Face au développement des usages électriques ...

16 Novembre 2009

Comme je l'ai indiqué la semaine dernière j'ai finalement refusé de répondre favorablement à l'un des périodiques de notre secteur, qui demandait à m'interroger sur la politique énergétique actuelle. Je me suis, toutefois, promis de revenir sur le sujet au cours de cette lettre du Lundi, en insistant sur le passage à l'électricité.

Voulez-vous dire que tous les chauffages seront rapidement électriques ?

La semaine dernière j'ai abondamment parlé du développement - que je considère inéluctable - de l'électricité. Je sais que certains lecteurs seront choqués, et désapprouveront : je ferai simplement remarquer que je ne parle pas ici de souhaits mais de prévision. Ceci dit, n'allez pas trop vite, car ces changements d'énergie sont progressifs, atteignant les installations les unes après les autres. De plus il me parait essentiel, ici et en chauffage surtout, de bien distinguer : le neuf (encore non équipé, avec des bâtiments qui seront très isolés) et l'existant (déjà équipé, et plus ou moins mal isolé). Voyons d'abord le neuf. Et la réalité actuelle dans ce secteur.

Quelle est donc, selon vous, cette réalité ?

Personne ne semble avoir le courage de le dire : sauf cas relativement exceptionnel les immeubles nouveaux sont chauffés à l'électricité. Je dirai même que la solution naturelle est le recours au chauffage électrique direct, les convecteurs électriques étant des appareils dont le coût modéré compense un peu le surcoût lié à la nouvelle isolation. C'est d'autant plus justifié que, dans ce cas, le chauffage devient un processus de pointe, exigeant une très grande flexibilité, laquelle ne peut être facilement assurée que par des convecteurs électriques simples. Malgré les controverses je suis convaincu que cette réalité s'imposera de plus en plus, et que les utopies actuelles seront largement dépassées (je rappelle qu'il s'agit de prévision, et non pas d'un souhait).

Ce que vous dites sur le passage à l'électricité n'est sans doute pas valable pour l'existant ?

Oui et non. Examinons par exemple les conseils les plus courants, plus ou moins renforcés par les aides financières, fiscales en particulier : la plupart ont le malheureux inconvénient de penser qu'on doit tout réformer en un seul temps, alors qu'il serait souvent plus raisonnable d'opérer en plusieurs temps, en deux ou trois ans par exemple. Dans ce cas l'électricité devrait, également, largement trouver sa place. C'est un point si important que j'y reviendrai un jour proche. Ceci dit - neuf ou existant - il ne suffit pas de subir les évolutions, on pourrait également - au moins en grande partie - les contrôler.

Que voulez-vous dire par là ?

Il est possible, et même largement souhaitable, que le développement de l'électricité ne sonne pas la fin de nos efforts en matière de maîtrise de l'énergie et de développement durable. C'est, du moins, une situation pour laquelle il est encore possible d'agir sur les modes de production (électrique). C'est d'ailleurs là l'une de mes critiques essentielles du plan énergétique national apparent, un plan qui n'est pas vraiment optimisé. Actuellement, en France la production de CO2 au niveau de la production électrique est plutôt favorable, mais il faut avoir conscience que - tels que nous sommes partis - ce bilan risque de se détériorer. Il est, d'ailleurs, déjà prévu que nous importerions du courant pour les pointes, donc pour le chauffage. En résumé deux conséquences essentielles vont apparaître :

  • un développement quasi inévitable de l'usage de l'électricité
  • un manque (pour le moment j'espère) de politique nationale solide sur la production de cette énergie.

Sur ce deuxième point, il suffirait d'ailleurs, simplement, de copier la politique britannique : j'aurai l'occasion d'y revenir. Reste, néanmoins, une utilisation de l'électricité qu'on semble avoir largement oublié.

. De quelle utilisation voulez-vous parler ?

De la climatisation, qu'il est de bon ton de vouloir supprimer, alors que nous y venons progressivement. Et que rien ne semble devoir arrêter ce mouvement, en France du moins et dans la majorité des régions. Il a déjà fallu revoir les positions pour les personnes âgées, il faut - maintenant - les revoir pour l'ensemble de la population. Non seulement parce que l'âge moyen de la population augmentera, mais aussi par suite du réchauffement climatique, un réchauffement dû en fait à deux facteurs qu'on semble souvent oublier :

  • le réchauffement climatique lié au développement de l'effet de serre
  • le réchauffement climatique lié à l'augmentation des concentrations urbaines.

Ce sont des phénomènes qui ont déjà provoqué en France métropolitaine, depuis vingt à trente ans, une augmentation des températures moyennes d'un peu plus de 2 degrés (2 K pour parler correctement), et il faut s'attendre à au moins le même effet - en supplément - dans les années à venir.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Décret tertiaire en rénovation : une obligation qui demande savoir-faire et temps

Le nouveau décret tertiaire en rénovation est désormais obligatoire pour tous les bâtiments existants de plus de 1000m2. Aussi, comment transformer cette obligation en opportunité ?


2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Eloge pour des dépenses de fonctionnement comprises, attendues et accompagnées

Prenons connaissance de cet éloge pour des changements et investissements à mettre en oeuvre pour obtenir des changements structurels.


Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

Construire en bois un bâtiment passif : performances et enseignements 4 ans après

4 ans après la construction d'un bâtiment passif en bois, découvrez les performances et enseignements à tirer de cette construction.


Titre V pour les récupérateurs de chaleur Ridel-Energy

Titre V pour les récupérateurs de chaleur Ridel-Energy

Pouget Consultants a accompagné Ridel-Energy dans le déploiement du Titre V pour les récupérateurs de chaleur (centrale frigorifique et groupes d'eau glacée)


Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Réseaux de chaleur : accélérer le développement pour répondre aux objectifs réglementaires

Suivons l'évolution après avoir reçu les aides par le Fonds Chaleur l'impact sur les réseaux de chaleur pour accélérer le développement.


Production de froid par absorption avec récupération d’énergie sur chaleur fatale

Production de froid par absorption avec récupération d’énergie sur chaleur fatale

Remarquable réalisation immobilière à découvrir : une centrale de production de froid par absorption sur avec récupération d’énergie sur chaleur fatale issue d’une usine de méthanisation.


Point officiel sur la prochaine réglementation environnementale 2020

Point officiel sur la prochaine réglementation environnementale 2020

La RE2020, prochaine réglementation environnementale, se précise. Découvrez les objectifs, le calendrier, le projet de label et les dernières infos sur le confort d été


Nouveau geste barrière : ouvrir les fenêtres - Eloge du courant d’air !

Nouveau geste barrière : ouvrir les fenêtres - Eloge du courant d’air !

Suivons l'éloge sur le courant d'air, nouveau geste barrière à prendre désormais en compte avec les pollutions multiples et le Covid.


Le développement durable « parce que l’on n’a pas le choix » ne fonctionne pas

Le développement durable « parce que l’on n’a pas le choix » ne fonctionne pas

Peut-on changer malgré les catastrophes, les épidémies, et la tendance est forte de revenir à la situation antérieure, « c’était mieux avant ».


Imaginons ensemble les bâtiments de demain. Les facteurs clés, première étape

Imaginons ensemble les bâtiments de demain. Les facteurs clés, première étape

Cet article présente le résultat d’un travail collectif mené au premier trimestre 2020 par le comité de prospective de la démarche « Imaginons ensemble les bâtiments de demain ».


Neutralité carbone pour le logement en 2050. Etude prospective

Neutralité carbone pour le logement en 2050. Etude prospective

Cet article propose une étude sur le parc résidentiel en 2050, en termes de performances énergétiques et d’équipements de chauffage et ECS, pour être compatible avec l’objectif de neutralité carbone.


Rénovation en copropriété, retours sur deux ans d’instrumentation

Rénovation en copropriété, retours sur deux ans d’instrumentation

Découvrez la conférence de Benjamin Rougeyroles dédiée à la rénovation énergétique en copropriété et regardez la vidéo.


Le refroidissement adiabatique, le futur de la climatisation

Le refroidissement adiabatique, le futur de la climatisation

Le refroidissement adiabatique est une technique à faible impact environnemental comparé à une climatisation standard. Elle n'implique ni gaz réfrigérant et sa consommation électrique est faible.


Construire et rénover le bâtiment 2020 prêt pour 2050, le Manifeste !

Construire et rénover le bâtiment 2020 prêt pour 2050, le Manifeste !

Construire et rénover le bâtiment 2020 Ready 2050: la 4ème Journée de Efficacité Energétique et Environnementale du Bâtiment « EnerJ-meeting » Paris a accueilli plus de 2300 décideurs et prescripteurs