Chargement...

Un mouvement ... : embarquement pour une nouvelle société

13 Mars 2014

Par Alain Maugard – Président de QUALIBAT

Mutation de société et innovations techniques

Nous subissons actuellement une crise et l’on pourrait penser que c’est un cycle.  Je pense que nous ne reviendrons pas à des situations antérieures et qu’il faut d’ores et déjà penser à une mutation de la société et de nos comportements.

Les bases ont été posées et elles sont déjà là ; elles doivent être renforcées. Voyez l’économie circulaire. On ne parle plus d’économie circulaire en théorie mais bien comme une réalité économique. C’est un marché en développement et une véritable économie fondée sur le recyclage et qui occupe maintenant bon nombre d’entreprises. Avant on jetait maintenant on recycle !

Économie circulaire, énergie grise, économie collaborative, économie positive …, voilà un vocabulaire nouveau qui ne reste pas dans les livres mais qui aujourd’hui est traduit dans les faits économiques. Il y a à peine 10 ans que toutes ces choses-là sont sorties, cela va donc très vite et l’appropriation de la société commence « à prendre » ! Cette économie nouvelle nous conduit comme Jérémy RIFKIN* le met en perspective vers une mutation économique et une révolution industrielle.

Ce que nous avions appelé, il y a peu, des signaux faibles, sont en train de devenir des signaux forts : covoiturage, e-commerce, … La montée également des réseaux sociaux aidera au changement de société au même titre que ces réseaux ont aidé comme on l’a vu récemment aux changements politiques.

Prenons bien conscience que l’innovation technique et sa diffusion est beaucoup plus accélérée qu’avant. Il y a plus de chercheurs qu’avant car plus de pays développés avec plus de moyens pour créer. Le seul frein éventuel c’est notre capacité d’appropriation de ces innovations techniques. L’exemple du téléphone portable maintenant des Smartphones et à ce titre marquant.

L’innovation sociétale est un moteur essentiel du changement

Ce que l’on a sans doute sous-estimé c’est l’innovation sociétale elle-même. Ce que nous sommes en train de découvrir c’est que la société peut changer plus vite que prévu, elle peut avoir une capacité d’innovation sociétale rapide, sinon plus rapide et plus assimilable que l’innovation technique. On pourrait imaginer que ce ne sont plus les innovations techniques qui vont changer la société, mais c’est sans doute l’inverse et parions que c’est l’innovation sociétale qui va induire les innovations techniques.

Imaginons un groupe de quatre personnes faisant du covoiturage avec un jour de télétravail, chacun pouvant proposer sa voiture successivement, le vecteur monétaire n’existe plus au profit de la notion d’échange. Si les liens sociaux se forment ce qui sera le cas, le covoiturage pourra être compensé par une garde d’enfant ou autre service de ce type.  Bref, des échanges non monétaires, non fiscalisés !

La base si ce n’est le terreau, c’est le sujet sociétal et l’individu dans la société. Il faudrait ainsi mettre plus de ressources sur ce sujet plus de R&D, avec plus de chercheurs, plus de sociologues pour se pencher vers les changements de société. A moins que la société mute d’elle-même !


* Jérémy RIFKIN la IIIe Révolution Industrielle


La prochaine chronique mettra face à face les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire plus particulièrement. De grands changements sont à attendre, vous verrez !

Alain Maugard


Commentaires

  • John
    21/03/2014

    L'entraide est certainement un élément que nous avons perdu. Cela ne rapporte que peu il est vrai d'aider son prochain. Ce point mérite d'autant plus d'être souligné que si financièrement, il n'y a aucun avantage à en tirer comment pourrions-nous motiver certains à investir en R&D ? le co-voiturage à grande échelle reste payant. le co-voiturage au niveau d'un bâtiment reste non monétisable, donc personne n'ira investir sur un tel sujet. Sur l'économie circulaire, c'est une excellente chose et je suis totalement pour depuis plus de 15 ans. excellent article. merci

  • Michel-Henry Ev
    21/03/2014

    Ré-équilibrer les liens sociaux trop distendus trop vite ces dernières décenniesest sans doute une nécessité et toutes les initiatives que vous évoquez y contribuent certainement. Il faut prendre garde cependant me semble-t-il à ce que ce rééquilibrage vers plus de relations de proximité ne détruise pas un équilibre plus global représenté notamment par la mutualisation des risques à tous niveaux : sécurité sociale, caisses de retraite, réseaux divers... Par exemple, développer l'autonomie énergétique à un niveau donné (quartier, immeuble,..) suppose d'accepter un risque plus élevé de rupture entre besoins et production sauf à se raccorder à un réseau de secours, peu utilisé, peu financé, peu entretenu, peu fiable... Je suis persuadé (bien que non spécialiste de ce domaine) qu'il faut toujours avoir une vision historique (à trop remonter dans le temps, ancestral peut rimer avec féodal...). Sur les réseaux par exemple (énergie, route ou chemin de fer; télécommunications fixes,...), l'évolution historique nous a fait passer de créations locales à des réseaux interconnectés puis souvent mutualisés voire intégrés : il faut savoir mettre le curseur de "retour" au bon endroit pour en pas sacrifier plus que nous ne gagnerons.

  • Maryline
    21/03/2014

    Chacun à son niveau nous pratiquons déjà certaines mutations : parfois le covoiturage, parfois une démarche de recyclage, l'entraide avec un voisin, parfois une combinaison de tout ... et de la même manière qu'une démarche qualité est un cercle (vertueux) sans fin, une amélioration continue, il faut maintenant que chacun s'attelle à faire un petit pas de plus ! et dans quelques temps, une autre étape encore et encore. par l'exemple, la spirale positive générée permettra d'entraîner les moins convaincus.

  • Gaëlle Maurel G
    13/03/2014

    Ah mais oui, on n'y pensait pas ! Que les gens s'entraident en faisant du covoiturage, de la garde d'enfants, du ménage, des travaux, en bref : du troc, pourrait déséquilibrer une économie trop gourmande depuis notre passage à l'euro ? Nous reviendrions à un mode ancestral d'échanges entre humains, qui sait, on recommencerait peut-être même à s'occuper de nos parents et grands-parents, plutôt que de payer une maison de retraite toujours pleine? L'entraide naturellement gratuite ne freinera pas ni notre économie ni l'évolution technique ultra-rapide en cours, mais cela nous permettrait de garder une humanité que nous sommes peut-être en train de perdre. Ca ne rapporte rien financièrement certes, mais ça donne un sens à la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire