L’inaction par le déni, l’action et la mauvaise conscience, ou comment aller dans le mur

Par Bernard SESOLIS, expert Energie Environnement le 08 Juillet 2022

Sans vouloir gâcher les vacances de ceux qui partent en Juillet ou Août, les très grosses chaleurs seront probablement au rendez-vous. Et même si les températures s’avèreraient moins élevées que celles prévues, la sécheresse, elle, n’est pas une hypothèse mais déjà une réalité (1).

Pour conclure cette année 2021-2022 avant d’aller au vert sans oublier sa bouteille d’eau, cette humeur propose quelques sujets de réflexion sur la question du déni concernant la situation de notre planète, ou plus précisément, celle de notre collectivité humaine. A l’échelle des décideurs, la doxa économique du court terme balaye tout sur son passage. A l’échelle de chaque individu, le recentrage sur soi et la culpabilité se télescopent.

Petit état des lieux …

changement climatique

Changement climatique : « on a plus peur de se crasher aujourd’hui que de crasher le monde de demain - Par Bernard Sésolis -


Les climatosceptiques se portent toujours très bien

La cour suprême américaine dominée par les ultraconservateurs rappelle que l’histoire n’est pas linéaire. La barbarie est toujours présente. Après la piteuse et scandaleuse décision fin Juin sur la réduction ou l’interdiction du droit à avorter, vient de tomber début Juillet l’impossibilité pour l’agence fédérale pour la protection de l’environnement d’empêcher le redéploiement des centrales à charbon.

Le déni reste le grand sport mondial pratiqué par de trop nombreux pouvoirs politiques et des lobbies hyperactifs.
Poutine se tourne vers la Chine et surtout vers l’Inde pour déverser son pétrole et son gaz que l’Europe rechigne à continuer d’acheter. Cela renforcera le financement de sa guerre et contribuera à ce qu’il devienne l’un des plus grands émetteurs de carbone.

D’autres pays ne sont pas en reste. Les plus grands projets d’extraction d’énergies fossiles sont concentrés dans 10 pays qui représentent les ¾ des « 425 bombes climatiques » répertoriées par les chercheurs (2) : Chine, USA, Russie, Iran, Arabie Saoudite, Australie, Inde, Qatar, Canada, Irak. Certains de ces projets sont opérationnels depuis 2019.
Malgré leurs engagements sur la neutralité carbone en 2050, les majors du pétrole et du gaz s’appuient sur des recours massifs et discutables pour baisser comptablement leurs émissions de carbone.

Selon le journal « The Guardian », les projets pétroliers et gaziers qui seront lancés d’ici 2030 représenteront 192 milliards de barils, soit 7 années des émissions chinoises dont 1/3 avec des sources « non traditionnelles » (fragmentations hydrauliques) et parfois, dans des régions très sensibles (Arctique) !
Les principaux acteurs de cette catastrophe annoncée sont : Qatar Energy, Gazprom, Saudi Aramco, Exxon Mobil, Petrobras, Turkmengaz, Chevron, Shell, BP et notre champion national toutes catégories, Total Energie, qui continue à afficher sa profonde transformation depuis 2015 tout en accroissant sa production de gaz. Il est vrai que, si Total Energie investit dans les EnR, pour sa com et sa stratégie (allez savoir ! Peut-être que les EnR se développeront vraiment !), il serait intéressant de connaître sa balance actuelle et à venir en carbone …

Selon une étude parue dans Nature en 2021, d’ici 2050, il faudrait laisser dans le sol 60% des ressources de pétrole et de gaz et 90% de celles du charbon pour avoir une chance d’atteindre la neutralité carbone en 2050, soit une baisse de 3%/an en gaz et pétrole, 7%/an en charbon.
Un rapport de l’ONU de fin 2020 conclut qu’il y aura une hausse de 2%/an dans les dix ans à venir !!!
Les tartuffes des énergies fossiles persistent dans leur déni : « Couvrez ces réchauffements climatiques que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées ».

Pour éviter ces « coupables pensées » et continuer à anesthésier les grenouilles que nous sommes qui se feront ébouillanter très progressivement, il nous est proposé un futur écologique compatible avec le consumérisme le plus débridé. La voiture électrique est un des objets cultes de ce délire.


Les COP se portent toujours aussi mal

La 27ème édition prévue en Novembre prochain à Charm El-Cheikh, en Egypte, se prépare dans la douleur (3).

Un des points majeurs à régler est le mécanisme de financement qui permettra aux pays en développement, souvent les plus affectés par les dégâts issus du changement climatique, de faire face aux catastrophes récentes et futures. La promesse d’une aide de 95 milliards €/an à partir de 2020 pour les pertes et les dommages subis n’a pas été tenue. Le Covid 19 n’est pas responsable de tout …

Faute d’une volonté politique commune et ambitieuse, les textes sont pour l’instant inconsistants.
Selon Aurore Mathieu (Réseau Action Climat), tout est englué dans l’hyper-technicité et les lenteurs procédurières.

cop énergie fossile

Annonce d’un nouvel échec collectif programmé ?

Il faut assener à nouveau ce poncif : la géopolitique est encore et toujours dominée par les énergies fossiles … voire de plus en plus !


Et nous, comment nous portons-nous ?

La philosophe Hélène Heuillet, professeur à la Sorbonne, s’interroge sur le déni individuel (4).
Elle rappelle que se soucier de l’avenir oblige à se décentrer de soi, à adopter un point de vue cosmopolite et à abandonner l’illusion de maîtrise totale de sa vie personnelle.

Le « proche » n’est pas plus réel que le « lointain ». Le local ne s’oppose pas au global. Le déni écologique prospère chez qui, dans son quotidien, ne veut rien savoir de ce qui n’est pas soi. C’est une impasse mentale difficile à vivre qui pousserait à rester dans une bulle sans symbole, sans culture, sans un contexte indépendant de soi.
Cette fermeture d’esprit engendre, au pire, un conservatisme de mode de vie soi-disant fonctionnel et au mieux, un rapport au temps étrange où l’écologie n’est qu’un problème qui va finir par se résoudre.
Instaurer une autre relation à la temporalité et un autre mode de vie, c’est sortir de la culture de la consommation. Un changement angoissant quand on ne connait pas ce qui change …
Pourtant, « un monde habitable n’est pas un monde fonctionnel, mais un monde où la vie vaut la peine d’être vécue » nous rappelle la philosophe.

A ce titre, et dans les domaines qui nous concernent professionnellement mais également personnellement, on peut se référer au « Manifeste pour une frugalité heureuse et créative » (5) et s’en inspirer.

Selon une étude de 2019, 85% des Français se disent préoccupés par les questions environnementales tout en émettant 9 tonnes de CO2/personne.an alors qu’il ne faudrait pas dépasser 2 tonnes pour une neutralité carbone en 2050.

Ce paradoxe et le sentiment de culpabilité qui en ressort est évoqué dans une enquête du « Monde » (6) où Aurélia Schneider, psychiatre, résume bien la situation : « Chacun s’arrange avec sa culpabilité comme on le fait avec ses phobies. Cela dit, les patients viennent parce qu’ils ont peur de prendre l’avion, et non parce qu’ils sont désolés de polluer ».

On a plus peur de se crasher aujourd’hui que de crasher le monde demain ...

Et ce, paraît-il, à cause du striatum, organe du cerveau qui injecte des doses de dopamine (7) nous faisant réagir prioritairement pour notre « survie » immédiate (se nourrir, se reproduire, s’assurer un statut social, …), et qui empêche une vision à long terme. Et selon le spécialiste en neuroscience Sébastien Bohler (8), un gros défaut de notre cerveau vient que le striatum fait du zèle et nous pousse à l’hyperconsommation, marqueur du statut social.

Les classes moyennes et supérieures, les mieux informées, sont susceptibles de culpabiliser. Mais finalement, à quoi bon ? Continuer à faire sa part comme le colibri alors que cela ne pèserait au maximum que 25% des effets macroscopiques ?

striatum cortex

Le striatum (en rouge) et le cortex cérébral (en beige) - « Le cerveau de l'homme serait paramétré pour ne pas être écolo » - Florent Vairet - Les EchoStart 03/07/2019


Selon Laure Noualhat (9), il est difficile d’en être conscient et de continuer quand même. Il est décourageant de relativiser les gestes vertueux. Il faut résoudre une équation personnelle entre ce à quoi on ne peut renoncer et ce qu’on peut transformer. « Il y a de moins en moins de gens névrosés au point de foutre leur vie en l’air à cause de leur culpabilité écologique » précise-t-elle.

En citant deux exemples (la fabrication d’une Toyota hybride Prius nécessite autant de CO2 que celle d’un 4x4 Hummer, la production de riz mondial émet autant de méthane que l’élevage), elle fustige ceux qui déplacent les problèmes en ramenant tout à la lorgnette du CO2, et conclut par une savoureuse analogie : « C’est un peu comme si votre mec arrêtait de vous tromper mais devenait alcoolique ».

La France est pratiquement le seul pays où les toilettes sont alimentées par de l’eau potable, alors que, parallèlement, 9 000 personnes meurent chaque jour d’en manquer. Allons-nous par mauvaise conscience, nous mettre au régime riz-carottes ?

Comment renoncer efficacement sans frustration ? Comment reconstruire un monde où la vie vaut la peine d’être vécue ? Comment se persuader que vivre avec moins, c’est vivre mieux ?

En vacances, sur votre chaise-longue, lisez le « Manifeste pour une frugalité heureuse et créative » (5) et vous y trouverez peut-être des réponses et votre bonheur.


 

  1. « La probable sécheresse estivale se précise » - Le Monde - 20 Mai 2022 - Martine Valo
  2. « 425 bombes climatiques identifiées » - Le Monde - 17 Mai 2022 - Audrey Garric - Perrine Mouterde
  3. « A Bonn, les négociations climatiques sont au point mort » - Le Monde - 19 et 20 Juin 2022 - Audrey Garric
  4. « Pourquoi le déni écologique persiste-t-il ? » - Libération - 20 Mai 2022 - Hélène Heuillet
  5. Cité dans « Génération frugale pour un scénario zéro carbone en 2050 » - Xpair - 30 Juin 2020 - Philippe Nunes, DG de Xpair
  6. Dossier « Tous écolos imparfaits » - Le Monde - 6 et 7 Mars 2022 - Marroussa Dubreuil
  7. La dopamine est un neurotransmetteur, une molécule biochimique qui permet la communication au sein du système nerveux, et l'une de celles qui influent directement sur le comportement (Wikipédia). Elle joue sur la motivation, la productivité et la concentration. Elle nous permet de mieux planifier et de résister aux impulsions qui pourraient entraver la réussite de nos objectifs.
  8. « Bug humain » - Sébastien Bohler (Editions Laffont - 2019)
  9. Ancienne journaliste de Libération, réalisatrice de documentaires et auteure de « Comment rester écolo sans finir dépressif » - Tana Editions 2020


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Photovoltaïque en 26 questions-réponses pour gens pressés et démêler le vrai du faux

Photovoltaïque en 26 questions-réponses pour gens pressés et démêler le vrai du faux

Intéressons-nous sur le sujet du développement du solaire photovoltaïque en France avec l'aide du Guide questions-réponses élaboré par le CNRS et le FedPV.


Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

L’ADEME et le CSTB présentent 4 scénarios prospectifs inédits permettant d’anticiper les avenirs possibles pour le bâtiment et l’immobilier à l’horizon 2050.


Au secours Boris, Vladimir a pété un plomb !

Au secours Boris, Vladimir a pété un plomb !

Intéressons-nous sur la question du mix énergétique en France, en Europe et sur le reste de la planète.


Station d’appartement conçue pour un COP maximal des pompes à chaleur

Station d’appartement conçue pour un COP maximal des pompes à chaleur

Les pompes à chaleur doivent fonctionner à basses températures afin de bénéficier du meilleur COP. Découvrez les solutions de station d'appartement.


Nouveaux équipements de chauffage : exit le fioul, mais maintien du gaz et du « biofioul » !

Nouveaux équipements de chauffage : exit le fioul, mais maintien du gaz et du « biofioul » !

Avec la mise en application du nouveau décret, les nouveaux équipements de chauffage ne peuvent plus fonctionner au fioul mais le gaz et le biofoul demeurent acceptés !


La ventilation double-flux thermodynamique : un COP jusqu'à 12, sans contamination possible

La ventilation double-flux thermodynamique : un COP jusqu'à 12, sans contamination possible

Le Covid continue et le décret tertiaire impose un fort objectif d'économies d'énergie : répondre à ces problématiques est-il encore possible ?


La véritable empreinte carbone d'un e-mail en 2022 : un mythe s’effondre

La véritable empreinte carbone d'un e-mail en 2022 : un mythe s’effondre

Sami, start-up permettant aux PME de mesurer et réduire leur bilan carbone, a mesuré le poids d'un email en 2022 : êtes-vous près à savoir combien cha


Surélévation de la plus haute tour de France « Watt » dans le 13ème : retour d’expérience et vidéo

Surélévation de la plus haute tour de France « Watt » dans le 13ème : retour d’expérience et vidéo

Intéressons-nous au retour d'expérience de l'architecte et urbaniste Vincent Lavergne sur la surélévation de la plus haute tour de France « Watt » à Paris.


Retour d’expérience RE2020 en logements collectifs avec seuils échéance 2025

Retour d’expérience RE2020 en logements collectifs avec seuils échéance 2025

Intéressons-nous au retour d'expérience de l'ingénieur énergie-environnement David Lebannier sur les logements collectifs avec seuils échéance 2025.


Rénovation Net Zéro Carbone : HQE-GBC pose les bases

Rénovation Net Zéro Carbone : HQE-GBC pose les bases

La rénovation zéro carbone est au coeur des enjeux pour le secteur du bâtiment. Net Zéro Carbone est une nouvelle initiative visant à créer des guides d'application pour y participer au mieux.


L'impact environnemental du numérique, loin d'être négligeable. Les études ADEME

L'impact environnemental du numérique, loin d'être négligeable. Les études ADEME

Prendre conscience de l'impact environnemental du numérique et d'identifier les actions pour le réduire. Prenons connaissance des deux études établies par l'ADEME.


Retour d'expérience d'un immeuble de bureaux PLURIEL à Lyon, tout en bois !

Retour d'expérience d'un immeuble de bureaux PLURIEL à Lyon, tout en bois !

Intéressons-nous au retour d'expérience du groupe QUARTUS décrivant le projet d’immeuble de bureaux R+6 en construction 100% bois.


Covid + présidentielles + RE2020 : un agenda en plomb pour 2022 !

Covid + présidentielles + RE2020 : un agenda en plomb pour 2022 !

Intéressons-nous à l'agenda 2022 se rapportant aux trois sujets importants : Covid + Présidentielles + RE2020.


Granulés de bois : la fin de l’insouciance

Granulés de bois : la fin de l’insouciance

Intéressons-nous sur les derniers chiffres présentés, lors du congrès Propellet Event en Juin, sur la reprise en 2021 des ventes de poêles et le doublement en un an des ventes de chaudières.


Entrepôt logistique (10) : 30 % de consommation gaz en moins

Entrepôt logistique (10) : 30 % de consommation gaz en moins

Après des travaux de régulation en chaufferie et de calorifugeage des réseaux, la régulation terminale ThermoZYKLUS est installée et mise en service fin 2021