6ème rapport du GIEC, il est encore temps … mais pour combien de temps ?


Par Bernard Sesolis - Expert Energie Environnement


Si vous avez fait comme moi cet été, vous avez peut-être pesté contre cette météo caricaturale : ciel maussade et fraîcheur au Nord-Ouest, ciel bleu et grande chaleur au Sud.
Mais finalement, se couvrir d’une petite laine le soir au mois d’Août en plein bocage normand en écoutant les médias sur des infortunes climatiques çà et là, je l’ai ressenti comme un privilège. Tout comme le privilège d’entendre encore la nuit tombante le réveil des animaux nocturnes, le silence sous la voie lactée, spectacle impossible à observer en ville ou en zone polluée.
Cet été aura aussi été le moment de la naissance officielle de la RE2020. Il faudra revenir sur ses nouvelles contraintes pour analyser ses modalités d’application et ses effets réels sur la construction.
Et puis, avec la sortie du 6ème rapport du GIEC, comment ne pas revenir sur la question du changement climatique, même si nous sommes saturés d’informations sur le sujet. La certitude d’avoir à agir vite et fort est son principal message.
Enfin, 4ème vague oblige, la Covid 19 aura été présente dans tous les médias jusqu’à saturation.

Bref, cet été aura été marqué par des évènements qui, de manière inflexible, nous rappellent au quotidien que le climat, la biodiversité et la géopolitique sont et resteront aux premières loges des réflexions de ceux qui ont pour rôle de faire évoluer les bâtiments, la ville et les territoires.


Poursuite et renforcement du dérèglement climatique

Ces derniers mois et cet été n’auront pas été avares en phénomènes climatiques extrêmes. Une pluie de records plus importante que celle des JO de Tokyo ! A Lytton, bourg de l’extrême ouest du Canada, 49,6°C et détruit à 90% par les incendies, 47,2°C à Las Vegas, incendies monstres en Californie, en Russie, en Australie, en Grèce. Fonte accélérée au Groenland où la température a atteint 23,4°C !!! Sans compter les cyclones et les déluges, comme aux Etats-Unis, à Haïti  on encore à Zhengzhou dans la province chinoise du Hénan où l’équivalent d’une année de pluie s’est déversé en seulement 3 jours (1).


crise climatique

Renforcement du dérèglement climatique


La nouvelle « copie » du GIEC

Depuis le 5ème rapport de 2013 de cette instance internationale, les études ont continué à se multiplier et à s’affiner. Le 6ème rapport comportera trois volets.

Le premier, divulgué le 9 Août,  est consacré au constat du changement climatique et à ses évolutions selon différents scénarii des activités humaines.
Le 2ème volet consacré à la vulnérabilité de nos sociétés et le 3ème volet dédié aux solutions pour réduire les émissions de GES seront disponibles au printemps 2022, et une synthèse sera diffusée dans un an.

Du premier volet, il ressort que nous sommes passés du stade de la haute probabilité à la certitude que l’activité humaine est responsable du dérèglement climatique actuel. Quelques chiffres sont éloquents :

  • La concentration en CO2 a atteint 410 ppm en 2019, soit un niveau inégalé depuis 2 millions d’années.
  • La concentration du méthane et du protoxyde d’azote atteint des taux inédits depuis 800 000 ans.
  • La surface du globe a augmenté en moyenne de 1,1°C par rapport à la seconde moitié du 19ème siècle. Cela pourrait paraître dérisoire, mais en réalité pour notre planète et en conséquence, pour une partie importante de l’Humanité, c’est d’une violence historiquement exceptionnelle.


rapport-giec

 Augmentation de la température moyenne globale terrestre selon 5 scénarii d’actions - (6ème rapport du GIEC - 08/2021)


La prise en compte de 14 000 études sur le climat et les progrès de la modélisation prédictive ont permis au GIEC de définir 5 scénarii en intégrant mieux l’énorme rôle du dérèglement des océans. En 2080-2100, le réchauffement atteindrait 1,4°C au mieux avec un scénario très peu émetteur (SSP1-1.9), 1,8°C avec un scénario peu émetteur (SSP1-2.6), 2,7°C avec un scénario intermédiaire (SSP2-4.5), 3,6°C avec un scénario émetteur (SSP3-7.0) et 4,4°C avec un scénario « trumpien » (SSP5-8.5). Et ce, avec de grandes disparités sur le globe. En Arctique, on pourrait atteindre + 7°C avec des conséquences dignes d’un film d’horreur.

augmentation-temperature

Répartition de l’augmentation de la température moyenne globale terrestre selon le scénario « émetteur » - (6ème rapport du GIEC - 08/2021)


Il est possible de consulter un atlas interactif réalisé par le GIEC pour visualiser la répartition des augmentations de températures et de précipitations sur le globe selon les différents scénarii.

Quoiqu’il en soit, certains changements sont irréversibles à notre échelle de temps (ce n’est pas une raison pour tomber dans la collapsologie). Le réchauffement, l’acidification et la désoxygénation des océans ont des conséquences incalculables sur la biodiversité, sur le rythme de fonte des calottes glaciaires qui a été multiplié par 4 durant la dernière décennie par rapport à la fin du 20ème siècle. La fonte des glaciers est en partie responsable de la montée de la mer (3,7mm entre 2006 et 2018). Mais avec la fonte accélérée de la calotte du Groenland et du pergélisol (sol de l’Arctique), l’élévation de la mer pourrait atteindre de 0,3 à 1 m en 2100, voire jusqu’à 1,9 m en 2150 avec le scénario (SSP5-8.5) !! Comme la majorité de la population mondiale vit près de la mer, ce serait cauchemardesque. Les modèles prédictifs font apparaître pour la première fois de faibles probabilités (pour l’instant …) de montée à 2 m en 2100, voire 5 m en 2150.
Arrêtons de nous faire peur et examinons plus calmement la situation pour envisager un bon scénario.


Limiter le réchauffement climatique, que reste–t-il à faire ?

Pour ne pas dépasser un réchauffement de 1,5°C en 2100 (accord de Paris – COP21-2015), il reste tout au plus 300 GtCO2 à émettre avant d’atteindre la neutralité carbone. Soit 7 années d’émissions sur la base de 2019. Il faudrait donc atteindre la neutralité carbone avant 2030 ... Dur, dur ! (2). Et en plus, avec les incertitudes liées à une telle complexité du sujet, la probabilité de ne pas dépasser ce seuil ne serait que de 80%. Dans le cas où on émettrait l’équivalent de 2 années de plus, la probabilité chuterait à 67%. Pour 12 ans de plus, on tomberait à 50% et pour 21 ans de plus, 17% ! Traduction : si on continue à émettre comme aujourd’hui jusqu’à 2050, on divise par 6 les chances de ne pas dépasser 1,5°C à la fin du siècle.
Dit autrement, sans une politique très ferme et généralisée à toute la planète, + 1,5°C, ce n’est déjà plus réaliste.

Il sera intéressant de comparer les préconisations des 2ème et 3ème volets du rapport du GIEC avec les réflexions et les scénarii déjà élaborés pour tendre le plus rapidement possible vers la neutralité carbone.

Selon de récents travaux de l’Université de Cambridge (3), près du 1/3 des émissions de GES proviennent de l’industrie (productions d’énergies, productions de biens autres que nourritures), et surtout près des 2/3 restants sont liés à la demandes et à la consommation : 15% pour la nourriture, 7,7% pour la construction, 5% pour le chauffage et la climatisation, 1,6% pour l’éclairage, 2,4% pour les communications, 4,3% pour le transport des marchandises, autant pour les voyages personnels, 1,7% pour les déplacements urbains … et 5% pour les différentes formes de nettoyages domestiques (lavage de textiles, hygiène corporelle) !

Valeurs à méditer quand on vise à concevoir et construire un bâtiment basse énergie + bas-carbone.

Le problème politique majeur reste que les actions actuelles n’auront un effet sensible et durable que dans plusieurs décennies. Mais le constat actuel et à venir à court terme est le résultat de l’inaction des décennies passées. Maintenant, on sait avec certitude ce que signifie les « petits pas » soi-disant réalistes. La « réalpolitik » n’est plus le court-termisme et il est encore temps de réagir sans plus attendre vite et fort. La COP 26 à Glasgow en Novembre sera de ce point de vue cruciale.


 

  1. « La crise climatique atteint un seuil critique » -, Le Monde - 10/08/2021- Audrey Garric
  2. « Contenir le réchauffement est un défi majeur pour la planète » - Le Monde - 11/08/2021- Stéphane Foucart
  3. Revue « Environmental Science and Technology, travaux coordonnés par Bojana Bajzelj



Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King n’attend pas la RE2020 et montre la voie !

Burger King se démarque encore et ce n'est pas que du marketing ! La société s'engage dans une démarche de performance énergétique respectant les exigences de la prochaine RE2020


RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

RE2020 : évolutions, nouveautés et avis d’un bureau d’études référent

La Réglementation Environnementale 2020, reportée à 2021, continue d'inclure nouveautés et évolutions. Nathalie Tchang, directrice BET TRIBU ENERGIE, nous en présente les détails.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Le plan de relance mis en place suite à la crise sanitaire, économique et sociale du Covid en France a pour objectif d'aller vers la neutralité carbone à l’horizon 2050.


Nouveau DPE : l’occasion d’une dose supplémentaire de vaccin contre la confusion DPE - audit

Nouveau DPE : l’occasion d’une dose supplémentaire de vaccin contre la confusion DPE - audit

Assistez au dialogue constructif entre deux personnages sur le nouveau DPE - Diagnostic Performance Energétique.


2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


PAC air-air, confort avec la console compacte, silencieuse et performante

PAC air-air, confort avec la console compacte, silencieuse et performante

La pompe à chaleur air-air est une solution aussi performante que compacte et silencieuse. Elle offre ainsi un confort total aux utilisateurs.


EnerJ-meeting 2021 : Cette 5 ème édition était des plus attendues !

EnerJ-meeting 2021 : Cette 5 ème édition était des plus attendues !

EnerJ-meeting 2021 a accueilli plus de 2 000 participants décideurs et donneurs d’ordre, instances publiques, prescripteursndans la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d'oeuvre, industriels, ...


Etude sur la rénovation basse consommation des maisons individuelles

Etude sur la rénovation basse consommation des maisons individuelles

Effinergie présente une étude portant sur la rénovation basse consommation des maisons individuelles ayant pour objectif le niveau BBC-Effinergie.


Le SYNASAV lance sa série de vidéos : Les Rendez-vous SYNASAV

Le SYNASAV lance sa série de vidéos : Les Rendez-vous SYNASAV

Le syndicat national des professionnels de la maintenance (SYNASAV) lance sa série de vidéo intitulée "Les Rendez-vous SYNASAV". Découvrez le premier thème sur les PAC.


Crèche en construction hors site et autonome en énergie. Retour d’expérience

Crèche en construction hors site et autonome en énergie. Retour d’expérience

La construction hors site est une avancée indéniable dans le secteur du bâtiment. Découvrez ce retour d'expérience par l'entreprise ModuleM, appliqué à une crèche, autonome en énergie.


L’hydrogène vert pour une économie et un bâtiment décarbonés. Les premières chaudières à hydrogène

L’hydrogène vert pour une économie et un bâtiment décarbonés. Les premières chaudières à hydrogène

L'Agence Qualité Construction (AQC) fait le point sur l'hydrogène vert, énergie prometteuse pour des bâtiments décarbonés. Les chaudières à hydrogène sont également au coeur du sujet.


La construction hors site ou la construction industrialisée, le rapport de l’année

La construction hors site ou la construction industrialisée, le rapport de l’année

La construction hors site offre un nouvel angle d'action pour construire des bâtiments conformes à la prochaine RE2020 : sobres en énergie, performants et à moindre coût.


Rénovation énergétique en copropriété : Trophées métropolitains CoachCopro 2021

Rénovation énergétique en copropriété : Trophées métropolitains CoachCopro 2021

Le mercredi 24 mars 2021 se déroulait la cérémonie virtuelle de remise de prix des Trophées métropolitains CoachCopro 2021.


La réglementation RE2020 reportée de nouveau

La réglementation RE2020 reportée de nouveau

Le Ministère de la Transition écologique vient d'annoncer les derniers ajustements du calendrier lié à la réglementation environnementale, la future RE2020