très vite après pour la rénovation du parc. Avec la RE2020, il ne s’agit plus de concevoir comme avant, mais bien de concevoir pour après, en 2020, concevoir compatible 2050 2 !. Le changement de vision est né, concevoir dans le temps pour ne pas être obsolète en performances et en confort global et ceci dans le temps du cycle de vie du bâtiment.

Labels post RE 2020 en « perspectives » 2050

En ce qui concerne la prochaine RE 2020, il est bien probable, logique même, qu’in fine, les exigences satisfassent certains, en déçoivent d’autres … Seul le résultat importe, et nous devons prendre conscience que nous construisons un socle réglementaire pour tous, une première marche de l’escalier qui nous mènera à la neutralité carbone de 2050. Et pour que tous y trouvent son compte, notre planète aussi, la parution de labels , simples évidemment, concomitants à la RE2020  - considérée comme un point de départ - donnerait des perspectives pour continuer et accélérer le chemin vers 2050, vers des bâtiments compatibles 2050, ou « Ready 2050 » comme le propose l’événement EnerJ-meeting du 6 février prochain.

Les filières en place (constructives et énergétiques) pourraient s’exprimer, aller au-delà vers l’excellence énergétique et/ ou environnementale.

Ces mesures de labels post réglementation ont fait leurs preuves et bon nombre d’acteurs du bâtiment sont demandeurs dixit l’enquête d’Xpair qui montre que « 80% des concepteurs veulent aujourd’hui une réglementation RE 2020 forte » > lien

Il faut encourager cette démarche de labels d’Etat post RE 2020, qui donnerait la place à encore plus de liberté, plus d’imagination, plus d’actions dans cette dimension carbone que nous découvrons à peine.
Les récents propos de Philippe PELLETIER, Président du Plan Bâtiment Durable > lien et d’autres acteurs comme Alain MAUGARD co-pilote du plan de rénovation énergétique de l’Etat, rejoignent cette idée qui permettrait d’apaiser les humeurs et craintes actuelles et de favoriser de nouveaux défis pour la filière du bâtiment pour en gagner un majeur : le défi climatique.

En guise de résumé, au pied du mur bas carbone de la RE 2020, en trois temps :

1°) Concevoir, construire une enveloppe désirable compatible 2050
→ Qualité du bâti passage obligé !

2°) Préparer les évolutions futures aux changements d’équipements
→ Anticiper ces changements (fin de vie), les équipements substituables, en fin de vie + réservations + pré-équipements, …

3°) Anticiper le réchauffement climatique, réinventer le bon sens !
→ Architecture adaptée et résiliente, solutions passives, pré-équipements aussi

La RE2020 et ses prochains labels, voilà un sympathique chalenge à relever ensemble !

1/ Cf. étude ZEN2050
2/ En nouvelle aquitaine, « ready », on dit compatible…

Fondateur du BET Pouget consultant

Par André Pouget – Fondateur du BET Pouget Consultants – Bureaux d’études parisien et nantais œuvrant sur les projets de constructions et rénovations à forte valeur ajoutée énergétique et environnementale

Source et lien

Logo Pouget Consultants

Commentaires

  • Daniel
    0
    16/02/2020

    Bravo André, une chronique pleine de bon sens, concise et qui prône quelque chose qui me plait bien : faire dans l'anticipation en rendant dès maintenant les bâtiments "compatibles" avec les enjeux du futur. Nous savons par exemple déjà que l'inconfort d'été va croitre très vite et non pas linéairement. Par ailleurs, nous savons et cela m'est cher, que le photovoltaïque va devenir un matériel de plus en plus accessible.. Préparons notamment nos bâtiments dès maintenant pour cela !


  • Gabriel
    0
    07/02/2020

    Bravo ANDRé pour ta vision à long terme !
    En espérant que les Parisiens qui font les lois, te comprennent et comprennent que dans le Sud il fait déjà très chaud en été depuis longtemps (cf les ratés de la 2012, bâtiments et logements invivables en été, .....) !
    Le confort et la réduction des consommations ce n'est pas que l'hiver, cela devrait être toute l'année, et là c'est déjà moins évident , il va falloir phosphorer plutôt que de faire de la réunionite et de la com .............


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité