Avant la COP 26 à Glasgow : l’énergie ou la navigation à vue … dans le smog


Par Bernard Sesolis - Expert Energie Environnement


La pertinence des décisions politiques à court et moyen termes en matière énergétique n’est pas aisée, notamment dans un contexte d’emballement : sortie du dernier rapport du GIEC en Août, préparation de la COP 26 en Novembre à Glasgow, décisions de justice (Conseil d’Etat et tribunal administratif) sur les affaires de « Grande-Synthe » et du « Siècle » obligeant l’Etat à prouver que les nouvelles mesures adoptées vont permettre de respecter la trajectoire 2030 et à réparer les conséquences de son inaction climatique au plus tard le 31 Décembre 2022. Et tout cela au moment où la tension du marché mondial fait exploser les tarifs !

Emmanuel Macron vient de présenter son dernier « Plan France 2030 ». Depuis la mise en place de la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC), nous sommes passés en Août 2015, de la loi de transition énergétique pour la croissante verte, au Plan Pluriannuel de l’Energie en Avril 2017.

Que la stratégie évolue, s’affine, se concrétise progressivement, cela paraît compréhensible. Qu’à deux années d’intervalle, on constate autant de contradictions que de nouveautés, notamment sur le nucléaire, peut surprendre. Le Plan de relance présidentiel montre une nouvelle fois que nous ne sommes plus à une contradiction près et que notre futur énergétique, décidé exclusivement en « haut lieu », demeure toujours aussi incertain.

En attendant de confronter ce plan à deux scénarii pour 2050 présentés fin Octobre (RTE, Négawatt), tentons d’y voir plus clair.



économie décarbonée

A l’échelle européenne, le coût du basculement vers une économie décarbonée serait de 1 120 milliards €/an !



Les énergies fossiles jouent la montre

Majoritairement sur la planète, la voiture électrique fonctionne au charbon ! Que le pic de consommation de cette énergie soit proche ou déjà dépassé, la question essentielle reste celle de l’attitude des USA et de la Chine qui détermineront la pente descendante. Il faudrait passer à l’acte vu la trajectoire nécessaire pour contenir le réchauffement climatique à un niveau acceptable. Pour l’instant, il n’en n’est rien. Tout comme l’attitude des acteurs du pétrole et du gaz qui ont tendance à demeurer dans le déni malgré leurs communications et publicités. « Total » par exemple a été et reste particulièrement bipolaire en la matière (1).

La guéguerre entre eux est en partie responsable de la flambée des prix, et par voie de conséquence, celle du prix de l’électricité. Même en France où l’électricité est décarbonée à 90%, les tarifs subissent des hausses sensibles liées au coût marginal quand il est nécessaire de solliciter la dernière centrale fossile pour répondre au pic de la demande (2).

L’explosion des tarifs énergétiques incitent les décideurs politiques à se repencher activement sur la décarbonation des énergies.

La Banque Centrale Européenne rappelle que le coût de l’inaction peut mettre à mal les contraintes réglementaires sensées protéger l’environnement et à soutenir le développement de l’extraction du pétrole en Arctique ! (3)


Les coûts pour une réelle transition écologique

Comment définir une activité économique compatible avec la transition écologique ?

Très vaste sujet qu’il faudrait traiter en entamant la fin de l’hypercentralisation des décisions, une démondialisation de la finance et de l’économie. Le citoyen y travaille efficacement mais à l’échelle locale. Au niveau d’un pays ou d’un continent, les actions doivent être coordonnées et imposées par le politique qui doit orienter les financements dans le cadre de la transition écologique.

Pour les énergies carbonées, il faudrait rendre impossible les financements supportant leur développement. Selon la Commission Européenne, il faut investir 350 milliards €/an pour atteindre la neutralité carbone en 2050 (4) dans des sources énergétiques « durables » qui ne seraient ni le gaz, ni le nucléaire.

Bruxelles aura du mal à convaincre les décideurs français d’exclure le nucléaire de la nomenclature des énergies vertueuses. A contrario, l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg et l’Espagne ne veulent pas de nucléaire, mais du gaz !

Ainsi, le point de convergence entre la France et l’Allemagne est encore lointain, situation qui fait sourire les Américains, les Anglais et les Russes.

A l’échelle européenne, le coût du basculement vers une économie décarbonée serait de 1 120 milliards €/an dans la décennie à venir. Pour la France seule, la Cour des Compte estime ce coût à 145 milliards €/an (5). Selon une étude de l’Université de New-York s’appuyant sur 738 économistes interrogés, l’inaction coûterait déjà 1450milliards €/an jusqu’en 2026 et 30 000 milliards € jusqu’en 2075. Ces chiffres vertigineux seront probablement oubliés parce qu’hypothétiques et lointains. Cependant, ils donnent une idée de l’échelle des risques encourus.

Pour l’instant, les investisseurs délaissent les énergies « brunes » mais n’investissent pas assez dans les énergies « vertes » (6). Cette attitude pourrait engendrer une pénurie énergétique, des tensions sur le marché et de graves problèmes sociaux. La cause de cette timidité à sauter le pas serait le déficit de crédibilité des affichages politiques au regard des politiques réellement mises en œuvre.

Il faudrait pourtant que les politiques décident à l’échelle planétaire un investissement de l’ordre de 3% du PIB mondial pour financer la transition réelle et cohérente. Somme aussi colossale que nécessaire.


Concrètement, on fait comment ?

L’électricité, et indirectement l’hydrogène « vert » sont les deux vecteurs énergétiques actuellement envisageables pour sortir des énergies carbonées. Bien entendu, tout dépend comment l’électricité est produite et comment l’hydrogène vert va se développer.

La filière électrique a révélé ses tergiversations sur les stratégies à adopter pour sortir progressivement du nucléaire ou bien pour l’imposer encore longtemps. Les décideurs publics très à l’écoute des électriciens, changent leurs plans au gré de ce qu’on veut bien leur souffler !
Après la malheureuse expérience de l’EPR qui continue son aventure et l’abandon du projet Astrid pour mettre au point un réacteur à « énergie positive », vient se pointer le « PMR », ou petit réacteur modulaire (SMR en globisch), nouveau joker pour que le nucléaire ait encore un bel avenir en France et ailleurs. En s’inspirant des réacteurs élaborés pour les navires, plusieurs pays développent ce concept pour construire ces réacteurs 3 à 30 fois moins puissants qu’un EPR, a priori moins coûteux que des grosses unités, plus souples et plus faciles à gérer. Les questions des déchets et de la prolifération de l’atome semblent ne poser aucun problème. Le déni est tenace.

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, 70 projets sont en cours. Les plus avancés sont les Russes, suivis des Chinois et des Coréens (du sud). Les Américains ont déjà investi 1,2miliiard $. Les Anglais ont récemment annoncé investir l’équivalent de 500 millions€. La France n’a pour l’instant dépensé que 50 millions € en études préalables. Cependant, le plan « France 2030 » présenté par Emmanuel Macron précise que sur l’enveloppe globale de 30 milliards € d’ici dix ans, 7 seront consacrés à la décarbonation de l’industrie et au développement de l’hydrogène vert et 1 milliard au PRN.

Ainsi, le Plan pluriannuel sorti il y a 3 ans est à mettre à la poubelle. On change à nouveau de trajectoire. Avec le grand carénage des réacteurs actuels, l’EPR de Flamanville qui sera, s’il fonctionne un jour, le premier des 7 EPR actuellement envisagés et le développement des PMR programmés au plus tôt à partir de 2035, il y a tout lieu de penser que le nucléaire, présenté comme l’indispensable complément aux énergies renouvelables, sera en réalité l’énergie prioritaire en France pour encore plusieurs décennies.

Voilà donc la transition écologique à la française. Il est certain que sans efforts de sobriété et plus d’efforts pour le nucléaire au détriment des énergies renouvelables, il faudra produire « atomiquement » un nombre croissant de kWh électriques qui permettront à chacun de circuler en ville avec sa voiture électrique individuelle, intelligente et autonome (mais pas assez pour éviter les embouteillages vu le nombre de voitures circulant) tout en téléphonant avec son smartphone 5 ou 6 G ou en regardant un film, ou encore en assistant à une réunion en distanciel.

Bref, vive le progrès ! Je me sens déjà heureux. Vraiment merci à tous ceux qui décident à notre place ce futur radieux présenté comme inéluctable. Critiquer ce fantasme imposé par les multinationales et par conséquent, « décidé » par les politiques, c’est prendre le risque de passer pour un ringard passéiste anti-progrès et chantre de la décroissance.
Et bien tant pis. Mon humeur prend théâtralement ce risque. Il n’est pas grand et il me soulage.

Attendons les résultats de la COP 26. Peut-être y verra-t-on par miracle les prémices d’un futur plus poétique ...


 

  1. « Comment Total a choisi d’ignorer son impact sur le climat » - Le Monde - 21 Octobre 2021 - Audrey Garric
  2. « La hausse des prix de l’électricité soumise à un marché interconnecté » - Le Monde - 28/09/2021 - Adrien Pécout
  3. Edito du Monde - 25/09/2021
  4. « Energie : tant de nuances de vert » - Le Monde - 28 Septembre 202 - Stéphane Lauer
  5. « Les trous noirs de la révolution vert » - Le Monde - 21 Septembre 2021 - Jean-Michel Bezat
  6. « Prix de l’énergie : une incohérence coûteuse » - Le Monde - 17 et 18 Octobre 2021 - Jean Pisani-Ferry



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

2020 / 2030, dix ans pour sortir du pétrole et du gaz

2020 / 2030, dix ans pour sortir du pétrole et du gaz

Prenons connaissance du constat établi pour sortir du gaz et du pétrole et également de la fin des énergies fossiles.


6ème rapport du GIEC, il est encore temps … mais pour combien de temps ?

6ème rapport du GIEC, il est encore temps … mais pour combien de temps ?

Prenons connaissance du 6ème rapport du GIEC comment ne pas revenir sur la question du changement climatique.


Réseaux de chaleur : la transparence pour appuyer leur développement

Réseaux de chaleur : la transparence pour appuyer leur développement

Découvrons le rapport livré en ce mois de Septembre sur le chauffage urbain et les réseaux de chaleur par la Cour des Comptes.


Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Le « client » n'est pas la source des émissions de carbone

Prenons connaissance d'une autre loi en 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire.


Nouveau DPE : l’occasion d’une dose supplémentaire de vaccin contre la confusion DPE - audit

Nouveau DPE : l’occasion d’une dose supplémentaire de vaccin contre la confusion DPE - audit

Assistez au dialogue constructif entre deux personnages sur le nouveau DPE - Diagnostic Performance Energétique.


Construction vertueuse en bois : répondre à la demande

Construction vertueuse en bois : répondre à la demande

Revenons sur la filière bois qui a commencé dans les années 80 ses actions de communication pour convaincre essentiellement les collectivités locales.


Bouger sans carboner… ou carboner sans bouger ?

Bouger sans carboner… ou carboner sans bouger ?

Dès de 2022 la RE2020 s’appliquera, une année qui verra vraisemblablement la venue du label basse énergie-bas carbone.


2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


Petite annonce : « La France cherche scénariste sérieux pour décarboner ». Ecrivez à XPair …

Petite annonce : « La France cherche scénariste sérieux pour décarboner ». Ecrivez à XPair …

Suivons les interrogations sur l’électricité neutre en carbone dès 2050 et sur la RE 2020 prévue en 2022.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Le plan de relance mis en place suite à la crise sanitaire, économique et sociale du Covid en France a pour objectif d'aller vers la neutralité carbone à l’horizon 2050.


Palmarès BBCA Maîtres d'ouvrage et Lauréats BBCA 2021

Palmarès BBCA Maîtres d'ouvrage et Lauréats BBCA 2021

Découvrons en avant-première lors du Forum BBCA 2021, les avancées de l’immobilier bas carbone en France en 2021.


Réemploi des équipements et matériaux, le défi pour massifier !

Réemploi des équipements et matériaux, le défi pour massifier !

Le réemploi des matériaux et des équipements pour massifier la rénovation des bâtiments est un véritable défi ! L'Agence Qualité Construction fait le point.


Réussir la RE2020 et optimisez le ratio coût-carbone

Réussir la RE2020 et optimisez le ratio coût-carbone

Découvrez en avant-première dans cette chronique l'étude menée par le Hub des Prescripteurs Bas Carbone.


Retour d'expérience 75 000 m² bas carbone de mixité pour Icade

Retour d'expérience 75 000 m² bas carbone de mixité pour Icade

Intéressons-nous au retour d'expérience montrant la complémentarité inventive et constructive entre architectes et ingénieurs.