Chargement...

Téléphones intelligents et des tablettes : quel avenir ?

13 Septembre 2010

Dans la lettre précédente j'ai indiqué le rôle que pouvait jouer l'informatique moderne, en particulier dans les aides aux livrets MémoCad. Dans le tableau des outils matériels disponibles (téléphones intelligents dits smartphones, tablettes, netbooks, portables, PC fixes) j'ai laissé de côté les smarphones et les tablettes, les deux supports pourtant les plus à la mode aujourd'hui.

Qu'avez-vous à dire à leur sujet ?


Là aussi je vous demanderai d'attendre, mais pour ce qui nous concerne et selon mon opinion actuelle, les secteurs les plus touchés par les smartphones seront vraisemblablement ceux de terrain, à savoir :

  • les contrôles directs de fonctionnement de nos équipements d'une part (les examens d'installations, soit pour vérifier le bon fonctionnement, soit pour déceler les défauts et les pannes avec les conseils automatiques de rectification),
  • les commandes directes (les commandes tactiles ou vocales en particulier) des automatismes présents dans nos installations d'autre part.
C'est une petite révolution matérielle qui, là aussi, se prépare. A suivre dans le futur, car il est un peu trop tôt pour conclure.

A quoi de tels appareils peuvent-ils servir dans notre domaine ?


Il n'en existe pas à proprement parler : il faut vivre avec l'instabilité. Les ordinateurs disponibles sont très nombreux : téléphones intelligents (smartphones), tablettes, netbooks, portables, PC «fixes». Choisir entre ces cinq catégories n'est pas toujours facile, mais il y a quand même quelques pistes simples. D'abord entre les deux dernières catégories (PC fixes et portables) dont les fonctions sont pratiquement identiques. Aujourd'hui, sauf peut-être dans certaines entreprises, on choisit (plutôt que des postes fixes) des portables, qui traitent par exemple très efficacement les logiciels les plus célèbres de nos métiers (Perrenoud ou Slama par exemple). Les portables dits 17 pouces (41 cm de large) sont les plus séduisants, mais avec une autonomie - de l'ordre de 2 heures – plus réduite que celle des 15 pouces (d'une autonomie de l'ordre de 4 à 5 heures). Les uns et les autres sont aussi performants, mais les 17 pouces sont un peu plus coûteux (750-800 euros). Ce sont, de toutes façons et désormais, des références dans nos métiers, références sur lesquelles il n'y a pas lieu d'insister davantage. Restent les autres, et en particulier les netbooks …

Ne pensez-vous pas qu'on peut utiliser les smartphones au-delà de ce que vous dites ?


Vous voulez certainement parler de l'utilisation des smartphones dans la diffusion de certains logiciels, en fait d'aides logicielles (par exemple à MémoCad). Je suis – pour le moment du moins – très réservé sur cet usage, mes premiers tests n'ayant pas été très favorables. Toutefois je reconnais qu'à l'avenir la situation peut changer, j'y reviendrai donc en 2011.

Est-ce tout ?


Jusqu'ici je n'ai pas parlé des tablettes, un sujet plus délicat dû à ce que cette technique n'a guère connu dans le passé que des échecs. Et ce en dehors du succès récent, inattendu, de la nouvelle tablette iPad d'Apple, dont la fonction essentielle semble être de reprendre (en format différent) les meilleures applications iPhones. Pour le moment, en ce qui nous concerne, je ne vois guère l'usage des tablettes que dans la fonction «livre électronique», avec – toutefois - une qualité spécifique : l'interactivité. Mais d'autres tablettes (que celle d'Apple) vont apparaître en 2011, avec plusieurs possibilités d'évolution. Je pense d'abord au développement de tablettes sous le système d'exploitation Microsoft Windows 7, mais je pense surtout aux minitablettes. Ce secteur est donc à suivre, d'autant que son avenir dépend fortement – là aussi - de ce que proposeront les membres du consortium très étoffé des opposants déclarés à Apple.

Pour y voir plus clair peut-on définir ce que vous entendez par «minitablettes» ?


Il s'agit de tablettes plus faciles à manipuler et moins coûteuses que les tablettes actuelles. Pour ce faire ces minitablettes utilisent une diagonale d'écran de 16 à 18 cm, alors que les tablettes de type iPad possèdent une diagonale de 24 à 25 cm, les smartphones eux-mêmes bénéficiant au maximum d'une diagonale d'écran de 8 à 9 cm. C'est probablement là où le secteur informatique à suivre est le plus important dans l'immédiat, c'est-à-dire dans les premiers mois de 2011 …

Je m'arrêterai là sur l'informatique … jusqu'à l'année prochaine

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire