La maison brûle mais la fête doit continuer !

Par Bernard SESOLIS, expert Energie Environnement le 28 Novembre 2022

Chers lecteurs de cette dernière humeur 2022, par avance je vous dois des excuses.

Habituellement, je m’efforce à proposer une synthèse de mes lectures quotidiennes et à exposer un point de vue plus ou moins étayé mais fatalement subjectif sur des thèmes qui me sont chers et qui s’inscrivent directement ou indirectement dans le champ de la climatique des bâtiments et de l’urbain.

Pour cette humeur, je dois avouer que ma colère m’empêche d’avancer des propos structurés et raisonnables.  C’est une « mauvaise humeur » dont je vais vous faire part. Elle a plus l’allure d’un coup de gueule que celle d’un article se voulant informatif.

Ainsi, je vais commenter l’actualité qui nourrit mon courroux avec l’effet immédiat de réduire mon taux d’adrénaline … c’est déjà ça.


Venons-en d’abord à la COP 27 !

On nous avait habitués à des fiascos. Celui-là est d’autant plus retentissant qu’il est dramatique. Les enjeux principaux de cette nouvelle conférence de Charm el-Cheikh concernaient le financement du développement des pays qui n’en finissent pas d’émerger et la réparation financière des conséquences du changement climatique pour les pays faiblement émetteurs en carbone, mais aux premières loges des catastrophes principalement dues à la gabegie énergétique des pays développés.

Quoi de plus équitable ! Le « minimum syndical » climatique en quelque sorte. Eh bien, la COP 27 a débouché in extremis sur un accord consistant à pondre un fond dédié. Les pays qui ont souffert des catastrophes passées … et souffriront de celles à venir sont très contents ! Un nouveau tiroir leur est attribué pour réparer les dégâts passés et futurs. Mais ce tiroir risque de rester vide ou, au mieux, de s’avérer largement insuffisant car aucun engagement précis de financement réel n’a été signé entre les pays riches qui continuent joyeusement de carboner la planète.

Songez ! Près de 1 000 lobbyistes des énergies fossiles étaient présents à cette conférence. Aussi à l’aise que des serials killer pédophiles dans une école maternelle !!!


COP 27

En 2022, le poids des charbonniers, pétroliers et des gaziers n’a pas faiblit. Leurs influences et leurs moyens de pollutions, de nuisances et de corruptions restent gigantesques. Ils peuvent tout acheter. Tant qu’on ne pourra pas se passer des énergies fossiles, nous continuerons  à dépendre de ces acteurs cyniques qui jouent la montre et pratiquent l’obstruction. Leur buisines rapporte trop pour qu’ils infléchissent sérieusement leurs stratégies.

La taxe, souvent représentée comme une violence économique reste pourtant un des moyens politiques pour à la fois restreindre l’usage des énergies fossiles et pour réparer ce qui doit l’être. Mais pour taxer, il faut des décideurs dignes de ce nom ! La violence, la vraie, est du côté des cyniques.

Jusqu’à quand allons-nous jouer ce petit jeu ? N’est-ce pas déjà suffisamment macabre pour le climat et la biodiversité dont nous faisons partie intégrante ?
Combien de morts, de drames, de destructions, d’injustices avant de tourner la page de l’industrialisation à outrance, de la consommation sans limite, du gavage pour les uns et de la faim pour les autres ?

Les logiques économiques dominantes sont obsolètes pour assurer à 8 milliards d’humains, une vie digne. D’ores et déjà, la barre des +1,5° maximale en 2100 affiché à la COP 21 de Paris en 2015, sera largement dépassée selon les spécialistes.

J’enrage de ce spectacle où des gens s’embrassent après avoir participé à la COP 27 parce qu’un accord de principe a été trouvé. Peut-on encore se contenter de cet attentisme béat ?
Avec 50 ans de moins, j’aurais probablement tenté d’asperger de mayonnaise des objets mythiques pour réveiller les consciences. Mon âge ou ma lâcheté peut-être, me laisse inactif et frustré dans mon fauteuil. Dans l’échelle de la violence, qui a le pompon ? L’adolescent qui asperge un tableau de maître ou un tanker gorgé d’objets souvent inutiles et fabriqués dans des conditions misérables ?


Sans transition et comme à la télé, passons à la fête !

La moitié de la planète s’intéresse beaucoup à des hommes (mais beaucoup moins à des femmes) qui tapent avec leurs pieds dans un ballon pour amener ce dernier dans le but du camp adverse.

Pardonnez-moi cette dérision si facile pour un sport qui, parait-il, unit tous les hommes ou presque, de toutes conditions et de tous les pays ou presque. Ah la belle image de l’humanité fraternelle et réconciliée ! Bref, c’est à nouveau la fête planétaire et peu importe où et comment elle aura été organisée. De méchantes langues voudraient la boycotter ou la gâcher en invoquant les conditions inhumaines dans lesquelles les infrastructures ont été construites, ou bien encore, l’endroit même de son déroulement qui a nécessité (mais était-ce vraiment nécessaire ?) de climatiser un stade à ciel ouvert.
Oh les vilains gâcheurs de plaisir ! Oh les rabat-joie misanthropes !

Ce n’est pas la première fois qu’une grande manifestation sportive fait l’objet de critiques car les nations organisatrices s’intéressent particulièrement à l’image qu’elles veulent donner. L’histoire des jeux Olympiques et de quelques coupes du monde l’atteste. Penser que les sports à haut niveau et leurs guerres soft qu’ils engendrent entre nations et entre sponsors doivent être séparés de la politique, c’est vouloir séparer deux siamoises avec un ouvre-boîte.

De ce point de vue, ni l’Europe, ni l’Amérique n’ont de leçons à donner au Qatar ou à d’autres pays d’Asie. On peut brocarder cette coupe du monde mais aussi les boycotteurs d’opérette qui suivent les matchs à la télé ! Les pays arabes et asiatiques suivent le modèle occidental qui leur a été imposé au XXème siècle. Parfois, l’élève dépasse le maître.
Du point de vue de la gabegie des impacts environnementaux, c’est effectivement le cas ! Dans cette spirale absurde, on peut rappeler que les futurs jeux d’hiver asiatiques de 2029 se dérouleront en Arabie Saoudite !


Jeux Olympiques

La bêtise n’a pas de limite. A ce compte, pourquoi ne pas imaginer de futurs jeux Olympiques d’été à 1 000 m sous la mer. Ça aurait de la gueule …

Finalement, ce qui s’est passé à la COP 27 et ce qui se passe dans cette nouvelle coupe du monde de football,  tout cela forme un ensemble d’évènements cohérent.

On peut passer sans transition d’un sujet à l’autre. Il n’y a pas de coq, il n’y a pas d’âne, il n’y a que notre folie collective qui nous fait regretter que les actions contre le changement climatique et l’équité environnementale avancent si peu, tout en nous faisant oublier le sujet grâce à 22 types cherchant à donner des coups de pieds dans un ballon avec, in fine, des conséquences écologiques désastreuses et scandaleuses. Pauvre ballon !  Pauvres passionnés de foot, ceux qui pratiquent ou pas, ceux qui éduquent et cultivent le lien social avec ce sport !


Du pain et des jeux

Depuis l’antiquité, l’exercice du pouvoir a souvent consisté, soit à maintenir les peuples sous une tyrannie, soit à faire en sorte que la population se contente d’être nourrie et divertie sans se soucier d'enjeux plus exigeants ni du besoin commun. D’ailleurs, les deux options ne sont pas contradictoires … Zbigniew Brzeziński qui a été conseil de Carter et d’Obama (1) a récemment théorisé le principe de mise en œuvre d’un système fait pour inhiber la critique politique chez les laissés-pour-compte du libéralisme et du mondialisme.

Ce système s’appuie notamment par l’omniprésence de divertissements abrutissants et une satisfaction immédiate et suffisante des « besoins primaires » humains. A ce propos, les GAFAM contribuent largement à ce fonctionnement.


Fin de partie

Ouf ! Ça y est, ça va moins mal … Ma rage s’est un peu estompée. Je peux vous souhaiter une fin d’année festive mais néanmoins frugale. L’année 2023 va démarrer sur de nombreuses incertitudes quant à la transition écologique, les choix énergétiques, les actions à mener prioritairement.

Le bâtiment en France, rappelons-le, c’est 45% des énergies primaires et le ¼ des émissions de gaz à effet de serre totales. A ce titre, les acteurs du bâtiment sont en première ligne.


 

  1. Zbigniew Brzeziński : Cf. Article de Wikipédia



Commentaires

  • Patrick
    0
    02/12/2022

    Merci M. SESOLIS pour ce billet d'humeur dont je partage l'intégralité des propos.
    Tant que les peuples se laisseront diriger par des personnes chantres ou sous le joug de l'ultra-libéralisme forcené nous ne sortirons pas de cette spirale mortifère pour la planète et l'humanité.
    Bonne fin d'année à vous et vos proches.


  • xavier
    0
    01/12/2022

    Merci d’avoir exprimé ce que je pense au fond de moi.
    Malheureusement, je ne crois plus aux dirigeants qui sont avec les lobbyistes des énergies fossiles et le monde de la finance où tout le monde
    recherche le profit à court terme en ne voulant pas voir qu’ils asphyxient la planète sur laquelle ils vivent… nous vivons.
    Je pense que le salut viendra des actions que chaque « simple » humain fera pour protéger, voire soigner notre Mère Terre.
    J’ai des Jeunes autours de moi qui remettent en cause les idées inculquées pour toujours plus consommer.
    Je les admire mais ils ne sont pas encore assez nombreux. J’espère que cela viendra et qu’un jour il y aura un basculement.
    Je n’y pense pas pour moi, car j’ai passé le demi-siècle mais pour les jeunes générations présentes et à venir.
    N’attendez rien de nos dirigeants !
    S’ils font quelque chose, cela sera un plus mais Nous, faisons ces petites actions chaque jour qui au total aideront peut-être l’Humain à survivre.

    Xavier


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Bonne année 17² x 7 !

Bonne année 17² x 7 !

Prenons connaissance du constat de cette fin d’année qui aura vu un fiasco avant les fêtes : la COP 15 de Montréal sur la biodiversité.


Aménager les territoires du bien-être

Aménager les territoires du bien-être

Prenons connaissance de l'ouvrage de Jean-Pierre Thibault sur l'aménagement des territoires du bien-être.


Les chiffres du chauffage, ECS, climatisation et ventilation : l’année du grand virage

Les chiffres du chauffage, ECS, climatisation et ventilation : l’année du grand virage

Prenons connaissance des chiffres dévoilés par Uniclima sur les activités du Génie climatique et de l'impact de la RE2020.


Simulateur de votre empreinte carbone

Simulateur de votre empreinte carbone

Grâce au simulateur d'empreinte carbone, vous pouvez évaluer votre impact carbone sur l'environnement. Faites le test en moins de 10 minutes gratuitement !


EnerJ-meeting Paris le 9 février : « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »

EnerJ-meeting Paris le 9 février : « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »

Le 9 février 2023 aura lieu la 7 ème édition d'EnerJ-meeting Paris sur le thème « construction et rénovation, sobriété et solutions 0 carbone »


L’inaction par le déni, l’action et la mauvaise conscience, ou comment aller dans le mur

L’inaction par le déni, l’action et la mauvaise conscience, ou comment aller dans le mur

Prenons connaissance de quelques sujets de réflexion sur la question du déni concernant la situation de notre planète, de notre collectivité humaine.


Au secours Boris, Vladimir a pété un plomb !

Au secours Boris, Vladimir a pété un plomb !

Intéressons-nous sur la question du mix énergétique en France, en Europe et sur le reste de la planète.


Une transition énergétique et écologique urgente et complexe à mettre en œuvre

Une transition énergétique et écologique urgente et complexe à mettre en œuvre

Intéressons-nous sur la mesure du problème, que nous allons réduire drastiquement nos émissions de carbone tout en tentant d’atténuer les inégalités sociales.


Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

Imaginons ensemble les bâtiments de demain, par le CSTB et d’ADEME

L’ADEME et le CSTB présentent 4 scénarios prospectifs inédits permettant d’anticiper les avenirs possibles pour le bâtiment et l’immobilier à l’horizon 2050.


Publication du Bilan mondial de l'action climat par secteur 2022

Publication du Bilan mondial de l'action climat par secteur 2022

L’Observatoire Climate Chance publie depuis 4 ans un rapport mondial unique considérant les actions menées par secteurs d'émissions. Ce bilan fait état de la compensation carbone.


Une transition bas carbone contrainte de s'adapter aux conditions géopolitiques et climatiques

Une transition bas carbone contrainte de s'adapter aux conditions géopolitiques et climatiques

Découvrons la synthèse des conclusions tirées de analyses de l’édition 2022 du Bilan Mondial de l’Action Climat par secteurs.


Nos comportements numériques : quel impact sur le climat ?

Nos comportements numériques : quel impact sur le climat ?

Prenons connaissance des conséquences selon les habitudes hebdomadaire sur l'impact du climat avec le numérique.


12 enseignements pour rénover une chaufferie bois

12 enseignements pour rénover une chaufferie bois

L'AQC a établi un rapport avec l'objectif d’encourager la conception à la mise en œuvre et entretien de chaufferie bois pour garantir confort, économie d'énergie et réduction.


Réduction de l’appel d’électricité : le bois énergie n’a pas dit son dernier mot

Réduction de l’appel d’électricité : le bois énergie n’a pas dit son dernier mot

Prenons connaissance de l'enquête menée par l'IFOP demandé par le SER : Comment se place le bois énergie en pleine crise des énergies fossiles et électriques.


Economies hors normes avec une double-flux thermodynamique. Un COP de 17, est-ce possible ?

Economies hors normes avec une double-flux thermodynamique. Un COP de 17, est-ce possible ?

La ventilation double-flux thermodynamique permet de réaliser des économies exceptionnelles. Mais peut-elle permettre d'atteindre un COP de 17 ?