Chargement...

Bien utiliser les grosses récoltes de photons

14 Avril 2016



Par Alain Maugard – Président de QUALIBAT


1/ La victoire des systèmes hybrides

Le producteur d’électricité par la récolte de photons ne pourra pas toujours maîtriser sa production, ce qui veut dire qu’il devra fonctionner en mode hybride ; c’est-à-dire utiliser du stockage. Il devra jouer avec le stockable et les flux de nature intermittente.

Une des énergies stockables EnR de choix, est la biomasse. Elle permet d’offrir un stockage dans la durée et ainsi, par effet indirect, elle permet de revendre l’électricité sur le réseau au moment où le collectif en a le plus besoin, évitant ainsi l’enclenchement de centrales thermiques coûteuses en énergies fossiles carbonées. Cette énergie stockable EnR qu’est la biomasse est à mettre en parallèle avec des procédés de stockage à plus petite autonomie comme peuvent l’être les ballons d’eau chaude (stockage en chaleur) ou directement les batteries électriques (stockage en électricité).

De manière générale, nous nous dirigeons vers des stratégies hybrides de consommation et de production-stockage, avec des équipements eux-mêmes hybrides ; c’est ce que nous voyons de plus en plus apparaître dans l’industrie du chauffage et du génie climatique.

Ce changement de culture vis-à-vis des énergies implique un jeu économique nouveau dont chacun pourra tirer profit. Celui qui n’a pas les financements nécessaires pourra ainsi se voir proposer par son voisin ou un opérateur « prêtez-moi votre toit ! », sous-entendu louez-le moi, j’en récolterai les photons !

Supposons que les toits des maisons individuelles construites en une année en France au nombre global de 200 000 soient équipés de panneaux photovoltaïques, la surface solaire correspondante permettrait une production d’énergie verte correspondant au tiers d’une tranche nucléaire !

Citons un commentaire d’un PDG de grand groupe de construction présent dans le groupe RBR 2020 (groupe de travail sur la prochaine réglementation énergétique et environnementale), qui nous confirmait récemment que les installations solaires photovoltaïques en Europe mais y compris en France deviennent tout à fait rentables au-delà de 1 000 m². Venant d’un acteur opérationnel, cette information économique a tout son poids et implique qu’avec le temps la rentabilité sera obtenue avec des surfaces de plus en plus petites.


2/ La récolte des photons dans toute la ville paraît « naturelle »

Notons que cette récolte des photons sur les toits et façades des bâtiments, n’est pas en concurrence avec d’autres récoltes. Elle ne nous prive pas de terres agricoles  comme c’est le cas de la ferme solaire. La récolte des photons sur les toits n’est donc pas véritablement en concurrence avec l’agriculture (1).

toit-solaire

C’est une niche à exploiter. Donc pas d’obstacle, si ce n’est l’esthétique des toits peut-être ; encore que les toits en tuiles, les toits en ardoises, et autres matériaux nous amènent à des considérations esthétiques subjectives donc discutables. Certes l’homogénéité des quartiers historiques doit être conservée ; mais pour tous ces lotissements dans les quartiers nouveaux, ne peut-on envisager que les toits puissent être équipés des nouvelles couleurs du photovoltaïque (qui peuvent d’ailleurs être variées si l’on ne cherche pas le rendement maximum) ? Ne sommes-nous pas dans un changement de société  qui peut aller de pair avec des changements et des évolutions esthétiques.

Par ailleurs, nous savons que nous pouvons désormais bénéficier du territoire des routes grâce à « la route solaire » (cellules photovoltaïques sous un revêtement de résine, projet actuellement mené par Colas). Et si vous rajoutez ainsi au-delà des toitures et des façades de construction, les routes, les trottoirs, les passages piétons, les ombrières des espaces publics, etc, … nous nous apercevons que la récolte des photons sur les territoires artificiels construits par l’homme peut être de grande ampleur et ne confisquer aucun territoire agricole productif.

Cela veut dire qu’il n’y a pas d’obstacle majeur ! Et ce qui est encourageant c’est que le mouvement est accéléré par une recherche et développement en effervescence ; dans une tendance à une société de plus en plus décarbonée où pétrole et gaz ne seront plus la seule référence économique ; il ne reste plus qu’à faire progresser les initiatives tout naturellement dans une société libre où personne ne pourra interdire à chacun la récolte de ce qui lui tombe sur la tête, les photons !

(1)  Sauf à envisager, comme nous le verrons dans une prochaine chronique, une biodiversité urbaine qui s’invite sur les toits ; mais cette hypothèse reste minoritaire.


3/ Diminuer les puissances électriques installées

Dans ce scénario d’un développement quantitatif très important de la récolte des photons, il faut envisager un mix de stratégies territoriales (l’urbanisme des zones vertes, oranges, rouges) et de stratégie nationale. Quelle pourrait-être cette stratégie nationale ? Comment favoriser l’autoconsommation, la quasi autonomie ? Nous avons proposé des politiques tarifaires intelligentes à l’achat et à la vente d’électricité (tarifs horaires par exemple) ; elles seront efficaces mais restent sur le mode incitatif.

On pourrait penser à limiter significativement la puissance électrique installée dans les bâtiments (soit par une politique tarifaire – à puissance faible, abonnement faible ou gratuit – soit par un plafond maximum). Pour les logements, cela conduit à étaler les consommations électriques dans le temps et à auto consommer ; tout cela va dans le bon sens pour le réseau et pour le mix énergétique central.

Cependant, nous nous heurtons aux limites logiques d’une politique attachée aux bâtiments et à ses m2 ; en effet, la consommation électrique (et par voie de conséquence, l’autonomie énergétique du bâtiment) est liée aussi au nombre d’occupants du bâtiment et à leur mode de vie. C’est ce que nous avions vu précédemment quand nous avions évoqué la société 2 000 Watt.
Les 2 000 Watt étaient liés à la personne.
N’oublions pas que le bâtiment responsable, c’est celui qui permet un mode de vie responsable. Voilà notre problème central.

Alain Maugard



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire