Chargement...

Démarche bioclimatique : se poser la question de son actualisation

15 Avril 2013

Par Bernard Sesolis - Expert Energie Environnement -

Devenue un sujet récurrent pour les bâtiments neufs depuis l'avènement de la RT 2012, la démarche bioclimatique est réapparue au milieu des années 1990 avec la question de la qualité environnementale et ses cibles énergétiques et de conforts. Question placardisée à cause d'un baril de pétrole revenu à moins de 10 $ en 1989-1990, elle s'est vue devenir l'objet d'une importante édition d'ouvrages, dont certains vieillissent très bien, d'autres restant des copies édulcorées et mal digérées des précédents. Mais tous traitent de bâtiments de la période 1980-2000. Et leur contenu est présenté comme des vérités immuables. La RT 2012 en est devenue l'expression officialisée.

Concevoir, construire, exploiter avec le climat ….. des bâtiments des années 2010-2025 nous obligent à malmener quelque peu ces « vérités ».


M. BIO

La démarche bioclimatique doit être revisitée, actualisée. En guise d’introduction à cette réflexion, j’ai choisi la forme d’une conversation entre deux personnages, Messieurs BIO et THANATO accoudés au bar du « café des thermiciens, ex vins-charbon ». La suite, les détails et peut-être les réponses à vos réactions viendront alimenter mes prochaines « humeurs ».


M. THANATO

Extraits :

« Parlons Habitat. Je trouve que c’est une bonne nouvelle que la RT 2012 s’occupe du bioclimatique ... »

« Ah tu trouves ! J’estime que cela alimente la confusion »

« Comment ça ? Tu es contre le bioclimatique ? »

« Non. Je suis contre la confusion. Bien concevoir et répondre à des exigences réglementaires, c’est qualitativement différent. Se contenter d’un Bbio sous le Bbiomax, c’est du Bio-light »

« C’est mieux que pas de Bio du tout ! Le Bbiomax, c’est un garde-fou contre l’architecture anti-écologique »

« Je traduis ta pensée : les architectes et les ingénieurs apprennent si mal les choses dans leurs écoles qu’il leur faut une bonne RT pour les aider ou les contraindre à concevoir des logements énergétiquement performants. Bref : Bbio = bioclimatique pour les nuls ! Vaste programme ... »

« Tu caricatures mes propos. La démarche bioclimatique est loin d’être entrée dans les mœurs. Alors, que la RT la met en exergue, c’est une avancée indéniable, Monsieur Grognon »

« Je ne suis pas grognon et je connais la chanson. La RT va donc former les "masses", leur faire prendre conscience de la "problématique". D’après toi, il est plus utile de construire 100 000 logements pseudo-bioclimatiques que 100 logements vraiment bioclimatiques. Quand je pense que depuis 1974, la RT s’est progressivement substituée à la conception des logements, domaine devenu le royaume du copier/coller! Et maintenant, la RT2012 va faire croire à tous les messieurs Jourdain de la bioclimatique qu’ils peuvent continuer sans problème et en toute bonne conscience ! Il est prioritaire de dépoussiérer la démarche avant de donner des mauvais exemples. »

« Est-ce vraiment l’urgence ? Toi bien sûr, un des rares initiés, tu vas entrer en croisade pour ne pas édulcorer la "pureté" de cette démarche ô combien vertueuse ! Ce n’est pas avec une telle attitude élitiste que tu vas faire bouger les lignes. Je préfère que les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre soient obligés de se creuser un peu la cervelle avant le permis de construire pour envisager un bâti pas trop absurde ... ».

« C’est là que le bât blesse. Je ne veux pas jouer au sachant, et toi, ne joues pas au débutant. Tu sais parfaitement que Bbio concerne le chauffage, le refroidissement et l’éclairage et qu’en termes de besoins et de consommations d’énergie dans les logements, le refroidissement est pour l’instant marginal et l’éclairage secondaire. Ne reste donc que le Bbio chauffage. Nous voilà revenus à la RT 1982 avec son coefficient B issu des expérimentations du solaire passif des années 1975-1980 pour des logements consommant 200 à 300 kWhep/m².an. Tu parles d’une nouveauté ... »

« Tu vois bien qu’il faut faire réactiver le bioclimatique qui est en sommeil depuis 30 ans... »

« Laisse-moi finir ! Bbio, c’est donc à 90% du chauffage.
Mais je te rappelle qu’après avoir renforcé progressivement et à juste titre l’isolation thermique, les principaux enjeux d’un logement neuf censé consommer réglementairement moins de 50 kWhep/m².an sont maintenant : le confort d’été, la production d’eau chaude sanitaire et les consommations d’électricité pour l’électroménager.
Dans le Bbio, pas de confort d’été, pas d’ECS. Quant à l’électroménager qui représente en moyenne nationale, 70 kWhep/m².an, il n’entre pas dans le cadre de la RT. Alors, le Bbio là-dedans, il fait quoi ? »

« Tu es de mauvaise foi. La RT 2012 pousse vers les faibles Bbio. D’accord, cela ne concerne presque exclusivement que le chauffage. Du coup, ce dernier devient faible et c’est justement pour cette raison que les consommations d’ECS sont passées devant. Pour l’électroménager, ce n’est quand même pas la faute du bioclimatique. La RT bonifie la bonne conception et pénalise la mauvaise. Je ne vois rien de pervers ou d’inefficace comme tu le sous-entends »

« Je me suis fait mal comprendre. Je ne suis pas non plus contre la RT. Je dis juste que c’est une nécessité totalement insuffisante »

« Arrêtez Môssieur Robespierre ! J’ai bien compris que la RT n’est pas l’exemple à suivre ; mais elle rattrape les mauvais élèves ou les flemmards… »

« …et leur permet de se contenter d’additionner des points … »

« …en se coltinant quand même un calcul au pas de temps horaire avec pas mal de données d’entrée. C’est de la simulation thermique dynamique et non pas du calcul mensuel sous tableur comme s’en contentent nos si vertueux voisins allemands pour faire des prévisions sur du PassivHaus »

« C’est juste. Mais pourquoi faire un calcul aussi sophistiqué avec des données climatiques qui ne correspondent même pas à celles du site ! C’est du bioclimatique … pour ailleurs ... »

« Tu me déçois. Tu fais semblant d’oublier que l’important, ce n’est pas le nombre de points obtenus, mais la sensibilité aux principaux paramètres liés au bâti des trois composantes du Bbio et de leur total »

« Là, on rentre vraiment dans le sujet. Houlà, mais l’heure tourne ! On continuera plus tard. Et, nous n’avons même pas entamé le sujet sur les bâtiments tertiaires. En attendant la prochaine fois, on remet ça ? »

« Avec plaisir »

« Patron ! La même chose : un Lait-Fraise et un Bloody Mary »

Bernard Sesolis
bernard.sesolis(at)gmail.com

Commentaires


Commentaires

  • DIDIER
    0
    17/09/2014

    Pendant que nos "académiciens" de la thermique discourent du sexe des calories
    devinez quel est le ministère qui se chauffe au fuel et refroidit ses chambres froides a l'eau de ville?
    Réponse au 06 88 16 55 51!


  • denis
    0
    17/09/2014

    Tout d'abord merci de créer et alimenter ce débat.
    Je souhaite modestement le prolonger avec une simple question : A quand un volet hydraulique ou "commissioning" à la réglementation ?
    En effet aussi efficace et bien pensée que soit la conception d'un bâtiment, aussi performants que soient les matériels choisis, si l'on ne s'assure pas d'une mise en œuvre correcte tout cela reste très théorique.


  • Emmanuel
    0
    16/09/2014

    Très bien, mais..
    Le Bbio n'est qu'une partie, il faut le dire. Le reste de l'étude a aussi son importance. Elle est même plus capitale que le rappel des bases que représente le Bbio.
    Pour le tableur des allemands, vous êtes dur. Je suis moi même certifié en Concepteur Passivhaus. Il est plutôt bien fait, et pour ceux qui ne le savent pas, il est issu de STD! Et oui. Le PHPP est un modèle excel qui a été réalisé a partir d'études concrète, afin de simplifier(avec une formation quand même) le système de calcul.


  • Sébastien
    0
    16/09/2014

    Sans vouloir noircir plus le tableau, je vous livre ces constats:
    Un premier témoignage d'une expérience récente:
    Pour un même projet de villa, nous nous sommes prêtés avec qq confrères à un "petit exercice":
    - 10 thermiciens avec 2 logiciels distincts, les mêmes hypothèses et documents
    - 10 résultats avec une variation de 4 points sur le BBIO et 6 sur le CEP...!!!!???
    Un constat: Les méthodes de saisies des logiciels et les modules de pré-calculs intégrés (ou non) génèrent des écarts plus que significatifs.
    Quelques exemples des points majeurs de divergence :
    - plans 3D / surfaces calculées ,
    - masques calculés par la 3D / masques calculés et saisis manuellement
    - saisies des paramètres des menuiseries
    - saisies des équipements
    - valorisation de l'inertie par la densité et le lambda / par la méthode des points / par "le feeling"...
    Tant de "subtilités" qui conduisent à ce que chacun se dit qu'il n'a pas tout à fait raison... ou tout à fait tort ...
    Au-delà du bien fondé bioclimatique, d'une prise en compte climatique aberrante à l'heure où les stats météo permettent d'avoir des niveaux de précisions à qq kms, de systèmes couramment employés depuis plus de 5 ans contraints de "subir" un Titre V "innovation", de pompes à chaleur valorisées sur les bases des produits de la fin des années 90, d'un niveau d'inconfort en été qui battra des record en zone H3 dès le prochain été; il est absolument aberrant qu'il n'y ait aujourd'hui aucune possibilité d'auto-vérification via des projets "étalons" institutionnels.
    On aurait au moins pu se dire alors que tant de détails auraient permis d'obtenir une certaine "précision "conventionnelle" " (-il fallait au moins les doubles guillemets!!!-)
    Les premiers retours des villas individuelles en livraison sont consternants: attestations bbio "achetés" sur internet, urbanismes toujours pas formés et incapables d'instruire encore moins d'informer, défiance des auto-constructeurs, certifications de complaisance, villas "inachevables", financement PTZ remis en question en cas de non-certification, banques refusant les financements aux auto-constructeurs...
    Triste bilan pratique, en plus du bilan de fond que certains d'entre vous ont déjà dressé...

    Vivement le BEPOS que le délire continue!!!!


  • Patrice
    0
    24/04/2013

    Si le moteur de calcul (du CSTB) de la RT2012 n'était pas "truffé" de BUG,
    on pourrait peut-être commencer à discuter de sa pertinence:
    Bug sur les espaces tampons solarisés: les serres
    Bug sur les résultats quand plusieurs bâtiments sur une même chaufferie
    Prise en compte des masques erronée et apports solaires surestimer, ETC....


  • Michel
    0
    18/04/2013

    En tant que concepteur, on est tous un peu frustré de cette RT qui "veut penser à notre place" pour autant de temps en temps, on est assez contant d'avoir un peu plus de poids sur les derniers de la classe.

    Le problème de la RT (et des réglementations françaises) c'est qu'a vouloir rattraper les derniers on limite les premiers.... certains bâtiments pourraient être moins isolés (surtout dans le SUD de la France où j'habite) et l'utilisation d'une VMC double Flux systématiquement pour "rentrer dans le RT" ça en devient (barrer la mention inutile)

    1- énervant,
    2- frustrant,
    3-carrément ......


  • christophe
    0
    17/04/2013

    Le Bbio n'est qu'un garde fou. Une alerte qui vise à interdire certaines absurdités que l'on a vu se construire au titre du "le client est Roi" ou bien "la créativité de l'architecte tient de l'Art". Un débord immense soutenu par des poutrelles d'acier ne répond à aucune autre logique thermique que celle du gaspillage. Les grandes baies coulissantes qui ouvrent sur le Mistral de Provence sont aussi des inepties dont nous pourrions nous passer si, tous, nous souhaitons apporter notre petite pierre dans le sens d'une plus faible consommation d'énergies fossiles (voir pour le bien de nôtre planète.
    Dans l'esprit de la conversation que vous avez mis en scène, voici quelques réactions typiques au Bbio :

    • Architecte : une contrainte de plus. Encore un frein à la créativité artistique
    • Administratif : l’introduction du Bbio n’annule pas les règlements antérieurs. Les architectes n’ont qu’à se débrouiller
    • Bon sens : on va orienter les bâtiments en fonctions des apports naturels, pas du tracé des routes
    • Chauffagiste : encore un truc pour diminuer la taille des chaudières
    • Ecologiste : on sait bien que les rayons solaires chauffent aussi les constructions
    • Historien : le Bbio correspond à peine aux connaissances des Murébeytiens (8500 avant JC)
    • Lotisseur : comment ça ? Le plan du pavillon type devra s’adapter à son orientation ?
    • Ingénieur : le Bbio prend en compte les besoins de chauffage, de refroidissement et d’éclairage artificiel
    • Visionnaire : une nouvelle ère commence, celle des bâtiments autosuffisants en énergie


  • joël
    0
    16/04/2013

    Je me souviens pour l'avoir pratiqué du coefficient B des années 80 (les 5000 maisons solires!), de la méthode trés pédagogique qui avait contribué à sensibiliser et former des architectes et BET "spécialistes " du solaire bioclimatique. Hélas, ces personnes aujourd'hui "rangées des camions" , n'ont eu pas ou peu de succésseurs, la rose des vents ayant disparu des plans masse pendant pratiquement 20 ans. On doit réapprendre qu'une fenêtre bien orientée ....
    Ok pour le tableur du Passivhaus , mais c'est pragamatique, compréhensible, prédictif des performances..tiens, ça me fait penser à la méthode du coefficient B!
    Enfin et surtout, la RT 2012 nous a été vendue comme le BBC RT 2005 généralisé, c'est une tromperie quand on connait l'influence de la SHONrt, des modulo de surfaces.... qui ramène les performances nettement au dela des 50kWH/m².an selon les cas.


  • frederic
    0
    15/04/2013

    Bravo! et merci!
    C'est clair et limpide; on pourrait intiluer cela: la RT 2012 expliquée aux enfants.
    Vivement la suite..


  • Pierre
    0
    15/04/2013

    Je vois que la retraite reste, pour Bernard, bien entendu, après "l'amélioration permanente sur le trois bandes, au billard" quelque peu en retrait et que la thermique lui fait entretenir un dynamisme de longue portée.


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire