Chargement...

Utiliser de bons critères : une base essentielle de l’optimisation

12 Juillet 2010

Les conditions dans lesquelles se prépare le Grenelle 2 de l’environnement me laisse malheureusement l’impression d’un vaste mouvement qui s’enlise dans les idées fausses, et dans les méthodes inadéquates. Que faire, c’est ce que cette lettre va tenter de suggérer.

S’agit-il ici de se limiter au bâtiment ?

Oui, mais sous toutes ses formes d’intervention dans le bilan carbone. Et sans oublier quelque usage que ce soit susceptible de dégager du carbone vers l’atmosphère. Un premier exemple, celui des meubles frigorifiques de conservation et présentation des aliments dans les grandes surfaces de vente qui peuvent représenter plus de 40% de l’énergie dépensée dans chaque grande magasin : ces meubles vaudraient un effort national bien plus énergique que l’actuel.

Autre point essentiel : prendre un critère « carbone » correct …

Au contraire de ce qui se passe actuellement en France (au contraire de bien d’autres pays, européens ou non), caractériser chaque intervention ou chaque action par son dégagement en carbone. Ce n’est pas difficile car nos informations sont déjà très importantes sur ce sujet, mais il faut veiller à tout prendre en compte. Par exemple ne pas oublier les « énergies grises » celles de la récolte, de la fabrication et de la livraison des énergies en cause. C’est ainsi que les granulés de bois n’ont pas forcément un contenu carbone nul : la culture et la récolte du bois, la fabrication des granulés, leur livraison sont des sources (au moins potentielles) d’émission de carbone.

Nous voilà revenus à la taxe carbone …

La taxe carbone est une technique qui pose bien plus de problèmes que ne peut le laisser supposer une présentation sommaire. J’ai beaucoup d’admiration pour Nicolas Hulot, mais à la lecture de son dernier ouvrage, au chapitre traitant de la taxe carbone, j’ai été frappé du fait qu’il connaissait très mal le sujet. Il n’est d’ailleurs pas le seul : dans une interview télévisée récente notre premier ministre a été incapable d’expliquer pourquoi la taxe carbone n’avait pas été prévue pour l’électricité. Quelque temps plus tard le président de la république lui-même, pourtant ardent défenseur de la taxe, versait dans le même défaut. La taxe carbone ne date pas d’aujourd’hui, et nous en discutions déjà dans les années 1980. Sauf erreur de ma part, la première réglementation l’introduisant fut suédoise, et date de 1991. J’aurais bien aimé que nos pouvoirs publics aient mieux enquêté sur cette introduction suédoise, qui s’est encadrée dans une refonte fiscale générale. En effet la taxe carbone - en réalité la taxe sur le carbone ajouté (TCA) - exige des refontes fiscales qui sont telles et si délicates que beaucoup de pays la refusent… Mais ce n’est pas ici le lieu de discuter de cette taxe, et je m’en abstiendrai pour revenir à notre analyse du « contenu carbone » des énergies et actions diverses concernant le bâtiment.
Point essentiel : il faut impérativement traiter les problèmes selon les durées de vies probables. Actuellement toutes les dépenses énergétiques sont mélangées, alors qu’à mon avis il serait essentiel de bien distinguer les techniques selon leur durée de vie. Qui n’est pas la même pour les lampes, les chaudières ou le bâti. Ne pas faire cette séparation c’est préparer l’avenir en supposant que rien ne va changer dans les cinquante années qui viennent : une position intrinsèquement bizarre.

Est-ce si important ?

Absolument, et je vais prendre le cas de l’éclairage, mélangé avec tout le reste dans les règles RT actuelles. Qui aurait pu prévoir il y a cinq ans, et même il y a seulement un ou deux ans, qu’aujourd’hui (je dis bien « aujourd’hui ») seraient désormais disponibles des lampes électroluminescentes (LED) de 12 W, produisant 650 lumens, soit une efficacité lumineuse double de celle des ampoules fluo-compactes de puissance électrique équivalente. Et ce sans mercure, avec une durée de vie de 50 000 h, et un coefficient de rendu de couleurs très suffisant de 0,94. Oublier qu’il peut exister de telles situations – plus ou moins imprévisibles bien sûr - ce n’est même pas prévoir l’avenir, c’est le mépriser. Si l’on adopte ma position il va falloir :
. calculer l’émission carbone des fluo-compactes et celle des LED (l’incandescence ne sera plus disponible),
. comparer les coûts à même émission carbone,
. en déduire la solution à privilégier, mais ne pas se faire d’illusions sur son application, le prix des nouvelles lampes étant loin d’être négligeable.
Nous y reviendrons le 6 Septembre prochain.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire