Cœur de Ville : une approche globale et décentralisée pour corriger l’urbanisation anarchique



Par Bernard Reinteau - Journaliste en Presse Bâtiment


Depuis 2017, le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales suit le projet Action Cœur de Ville – dit ACV. Le but : redonner vie aux centres urbains des villes moyennes. En 2018, 222 communes en France métropolitaine et Outre-mer ont été retenues pour bénéficier de ce programme d’un montant de 5 milliards d’euros sur cinq ans.


acv programme

Coeur de Ville : un plan partenarial d’investissement pour les villes moyennes


L’exode rural des années 50-60, puis la désindustrialisation à partir de la fin des années 70 ont abîmé de nombreuses villes moyennes, de 30 000 à 150 000 habitants. Le coup de grâce a été donné au cours des années 2010 quand la réforme des collectivités territoriales a créé les 22 métropoles françaises*. Les villes moyennes sont aussitôt devenues « périphériques », autrement dit, vouées au déclin.

Ces enchaînements ont aussi produit des phénomènes à la fois démographiques et urbains maintes fois constatés : étalement résidentiel, anarchie des développements périphériques (le sujet des entrées de villes est déjà ancien), paupérisation des populations des centres villes, … Un brin de marche à pied dans le centre de ces agglomérations suffit à constater l’abandon des commerces en rez-de-chaussée, la création de friches industrielles en centre-ville, la présence de logements vides, …


Donner la main aux élus locaux

Le plan national « Cœur de Ville », piloté par le préfet Rollon Mouchel-Blaisot – qui a précédemment dirigé l’Association des Maires de France – a justement pour ambition d’inverser cette évolution historique. Mis sur pied en 2017, il est structuré autour de cinq thèmes : la réhabilitation-restructuration de l’habitat pour une offre attractive en centre-ville ; le développement économique et commercial ; l’accessibilité, les mobilités et connexions ; la mise en valeur de l’espace public et du patrimoine, l’accès aux équipements et services publics.

Bien qu’il soit le résultat de la concertation de l’association Villes de France, des élus locaux et de trois partenaires financiers nationaux (Banque des Territoires, Action Logement et Agence nationale de l’Habitat), ce programme veut donner la main aux élus de terrain, réputés connaisseurs des difficultés locales : ils définissent les besoins et le Préfet déclenche l’attribution de moyens. Une expérience de décentralisation qui veut trancher avec le jacobinisme responsable des effets à réparer.

En 2018, 222 dossiers ont été retenus à l’issue de la création de ce plan qui était doté de 5 milliards de fonds dit « d’amorçage » sur 5 ans : 1,5 Md€ apportés par Action Logement sous forme de prêts, subventions ou portages financiers ; 1,7 Md€ par la Caisse des Dépôts / Banque des Territoires sous formes de prêts, de fonds propres destinés aux études ou aux tests de solutions innovantes, d’apport en capital aux foncières dédiées aux activités économiques, … ; 1,2 Md€ par l’Anah en soutien à l’ingénierie, à l’innovation et au cofinancement de projets ; le solde étant apporté par l’État sous forme de subventions ou de dotations d’équipement.


Traiter les logements vacants

Fin 2020, annonçait le préfet Rollon Mouchel-Blaisot dans une visio-conférence organisée par Eden (Équilibre des Énergies) le 18 Février dernier, 2,1 Mds€ ont déjà été engagés dans le cadre d’opération de revitalisation du territoire. Ce qui correspond à un volume de 500 000 logements rénovés ou reconstruits.

L’un des volets importants de ce programme est justement la rénovation de logements. 400 000 vacants avaient été recensés dans les 222 villes lauréates, et l’ambition est d’ouvrir autant de chantier de remise à neuf et attirer à nouveau les ménages en centre-bourg. À ce titre, Rollon Mouchel-Blaisot souligne l’importance d’une « démarche globale pour traiter tous les sujets de façon cohérente et sans injonction contradictoire. » Exemple de ce qui serait refusé : aménager le centre ancien et ouvrir de nouveaux lotissements en périphérie ; ouvrir des commerces de proximité et aménager de nouvelles zones commerçantes.

Pour « stopper le paquebot de l’étalement urbain », il cite d’ailleurs la collaboration avec le PUCA, le Plan Urbanisme, Construction et Architecture. Cet organisme reconnu pour son travail de réflexion pluridisciplinaire accompagne 112 des 222 villes dans le cadre du programme « Réinventons nos cœurs de ville ». Parmi ces expérimentations figurent les « territoires pilotes en sobriété énergétique ». Une manière moins brutale de parler du « zéro artificialisation nette ».

Ainsi, comment faire de la rénovation adaptée aux besoins de logements répondant aux besoins contemporains tout en restant dans une épure financière acceptable ? Car, dans ces villes moyennes de province, une rénovation lourde peut dépasser le seuil moyen de 1 300 €/m², courant en maison individuelle en lotissement. À ce titre, le programme bénéficie du dispositif d’exonération fiscale voté dans la loi de finances 2019 dit, « Denormandie ancien ». Cette mesure applicable jusqu’à fin 2022 dans les villes labelisées « Cœur de Ville » permet de financer des travaux lourds – d’un montant d’au moins 25% du prix d’acquisition – sous conditions de location à des ménages modestes durant 9 à 12 ans.


Aider l’aménagement urbain des sites pollués

Le préfet Rollon Mouchel-Blaisot souligne enfin que, bien qu’initié avant la Convention citoyenne pour le climat, Action Cœur de Ville revendiquait des principes quasiment identiques. Il cite la rénovation du patrimoine pour accélérer l’attractivité des centres anciens, le soutien au commerce de proximité par la rénovation et l’aménagement de quelque 6 000 cellules commerciales de centre-ville avec la Caisse des Dépôts ou encore le traitement des « verrues urbaines » telles que les sites industriels abandonnés et pollués avec le « Fonds Friches », sous condition qu’ils soient hors périmètre de l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine).

Ce dernier financement, créé à la faveur du plan de relance de Septembre dernier et doté de 300 M€, s’avère pratiquement indispensable pour amortir les surcoûts des opérations complexes.


* 19 métropoles de droit commun (Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille, Metz4, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Rennes, Rouen, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse et Tours) et deux métropoles à statut particulier (Aix-Marseille et le Grand Paris). La métropole de Lyon, a le statut de « collectivité territoriale à statut particulier » (loi MAPTAM).


A consulter :

- Documentation générale sur « Action Cœur de Ville »  - Cliquez ici

- Documentation sur la collaboration avec le PUCA  - Cliquez ici

- Documentation sur le Fonds Friches  - Cliquez ici




Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Climatisation de confort qui inhibe 99,9% des virus

Pour bénéficier d'un confort d'été grâce à la climatisation tout en bénéficiant d'un environnement sain et garanti sans virus, Panasonic propose une solution innovante.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Les enjeux de la santé dans le bâtiment : la grande enquête 2021

Les enjeux de la santé dans le bâtiment : la grande enquête 2021

L'enjeu santé dans le secteur du bâtiment est désormais incontournable : RE2020, crise de la Covid19, logements, bureaux etc... Bilan 2021 d'une grande enquête sur le sujet !


Smart buildings : l’avenir du bâtiment est intelligent

Smart buildings : l’avenir du bâtiment est intelligent

L'avenir du bâtiment sera intelligent. Si ces évolutions n'en s'ont qu'à leur début, il est assuré que demain verra naître des villes ultra connectées.


Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire : une révolution d’objectifs et de méthodes

Le décret tertiaire révolutionne les objectifs de performances en termes de consommation d'énergie des bâtiments. C'est ce que nous détaille Joséphine Ledoux du BET ENERA.


Quand le CO2 réchauffe le cœur…

Quand le CO2 réchauffe le cœur…

Panasonic vient de faire don d'une unité de condensation pour équiper la chambre froide des Restaurants du Coeur de Toulouse. Une belle initiative solidaire !


Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Entreprises PME : un crédit d’impôt pour la rénovation énergétique, encore méconnu !

Les PME peuvent désormais bénéficier d'un crédit d'impôt "transition énergétique". Or peu d'entreprises le savent. Découvrez comment y prétendre.


Plan de travaux obligatoire confirmé pour les copropriétés

Plan de travaux obligatoire confirmé pour les copropriétés

A noter pour les copropriétés : un plan de travaux pluriannuel va entrer en vigueur (PPT).


Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

CEGIBAT dresse une typologie des contrats d'exploitation en copropriété. Découvrez les différentes garanties légales, les postes de facturation ou encore la négociation d'un contrat.


Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Prenons connaissance d'une autre loi en 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.


Décryptage - Le bâtiment aux prises avec une situation économique inédite

Décryptage - Le bâtiment aux prises avec une situation économique inédite

Prenons connaissance de l’examen des effets économiques de la pandémie, prises de paroles des fédérations professionnelles au cours du mois de Mars.


Rafraîchissement naturel des bâtiments, les solutions adiabatiques

Le rafraîchissement adiabatique se base sur un principe naturel de rafraîchissement dû à l'évaporation de l'eau contenu dans l'air chaud.


Equipements de bornes de charge pour véhicules électriques dans le multi-résidentiel

Le marché des véhicules électriques est en pleine expansion, il est donc important d'équiper le multi-résidentiel par des bornes de charge.


Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Les réseaux de chaleur font partie du Plan Climat et représentent des solutions multi-énergies. Découvrez comment construire ces réseaux ainsi que leur fonctionnement.


Programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris

Programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris

Découvrez le programme des plénières de la 5ème édition EnerJ-meeting Paris qui aura lieu le 7 septembre 2021 au Palais Brogniart.