Chargement...

A la question, pourquoi ? … réponse : parce que …

6 Mai 2014

Par Bernard Sesolis - Expert Energie Environnement -

Le « parce que » l’emporte sur le « pourquoi ? »

Depuis deux ans que je suis grand-père, je (re)découvre le plaisir de suivre l’épanouissement d’un bambin qui, en fin de ce siècle, aura 89 ans. Il en est au stade du « pourquoi ». A tout propos, la question fuse. Probablement par amusement et pour prolonger une conversation avec un adulte, mais également et avant tout, par curiosité naturelle, pour comprendre.


Plus tard, le « pourquoi » deviendra souvent « parce que ». La question se raréfiera au profit de certitudes, de convictions, de croyances.
L’action suit la décision (en principe ...). C'est la fin du doute, du questionnement. Notre quotidien est truffé de multiples décisions. Les rythmes de travail imposés par l’efficacité, la rentabilité, la complexité, la compétitivité, amplifient le nombre de décisions à prendre. Ils nous octroient moins de temps encore à la réflexion, au recul, au compromis parfois utile, voire nécessaire.
Pour paraître responsable, réactif, réaliste, pour réussir, il faut savoir trancher. Vite et bien. Eviter de douter. Sinon, c’est l’incompétence, l’indécision, le scepticisme.


Et ce monde de « vainqueurs » nous entraîne confortablement et joyeusement vers des catastrophes annoncées. Le dernier volet du rapport du GIEC paru ce mois d’Avril confirme que les décideurs ne sont pas enclins au doute et que ceux qui ne décident pas, la majorité donc, est dans l’incapacité collective à faire prendre des décisions correctives. Le « parce que » l’emporte sur le « pourquoi ? ».


Je vais illustrer cette brève de comptoir par une courte parabole et une recommandation de lecture.

Voici pour la parabole

Dix singes sont confinés dans un grand cylindre dans lequel est installée une échelle qui permet d’atteindre une trappe située au plafond. La trappe s’ouvre et apparaît une belle banane à l’extrémité d’une ficelle. Le plus rapide et le plus malin des dix singes se précipite vers l’échelle et grimpe. Mais, au moment de saisir le fruit, une énorme masse d’eau glacée se déverse par la trappe, faisant dégringoler le singe en trempant tous ses congénères. Ces derniers, furieux,  tabassent copieusement l’intrépide, fautif à leurs yeux de leur malheur.
Puis, un des dix singes est remplacé par un nouveau. L’expérience recommence. Seul, ce dernier se décide à grimper à l’échelle au moment où la banane apparaît. Mais les neuf autres le rattrapent immédiatement et le tabassent sans que le petit nouveau ne comprenne pourquoi ! Et l’expérience se poursuit. Chacun des dix singes ayant vécu le premier évènement est successivement remplacé par un nouveau. Si bien qu’à partir de la onzième expérience, quand apparaît la banane, aucun des dix singes présents ne comprend pourquoi le dernier rentré dans le cylindre se fait tabasser par les neuf autres quand il tente de grimper à l’échelle ...


Des millénaires de guerres, des siècles de colonialisme, deux siècles d’industrialisation, l’attrait du gain maximal en un minimum de temps, ont forgé en nous des attitudes, des mécanismes et des modes de prises de décisions basées sur le même type de mimétisme décrit dans la parabole précédente. Certains qualifieront cette attitude  de « naturelle ». D’autres diront « parce que ».

J’en viens à ma recommandation 

La révolution que constitue Internet, formidable outil de communication, permettra-t-elle, grâce à la libre circulation de l’information et l’augmentation du niveau d’études, de faire tendre les sociétés démocratiques vers la sagesse collective ?

Cette question est posée par le sociologue Gerald Bronner dans son dernier essai intitulé « La démocratie des crédules », aux éditions PUF.
L’ouvrage, agréablement écrit, nous plonge au cœur de ce phénomène sociétal. Jamais, nous n’avons eu accès à autant d’informations aussi facilement et jamais nous n’avons eu aussi peu de temps pour en faire le tri, pour réfléchir à leurs pertinences, pour en tirer une connaissance permettant de confirmer ou d’infirmer nos connaissances ou nos croyances, et pour améliorer ainsi notre libre-arbitre … en particulier sur Internet lui-même ...
Gerald Bronner décrit la manière avec laquelle l’internaute va au plus vite, avec le moindre effort pour traiter intellectuellement une information. Il en conclut que le penchant naturel va plutôt vers la confirmation des croyances que leur remise en cause. Les thèmes conspirationistes comme l’implication de la CIA dans l’attentat du 11 Septembre, la négation de l’Holocauste, … et des thèmes  mystico-scientifiques comme la réalité du monstre du Loch Ness ou des OVNI, trouvent via Internet un terrain de confirmation, un faisceau de « preuves ». Comme 80% des internautes sur Google ne consultent que la première page lorsque les mots clés ont trait à ces thèmes, les sites favorables à ces thèses sont beaucoup plus présents dans les premières pages que les sites démontant ces idées farfelues Ces derniers sont en outre plus rares car les vrais spécialistes ont moins de temps à consacrer pour infirmer les racontars véhiculés avec zèle par des cyniques ou des convertis, plus « militants » et plus nombreux. C’est pour cette raison que des idées rétrogrades, erronées, des rumeurs ou des théories du complot se propagent avec autant d’efficacité.

Le confortable « parce que » l’emporte sur le dérangeant « pourquoi »

Généralement, nous cherchons de manière privilégiée des sites en accord avec nos convictions.
Et Gérald Bronner illustre ce phénomène de flemme intellectuelle à travers quelques anecdotes ou exercices.
Si vous n’avez pas l’occasion de lire ce livre, je vous invite à tenter de répondre au « Thog problem ». Cet exercice vous permettra peut-être de relativiser vos facultés de discernement face à une information qui doit être traitée rapidement :


Extrait : « Un expérimentateur a choisi 2 caractéristiques qui permettent à un objet d’être un « Schmilblick » : la forme et la couleur. Il n’y a que 2 formes (cœur et losange) et 2 couleurs (noir et gris) possibles. Pour être  « Schmilblick », un objet ne doit avoir que l’une des caractéristiques choisies par l’expérimentateur (soit la forme, soit la couleur) mais pas les deux, ni aucune des deux ».

L’expérimentateur présente un losange noir comme étant un « Schmilblick ». Qu’en est-il des autres ? Sont-ils également des « Schmilblicks » ? Ou non ? Ou bien, est-il impossible de le déterminer logiquement ?
Tentez de répondre pour chacun des trois objets restants, cœur gris, cœur noir et losange gris.
Vous pourrez vérifier… dans mon humeur du mois de Juin … !


Pourquoi ce début de XXI siècle est encore régi par le charbon américain et chinois, par le gaz Poutinien et le pétrole saoudien ? Pourquoi l’évidence de la catastrophe annoncée est enfouie dans les intérêts courtermistes ? Pourquoi sommes-nous incapables de sortir des rangs des « Y-a-kaïstes » ? Parce que ? …

Bernard Sesolis
bernard.sesolis(at)gmail.com


Commentaires

  • jean
    13/06/2015

    Un simple exercice: faites rédiger une même prévision par 10 personnes expertes différentes, du genre quel va être le taux d'emprunt dans 10 ans ?
    Vous vous retrouvez donc avec 10 réponses a partir desquelles vous allez faire une moyenne pour votre prochain article dans THE journal de l'immobilier, mais Pierre Paul et Jacques, que vous connaissez bien et appréciez vont voir leur réponse accréditée d'un poids supérieur aux autres pour cette moyenne.
    Et vous voila avec une prévision que vous allez déclarer produite par un énorme consensus d'experts.
    Cette façon de faire est ni plus ni moins que celle du GIEC avec leur 95% de "chance" d'augmentation de x degrés, d'ici y années.
    Et c'est accepté comme verité scientifique sans ciller par une immense majorité personnages de toutes origines, disciplines, formations !!!

    http://methodes-climatologie.blogspot.fr/

  • Bernard
    08/05/2014

    Je me dois de répondre à François-Yves
    J'ai pris le temps d'examiner le contenu du site que vous conseillez. Je vous réitère mon conseil : lisez le livre de G.Bronner qui n'est pas centré sur le changement climatique, mais qui concerne les "vérités" qui circulent sur Internet et nos capacités à faire la part des choses (je ne touche aucunes royalties pour cette pub...).
    Plutôt curieux et sceptique (déjà âgé, de formation scientifique,...), j'ai ,sur certains sujets, des convictions après avoir réfléchi à partir d'informations contradictoires. Je fais des choix, donc je fais confiance, ...sans aucune main nulle part. En l’occurrence, sur le changement climatique, j'estime, peut-être à tort, que le GIEC représente une communauté scientifique qui "fait une science" moins douteuse que celle de l'auteur du blog que vous conseillez. Ce dernier s'adonne à ce qu'il prétend dénoncer : amalgames et interprétations fallacieuses ( si vous le souhaitez, je vous préciserais certains passages....croustillants). Le comble est que sa "thèse" sur la Pensée Unique s'écroule toute seule : si tous les lobbyes, les puissants, les écolos, les politiques, les nucléaristes, les médias (ils dénoncent finalement presque tout le monde, sauf peut-être les pétroliers !) ont monté cette machination du changement climatique lié à l'activité humaine, c'est pour leurs intérêts bien sûr. Mais alors,ils attendent quoi pour s'y mettre ? Pour l'instant, il ne semble pas que le GIEC, leur prétendue machine de guerre "scientifique", soit très écoutée et suivie....
    Oui, la vérité n'est pas évidente.

  • Philippe
    06/05/2014

    Pour avoir eu le privilège de travailler sur le projet ventilation naturelle et hybride avec Bernard Sesolis au sein de la DHUP, c'est avec plaisir de lire un sujet aussi important et si bien rédigé. Effectivement, même dans dans notre conditionnement de tout les jours, on attend par habitude une réponse (le parce que) de nos responsables (c'est dans l'étymologie même du mots). Pour apporter la meilleur des réponses ne faut-il pas d'abord se poser la bonne question? C'est à nous tous qui avons des responsabilités (à quelque niveau que ce soit) de nous inspirer et de savoir nous entourer pour que l'action suive et qui elle même génère, si besoin, d'autres questions à d'autres échelles, etc... (en partie principe de la roue de Deming). L'instinct nous est nécessaire aussi, le véritable n'est que le résultat d'expériences personnelles (une sorte de procédure de sauvegarde accélérée). Pour finir, c'est vrai que le poids des habitudes nous caresse à être confortablement engourdi, jusqu'au jour ou il faut courir....

  • François-Yves
    06/05/2014

    Bonjour M. Sésolis,
    C'est bien de répéter la main sur le coeur la vérité du GIEC. Mais les fortes convictions n'ont jamais fait de la bonne science. Or c'est bien de science qu'il s'agit avant tout quand on parle de climat.
    Je vous conseille la lecture du site suivant: http://www.pensee-unique.fr/
    Lisez les articles référencés, passez-y suffisament de temps. Vous verrez que la vérité n'est pas si évidente.


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire